0% lus

Vous souffrez de douleurs dans le bas du dos ? Exacerbées lorsque vous marchez, ou juste après l’effort ou le port d’une charge lourde ? Vous ressentez comme une certaine raideur du dos le matin au réveil, avec l’impression d’être verrouillé ? Faire « le dos rond » vous soulage ?

Il s’agit peut-être d’arthrose lombaire, encore appelée lombarthrose.
Qu’est-ce qui cause cette dégénérescence des cartilages de la colonne ? Quels sont les symptômes de la lombarthrose ? Qui consulter ? Quelle est l’efficacité de l’ostéopathie dans le traitement naturel de l’arthrose lombaire et quelles sont ses limites ?

Sommaire

Arthrose lombaire : de quoi s’agit-il ?

On parle d’arthrose ou de phénomène arthrosique lorsque l’on assiste à une usure du cartilage et de l’os. Dans le cas de la lombarthrose, cette usure est chronique et s’observe entre les disques lombaires (discarthrose) et entre les articulations postérieures (arthrose inter-apophysaire).

Un trouble fréquent

Derrière les maladies cardio-vasculaires, l’arthrose est la seconde cause d’invalidité et toucherait 65% des français au-delà de 65 ans.
En ce qui concerne l’arthrose lombaire, on l’estime à :

  • 28% chez les femmes
  • 30% chez les hommes de 55 à 64 ans
  • 70 à 75% des personnes de 65 à 75 ans

Zoom sur le rachis lombaire

Il y a 24 vertèbres qui composent votre rachis, (ou colonne vertébrale). Les cinq dernières vertèbres, que l’on retrouve en bas du dos, constituent ce que l’on appelle la colonne lombaire. On parle aussi de rachis lombaire.
Cette zone subit beaucoup de contraintes et de pressions au quotidien.
Vos lombaires supportent en effet une partie du poids de votre corps et sont soumises à des contraintes fréquentes. Et particulièrement les dernières lombaires (L4-L5-S1), de par leur inclinaison vers l’avant et leur rôle de charnière avec le bassin.

Le rôle des lombaires

Vos lombaires amortissent les chocs par l’intermédiaire des disques intervertébraux. Leur rôle est également d’assurer la mobilité du bas du dos. Que ce soit en flexion, en inclinaisons latérales et en rotations grâce aux articulations postérieures. Elles interviennent également lors de toute activité sollicitant le bassin et les membres inférieurs. Marche, course et déplacements de charge notamment. Et en cas de contraintes répétées sur vos lombaires, les disques entre les vertèbres peuvent s’user et rétrécir.
Ces disques se régénèrent la nuit grâce notamment à une bonne hydratation dans la journée. Le potentiel de régénération diminue avec l’âge ce qui engendre un rétrécissement progressif des disques.

Un frottement anormal

Si les contraintes répétées deviennent supérieures aux capacités d’adaptation et de régénération du corps, les différentes articulations de vos vertèbres frottent alors les unes contre les autres au lieu de glisser. Progressivement, ce frottement anormal va venir provoquer une détérioration du cartilage. Détérioration qui pourra conduire à une déformation des os, aussi appelé remaniement osseux.
Le remaniement osseux peut bien souvent s’observer lors de radiographies, avec la présence de ce que l’on appelle des « ostéophytes » ou encore des « becs de perroquets ». Ce sont de petites excroissances osseuses ou proéminences de l’os ayant la forme du bec du volatile en question.

Une théorie est avancée pour expliquer cette certaine instabilité de la zone lombaire. Il s’agit notamment du passage à la bipédie, soit l’évolution du quatre pattes à l’Homme debout.

Arthrose lombaire : les symptômes

Il existe plusieurs “niveaux” d’arthrose ; que l’on pourrait définir comme “sans” ou “avec” manifestations de symptômes.
En effet vous pouvez être atteint sans même sentir d’atteinte dans le quotidien. De la même façon cela peut être visible à la radiographie sans que vous présentiez de signes cliniques.
Et enfin l’arthrose peut commencer à se manifester dans le quotidien.
Lorsque l’arthrose commence à se manifester dans le quotidien vous pourriez notamment souffrir de :

  • Difficultés et douleurs en bas de votre dos lorsque vous vous levez de votre chaise
  • Sensation d’être verrouillé, sensation que vos mouvements sont difficiles à exécuter et parfois même douloureux

L’arthrose évolue ensuite peu à peu vers un blocage mécanique, provoquant des restrictions de mouvements et des douleurs plus aiguës. Vos mouvements deviennent alors de plus en plus difficiles à accomplir, moins amples, plus vite douloureux et inconfortables.

Les douleurs mécaniques

Ces douleurs sont dites mécaniques, comprenez qu’elles surviennent lors du mouvement et qu’elles sont calmées par le repos. Elles apparaissent le plus souvent :

  • Pendant vos activités
  • Quand votre corps est “froid”. Comme par exemple le matin au levé du lit ou encore au début d’une activité sportive. Lorsque que votre corps n’est pas encore « chaud ».
  • Le soir après une journée au travail, que ce soit assis, ou suite à la répétition des mouvements et gestes
  • La position immobile prolongée peut également déclencher des douleurs dans certaines conditions, et notamment pendant les phases dites de poussée

Des douleurs évoluant par poussées

Les douleurs provoquées par l’arthrose lombaire surviennent en effet généralement par poussées. Elles sont présentes au réveil ou le soir, mais aussi à certaines périodes de la vie. Ces phases de poussées s’alternent avec des phases relativement indolores.

Les complications de l’arthrose lombaire

L’arthrose lombaire peut se compliquer par la suite. Notamment par une irritation ou une compression de vos racines nerveuses, ce que l’on appelle une radiculalgie. Comme lors d’une hernie discale par exemple.
Cette compression peut donner lieu à de nouvelles sensations et douleurs nerveuses de type de fourmillements, dans la fesse, la jambe, la cuisse, ou l’avant de la cuisse. Comme des sciatiques ou cruralgie.
Notez que dans certains cas, cela peut causer un rétrécissement du canal lombaire (aussi appelé sténose lombaire) donnant des sciatalgies, des cruralgies, ou des névralgies pudendales.

Arthrose lombaire : causes et traitement

L’arthrose correspond à une usure du cartilage et de l’os, chronique et qui évolue de manière progressive.
Derrière cette usure, plusieurs facteurs peuvent être mis en cause :

  • Des mouvements répétitifs, comme dans la pratique d’un sport intensif, ou d’un travail qui sollicite la force. C’est notamment le cas des travailleurs du bâtiment, jardiniers, cuisiniers, etc.
  • La sédentarité, c’est à dire maintenir une position statique prolongée. On pense au travail de bureau, chauffeurs, etc.
  • Un trouble de la posture provoquant des douleurs chroniques lombaires.
  • Des particularités anatomiques rachidiennes, comme une scoliose, une hyperlordose ou encore une cyphose.
  • Un choc violent avec une fracture, quand la récupération est difficile.
  • Le surpoids, l’obésité, de par la charge importante exercée sur les vertèbres lombaires.
  • Le tabac, de par son effet de dégradation sur les disques et les cartilages.

Arthrose lombaire : et si c’était autre chose ?

Le diagnostic de l’arthrose lombaire commence par un examen clinique mené par votre médecin traitant. Mais il s’agira aussi d’effectuer un diagnostic différentiel afin d’identifier une éventuelle complication. Comme une hernie discale, une sténose ou une autre pathologie pouvant expliquer les signes de vos lombalgies.

L’imagerie médicale

Si votre médecin le juge nécessaire, il est possible de faire une radiographie pour confirmer le diagnostic. Et pour mettre en évidence une hernie discale suspectée lors de l’examen clinique, un scanner ou une IRM sont à envisager.

Traitement de l’arthrose lombaire

Afin de diminuer l’inflammation, votre médecin peut vous prescrire la prise d’antalgiques et d’anti inflammatoires. Cela reste à discuter directement avec lui, pas d’auto-médication.
Votre médecin pourra également vous prescrire des séances de kinésithérapie et de l’exercice. Ce qui vous permettra de mobiliser vos articulations de manière à récupérer les bons mouvements sans douleur.
Enfin, il est possible de faire des infiltrations de corticoïdes ou d’acide hyaluronique en cas de douleurs très aiguës et non calmées par les traitements dits classiques.
Tous ces points restent à discuter directement avec votre médecin traitant.

Arthrose lombaire : quel traitement naturel ?

Il est particulièrement recommandé en cas d’arthrose d’avoir recours à des thérapies manuelles.
La prise en charge de l’arthrose lombaire en ostéopathie permet à la fois de soulager la douleur et de limiter son apparition. Elle permet notamment de soulager les contraintes qui s’exercent sur les lombaires en limitant la progression de l’arthrose. Et ce, de manière naturelle.

Arthrose lombaire et ostéopathie

L’ostéopathie représente une bonne alternative dans la prise en charge non médicamenteuse de l’arthrose. De par son effet curatif mais aussi en prévention, et ce, dès le plus jeune âge.
Cependant, afin de tirer meilleur profit des soins, certaines règles hygiéno-diététiques sont recommandées. Il peut s’agir par exemple de :

  • l’arrêt du tabac,
  • de postures adaptées à votre poste de travail
  • ou encore de l’adoption des bons gestes pour forcer, soulever un objet lourd ou encore lorsque vous jardinez.

Notez que le travail de l’ostéopathe peut être fait en parallèle des soins réalisés par votre kinésithérapeute.

Le soulagement des contraintes et de l’inflammation

La diminution de l’amplitude de vos mouvements peut être très inconfortable et invalidante au quotidien. Il peut être difficile de pratiquer vos activités quotidiennes. En effet la douleur survient généralement à la mobilisation, vos articulations étant déjà particulièrement raides.
Les soins d’ostéopathie consistent à soulager les raideurs sur vos articulations lombaires d’une part. Et de diminuer les douleurs vous empêchant d’effectuer vos mouvements d’autre part.
Pour cela, votre ostéopathe travaille sur votre mobilité pour vous redonner du confort au niveau de vos vertèbres lombaires. Et ce, grâce à des techniques de relâchement, d’ajustement, de décompression, etc.
Une compression peut par exemple être maintenue par la contracture réflexe des muscles de part et d’autre de votre colonne lombaire. Votre ostéopathe va alors travailler à une détente musculaire afin de lever les tensions dans la zone. Ce qui permet ainsi une décompression d’une ou de plusieurs de vos vertèbres.

La nécessité de la globalité dans le traitement de l’arthrose lombaire

Votre système musculaire est à votre corps ce que les cordes sont aux voiles d’un bateau. Vos muscles sont un maintien supplémentaire, suppléant vos os, comme les cordes suppléant le mas du bateau.
Lorsque le système musculaire est perturbé, la pression sur les articulations des vertèbres peut devenir inadaptée au fur et à mesure de vos mouvements. Cela peut être causé par un déséquilibre musculaire ou articulaire et ce parfois, plus ou moins loin de vos lombaires.
Prenons l’exemple d’un traumatisme au niveau du pied. De par la faiblesse et le déséquilibre, la courbure lombaire s’en retrouve modifiée afin d’adapter et de soutenir l’ensemble de votre rachis. C’est une compensation de votre corps.
Votre ostéopathe doit donc s’intéresser ici à votre posture. Et particulièrement à votre système d’adaptation qu’est votre système musculo-squelettique (vos articulations et vos muscles) afin d’identifier et traiter d’éventuels déséquilibres.

Un travail qui commence très tôt

L’arthrose précoce peut malheureusement débuter pendant l’adolescence ou encore chez le jeune sportif. Trop de sport, ou bien une activité trop fréquente et intense peut en effet être à l’origine de l’apparition d’arthrose précoce. De même que des blessures liées à ce même sport.
L’ostéopathe peut agir à ce moment-là chez l’adolescent ou le jeune adulte, par un travail préventif qui vise à corriger et prévenir des troubles de la statique et de la dynamique. Qui peuvent être, à terme, responsables de son éventuelle arthrose lombaire.

Corriger les déséquilibres pour prévenir l’arthrose

L’équilibre de votre colonne lombaire peut être perturbé par des troubles présents au niveau d’autres portions de votre rachis. Comme vos dorsales ou vos cervicales mais aussi votre sacrum. Le sacrum est un os situé entre votre colonne vertébrale et votre coccyx.
Cette perturbation peut être due, par exemple, à de mauvaises positions à votre poste de travail. Ces mauvaises postures génèrent alors des tensions au niveau de votre nuque et de vos épaules. Mais elle peut aussi faire suite à une chute, un traumatisme sur les fesses ou sur le dos, ou encore à un accident ayant causé un coup du lapin par exemple.
La survenue progressive et lente de l’arthrose traduit un mécanisme qui s’installe au fil du temps. Ce mécanisme est engendré par la récurrence de ces contraintes qui ont un impact important sur votre colonne lombaire.

Lever les contraintes subies par la colonne

Votre colonne lombaire peut subir des forces en dehors de ses axes de mouvements. Cela l’expose, au fil des années, à des contraintes inappropriées qui mènent à l’apparition d’arthrose. Cette dégénérescence osseuse lui permet de tenir plus facilement ces contraintes, au détriment de la qualité et de la mobilité de ses mouvements, mais aussi de votre propre confort.
Votre ostéopathe est à même d’identifier les zones de votre dos en souffrance. Mais aussi de les soigner afin de prévenir d’éventuelles conséquences d’évolution, dans ce cas, vers de l’arthrose lombaire. C’est la raison pour laquelle votre ostéopathe regardera minutieusement votre dos dans son entier.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.