0% lus

L’art délicat des asanas, et celui tout particulier de sav-asana

Asa-quoi ?!

Souvenez-vous… il y a quelques temps je vous proposais cette petite introduction au yoga.
Et je vous avais promis de rentrer dans les détails.

Donc je me suis creusée la tête, dans tous les sens, j’ai creusé de véritables galeries yoguiques à l’intérieur de mon cerveau, je l’ai stretché dans tous les sens.
Je n’étais pas sûre de comment je voulais aborder le sujet et puis un jour je me suis dit que le plus simple c’était peut-être de procéder comme au yoga.
Comme n’importe quel cours de yoga, c’est-à-dire par asana !

Asanas.
Pas ananas, pas havaianas, juste a-sa-nas.

Et c’est quoi un asana ?
Alors on dit UNE asana déjà, et ensuite c’est un mot sanskrit qui signifie posture, tout simplement.

Donc en gros les asanas sont toutes les postures adoptées pendant une séance de yoga. Le principe est de les tenir un certain temps tout en respirant profondément avec le nez.
La difficulté réside donc dans le principe vous l’aurez compris, car elles ont toutes leurs vertus, mentales, physiques, assouplissantes, énergisantes, renforçantes ou méditatives mais aussi toutes leurs difficultés.

Et évidemment plus vous les tenez longtemps, plus elles sont bénéfiques… et plus ça se complique 😉

Commençons par la plus difficile

C’est-à-dire la posture qui paraît la plus facile, mais qui en réalité peut s’avérer un véritable calvaire (j’exagère). J’ai nommé Savasana. La posture du cadavre. Ça s’annonce prometteur me direz-vous. En fait pour réaliser cette posture, qui soit dit en passant, vient en général clore une pratique de yoga (j’aime bien commencer par la fin, un peu comme pour les bouquins), il vous suffit de rester immobile. Cela paraît simple comme ça hein ?! Et bien c’est ce qu’on va voir.

Procédons donc par étape : allongez-vous sur le sol, ou sur une couverture, un tapis, du sable, de la tourbe, n’importe quoi, jambes légèrement écartées, bras le long du corps, les paumes tournées vers le ciel et fermez les yeux.

Voilà. Bravo. Ça y est, vous êtes un maître yogui !

Non je déconne.

En réalité, c’est maintenant que la difficulté va commencer, car vous devez vous concentrer environ une dizaine de minutes sur l’immobilité de votre corps. C’est-à-dire, non seulement vous ne devez pas bouger un cil, mais en plus vous ne devez pensez à RIEN D’AUTRE qu’à l’immobilité de votre corps.

Ça vous gratte ? Hop hop hop, on ne bouge pas on a dit ! C’est vraiment dur de ne pas se gratter ? Pssschhhht, un peu de concentration s’il vous plaît ! Ça vous démange terriblement ? On ne BOUGE PAS. Vous avez oublié d’éteindre le four ?! C’est dommage mais immobilisez-moi ces pensées vite fait ! Vous vous feriez bien une bonne salade de tomates mozza après le cours ? Hey didonc ! Ça suffit maintenant ! Sinon figues féta ? La prof était vraiment bien aujourd’hui, c’est vraiment bon de se sentir aussi relaxée… par contre niveau concentration sur l’immobilité c’est pas encore ça. Je vous entends !!

L’immobilité ça remue !

Vous avez compris la difficulté maintenant ? En gros c’est une asana très proche de la méditation sauf qu’il ne faut penser à rien mais se concentrer sur l’immobilité. Prendre une totale conscience de celle-ci. Et une fois que vous y parvenez, une fois les 10 minutes passées vous vous sentez si relaxée… si détendue. C’est un excellent exercice à réaliser pour les grands stressés, nerveux, angoissés comme moi, un peu comme la crise de calme ou le reiki. Cela apprend aussi à faire abstraction des gênes ou des obsessions, même insoutenables comme l’envie de se gratter par exemple qui est vraiment dure à réfréner, mais une fois qu’on y parvient, on se sent comme un véritable maître Jedi ! Ou Buddha lui-même pourquoi pas ?!

Voilà aujourd’hui on a exploré une des asanas les plus importantes du yoga, mais pas la plus simple (car j’ai confiance en vous). Alors vous vous entraînez et vous me racontez ? Quoi qu’il se passe, un voyage intersidéral, une crise de grattance ou rien du tout je veux tout savoir ! Next time, on se plongera davantage dans la mobilité vous verrez…

NAMASTE BITCHES !

Cabinet d'ostéopathie Bertucchi

Spécialistes du suivi du sportif

Titi les bons tuyaux

Author Titi les bons tuyaux

Aventurière du bonheur et hyper souriante hypersensible toujours en quête de solutions à partager

More posts by Titi les bons tuyaux

Leave a Reply