Skip to main content
0% lus

Voilà quelques jours que vous constatez une petite grosseur dans la région intime. Comme une petite bosse à l’entrée du vagin ? Et si c’était une bartholinite ?
La bartholinite est un trouble gynécologique encore peu connu. Pourtant, il est estimé que près de 2 femmes sur 100 en souffrent au moins une fois dans leur vie.
Il s’agit d’une inflammation aiguë d’une des glandes de Bartholin. Ces glandes que l’on retrouve dans la paroi latérale des grandes lèvres du vagin. Douleurs lancinantes, démangeaisons, inconfort quotidien et rapports sexuels douloureux voire impossibles. Ce ne sont que quelques-uns des symptômes de la bartholinite.
L’évolution de ce trouble est particulièrement rapide et l’abcès peut vite gagner en volume et être plus douloureux encore. Il est ainsi important de le traiter sans attendre.

Sommaire

Mais comment reconnaître une bartholinite ? Quelles sont les causes de l’inflammation des glandes de Bartholin ? Qui consulter ? Existe-t-il un traitement naturel de la bartholinite ? Quel est l’intérêt et l’apport de l’ostéopathie dans la prise en charge de ce trouble ?
Nous vous apportons ici toutes les réponses, et sans tabou.

Bartholinite : de quoi s’agit-il ?

Avant d’entrer en détail dans les caractéristiques de la bartholinite, permettez-nous un rapide point anatomique.
De part et d’autre de l’entrée du vagin, dans les grandes lèvres, sont logées de petites glandes (de la taille d’un petit pois). Ce sont les glandes de Bartholin, qui servent notamment à lubrifier le vagin lors de rapports sexuels.
Elles disposent de canaux excréteurs qui émergent entre les petites lèvres. Elles permettent de véhiculer un liquide : la cyprine, ce liquide qui sert à lubrifier la vulve et le vagin.
On dit de ces glandes qu’elles sont « hormono-dépendantes », comprenez que certaines hormones interviennent dans leur fonctionnement.

Du kyste non douloureux à la bartholinite

Ces petites glandes de Bartholin ne sont pas visibles en temps normal, mais lorsque les canaux excréteurs se bouchent, elles peuvent alors former ​des kystes sur les grandes lèvres. On parle de kyste de la glande de Bartholin.
Asymptomatiques au départ, ces kystes peuvent par la suite s’infecter, s’enflammer et entraîner alors de très fortes douleurs. C’est la bartholinite.
Notez que si la bartholinite peut être bilatérale (c’est-à-dire qui concerne les deux glandes simultanément), elle reste exceptionnelle.

L’inflammation des glandes de Bartholin

La bartholinite est donc une inflammation aiguë d’une des glandes ou d’un canal excréteur. Elle se caractérise par une douleur aiguë lancinante au niveau de l’entrée du vagin.
Ce trouble gynécologique peut survenir de manière épisodique, comme par exemple avant l’arrivée des règles à cause du changement hormonal.
Elle survient lorsque les glandes de Bartholin sont fonctionnelles. Soit entre la période de la puberté et de la ménopause (on parle de période d’activité génitale) mais aussi pendant la grossesse.
La bartholinite peut devenir chronique ou encore récidiver chez certaines femmes. 10 à 15% des femmes ayant connu un premier épisode de bartholinite connaissent une récidive.

Bartholinite : les symptômes

Au départ, vous pouvez remarquer une petite boule d’un demi centimètre qui grossit peu à peu. Cette boule peut avoir un aspect rouge et chaud. Vous pourriez d’ailleurs avoir une sensation de chaleur sur la partie externe des grandes lèvres.
Les patientes font souvent état de douleurs lancinantes et pulsatiles au niveau de la vulve. Et un écoulement peut survenir au bout d’un certain temps. Dans certains cas, et notamment lorsque l’infection est à un stade avancé, la bartholinite peut être associée à de la fièvre.
Vos sous-vêtements peuvent vous devenir inconfortables ou encore trop serrés. Il est également possible que vous éprouviez des difficultés à la marche ou encore pour vous asseoir.

Des rapports intimes douloureux, voire impossibles

Les douleurs apportées par la bartholinite et la grosseur peuvent aussi gêner, voire empêcher tout rapports sexuels. Certaines femmes rapportent aussi que le défaut de lubrification naturelle rend également les rapports douloureux.
Il est également fréquent que la glande de Bartholin souffrante gagne en volume pendant ou après une stimulation sexuelle. La glande étant « bouchée », elle ne peut plus évacuer les sécrétions produites (et secondaires à la stimulation).

Un sujet parfois tabou

Évoquer le sujet de la bartholinite n’est pas toujours chose aisée. D’abord, de par la localisation de ce trouble. Cela touche à votre intimité et vous pourriez ne pas être à l’aise avec l’idée de parler de vos démangeaisons, douleurs, et inconfort à ce niveau là.
La gêne sur le plan esthétique et les douleurs connues donnent aussi une toute autre couleur à vos moments intimes. Et bien qu’il puisse vous être difficile d’aborder la question avec votre partenaire, essayez de lui en parler.
Il n’y a pas de honte à avoir. Cela peut arriver à tout le monde et il ne s’agit pas d’un manque d’hygiène. Les glandes du corps humain peuvent tout simplement facilement se boucher.

Bartholinite : les causes

Deux femmes sur 100 pourraient connaître une bartholinite au cours de leur vie. Ce trouble gynécologique concerne plus particulièrement les femmes entre 20 et 29 ans qui n’ont pas eu d’enfant, ainsi que les femmes diabétiques.
Mais qu’est-ce qui cause la bartholinite au juste ?

Les causes directes de la bartholinite

On parle de causes directes à la bartholinite lorsque celle-ci se développent suite à la présence d’un germe. Cela peut donc être une infection vaginale, mais aussi une infection digestive (entérobactéries, entérocoque, l’Escherichia coli, etc.). Il peut ainsi s’agir :

  • Des rapports sexuels non protégés qui entraînent des maladies ou infections sexuellement transmissibles. Elles représentent alors une source d’entrée infectieuse pour le développement de la bartholinite.
  • Une infection vaginale avec l’obturation du canal excréteur d’une des glandes.
  • Des troubles du microbiote intestinal. Une modification de la flore intestinale qui peut engendrer des infections et conduire à une migration des germes.
  • L’épisiotomie (incision du périnée lors de l’accouchement), qui représente un risque d’infection.
  • Un rapport avec le cycle hormonal : la bartholinite apparaît parfois quelques jours avant les règles.

Qu’en est-il des causes indirectes de la bartholinite ?

Il se peut que vous ne vous reconnaissiez dans aucune de ces causes mentionnées à l’instant. Et pourtant, vous pouvez tout de même souffrir d’une bartholinite.
C’est parce que d’autres facteurs, plus insidieux, peuvent provoquer des inflammations à terme. Dans le cas de la bartholinite, il est probablement question de votre intimité.

Traumatismes physiques ou émotionnels

Des traumatismes physiques ou émotionnels peuvent générer un stress particulièrement important pour vous. Qui se répercute parfois des années plus tard, comme une bombe à retardement. En effet que le stress, lorsqu’il est important, chronique ou répété, peut provoquer un phénomène inflammatoire, propice aux infections.
Un traumatisme physique, comme un accouchement instrumentalisé ou difficile, des violences obstétricales ou gynécologiques ou encore un viol, peuvent entraîner un traumatisme émotionnel. Qui devient alors source de stress.

La mémoire du corps

Néanmoins, tous les traumatismes émotionnels ne prennent pas racine dans un traumatisme physique. Certaines phases et situations de vie comme une rupture ou encore un parcours de PMA difficile peuvent être vécus comme des traumatismes émotionnels. Le corps garde en mémoire alors ces traumatismes et l’exprime par différents maux.
Vous pouvez retrouver ici le témoignage d’Anya Tsai, qui a cumulé les problèmes gynécologiques des années durant sans en comprendre l’origine véritable. Elle y raconte ici comment un ancien traumatisme, et notamment un viol passé, a eu des répercussions sur sa santé.

Bartholinite : que faire ?

Si vous souffrez d’une douleur au niveau du vagin ou encore constatez une boule au niveau de la vulve, consultez votre médecin traitant ou gynécologue.

Il est important de réagir vite face à ces signes afin d’éviter les complications.

Diagnostic de la bartholinite

Votre médecin procède d’abord à un diagnostic en se basant sur la description de vos symptômes. Puis il vous examine ensuite.
Dans le cas d’une bartholinite, le médecin identifie à l’examen une tuméfaction (ou boule) douloureuse et lancinante d’un côté de la vulve. Cette tuméfaction possède un aspect rouge et chaud.

À la recherche du germe à incriminer

Un examen bactériologique peut être fait pour identifier le germe responsable. Il est généralement réalisé sur des personnes qui comportent un risque d’être exposées à des maladies sexuellement transmissibles (syphilis, HIV, hépatite C, etc.)
Dans certains cas, des examens complémentaires peuvent être nécessaires.

Diagnostic différentiel

Votre médecin s’assure aussi qu’il n’existe pas une autre pathologie provoquant une infection de la zone de la vulve. Il peut par exemple s’agir d’un kyste pilonidal, une infection du bulbe d’un poil.

Bartholinite : quel traitement ?

Le traitement repose essentiellement sur des antibiotiques et des anti-inflammatoires.
Lorsque le traitement médicamenteux ne suffit pas, le recours à l’incision et au drainage de l’abcès peut être nécessaire. Dans certains cas, le chirurgien peut aussi conseiller le retrait total de la glande de Bartholin.
Il est important de souligner ici que sans traitement, l’abcès peut se compliquer et évoluer vers un abcès du périnée. Notez aussi qu’un drainage chirurgical de l’abcès n’exclut pas le risque de récidive.
Les points mentionnés ci-dessus restent à aborder directement avec votre médecin traitant. Nous, on se charge de vous parler du traitement naturel de la bartholinite. Et plus particulièrement de l’apport de l’ostéopathie dans la prise en charge de ce trouble gynécologique.

Traitement naturel de la bartholinite : la place de l’ostéopathie

Avant d’entrer en détails sur les actions de l’ostéopathe pour soulager naturellement la bartholinite, il nous faut souligner quelques points.

Un travail en synergie

Premièrement, l’ostéopathie ne vient pas en remplacement du traitement donné par votre médecin. Votre ostéopathe agit en parallèle du parcours de soin et de la prise en charge médicale.

Des soins exclusivement externes

Tout le travail de votre ostéopathe se fait de manière externe. En aucun cas votre ostéopathe ne peut effectuer de toucher vaginal. D’une part car il n’est pas habilité à le faire. Mais aussi car l’ostéopathe est capable de travailler à distance, d’agir sur certains organes et structures en les travaillant…. « de loin ».

L’approche de l’ostéopathie

L’ostéopathe vous accompagne donc dans la prise en charge de la bartholinite, mais aussi dans la prévention de la récidive. Son action douce et naturelle permet d’aider votre corps à lutter contre ses propres bactéries, à le renforcer en somme.

Il s’agit également de s’adapter à chacune. Chaque femme et chaque corps est différent et qu’il s’agisse de votre première bartholinite, d’une récidive, que vous ayez été opérée ou encore que vous soyez enceinte, la consultation chez l’ostéopathe est toute conseillée.

Même en période de crise, l’ostéopathe peut intervenir pour vous aider à soulager vos douleurs et permettre une action efficace du traitement prescrit par votre médecin.

Combien de consultations ?

Plusieurs séances sont généralement nécessaires lorsqu’il s’agit de soigner une bartholinite. L’action de votre ostéopathe s’inscrit en effet dans la durée. Car au-delà d’une inflammation locale, c’est tout votre organisme qui peut être en difficulté pour se défendre.

Un microbiote moins perturbé

Lorsque l’on parle de microbiote, il s’agit bien souvent de microbiote intestinal. Soit la foule de micro-organismes que l’on retrouve dans le système gastro-intestinal, aussi appelé flore intestinale.
Mais saviez-vous que le microbiote se retrouve également dans différents endroits du corps ? Comme l’appareil urinaire ou encore le vagin et qu’un dysfonctionnement de l’un peut avoir un impact sur l’autre ?
C’est la raison pour laquelle votre ostéopathe ne s’intéresse pas uniquement à votre microbiote intestinal. Explications.

Le microbiote intestinal

Le microbiote intestinal est donc l’ensemble des organismes bactériens, des champignons, etc. situés dans votre intestin. Ce microbiote intervient dans la digestion bien sûr, mais aussi dans l’immunité car il participe à vous défendre des agressions extérieures.
Seulement, il arrive parfois que ce microbiote se retrouve perturbé au niveau de l’intestin, dans certaines affections notamment. Les bactéries de l’intestin peuvent alors migrer ici et là dans votre organisme et développer des foyers infectieux. Les bactéries n’étant pas là où elles devraient être.
C’est ainsi qu’une perturbation du microbiote intestinal peut entraîner l’apparition de troubles gynécologiques, et en l’occurrence ici, une bartholinite.

Le microbiote vaginal

Le microbiote vaginal intervient également dans le système de défense par la présence de bactéries, de champignons etc. Ici aussi, si vous souffrez d’une perturbation du microbiote, cela peut venir créer un terrain propice aux infections (infections urinaires, gynécologiques), comme le développement d’une bartholinite.

Le lien entre le microbiote vaginal et intestinal

Une perturbation du microbiote intestinal peut aussi entraîner une perturbation du microbiote vaginal via la migration de bactéries. Se développe alors un terrain propice aux infections. Une perturbation qui entraine à son tour l’apparition de troubles gynécologiques, comme les infections urinaires. Ou encore, vous vous en serez douté, la bartholinite.

Microbiote et ostéopathie

La question est donc de savoir si l’ostéopathe peut avoir une action sur votre microbiote, mais aussi et surtout, comment ?
L’ostéopathe peut en effet agir sur votre microbiote en travaillant sur les différentes structures qui le renferment. Il s’agit donc de se pencher sur vos intestins et leurs membranes renfermant les vaisseaux, votre périnée et votre bassin afin de s’assurer de leur bonne mobilité et de leur bonne fonction. Toujours avec des techniques externes.
Cela a pour but de soutenir votre système immunitaire pour l’aider dans sa lutte, de lui donner un coup de pouce. Ce travail permet aussi d’améliorer la réponse immunitaire en favorisant un retour veineux et une circulation lymphatique optimale. Tous deux essentiels au bon acheminement des anticorps.

Un système hormonal mieux régulé

Nous l’avons vu, les glandes de Bartholin sont hormono-dépendantes. Vous comprendrez donc qu’une perturbation du système hormonal peut entraîner un trouble du fonctionnement de ces glandes, alors plus exposées aux infections.
L’ostéopathe peut venir vérifier la bonne fonction des différentes glandes sécrétant les hormones comme votre thyroïde ou encore vos surrénales. Le but ? Réguler les sécrétions hormonales et (re)trouver un équilibre.

Un réseau lymphatique et veineux fonctionnel

Votre système lymphatique permet d’acheminer les cellules immunitaires​ dans tout votre corps et d’activer la ​réponse immunitaire​ lors d’une infection.
Ce système opère notamment grâce au mouvement de votre corps et à la contraction de vos muscles. Et ce réseau fonctionne avec le réseau veineux avec lequel il va acheminer les déchets produits par vos cellules.
Dans certaines zones de votre corps, comme au niveau de votre bassin ou de votre périnée, ces systèmes peuvent se retrouver en tension. Ou encore être comprimés.
Le travail de votre ostéopathe consiste donc à identifier ces éventuelles tensions et libérer les structures comprimant les vaisseaux. Cela permet d’améliorer le travail d’acheminement des anticorps et d’optimiser l’évacuation des déchets.
L’ostéopathe travaille également ici sur le drainage veineux et lymphatique, tous deux indispensables au bon fonctionnement de votre système immunitaire.

Bartholinite et grossesse

La grossesse est une période souvent chargée émotionnellement. Pour certaines futures mamans, viennent s’ajouter des désagréments et troubles physiques. On les appelle communément les “maux de grossesse”.
Certains de ces maux peuvent fortement perturber votre quotidien et c’est notamment le cas de la bartholinite. Douleur, démangeaisons et inconfort s’ajoutent à un équilibre parfois difficile à trouver physiquement lors de sa grossesse.
L’ostéopathe spécialisé dans le suivi de la femme enceinte intervient tout au long de la grossesse, par des techniques douces visant à :
réguler votre système hormonal,
soulager vos troubles digestifs, urinaires, vasculaires,
tout en ayant aussi une action sur le plan articulaire.
Consulter un ostéopathe durant la grossesse et après l’accouchement, c’est redonner à son corps les conditions optimales pour prévenir les infections.

Et après l’opération de la bartholinite ?

L’opération de la bartholinite consiste en l’incision du kyste afin de le drainer. Ou encore, parfois, au retrait de la glande de Bartholin. Cette opération peut comporter quelques suites qui peuvent être désagréables à vivre.

Évacuer les substances anesthésiantes

La première étape, c’est de vous aider à vous remettre de votre anesthésie. Votre ostéopathe peut vous accompagner dans votre récupération. Il s’agit ici d’effectuer un travail doux de drainage de votre organisme pour l’aider à évacuer les substances anesthésiantes.

Notez au passage que cette action de drainage prévient aussi l’apparition d’œdèmes et vous aide à réduire votre fatigue post-opératoire.

Réduire les tensions

La cicatrice laissée par l’opération peut venir impacter la mobilité des tissus vaginaux. Peuvent alors en résulter des gènes pour aller aux toilettes, pour marcher, un inconfort dans les sous-vêtements ou encore lors des rapports intimes.
Votre microbiote vaginal, dont l’équilibre est particulièrement important se retrouve également perturbé par l’opération et les traitements antibiotiques reçus.
L’ostéopathe attache alors une importance particulière à améliorer le confort intime. Il travaille sur les tensions éventuelles retrouvée sur le périnée, la vessie, le bassin, le sacrum ou encore les lombaires. Encore une fois, toujours par un travail externe. Le but sera également ici d’aider à réguler votre microbiote.

Les conseils de l’ostéopathe

Afin de prévenir l’apparition d’une bartholinite :

  • privilégiez les sous-vêtements en coton bio
  • essuyez-vous de l’avant vers l’arrière lorsque vous allez aux toilettes, afin d’éviter la migration de bactéries de l’anus vers la vulve.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste de la sphère gynécologique. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Join the discussion 2 Comments

  • Sanou Gnireba Diata dit :

    Salut J’ai une enflure au niveau de la vulve des grandes levres du vagin qui ne démange pas pour le moment et n’est pas non plus chaud et rougeâtre comme les symptômes de la bartholinite j’aimerais savoir de quelle anomalie il sagit et que faire lutter contre cela

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.
      Nous conseillons à nos patientes de consulter leur médecin afin de poser un diagnostic. Nous ne sommes pas en mesure de le faire.

      Cordialement

      L’équipe du Cabinet B ostéopathie

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.