0% lus

Bébés et réseaux sociaux

Alors que depuis quelques semaines circulent une chaîne intitulée “si tu es fière de tes enfants, postes 3 photos et nomines 10 de tes amies pour faire pareil”, la question de l’image des enfants sur les réseaux sociaux avec ses risques potentiels refait surface.

Si chacun d’entre nous aime l’idée de partager un instant de bonheur sur Facebook, qu’en est-il d’afficher la trombine de nos petits ?

Pour ou contre publier régulièrement ou non des photos montrant et démontrant à quel point nos bambins sont beaux, débrouillards et souriants ? À vos claviers, je lance le débat !

Une question de droit à l’image

Jusqu’à présent il était plutôt question d’évoquer les dangers liés à la publication publique de photos d’enfants. Le risque étant que l’image postée soit récupérée par des personnes ou des sites malveillants. Désormais, on parle de conséquences juridiques en invoquant le droit à l’image et le respect de la vie privée (Article 9 du Code Civil*).

La raison qui est mise en avant est que nos jeunes ados en devenir (oui oui, il parait que nos bébés tout potelés vont grandir !) n’aient pas envie de retrouver sur la toile des photos les montrant petits, édentés et du chocolat éparpillé partout sur le visage (ou comment prévenir une crise d’adolescence démesurée) !

Si l’idée de départ nous apparaît complètement légitime (nous-même on a déjà demandé à un ami de supprimer une photo de nous qui nous montrerait sous un mauvais jour ou aussi appelée “photo dossier”), en tant que jeunes parents aveuglés par nos merveilles on ne pense (malheureusement ?) pas à tout ça !

C’est en ce sens que la Gendarmerie Nationale à travers son compte Facebook a récemment sensibilisé les parents connectés en concluant “ (…) Parfois, les bons moments méritent d’être « juste » partagés dans la vraie vie !”
Maintenant que le débat est lancé, Facebook s’en mêle et serait en train de réfléchir à l’apparition d’une notification d’alerte destinée aux parents lorsqu’ils souhaitent publier une photo de leurs enfants. Le but recherché est que les parents y pensent à deux fois avant de cliquer sur “publier”. C’est en tout cas ce qu’aurait annoncé lors d’une conférence le Vice-Président de l’ingénierie Facebook, Jay Parikh, en novembre dernier. Cette idée n’est qu’au stade de projet car jusqu’alors rien n’apparaîtrait.

photo bébé facebook gendarmerie
bébé réseaux sociaux photo facebook

Maintenant qu’on sait ça, que penser, que faire ?

Sans tomber dans la paranoïa, devons-nous arrêter de poster des photos sur Facebook ou devons-nous continuer à le faire? Ou au contraire, devons-nous continuer à ne pas le faire ?
Chacun y va de son expérience personnelle. Entre ceux qui ont un cercle Facebook très minime et qui limitent l’accès à leurs “amis” très proches, ceux qui n’en publient qu’une de temps en temps, ceux qui ont de la famille loin et qui veulent montrer l’évolution de leur progéniture…

Résultat, on voit de tout : des parents qui publient une photo quotidienne de leur mini-eux et ceux dont on apprend qu’ils sont devenus parents au détour d’une phrase, d’un commentaire sans rapport.

Personnellement, je ne suis pas très portée sur le fait de diffuser des photos de ma puce sur les réseaux sociaux… On ne va pas se mentir, j’ai déjà posté une ou deux photos où elle apparaît. Notamment pour annoncer sa venue au monde.
Ceci étant je ne le fais pas régulièrement, au même titre d’ailleurs que je ne poste pas plus de photo de moi.
Je suis donc assez partagée sur le sujet.

Aussi parce qu’en dehors des réseaux sociaux et publics, on peut faire le choix de n’envoyer des photos que par mails, via des réseaux privés (comme Google Drive, Picassa, WeTransfer…), par textos ou encore se tourner vers la bonne vieille méthode de l’album photo papier !

Mais pour compléter le raisonnement, on peut dire qu’il est facile de toujours fustiger les réseaux sociaux (encore et toujours) alors qu’avant même leur apparition, des parents utilisaient déjà des photos de leurs bambins sans leur consentement. On s’entend que les publicités Pampers ne sont pas tournées 18 ans à l’avance pour attendre le consentement de l’enfant qui apparaît fièrement dans sa couche anti-fuites!
Autre exemple, je viens d’acheter un livre de recettes pour bébés (le temps des purées s’annonce, on en reparlera!) et l’auteure a agrémenté son bouquin de photos de ses petits bouts (en train de manger bien entendu!).
N’y a-t-il pas, là aussi et comme sur les réseaux, un risque, un danger à cela ?
Je m’interroge.

Alors les parents, pour ou contre poster des photos de nos bambins sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest et autres que je ne connais pas !) ?

bébé réseaux sociaux photo facebook instagram

(*) Article 9 du Code Civil: « Chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges peuvent, sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures, telles que séquestre, saisie et autres, propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à l’intimité de la vie privée : ces mesures peuvent, s’il y a urgence, être ordonnées en référé. »).

Au plaisir !

roxane signature

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes spécialistes de la périnatalité

Roxane

Author Roxane

Billets d'une jeune maman (mais pas que) toulousaine, expatriée à Montréal, finalement revenue dans la ville rose.

More posts by Roxane

Join the discussion One Comment

  • Clarisse dit :

    Pour ma part, j’ai fait le choix de ne rien poster sur internet, en tout cas sur les réseaux sociaux. Bien à vous, Clarisse.

Leave a Reply