0% lus

Devenir parent, c’est faire face à de nombreux moments de joie, c’est assister aux premiers instants de vie de bébé et le regarder se développer avec des yeux remplis d’amour.

Mais devenir parent, c’est aussi beaucoup de sentiments mélangés, de doutes, d’appréhensions et de questions. Tant de choses à savoir sur le corps et le développement de ce petit humain !

Et voilà qu’un jour, en le portant ou en tenant son crâne pour le calmer, vous remarquez que l’arrière de sa tête est relativement plat et vous n’avez pas le souvenir qu’il ait eu cette forme à la naissance.

Il s’agit très certainement de brachycéphalie, également appelé syndrome de la tête plate. Il faut savoir que presque un bébé sur deux présente une ​déformation crânienne entre 7 et 14 semaines. Seulement, les brachycéphalies non traitées peuvent entraîner des troubles auditifs, visuels (entre autres) en plus des troubles esthétiques chez votre enfant.

Alors comment identifier cette pathologie chez votre bébé ? Qu’est-ce qui cause la brachycéphalie ? Quels gestes adopter en tant que parent et qui consulter ? L’ostéopathie permet-elle de pallier à ce trouble à elle seule ? Les réponses ici.

Identifier la brachycéphalie chez bébé

On l’appelle brachycéphalie ou encore syndrome de la tête plate. Cette pathologie est caractérisée par un aplatissement de tout l’arrière du crâne de bébé, un front avancé, ainsi qu’une boîte crânienne montant vers l’arrière. Vous pourriez notamment remarquer que le crâne de votre bébé, vu du dessus, adopte une forme presque triangulaire.

Ce type de déformation du crâne chez le bébé arrive généralement dans ses premières semaines ou mois de vie.

« Mon bébé à la tête déformée »

À la naissance les os du crâne de votre chérubin sont un peu comme de la pâte à modeler : assez durs pour protéger l’élément vital qu’est son cerveau, mais assez malléables pour permettre le bon développement de celui-ci.

Du fait donc de sa malléabilité, il est assez fréquent que le crâne du nourrisson adopte une forme « anormale ». Il peut s’agir de l’arrière du crâne plat, mais aussi d’un des côtés. On parlera alors de plagiocéphalie.

Quelle est la différence entre une brachycéphalie et une plagiocéphalie ?

La brachycéphalie et la plagiocéphalie sont toutes deux des déformations crâniennes apparaissant chez le bébé durant la grossesse ou dans les premières semaines de vie.
Si la brachycéphalie correspond à un aplatissement de l’arrière du crâne, la ​plagiocéphalie, elle, est une ​déformation crânienne​ caractérisée par un ​aplatissement ​asymétrique, sur l’arrière ou sur le côté de la tête de bébé.

brachycéphalie plagiocéphalie différence schéma

Brachycéphalie : quels sont les risques pour bébé ?

On pourrait penser en premier lieu au caractère inesthétique de ce trouble. Et cela est tout à fait normal, il n’y a rien de superficiel à vouloir que son bébé ait un crâne qui se développe « normalement » et personne ne vous blâmera pour cela.

Il est cependant à noter qu’une brachycéphalie non traitée peut entraîner d’autres troubles (autres qu’esthétiques). Votre enfant pourrait en effet souffrir à terme de troubles auditifs et de troubles visuels.

Pourquoi ? Car cette zone concerne l’os occipital, un os en relation directe avec l’aire auditive et visuelle du cerveau. Cela peut également avoir une incidence sur l’apparition d’otites à répétition et peut générer des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM), à savoir de la mâchoire.

Avant d’aborder les solutions actuelles pour traiter la brachycéphalie chez le bébé, il convient d’abord de comprendre ce qui peut causer ce syndrome de la tête plate.

Les causes d’une brachycéphalie chez le bébé

Nombreux sont les parents qui se demandent si cette déformation crânienne est due à de mauvais gestes de leur part, si elle aurait pu être évitée.

Et si la première cause est une position prolongée de bébé sur le dos sans bouger (avec une prévalence plus importante chez le petit garçon, qui lui bouge moins qu’une petite fille), d’autres causes sont mises en avant dans la brachycéphalie :

  • La position du bébé dans le canal pelvien plusieurs semaines avant l’accouchement créant un appui important sur son crâne
  • Une grossesse multiple (jumeaux, triplés, etc.) peut aussi être en cause (vos progénitures avaient moins de place in utéro pour se développer)
  • Un accouchement où l’utilisation d’instruments comme les spatules fut nécessaire. Ces instruments peuvent en effet créer un appui important sur la tête de bébé et donc une déformation de l’arrière du crâne
  • Une naissance prématurée (car le crâne du nourrisson n’est pas entièrement formé et présente une malléabilité plus importante qu’au terme)
  • Un facteur génétique (un parent proche a également souffert de brachycéphalie)
  • Une hypotonie (un manque de tonus musculaire)

Notez que dans le cas d’une ​plagiocéphalie, un torticolis congénital peut être à l’origine de cette déformation asymétrique du crâne de votre bébé.

Est-ce que tous les bébés peuvent souffrir du syndrome de la tête plate ?

Il s’agit d’une pathologie assez fréquente et l’on estime qu’entre 7 et 14 semaines de vie, 46 % des bébés présentent une ​déformation crânienne.

Syndrome de la tête plate chez le bébé, que faire ?

En général, vous serez le premier, en tant que parent, à remarquer la déformation du crâne de votre progéniture. Il vous faudra alors l’emmener chez votre pédiatre afin que ce dernier confirme le diagnostic.

Le diagnostic de la brachycéphalie

Pour mesurer l’indice de la brachycéphalie il existe un ratio crânien que l’on appelle indice céphalique (calculé de la sorte : largeur/profondeur x100). L’indice céphalique moyen pour un homme se situe à 77,9% et pour une femme à 78,4%.
Votre pédiatre se basera sur ces indices pour déterminer la sévérité de la brachycéphalie chez votre bébé.

Brachycéphalie légère

L’indice se situe entre 83 et 88 % il s’agit alors d’une brachycéphalie légère (+1DS)*.
Ici, on remarque un début d’aplatissement de l’arrière du crâne, la perte de la courbure ronde du crâne et les premiers signes d’aplatissement des occiputs (la partie inférieure de la tête).

Brachycéphalie modérée

Quand l’indice se situe entre 88 et 93% on parle alors de brachycéphalie modérée (+2DS).
Ici, l’arrière de la tête est de plus en plus plat, avec une perte de la visibilité quasi-totale ou totale des occiputs, le front de bébé est en avant et le crâne commence à remonter vers l’arrière. Ici, on remarque nettement l’aplatissement de l’arrière de la tête de bébé et l’avant de son crâne est moins large que l’arrière, lui conférant alors une forme de trapèze.

Brachycéphalie sévère

Quand l’indice calculé est supérieur à 93% il s’agit alors de brachycéphalie sévère (+3DS). Ici, la petite tête de bébé est entièrement plate à l’arrière et les occiputs ne sont plus visibles. Le front est en avant, et son visage est nettement plus étroit que l’arrière de son crâne, lui très large.

Brachycéphalie chez le bébé : il faut réagir vite

Nous nous devons ici de venir casser une croyance populaire qui dit que la brachycéphalie s’arrange seule, avec le temps.

Bien que la brachycéphalie chez le bébé puisse parfois se résoudre seule en effet, c’est rarement le cas et nous vous conseillons vivement de consulter votre pédiatre le plus tôt possible, qui lui vous orientera vers le spécialiste adapté.

Et surtout n’attendez pas ! Sur ses premières semaines et premiers mois de vie, le crâne de bébé reste encore relativement malléable, permettant de corriger « facilement » sa forme. N’attendez donc pas l’amélioration spontanée de sa brachycéphalie avant de consulter.

Brachycéphalie chez le bébé : qui consulter ?

Suivant le degré la brachycéphalie, votre pédiatre vous orientera vers un kinésithérapeute ou un ostéopathe.

L’ostéopathie se trouve être en effet une médecine douce et alternative efficace dans le traitement de la brachycéphalie chez le bébé.

L’ostéopathe pourra, par des manipulations douces, redonner une bonne mobilité à votre chérubin et lui permettre un développement psychomoteur optimal. Mais ce n’est pas tout, le praticien sera aussi à même de venir identifier un quelconque autre trouble comme une dysplasie de la hanche.

Quoi qu’il en soit et comme précédemment énoncé, plus la prise en charge de bébé est faite de manière précoce plus les résultats seront concluants. Il est à noter cependant que plusieurs séances sont nécessaires pour la prise en charge d’une brachycéphalie en ostéopathie.

brachycéphalie bébé ostéopathie

Brachycéphalie chez le bébé : que fait l’ostéopathe ?

Le 1er soin détermine le schéma de travail à mettre en oeuvre

Le travail en ostéopathie s’organisera de manière à travailler les os de la tête et tout dysfonctionnement dans le corps ayant un lien possible avec l’évolution de la déformation crânienne.

Le premier soin fera un bilan de l’état des lieux :

 

  • Depuis quand le crâne tend à se déformer ?
  • A quel point est-il déformé ?
  • Où en est la mobilité crânio-cervicale de bébé, ainsi que sa mobilité rachidienne ?
  • Y a t-il d’autres symptômes, ne semblant pas montrer de lien direct avec la brachycéphalie? (régurgitations, diarrhées, constipations, hoquet, insomnie, etc.)

Combien de séances sont nécessaires ?

Comme souvent, il est difficile de répondre à cette question sans recevoir votre enfant en consultation. Voici quelques repères pour mieux comprendre la notion de suivi dans le traitement de la brachycéphalie.

La complémentarité du travail avec le kinésithérapeute permettra souvent de voir une amélioration plus rapide, et donc d’espacer les consultations d’ostéopathie. Nous reviendrons sur la complémentarité de ces 2 pratiques par la suite.

Le travail et l’évolution crânienne prendra généralement 1 à 3 soins sur une période d’environ un à deux mois.
Ce premier travail sera ensuite suivi sur 3 à 6 mois pour les brachycéphalies prises en charge dans les premiers mois de vie de l’enfant.
Passé l’âge de 6 mois, et une fois le travail précédent effectué, les rendez-vous seront espacés de plusieurs mois afin de consolider les acquis et de prévenir l’apparition de déformations nouvelles.

Un travail sur les sutures crâniennes

Votre ostéopathe effectuera un travail exhaustif de libération des sutures crâniennes.
Pour ce faire, le praticien vient travailler sur chaque os du crâne de bébé pour regagner en mobilité et travailler sur la forme de l’os en lui-même.
Le praticien emploie pour cela une technique intra osseuse consistant en un appui doux venant aider l’os à retrouver sa forme. Plus simplement il s’agit de contacts très légers au niveau de la tête de votre bébé.
Le 1er objectif sera que la mobilité crânienne soit parfaite afin de pouvoir travailler plus en profondeur par la suite.
Chose assez déroutante pour vous parent, il arrive parfois qu’on observe une augmentation temporaire du degré de brachiocéphalie par le regain de mobilité des os de la tête pour lequel nous avons justement travaillé.

Le travail du rachis, crâne compris, ayant pour but de libérer toutes les tensions pouvant s’exercer sur le crâne.
Le travail du rachis se fait par de légers mouvements exercés au niveau de la colonne, et le réajustement des vertèbres par des positionnements de faibles amplitudes du tronc de l’enfant, ou bien directement au niveau de la vertèbre travaillée.
Ce travail constitue en réalité le travail de fond des soins d’ostéopathie, car sans lui l’évolution de la forme du crâne de l’enfant risque de ne pas s’améliorer.

L’ostéopathe aura alors pour but de soigner aussi au mieux tous ces symptômes “périphériques/secondaires” car ils peuvent affaiblir le nourrisson et ralentir la récupération de sa brachycéphalie.

Ostéopathie et kinésithérapie : comment travailler en synergie ?

L’accompagnement en kinésithérapie s’avère souvent intéressant.

Beaucoup de bébés brachycéphales ont leur colonne vertébrale et des membres supérieurs et inférieurs (bras et jambes) raides. Le kinésithérapeute travaillera notamment à diminuer ces raideurs pour une meilleure amplitude de mouvement.
Le travail du kinésithérapeute et celui de l’ostéopathe s’associent alors très bien.

En parallèle, il est important que vous jouiez avec votre bébé. Cela peut sembler trivial, pourtant en jouant vous favorisez son éveil à tous les mouvements possibles des bras (des poignets jusqu’aux épaules), des jambes (des pieds jusqu’aux hanches) et de la tête et du cou : aussi bien du côté de la rotation facilité que de l’autre.
Ce faisant, vous allez grandement agrémenter le travail de rééducation du kinésithérapeute.

Le casque est-il obligatoire ?

Il arrive fréquemment qu’une fois passé un an, il soit conseillé aux parent d’enfant ayant une brachycéphalie de porter une orthèse crânienne appelée plus couramment “casque”.
S’il n’est pas obligatoire de porter un casque pour noter des améliorations nous vous conseillons de suivre les conseils de votre pédiatre, et de lui demander de travailler en synergie avec votre kiné et ostéo.

Le travail se limite-t-il au crâne ?

En ostéopathie nous considérons que beaucoup d’éléments sont mis en jeux dans le développement équilibré de la tête.

C’est pourquoi votre ostéopathe regarde votre enfant dans son entier, et pour commencer avec une attention particulière à la colonne vertébrale : coccyx, bassin, lombaires, dorsales, cervicales, os du crâne et os de la face.

En effet, chez le tout petit comme chez l’adulte une structure bloquée peut impliquer des tensions à l’autre bout du corps.
C’est ainsi que selon les structures évaluées dysfonctionnelles, comprenez qui ne fonctionnent pas correctement, votre ostéopathe soignera tout ce qui y sera en lien et pourra être aussi bien amené à soigner la jambe de votre bébé, que son estomac par exemple.

Au final, l’ostéopathe accorde une attention particulière à toutes les zones de tension pouvant être à l’origine de la déformation crânienne ou d’un inconfort chez votre bébé. Il permettra aussi à votre enfant de pouvoir mieux tourner sa petite tête.

Bébé et ostéopathie : Est-ce que mon bébé aura mal durant les séances ?

Voici un questionnement tout à fait justifié. Son petit corps semble si fragile et malléable ! Mais ne vous inquiétez pas, un ostéopathe spécialisé procède à des manipulations douces et indolores pour votre bébé.

Vous pouvez d’ailleurs emmener votre bout de chou chez un ostéopathe dès sa naissance ! N’oubliez pas que plus l’identification et la prise en charge de la brachycéphalie est rapide, meilleurs sont les résultats.

Les risques d’une prise en charge tardive

Suivant le stade et le degré d’amélioration de la brachycéphalie, le port permanent d’une orthèse crânienne peut être prescrit. Il s’agit d’un casque pour bébé qu’il devra porter de façon permanente (22h sur 24), y compris la nuit, ce qui n’arrange pas forcément ses éventuels troubles du sommeil.

C’est un traitement relativement effrayant pour les parents, et qu’on se le dise, le casque pour bébé à tête plate est assez onéreux et non pris en charge par la sécurité sociale.

Le port du casque chez bébé est d’ailleurs controversé et peu nombreux sont les professionnels de la santé qui tombent d’accord sur son efficacité. Le port d’une orthèse crânienne doit cependant être directement discuté avec votre pédiatre, nous ne pouvons ici que vous répéter de réagir rapidement afin d’éviter que la brachycéphalie ne s’aggrave et ainsi éviter que votre bébé porte un casque.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge de la brachycéphalie chez le bébé

Malgré une prise en charge précoce et un champ d’action large, l’ostéopathie rencontre certaines limites.

En effet, lors de cas de sténose crânienne (lorsque certaines sutures se soudent entre elles), une intervention chirurgicale peut être nécessaire. L’ostéopathe a tout de même sa place après l’opération car il pourra travailler à améliorer la cicatrisation et faire un travail de relâchement à distance pour améliorer le confort de bébé.

Nos conseils pour prévenir la brachycéphalie chez le bébé

  • Consultez un ostéopathe dès les premières semaines de vie de bébé pour identifier tout déséquilibre ou asymétrie.
  • Évitez le contact prolongé de son petit crâne malléable sur une surface dure.
  • Veillez à changer de bras et à alterner les positions de bébé quand vous le portez, lorsque vous allaitez, lui donnez le biberon, etc.
  • Pensez à accrocher un joli mobile au-dessus de son lit, cela peut l’inciter à bouger sa tête.
  • Veillez à positionner bébé sur le ventre plusieurs fois par jour lorsqu’il est éveillé (attention, exclusivement quand il est sous surveillance et en présence d’un adulte).

*(DS = Déviation standard / 1DS = 5%)

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du bébé et nourrisson

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply