0% lus

Votre quotidien implique un grand nombre de mouvements répétés ou d’entraînements intensifs et vous souffrez d’une enflure, une tuméfaction rouge, particulièrement douloureuse à l’intérieur ou autour d’une articulation ?

Peut-être s’agit-il d’une bursite ! Ce trouble se retrouve essentiellement au niveau des articulations des coudes, des épaules et des hanches. Mais la bursite se développe aussi fréquemment au niveau des genoux, peut-être avez-vous d’ailleurs déjà entendu parler de la maladie des carreleurs ?

On appelle également ce trouble hygroma et il s’agit, pour faire simple, de l’inflammation des bourses servant de protection à vos articulations.

Découvrez dans cet article comment reconnaître une bursite et la différencier d’une tendinite, les causes à l’origine de cette inflammation, les personnes à risque et les manières de soigner la bursite naturellement avec l’ostéopathie.

Bursite : définition

La bursite est une inflammation douloureuse d’une bourse séreuse. Et l’on trouve un grand nombre de ces bourses un petit peu partout dans le corps.

Il s’agit de petites poches contenant un liquide appelé synovie. Elles permettent de favoriser le glissement de la peau, des muscles, des tendons et des ligaments contre les os. Ces bourses séreuses agissent comme de petits coussinets entre deux structures.
Également appelée hygroma, il s’agit d’un trouble pouvant se manifester de manière aiguë ou chronique.

Bursite : les symptômes

​Bien que la localisation la plus fréquente de la bursite soit l’épaule ou le genou, les bourses séreuses des coudes, des hanches, du bassin, des orteils et des talons sont elles aussi souvent touchées.
Vous pourriez remarquer alors sur l’une de ces zones que la peau devient tendue, rouge, chaude et douloureuse. La douleur ressentie augmente généralement lors de mouvements ou encore d’une pression au niveau de la zone impactée.

Un trouble gênant au quotidien

Certains gestes peuvent alors se retrouver sérieusement impactés par ces douleurs et la bursite peut occasionner des gênes au quotidien : s’habiller, se coiffer, se raser ou encore monter et descendre les escaliers pourrait relever du vrai défi !

Reconnaître la bursite aiguë

La bursite aiguë peut se développer en quelques heures à quelques jours. La zone enflammée est particulièrement douloureuse lors des mouvements mais aussi au toucher.
Vous pourriez aussi remarquer que la peau au-dessus des bourses séreuses apparaît comme rouge et gonflée.

Quand la bursite devient chronique

La bursite chronique peut résulter d’épisodes répétés ou persistants de bursite aiguë ou de traumatismes à répétition. Il arrive en effet parfois que les parois de la bourse séreuse s’épaississent.
Et lorsque des bourses séreuses altérées sont soumises à un exercice inhabituel ou à une tension particulière, l’inflammation aura malheureusement tendance à s’aggraver. Vos douleurs et le gonflement peuvent alors limiter vos mouvements et, de ce fait, affaiblir votre musculature.
Notez que les crises de bursite chronique peuvent s’étendre sur plusieurs mois et fréquemment récidiver !

Comment différencier une bursite d’une tendinite ?

Si une bursite est une inflammation impactant la bourse remplie de synovie se manifestant par des douleurs et une enflure, la tendinite, elle, correspond à une inflammation du tendon d’un muscle.

Dans le cas de la tendinite, la douleur augmente généralement lorsque vous contractez le muscle ou sollicitez l’articulation mise à mal. Vos amplitudes de mouvement pourraient alors, ici aussi, être réduites.

bursite ostéopathe

Quelles sont les causes de la bursite ?

La bursite est généralement causée par :

  • Une irritation liée à une sollicitation inhabituelle ou excessive
  • Un traumatisme, un geste mal exécuté ou encore une blessure directe sur la bourse (comme un coup par exemple)
  • Une pression maintenue sur la bourse (comme les carreleurs se tenant longtemps à genoux notamment)
  • La goutte, la pseudogoutte, la polyarthrite rhumatoïde ou certaines infections, en particulier celles provoquées par un staphylocoque doré.

Les facteurs favorisant les bursites

Il existe également des facteurs pouvant favoriser l’apparition d’une bursite. Il s’agit notamment de la consommation d’alcool, du diabète, ou encore d’une corticothérapie (un traitement un traitement comportant de la cortisone).

Quelle zone est généralement la plus sujette aux bursites ?

Bien que toutes les bourses du corps puissent souffrir de bursite et que les zones à risques dépendent de l’activité physique et professionnelle de chacun, il semblerait que certaines articulations soient plus exposées et susceptibles de souffrir d’une inflammation que les autres. Il s’agira, par ordre d’importance, de :

1. La bursite du genou

Elle portera divers noms médicaux suivant la bourse impactée, de la bursite pré-patellaire à bursite infra-patellaire, entre autres (on ne compte pas moins de 5 cinq bourses autour du genou !)

La bursite du genou est celle ayant donné naissance au terme “maladie du carreleur”. Ces derniers, du fait de leur agenouillement prolongé, sont particulièrement touchés ! On compte aussi les métiers comme les techniciens de surface, les jardiniers, les couvreurs, mais c’est aussi une bursite impactant les sportifs et particulièrement les coureurs.

Chez les plus jeunes, il semblerait que la maladie d’Osgood-Schlatter puisse aussi être un terrain de prédisposition à l’apparition d’une bursite du genou.

2. La bursite de l’épaule

On parle ici de bursite sous-acromiale ou encore de bursite sous-deltoïdienne.

Les peintres, ravaleurs, personnes travaillant dans la construction mais aussi lanceur au baseball ou lanceur de poids sont particulièrement sujets à cette bursite du fait des mouvements fréquents avec les bras au-dessus des épaules.

3. La bursite du coude

Aussi appelée bursite olécrânienne, la bursite du coude se déclare généralement suite à des mouvements répétés du coude sur une surface (comme une table ou un bureau par exemple) ou à une sollicitation excessive du coude.

Étudiants, employés de bureau mais aussi joueur de tennis sont particulièrement exposés à la bursite du coude.

4. La bursite de la hanche

Nommée bursite trochantérienne ou encore bursite ischiatique, celle-ci semble fréquemment impacter les sportifs devant effectuer des mouvements demandant une grande amplitude de la hanche mais aussi les coureurs et randonneurs.

Elle peut également faire suite à une chirurgie de remplacement de la hanche, et pourrait aussi apparaître chez les personnes disposant une jambe légèrement plus courte que l’autre.

Enfin, veillez à ne pas croiser les jambes, cela pourrait aussi contribuer à l’apparition ou au maintien d’une bursite à la hanche !

5. La bursite du pied

La bursite du pied peut venir impacter le talon, le tendon d’Achille ou encore le gros orteil et pourrait être la conséquence de pieds plats, de pieds creux ou de marche prolongée avec des chaussures inadaptées.

La pratique de la course à pied, de la gymnastique, du tennis ou encore du basketball, peuvent également favoriser les bursites au niveau du pied.

Qui est le plus touché par la bursite ?

Les causes d’apparitions étant multiples et dépendant essentiellement des gestes effectués au quotidien, tout le monde peut être concerné par le développement d’une bursite.
Vous aurez ainsi saisi que les personnes pratiquant une activité physique (sportive ou sur le lieu de travail) impliquant un nombre important des gestes et de mouvements répétés seront plus à risque de développer une bursite.
Carreleurs, artisans travaillant à genoux, employés de bureau, coureurs, judokas, rugbymen, hockeyeurs sur glace, la liste peut être longue et personne ne semble être à l’abri de l’apparition d’une bursite !

Une prédominance masculine

Les statistiques soulèvent cependant que les hommes, âgés de 40 à 60 ans sont particulièrement touchés par les bursites, à hauteur de 80 % des hommes dans cette tranche d’âge.

Comment savoir s’il s’agit bien d’une bursite ?

Le premier diagnostic est clinique et visuel. Votre médecin viendra en premier lieu rechercher la présence de douleurs, de gonflement, etc.

Les examens complémentaires

Afin de venir appuyer le diagnostic, votre médecin peut faire analyser un échantillon du fluide circulant dans la bourse mise à mal suite à une ponction. Cela permet notamment de venir identifier une éventuelle cause infectieuse.
Une analyse sanguine ainsi qu’une IRM peuvent être effectués selon les cas.

bursite ostéopathie

Bursite et ostéopathie

Pourquoi aller voir son ostéopathe en cas de bursite ?

L’ostéopathe peut vous aider à réduire les contraintes s’exerçant sur la ou les articulations en question. Cela permettra notamment de retrouver une bonne mobilité, d’atténuer la douleur mais aussi d’éviter les récidives !
L’objectif premier d’une consultation chez l’ostéopathe pour soigner une bursite est de réduire l’inflammation et la douleur, afin que vous puissiez marcher, vous coiffer, manger et utiliser votre bras ou genou ou tout autre articulation atteinte plus confortablement.
Ce confort de vie est important pour vous, et pour la réalisation de vos gestes quotidiens, mais il est aussi nécessaire pour votre récupération. Suite au soin il faudra dans la mesure du possible mettre la zone au repos. La marche reste indiquée, néanmoins il faudra éviter les contraintes directes (comme la reprise du travail pour un carreleur par exemple).
Pour cela, l’ostéopathe usera de différentes techniques, et suivant la zone et l’articulation touchée, ses manipulations se feront aussi bien à distance de l’articulation souffrante, que directement à son contact par des techniques douces afin de diminuer à la fois l’irritation par le mouvement et l’inflamation de la zone.
Mais que fait l’ostéopathe exactement ?

Relâcher les muscles

Prenons l’exemple de la bursite du genou, lorsque votre genou est atteint à la suite de gestes répétitifs et d’appuis directement sur l’articulation (vous êtes resté à genou tout le weekend pour poser votre nouveau parquet ou carrelage par exemple).
Le genou plié et posé par l’étirement continu et maintenu des quadriceps (les muscles de la cuisse) vient contraindre les bourses séreuses aux niveau de la rotule et du tendon sous-rotulien.
Le travail de l’ostéopathe consiste alors à détendre le quadriceps et les muscles du bassin pour relâcher l’effet d’étirement et de frottement de la rotule contre le fémur, ainsi qu’à travailler en direct sur les bourses séreuses afin d’en diminuer l’inflamation.

Soulager l’inflammation par le travail de l’articulation

L’ostéopathe visera également, par des manipulations douces, à calmer l’inflammation dont vous souffrez. Il s’agira alors d’effectuer des mouvements pour mobiliser l’articulation, permettant de drainer l’inflammation. Cette manipulation se fait de manière très délicate afin d’éviter tout mouvement brusque pouvant accentuer vos douleurs.
Le travail de votre ostéopathe est également de veiller à ce que vous disposiez d’un bon retour veineux, cela facilite en effet le drainage de l’inflammation.

Identifier les causes

Lors de gestes répétitifs, il se peut qu’il y ait au préalable une dysfonction de l’articulation. Comprenez ici que le mouvement de votre articulation ne se fait pas dans son amplitude normale ou dans son axe de mouvement habituel.

Dans certains cas, la mobilité de l’articulation a peut se retrouver limitée par un ancien traumatisme. Et lorsque vous effectuez des mouvements répétés, cela peut venir créer des contraintes importantes et donner lieu à une inflammation au niveau du plan de glissement, et donc de la bourse séreuse.

Il s’agira alors ici pour votre ostéopathe de traiter non pas la conséquence (l’inflammation de la bourse) mais la cause à l’origine de cette bursite. Cause parfois très ancienne, causée par un traumatisme, par un mauvais positionnement de l’articulation ou encore par un déséquilibre musculaire.

D’ailleurs, saviez-vous qu’un léger déséquilibre au niveau de votre mâchoire peut venir impacter l’ensemble de votre posture ? Retrouvez notre article dédié au sujet : lien entre mâchoire et posture.

Traiter des causes parfois très anciennes

Vous étiez tranquillement en train de nettoyer vos gouttières lorsque vous êtes brusquement tombé de votre escabeau ? Vous vous sentiez bien et votre ancienne chute n’a pas eu de conséquence à première vue (pas d’immobilisation particulière, ni de rééducation ou de prise en charge par votre ostéopathe). Votre chute peut cependant avoir une incidence bien plus tard !

Une mauvaise chute ou un coup mal porté peuvent avoir une influence sur des zones qui participent fonctionnellement au mouvement comme les cervicales, qui par un mécanisme de défense musculaire peuvent générer des contraintes sur l’épaule.

C’est pourquoi lors d’une consultation pour une prise en charge d’une bursite (qu’il s’agisse de bursite à l’épaule, d’un hygroma du genou, de bursite de la hanche, du coude ou du pied) votre ostéopathe examinera toutes les structures en lien direct ou indirect avec votre articulation souffrante.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge des bursites

L’ostéopathie reste particulièrement efficace dans la prise en charge des bursites, quelle que soit la zone atteinte et les soins prodigués préviennent leurs récidives.

Il est cependant important de noter que lorsqu’il s’agit d’une bursite infectieuse ou encore d’une bursite apparue suite à un choc violent, une prise en charge médicale est nécessaire.

Votre ostéopathe interviendra alors en parallèle, pour venir identifier et traiter les éventuelles tensions et déséquilibres engendrés par les attitudes et positions antalgiques que vous auriez pu prendre spontanément pour limiter la douleur.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply