0% lus

Vous souffrez de picotements au niveau de la main et des doigts de la main ? D’un certain engourdissement ? Vous ressentez une douleur au niveau de votre paume et du poignet et éprouvez des difficultés à saisir ou à serrer des objets ?

Il est possible que vous souffriez de ce que l’on appelle le syndrome du canal carpien.

Quels sont les symptômes et les causes de ce trouble ? Est-il possible de soigner le canal carpien sans opération ? Quelles sont les conséquences d’un canal carpien non soigné ? Comment soulager le canal carpien naturellement ? Voici autant de questions auxquelles nous répondrons dans cet article.

Le syndrome du canal carpien, qu’est-ce que c’est au juste ?

Le syndrome du canal carpien (parfois appelé syndrome du tunnel carpien) est une atteinte qui touche à la main et au poignet. Le terme canal carpien tire d’ailleurs ses racines du grec « karpos », signifiant « jointure de la main et du bras ».

Ce syndrome est causé par l’irritation ou la compression du nerf médian, un nerf situé sur la face antérieure de l’avant-bras et de la main et qui a pour fonction principale la flexion des doigts et du poignet.

Atteinte du canal carpien : les symptômes

Douleurs et fourmillements

Le syndrome du canal carpien commence très souvent par de simples douleurs ou un engourdissement du poignet. La douleur à tendance à irradier dans le pouce, l’index, le majeur et la moitié de l’annulaire. Vous pourriez noter des fourmillements et avoir la sensation que votre main est en feu, d’ailleurs, secouer celle-ci peut parfois soulager.

Bien que ces douleurs surviennent de temps à autre au cours de la journée, celles-ci sont nettement accentuées le soir venu, il arrive même parfois qu’elles vous réveillent en pleine nuit.

Les deux mains peuvent être atteintes et ces douleurs peuvent aussi irradier dans le bras et l’épaule.

Difficultés à effectuer des gestes simples

Ce sont des douleurs impactant les gestes simples du quotidien comme conduire, se brosser les dents ou les cheveux, téléphoner ou encore se servir du clavier d’un ordinateur deviennent alors des tâches difficiles à accomplir. Malheureusement, avec le temps et l’avancement du syndrome, ces gestes deviennent de plus en plus compliqués à réaliser.

Perte de sensibilité

Avec la progression du syndrome au fil du temps, ces engourdissements se transforment généralement en une perte de sensibilité au niveau des doigts. Cette perte de sensibilité est souvent remarquée en touchant un objet, on parle alors d’hypoesthésie.

Évolution du syndrome

Lorsque le syndrome du canal carpien évolue et s’aggrave, il peut malheureusement devenir permanent. Peut alors se déclarer une atrophie des muscles du pouce et de la paume à cause de la compression totale du nerf médian.

Ici, il devient alors très difficile voire impossible de tenir le moindre objet dans la main et la force de préhension (comprenez la force musculaire de la main) est perdue, causant alors de sévères maladresses.

canal carpien ostéopathie

Syndrome du canal carpien : les causes

Avant d’en venir aux causes de ce trouble, il convient d’aborder l’anatomie de la main et de l’avant-bras.

Le point anatomie

Le canal carpien est en fait une zone contenant différents tendons et nerfs. Elle se trouve entre la main et le poignet et englobe notamment les tendons fléchisseurs des doigts et un nerf appelé « nerf médian ».

Ce nerf est essentiel au sens du toucher et du tact. C’est également ce nerf qui vient innerver le pouce, l’index, le majeur et la moitié de l’annulaire et il est moteur pour les muscles de la paume de la main et du pouce.

Cette zone anatomique se compose aussi du plancher osseux (constitué des os du poignet) et du ligament transverse, lui, au-dessus du poignet.

Inflammation des tendons

Lors de mouvements répétés, les tendons fléchisseurs sont victimes d’une inflammation du fait de leur frottement dans leur gaine. Cette inflammation cause un gonflement des tendons venant alors comprimer le nerf médian et le système vasculaire.

Les mouvements répétés ne sont pas l’unique cause pouvant être responsable de cette compression, il peut également s’agir d’un traumatisme du poignet par exemple.

Syndrome du canal carpien, une maladie professionnelle ?

De manière générale, les métiers manuels (boulanger, caissier, coiffeur, etc.) sont très souvent concernés. Les personnes travaillant avec un outil causant de nombreuses vibrations comme un marteau piqueur ou perceuse, par exemple, sont aussi plus sujettes à ce trouble. Enfin, la position statique prolongée (fréquente chez les chauffeurs) peut aussi être en cause.

Certaines études montrent également que le facteur stress tend à augmenter la survenue de ce syndrome. Vous vivez actuellement une période relativement stressante ? Découvrez comment l’ostéopathie agit sur le stress.

Le système endocrinien

L’autre cause est endocrinienne. Il a été en effet démontré que certaines perturbations hormonales causent le syndrome du canal carpien, il peut s’agir du diabète, de la ménopause, de pathologies thyroïdiennes ou encore d’une grossesse, entre autres.

Autres facteurs

D’autres facteurs sont prédisposés à l’apparition de ce syndrome comme le tabagisme, le surpoids ou encore l’arthrose. Enfin, la pratique de certains sports peut aussi causer le syndrome du canal carpien comme la moto, le tennis, ou la pelote basque, entre autres.

Qui peut être touché par une atteinte du canal carpien ?

Les femmes entre 40 et 60 ans sont trois fois plus touchées que les hommes, et cela s’explique notamment par la présence de facteurs hormonaux à l’origine du syndrome.

On observe également ce syndrome chez les personnes effectuant des gestes répétitifs et utilisant de manière fréquente un même objet, de la brosse ronde à brushing pour le coiffeur à la souris et au clavier de l’ordinateur pour l’employé de bureau au poste de travail non ergonomique.

Comment savoir s’il s’agit bel et bien du syndrome du canal carpien ?

À la moindre douleur et sensation de fourmillements au niveau du pouce, de l’index et du majeur, parlez-en à votre médecin. L’examen clinique permet en effet de déceler rapidement l’apparition de ce syndrome.

Le diagnostic

Votre médecin prend en compte votre environnement socio-professionnel afin d’évaluer les facteurs de risques et de prévenir une éventuelle aggravation des symptômes. La description de vos maux à votre médecin permet de poser le diagnostic, associé à différents tests que l’on appelle « tests de provocation », visant à reproduire la douleur ressentie.

La Manœuvre de Phalen – le premier test

Il s’agira ici d’amener le poignet en flexion forcée à 90 degrés et à maintenir cette position sur une durée d’une minute. L’apparition de fourmillements au niveau de l’extrémité de l’index ou du majeur ou encore d’une douleur au niveau du poignet sont le signe d’une atteinte du canal carpien.

Le Signe de Tinel – le deuxième test

Ce test consiste à percuter la zone du nerf médian et plus particulièrement la face palmaire du poignet à l’aide d’un marteau réflexe qui provoquera une sensation de choc électrique. Les fourmillements (appelés médicalement paresthésies) causés par ce test dans les doigts et particulièrement sur la face externe du pouce, sont le signe d’un syndrome du canal carpien.

Le Test de Durkan – le troisième test

Le praticien comprime ici avec ses doigts le nerf médian sur son trajet pour reproduire au bout d’une vingtaine de secondes un engourdissement ou des fourmillements au niveau de vos doigts.

Les examens complémentaires

Un électromyogramme de la main est parfois nécessaire pour évaluer la fonction et la performance du nerf. L’échographie, quant à elle, permettra de mettre en évidence une masse sur le nerf, une tumeur ou encore une anomalie anatomique qui nécessite une prise en charge exclusivement chirurgicale.

L’importance du diagnostic différentiel

L’examen clinique associé aux tests permet ainsi d’apposer un diagnostic différentiel. En effet, certaines pathologies comme la névralgie cervico brachiale, la maladie de Dupuytren ou encore les doigts à ressaut peuvent avoir des symptômes similaires au syndrome du canal carpien.

Quelles sont les conséquences d’un canal carpien non soigné ?

Le syndrome du canal carpien, s’il n’est pas traité, peut entraîner des séquelles irréversibles du fait de la compression trop longue du nerf. Il peut s’agir d’une perte de sensibilité totale et d’une atrophie des muscles de la main.

Syndrome du canal carpien : quel traitement ?

Il faudra d’abord venir identifier et limiter les facteurs aggravants (posture au travail, utilisation répétée de certains objets…) et veiller au repos.

Votre médecin peut vous prescrire des anti-inflammatoires. Il est ensuite possible que celui-ci vous suggère de porter une attelle et vous propose une injection de cortisone, mais ce sujet reste à discuter directement avec votre médecin.

Il est à noter qu’une opération du canal carpien est parfois nécessaire lorsque ces traitements ne fonctionnent pas.

Syndrome du canal carpien : traitement naturel

Vous pourriez exprimer le souhait d’éviter la prise de médicaments et d’opter pour un traitement moins invasif et plus naturel.

Il est à noter que l’ostéopathie propose une bonne alternative dans la prise en charge du syndrome du canal carpien. Une alternative douce et…naturelle.

Il faut en revanche retenir qu’en ostéopathie, le traitement du syndrome du canal carpien sous-entend un travail de fond nécessitant du temps. Plusieurs séances sont en effet indispensables à une bonne prise en charge, notamment car de nombreuses personnes tardent à consulter, pensant que ces douleurs et ces sensations désagreables dans la main sont anodines.

canal carpien ostéopathe ostéopathie

Soigner le canal carpien via l’ostéopathie

Votre ostéopathe est à même de soulager le syndrome du canal carpien dans le but de reculer ou d’éviter la chirurgie. Cela se fera par des manipulations douces dans l’environnement immédiat mais aussi à distance. Mais que fait l’ostéopathe, au juste ?

La décompression du nerf

Le travail de l’ostéopathe consiste d’abord à décomprimer le nerf au niveau du poignet, mais ce n’est pas tout. Il s’intéresse aussi au trajet de ce nerf et ce depuis sa source, au niveau des cervicales. Car oui, un blocage au niveau des cervicales peut déjà venir altérer l’information nerveuse et accentuer l’effet compressif par la moindre contrainte au poignet.

Les techniques généralement employées et qui seront les plus efficaces sont les techniques dites myofasciales et structurelles. Retour sur ces techniques ostéopathiques.

Les techniques myofasciales

Ces techniques consistent dans un premier temps à relâcher les blocages tissulaires comprimant le nerf médian sur son trajet.

Pour ce faire, l’ostéopathe part des cervicales et descend jusqu’à votre poignet pour se concentrer particulièrement sur votre avant-bras. Pourquoi ? Car il s’agit d’une zone de contrainte de par le système musculaire et facial (non, on ne parle pas ici de votre visage, mais des fascias, ces enveloppes recouvrant vos muscles et vos organes).

Les techniques structurelles

Les techniques structurelles, quant à elles, visent à relâcher les contraintes articulaires au niveau du poignet et du coude mais aussi au niveau des côtes, pouvant venir altérer les mouvements de l’épaule.

L’ostéopathe s’intéresse également au système musculaire qui régit essentiellement les mouvements d’épaule. Comprenez ici que votre épaule interagit avec vos dorsales et si un blocage est présent à ce niveau, cela viendra indéniablement impacter les mouvements de votre épaule.

Des exercices complémentaires

Certains exercices permettent de travailler sur la libération du nerf. Des séances de kinésithérapie couplées à des séances d’ostéopathie permettent d’avoir de très bons résultats et peuvent permettre de repousser la chirurgie voire d’éviter d’avoir recours à l’opération du canal carpien.

Quelles sont les limites de l’ostéopathie dans le traitement du syndrome du canal carpien ?

L’ostéopathie se montre très efficace dans la prise en charge du syndrome du canal carpien.

Cependant, lorsqu’il existe une lésion nerveuse (causée par un traumatisme violent du poignet par exemple) ou une masse sur le nerf causant une impotence fonctionnelle sévère (perte de force, incapacité à saisir le moindre objet), l’ostéopathe ne sera pas en mesure d’intervenir. Il pourra cependant vous orienter vers le spécialiste adapté en cas de besoin.

Comment prévenir les douleurs du canal carpien ?

Faites quelques exercices

Tout comme un coureur s’échaufferait avant son entraînement, pensez à faire travailler régulièrement vos poignets. Vous pouvez par exemple étirer vos paumes, effectuer des mouvements de rotation ou encore des exercices doux de flexion et d’extension.

Veillez à garder une bonne posture

Si vous avez pour habitude de passer le plus clair de votre temps à travailler sur ordinateur, veillez à bien vous positionner. L’idéal serait d’avoir les coudes en angle droit. Pour cela, jouez avec la distance entre votre siège et votre clavier. Au passage, il en va de même avec vous genoux et surtout, évitez de croiser les jambes.

Pour limiter les tensions, veillez à ce que vos bras puissent se reposer sur votre bureau, avec un point d’appui préférablement plus proche des coudes que des poignets. Là aussi, jouez avec la distance entre votre chaise et votre bureau afin de trouver la posture idéale.

Pensez à acquérir du matériel plus ergonomique

La souris et le clavier de l’ordinateur amènent souvent la cassure du poignet (vers le haut), position qu’il faut notamment éviter au possible. Envisagez d’acquérir une souris et un clavier ergonomiques ou encore un repose-poignet.

Cela permet notamment d’adopter de meilleures positions au niveau du poignet et de limiter les tensions.

Comment soulager les douleurs du canal carpien ?

Repos, repos, repos

Repos est le mot d’ordre ! Évitez tant que possible les mouvements répétés et les mouvements de pince entre l’index et le pouce. Il faut en effet que votre main et votre poignet soient au repos, parfois sur quelques jours.

Appliquez une poche de glace

Lorsque la douleur se fait ressentir, vous pouvez appliquer sur votre main et poignet des glaçons enveloppés dans un linge ou une serviette. Envisagez d’appliquer cette poche de glace 3 fois par jours pour une durée d’environ 20 minutes.

Portez une attelle

Afin d’éviter des positions générant des tensions dans votre poignet lorsque vous dormez, envisagez de porter une attelle de repos pendant la nuit. Si votre travail sollicite particulièrement votre main et demande à effectuer beaucoup de mouvements avec celle-ci, envisagez de porter cette attelle de jour également.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply