0% lus

Premier bébé, deuxième, troisième… On s’est toute posé la question de savoir si oui ou non on allait allaiter. Bercées par les avis de nos mamans, des médecins, des copines, du papa… tout le monde a une opinion sur le sujet et ça peut donner lieu à des débats houleux !

En effet, et on le sait bien, il y a deux écoles qui s’opposent : celle qui prône l’allaitement au sein envers et contre tout, contre celle, plus discrète, qui préfère le biberon !

Je ne suis pas là pour comparer les deux approches (éléments nutritifs, relation bébé-maman-papa…) ni pour critiquer l’une ou l’autre. Le but ces quelques lignes n’est pas d’apporter un jugement sur le mode d’alimentation choisit par chaque maman.

Non, mon objectif se résume en une question : pourquoi juge-t-on les mamans qui décident de ne pas allaiter ?

Faire le choix de ne pas allaiter

Choisir de ne pas allaiter

Personnellement j’ai fait le choix de ne pas allaiter.
C’est un choix délibéré, réfléchit ou je dirais même plus : un choix intrinsèque, un non-désir qui faisait partie de moi.

Depuis toujours (depuis en tout cas que je suis en âge de comprendre) l’allaitement ne m’a pas attiré. Je me souviens de discussion avec mes copines à des âges différents où clairement j’exprimais mon souhait de ne pas allaiter.
Tout de même ouverte sur le sujet (il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis) je me disais que peut-être la grossesse me ferait évoluer… Et non il n’en a rien été !

Un choix culpabilisant ?

Mais alors qu’il est question d’un choix personnel et intime je voudrais savoir pourquoi, tout au long de ma grossesse, à la maternité et maintenant dès que je sors un biberon pour nourrir ma fille, je me sens jugée?

Les amis, la famille, les docteurs… Je les vois bien ses regards en coin et incrédules. Je les entends ces phrases culpabilisatrices « non mais tu sais allaiter c’est naturel », « c’est bien meilleur pour ton enfant que ces préparations commerciales ». Ou encore, et la palme revient à cette infirmière de la maternité remplie de tact (moi qui pensait que l’empathie et le tact collaient à la peau des infirmières… exception faite) « il y a des risques à ne pas allaiter votre enfant, si vous ne le faites pas pour lui, faites le pour vous car vous pourriez aussi avoir des soucis de santé ». Ça ne faisait pas 48h que j’avais accouché. Merci la culpabilité. Ou comment se sentir comme une mauvaise maman en l’espace d’une minute.

allaiter bébé ne pas allaiter biberon grossesse

Faire face aux jugements

Pourquoi est-ce que je devrais me justifier de ne pas allaiter ? Pourquoi on ne demande pas aux mamans qui allaitent de justifier leur choix ?

Personnellement je ne juge pas celles qui font le choix d’allaiter, au contraire ! Beaucoup de mes amies ont fait ce choix là et du moment qu’elles sont confortables avec ça je suis heureuse pour elles et je les encourage à continuer !

Finalement, la plus grande difficulté quand on fait le choix du biberon dès la naissance c’est le jugement d’autrui. Car oui, bien que mon choix était délibéré (j’insiste) je l’ai ressentie cette culpabilité, cette petite chose au fond de moi qui me disait « Es-tu bien normale ? Es-tu sûre d’être faite pour être maman si tu n’as pas cet instinct d’allaitement ? ».

Et puis on se ressaisit et on se rappelle qu’allaiter au sein ou au biberon c’est un choix propre à chacun qui ne bouleverse en rien la relation mère-enfant.
Quand je regarde dans les yeux de ma fille lorsqu’elle tète avec vigueur son biberon ou encore lorsqu’elle me sourit je me dis que notre lien, notre relation maman-fille on a tout de même réussi à la créer à travers cette tétine !

Donc si je devais faire passer un message aux mamans je dirais « faites votre choix et assumez-le ! ». Et à ceux qui entourent la maman (ça fait deux messages en fait) « ne jugez pas son choix quel qu’il soit et accompagnez-là! ».

Au plaisir !

roxane signature

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes spécialistes de la périnatalité

Roxane

Author Roxane

Billets d'une jeune maman (mais pas que) toulousaine, expatriée à Montréal, finalement revenue dans la ville rose.

More posts by Roxane

Join the discussion 7 Comments

  • Sophie dit :

    J’ai vaincu exactement la même chose. J’ai fait le choix de ne pas allaiter parce que je n’en ressentais pas l’envie. C’est vrai que dans l’ensemble dès qu’on dit qu’on ne l’allaite pas le regard juge même si ce n’est pas dit. On nous donne souvent l’impression d’être une mauvaise maman. La sage femme qui m’a accouchée a su avoir les mots juste…c’est un choix à assumer car très prenant,fatigant et parfois douloureux. Pour elle si on hésite il ne vaut mieux pas allaiter car l’enfant le ressentira et l’allaitement risque de ne pas bien se passer ni pour la maman ni pour l’enfant.
    Pour ma part les avantages du biberon ont été nombreux :
    – reposant car d’autres personnes pouvaient donner le bib à mon petit trésor.
    – un échange merveilleux aussi pr le papa
    – possibilité de laisser mon fils sans avoir la crainte qu’il est besoin de mon sein au bout d’1 heure. Et en tant que jeune maman c’est parfois essentiel de se prendre un peu de bon temps et de sortir des bib/couches/dodo…
    – et bien d’autres
    Le contact fusionnel est quand même là. Ce n’est pas réservé qu’au sein.
    Sachant que les éléments essentiels de l’allaitement sont apportés par le colostrum (soit avant la montée de lait) après c’est surtout nutritif. Pour celles qui hésitent,le test du sein peut être fait pendant ces quelques jours avant la montée de lait. Car aujourd’hui on ne donne + rien pour bloquer la montée de lait. Alors quitte à en chier pourquoi ne pas avoir essayer…
    C’est en effet + naturel et a l’avantage d’être toujours prêt et à disposition.
    L’important est de se sentir bien avec son choix et notre bébé ressentira tout l’amour qu’on a à lui donner!!!

    • Roxane dit :

      Bonjour Sophie,
      Merci pour votre commentaire. Je suis heureuse que le sens de mon article ait été bien compris, à savoir: allaiter ou ne pas allaiter est un choix personnel ! Comme vous, j’ai trouvé de nombreux avantages à donner le biberon (notamment pour le papa ou encore pour avoir la possibilité de « m’échapper » de temps en temps sans devoir revenir rapidement pour la tétée suivante…) mais si nous interrogions une maman qui allaite elle nous donnerait elle aussi tous les avantages qu’elle trouve à donner le sein à son bébé ! Et c’est normal ! Et c’est tant mieux ! Le tout c’est d’y trouver son compte et si on se sent bien, nos trésors se sentiront bien aussi !
      Merci Sophie, au plaisir !

  • Gwen dit :

    Bonsoir,
    C est tout à fait ça !!!! J ai l impression de lire mon histoire…
    J ai jamais voulu allaiter, J ai jamais jugée celles qui le faisaient. Au contraire je les trouves formidables.
    Mais moi je voulais pas.
    Ma sœur et moi avons été enceintes en mm temps quasi.
    Elle et ma mère prônaient l allaitement… Et j en prenais pour mon grade.
    J ai accouché dans un hôpital pro allaitement… La semaine de l allaitement….. Je craignais le pire…
    Mais j ai accouché prématurément. Et les infirmières m ont dit que tout allait bien, mais qu elles avaient une mauvaise nouvelle quand mm.
    Je ne pourrais pas allaiter…
    Vous en faites pas, je m en remettrai !
    Lol

    Et ma mère était bien contente de pouvoir lui donner le bon au final…
    Et ma sœur qui donnait le sein à son fils en fumant… Et avec le verre de vin en face d elle… Bah au final je pense que mon lait en poudre… Il était vraiment pas plus mauvais…

    Mais contente de lire que je ne suis pas là seule à avoir vécu ça !

    • Roxane dit :

      Bonjour Gwen,
      En effet c’est d’autant plus difficile d’assumer son choix du biberon quand notre environnement (familial, médical, amical…) prône le choix de l’allaitement… On se sent toujours jugée quand on ne ressent pas de la culpabilité… Et avec les hormones de la grossesse qui s’en mêlent ce n’est pas toujours facile à gérer !
      Mais dans le fond, si on est sûre de soi, si on sait que l’allaitement ce n’est pas pour nous alors on assumera notre choix et notre entourage finira par nous encourager c’est certain !
      Merci d’avoir partagé votre expérience Gwen et au plaisir !

  • […] Allaiter ou ne pas allaiter, telle est la question […]

  • Luann dit :

    Bonjour,
    Effectivement tout est question de choix mais aussi de possibilités… tout le monde n’a pas le même rapport au corps, ni la même histoire!
    J’ai allaite pour ma part jusqu’aux 10 mois de mon bébé et c’est un choix très personnel (et controverse…). Cependant que ce soit allaitement ou bib, les jugements et commentaires sont legion…
    Une chose est sûre quoi que vous choisissiez, vous avez tort… aux yeux des nombreux bien pensants! Mon avis est qu’un enfant nourrit au bib ou au sein est heureux si sa maman l’est aussi!!!
    Merci pour cet article
    Bonne journée

    • Roxane dit :

      Bonjour Luann,
      Vous avez bien raison, il est rare de satisfaire à l’unanimité ! Qu’importe les choix qu’on fait il y aura toujours quelqu’un qui trouvera à redire. Mais comme vous le soulignez, du moment qu’on est à l’aise avec notre choix, bébé sera heureux et, dans le fond, c’est tout ce qui compte, non ?!
      Merci à vous et bonne fin de journée.
      Roxane

Leave a Reply