0% lus

Accroupi vous ressentez une douleur au genou ? Ou peut-être encore remarquez-vous un certain enraidissement de votre genou au lever le matin ?
Peut-être souffrez-vous de ce que l’on appelle une chondropathie rotulienne. Un trouble qui entraîne peu à peu la dégénérescence du cartilage de la rotule.
Comment reconnaître cette pathologie du genou ? Quels sont les symptômes caractéristiques ? Qu’est-ce qui cause cette dégénérescence du cartilage de la rotule ? L’ostéopathie est-elle efficace dans le traitement naturel de la chondropathie rotulienne ? Quelles sont les limites de cette médecine alternative dans la prise en charge de ce trouble ?
Tant de questions auxquelles nous tenterons de répondre dans cet article.

Sommaire

La chondropathie rotulienne : qu’est-ce que c’est ?

La chondropathie rotulienne désigne un trouble lié au cartilage retrouvé au niveau du genou, et plus précisément de votre rotule.
Cette atteinte devient particulièrement problématique si vous êtes sportif. En effet elle peut être très gênante dans l’exécution des gestes et impacter vos performances.
Il existe deux types de chondropathie du genou :

  • la chondropathie rotulienne qui touche au cartilage de la rotule.
  • mais aussi la chondropathie fémoro-patellaire, elle caractérisée par la dégénérescence du cartilage du fémur.

Sport et chondropathie rotulienne

  • Les sportifs, tous sports confondus, sont particulièrement exposés au risque de chondropathie. Et particulièrement les sportifs de haut niveau dont l’incidence est de 5,9% (contre 2,6% pour le reste de la population).
  • Les sportifs pratiquant la course à pied sont souvent concernés par la chondropathie rotulienne. Elle touche environ 1 coureur sur 5.
  • En médecine du sport, plus d’un tiers des genoux douloureux sont diagnostiqués comme souffrant d’une chondropathie rotulienne.

Le point anatomie

Le genou est l’articulation intermédiaire de votre membre inférieur. Elle assure un rôle double : un rôle de stabilité et un rôle de mobilité.
Chez le sportif notamment, le genou est souvent soumis à des contraintes très importantes. D’où la nécessité d’éléments permettant d’amortir les chocs et de répartir les contraintes. Parmi ces éléments amortisseurs, on compte notamment les ménisques et la rotule.

La rotule

Votre rotule va amortir les contraintes mécaniques. Elle joue un rôle important dans la force et la stabilité de votre genou, de par son insertion sur la partie inférieure du quadriceps. Le quadriceps est un muscle volumineux qui se trouve dans la loge antérieure de votre cuisse.
Sa face postérieure (soit celle retrouvée contre votre fémur) est encroutée de cartilage afin de permettre l’amortissement et le déplacement de votre rotule par glissement.
Seulement, lorsque des contraintes excessives créent une usure du cartilage de votre rotule, ce dernier devient moins lisse. Avec même l’impression parfois qu’il peut « gratter » ou « frotter » lorsque vous pliez votre genou.
Il existe un test, appelé test ou signe du rabot qui permet d’évaluer la présence d’arthrose au niveau de la rotule.

Gare aux activités intenses

À terme, une fissuration de ce cartilage est alors possible, surtout si vous pratiquez une activité intense pour votre genou. Par activité intense, comprenez toute activité mettant l’articulation fréquemment en compression et/ou en effort continu.
Il peut par exemple s’agir de la pratique de ski notamment. Mais aussi d’efforts plus en pointillés, des efforts brefs, mais très intenses. Avec des sauts et des réceptions de sauts comme au basketball, entre autres.

Une régénération limitée

Le manque de vascularisation dans la zone limite alors la régénération des cartilages. Car la régénérescence se fait par l’intermédiaire du liquide synovial.
Notez que cette souffrance du cartilage soumet l’articulation à des risques d’évolution d’arthrose plus importante.

Chondropathie rotulienne : les symptômes

La chondropathie rotulienne peut toucher les deux genoux. Et si elle débute souvent sans sensations physiques pénibles, elle évolue peu à peu vers des blocages et des douleurs.
Lorsque surviennent les douleurs, celles-ci sont localisées derrière le genou et derrière la rotule.
Vos douleurs peuvent notamment se manifester :

  • Lors de position assise prolongée comme au cinéma ou dans la voiture
  • Lors de randonnées, notamment à la descente
  • Lorsque vous passez un moment accroupi comme lors du jardinage par exemple
  • Lors de la montée ou de la descente d’escaliers
  • Le matin au réveil, avec un éventuel enraidissement de votre genou

Bouger

Rester debout ou encore marcher ne vous pose généralement aucun problème. Parfois même, cela peut vous soulager car vous ne sentez plus de gênes à la marche.

Chondropathie rotulienne : les causes

Cette dégénérescence du cartilage est principalement due à la forte pression et aux contraintes intenses et répétées sur votre genou. Elles peuvent être exacerbées par plusieurs facteurs.

La pratique sportive

  • Le type de sport pratiqué. Des sports comme le football, le ski, ou encore la course à pied sur sol dur soumettent le genou à des contraintes importantes.
  • Une mauvaise technique dans le geste sportif, comme des sauts ou des foulées de course mal exécutés.
  • Le non-respect d’une conduite d’entraînement. Il peut s’agir de charge excessive lors de la musculation, d’exercices à fortes incidences traumatiques, d’une répétition de sauts en excès. Ou encore d’un temps de récupération trop court entre les entraînements.
  • Des chaussures non adaptées à la pratique du sport.
    Certaines activités professionnelles ont la même incidence qu’une pratique sportive. Comme le métier de carreleur par exemple.

Des troubles divers

  • Articulation bloquée comme la cheville ou le bassin. Cela entraîne alors un travail excessif de votre genou, notamment au niveau de sa fonction d’amortissement.
  • Antécédents de blessures musculaires. Comme par exemple une déchirure du quadriceps. Qui peut causer un raccourcissement du muscle et augmenter l’effet de frottement de la rotule, alors moins bien centrée sur le fémur.
  • Déséquilibre musculaire entre vos ischio-jambiers et vos quadriceps
  • Trouble de la posture
  • Syndrome rotulien, une dysplasie (ou autre malformation de la rotule)
  • Excès de poids ce qui augmente les contraintes subies par votre genou

Chondropathie rotulienne : comment être sûr qu’il ne s’agit pas d’un autre trouble ?

Il s’agit pour votre médecin d’effectuer en premier lieu un diagnostic clinique, suivi d’un diagnostic différentiel. Ce dernier est notamment effectué en vue d’éliminer toute pathologie méniscale ou ligamentaire. Et notamment une atteinte des ligaments croisés et latéraux.

Les examens complémentaires

Afin de confirmer le diagnostic et de préciser le degré d’atteinte de votre cartilage, des examens d’imagerie médicale sont nécessaires.
Il peut s’agir d’une IRM ou encore d’un arthroscanner pour plus de précision. Notamment si votre médecin ou votre rhumatologue sont à la recherche d’une microfissure.
Un arthroscanner définit un scanner couplé à l’injection d’un produit de contraste au sein d’une articulation donnée.

Chondropathie : quel traitement ?

Le traitement repose essentiellement sur des séances de kinésithérapie afin d’harmoniser le système musculaire de votre genou. Et ce en parallèle d’une diminution de votre activité sportive voire de son arrêt complet. Des antalgiques et des anti-inflammatoires peuvent également vous être prescrits en vue de soulager vos douleurs.
Pour le traitement chirurgical, votre orthopédiste peut vous proposer une arthroscopie du genou afin de constater l’état de votre cartilage. Pour cela, il introduit une caméra sous anesthésie. Il peut également procéder à un nettoyage de votre articulation.
Ces points restent à discuter directement avec votre médecin.

Reprise sportive

Les sports comme la marche, le vélo et la natation sont conseillés pour une reprise en douceur.

Chondropathie : quel traitement naturel ?

Vous souffrez d’une chondropathie rotulienne ? Envisagez de prendre rendez-vous avec votre ostéopathe.
L’idéal est de faire appel à un ostéopathe du sport. La prise en charge permet notamment de retrouver une activité sportive sans mal. Elle aide aussi à votre récupération.
Mais que fait l’ostéopathe au juste pour soulager naturellement la chondropathie rotulienne ?

Chondropathie rotulienne et ostéopathie

Les soins de l’ostéopathe viseront en premier lieu à identifier les contraintes subies par votre genou. Ce qui lui permet de calmer vos douleurs. Il s’agira ensuite de travailler sur les déséquilibres musculaires et posturaux tout en vous accompagnant dans votre processus de récupération.
Plusieurs séances peuvent être nécessaires.

Identifier les contraintes et calmer vos douleurs

La contrainte sur la rotule est le premier trouble sur lequel votre ostéopathe se penche. Son action et ses gestes adaptés permettront de libérer votre genou. Il agira notamment sur toutes les structures liées à votre patella (ou rotule), à vos os, vos cartilages, votre liquide synovial et enfin vos ligaments et tendons.
Cette libération permet notamment de réduire l’effet de frottement observé dans cette zone. Ce qui calme de fait vos douleurs et limite l’usure en cours.

Une prise en compte des structures environnantes

Mais les soins de votre ostéopathe seraient incomplets si celui-ci n’attachait pas d’importance aux structures à proximité. C’est ainsi que le praticien doit également regarder, en plus de votre articulation du genou :

  • votre bassin,
  • votre hanche,
  • mais aussi votre cheville et votre pied, qui peuvent biaiser l’axe de votre rotule s’ils sont mal positionnés. Comme le ferait une entorse à la cheville par exemple.

Un système musculaire puissant, mais déséquilibré

Le système musculaire qui s’exerce au niveau de votre rotule est particulièrement puissant. Notamment lors de l’effort. La pression que la rotule exerce sur le complexe articulaire de votre genou peut être en effet jusqu’à 40 fois supérieure pendant l’exercice que lors de la marche.
Ainsi, lorsque votre système musculaire est perturbé, il va créer des contraintes excessives sur une articulation ou une zone donnée. Et ce, pendant des périodes anormalement prolongées.
Votre ostéopathe va travailler sur ces déséquilibres afin de restituer la juste force aux muscles en difficulté.
Pour ce faire, le praticien rééquilibre le système neuromusculaire en facilitant l’activation des boucles réflexes myotatiques. Terme employé pour décrire un muscle se contractant alors que son antagoniste se relâche.
Votre ostéopathe travaillera aussi bien au niveau des muscles concernés qu’au niveau d’autres muscles ayant un impact indirect sur votre genou. Et ce, jusqu’à l’ensemble de votre colonne vertébrale.

Un focus sur votre système postural

L’exécution du mouvement doit être faite dans un schéma corporel adapté.
Une perturbation de votre système postural par un trouble de votre proprioception entraîne une réaction en chaîne. Un petit peu comme un effet domino. Cette réaction perturbe l’appui de vos pieds au sol, l’amortissement des contraintes au niveau du genou, etc.
La proprioception ? C’est votre capacité à percevoir les positions des éléments de votre corps dans l’espace.
Tous les capteurs posturaux seront investigués. Mâchoire, oeil, pied, etc.
Afin de stimuler votre système proprioceptif, il peut être intéressant de bénéficier de soins en kinésithérapie en parallèle des soins de l’ostéopathe du sport.

Le suivi une fois votre performance retrouvée

Si vous êtes sportif, il y a fort à parier pour que vous soyez particulièrement à l’écoute de votre corps. En cas de blessure, on peut avoir le sentiment que notre corps nous lâche.
Mais cette blessure biaise et stoppe aussi la quête de votre performance. Résultat ? Cela peut engendrer un stress et une frustration momentanée.
En cause ? Le plaisir suspendu que procure l’activité sportive couplé à la peur de perdre votre niveau. Niveau dont, rappelons-le, l’acquisition vous a demandée un certain temps de travail.

Réduire l’appréhension, optimiser la récupération

Retrouver votre intégrité physique, et réduire votre appréhension. Ce sont des objectifs sur lesquels vous pourrez travailler avec votre ostéopathe.
Guérison, récupération et réadaptation pendant la reprise de votre activité physique, mais aussi à posteriori.
Il est donc particulièrement intéressant de continuer à être suivi par votre ostéopathe une fois votre sport repris.
En fonction de votre fréquence d’entraînement, de compétition, mais aussi en fonction de votre hygiène de vie.

Attention

Lorsqu’il existe une atteinte lésionnelle du genou, une fracture, ou encore un arrachement ligamentaire, l’action de votre ostéopathe sera limitée.

La prise en charge consistera dans ces cas à vous soigner afin que votre récupération soit optimisée. Mais il est important de noter ici que dans de tels cas, votre temps de guérison sera plus long. Il faudra notamment attendre que la lésion se soigne.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse. Rencontrez des ostéopathes spécialistes du suivi du sportif.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.