0% lus

Vous est-il déjà arrivé de devoir faire un effort important pour lever le pied lors de la marche ? Ou encore peut-être ressentez-vous des fourmis dans la jambe, particulièrement au niveau de la partie externe du genou ?

Vous remarquez que cela arrive lorsque vous restez dans une position accroupie ou encore jambes croisées ?

Il se pourrait que votre nerf sciatique poplité externe (ou SPE) soit mis à mal. On l’appelle aussi nerf fibulaire commun. Et il est fréquent que ce dernier se retrouve comprimé au niveau de la tête du péroné.

Sommaire

Les syndromes de compression nerveuse

On parle de syndrome canalaire lorsqu’un nerf est comprimé sur son trajet, dans une région anatomique donnée. Cela peut aussi bien concerner les membres inférieurs que le rachis ou encore le membre supérieur.

Un syndrome fréquent du membre inférieur

Le syndrome du nerf sciatique poplité externe (SPE) au col du péroné est le syndrome compressif le plus fréquent du membre inférieur. Et c’est tout le sujet de cet article.

Zoom sur le nerf sciatique poplité externe

Pour mieux comprendre les mécanismes derrière ce syndrome canalaire, un petit rappel anatomique est nécessaire.

Le nerf sciatique poplité externe correspond à une bifurcation du nerf sciatique, en bas du genou, à sa partie externe. On le retrouve plus précisément à l’arrière de la tête du péroné, sous un muscle qui le recouvre et forme un canal.

La région anatomique dans laquelle il est logé l’expose facilement aux irritations et aux compressions.

Quel est le rôle du nerf sciatique poplité externe ?

Ce nerf intervient dans plusieurs mouvements du pied et de la jambe. Il participe notamment à la flexion dorsale du pied, comprenez le fait de pouvoir pointer le pied vers le haut. Il a aussi un rôle dans l’extension de vos orteils et la rotation de votre pied.

Mais ce n’est pas tout, puisque le nerf sciatique poplité externe participe aussi à la sensibilité externe de votre jambe.

On comprend alors mieux les difficultés pour lever le pied et les sensations désagréables sur la partie externe de la jambe lorsque ce nerf est comprimé. Penchons-nous en détail sur les symptômes de ce syndrome canalaire.

Compression du SPE : les symptômes

Diverses manifestations peuvent vous faire suspecter une compression du nerf sciatique poplité externe sur son trajet :

  • Difficultés à la marche (effort conséquent pour lever le pied et les orteils).
  • Sensation de brûlure, fourmis, démangeaisons sur la partie externe de la jambe.
  • Impression de jambe lourde.
  • Sensation d’étau ou de resserrement au niveau du genou.

Des symptômes proches de la sciatique

Il est fréquent de d’abord penser à une sciatique. Et légitimement d’ailleurs, puisqu’il s’agit du trajet douloureux de celle-ci. Alors comment différencier ces deux atteintes ?

Sciatique, ou compression du nerf sciatique poplité externe ?

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Compression du nerf sciatique poplité externe : les causes

On observe une prédominance masculine dans la compression du nerf sciatique poplité externe et celle-ci peut avoir plusieurs origines.

Une cause positionnelle

Il s’agit de la cause la plus courante. Ici, le nerf est comprimé contre le péroné dans certaines positions. On pense notamment à la position prolongée à genoux ou encore la position accroupie. Mais aussi à la station assise jambes croisées ou encore en tailleur.
On retrouve d’ailleurs souvent cette compression dans certains métiers. Et notamment les métiers du bâtiment, comme les carreleurs par exemple. Ce syndrome est d’ailleurs reconnu comme maladie professionnelle.

Une intervention chirurgicale

La compression du SPE peut survenir à la suite d’une intervention chirurgicale au niveau du genou. Pensez ici à une pose d’une prothèse, à une ligamentoplastie (remplacement d’un ligament rompu), etc.

Un traumatisme direct

Un choc direct sur le genou peut venir causer une compression. Il peut s’agir d’un traumatisme lors d’un accident, mais aussi lors d’une pratique sportive par exemple.

Un traumatisme indirect

Il peut également s’agir d’un traumatisme « à distance ». L’exemple type est celui de l’entorse à la cheville. Celle-ci peut provoquer un étirement du muscle qui recouvre le nerf poplité qui le comprime alors.

Une perte de poids récente

Il existe un tissu adipeux (un tissu conjonctif constitué de cellules) au niveau du péroné. Celui-ci joue un rôle d’amortisseur. Mais la perte de poids peut favoriser la perte de ce tissu et alors exposer plus facilement la zone.

Une compression intrinsèque

L’atteinte du nerf sciatique poplité externe peut aussi être causée par un kyste poplité (ou kyste synovial).

Une autre atteinte

Certains troubles peuvent favoriser ce syndrome par une atteinte de l’articulation ou une atteinte directe du nerf. C’est le cas du diabète, des atteintes de la thyroïde, ou encore de la polyarthrite rhumatoïde.

Diagnostic et traitement du syndrome du nerf sciatique poplité externe (SPE)

Le diagnostic doit être fait par votre médecin. Lui seul peut prescrire les examens complémentaires qu’il jugera nécessaire.

Il procède d’abord à un examen clinique de votre genou et de la jambe. Il recherche ici la présence d’un déficit moteur du pied et une perte de sensibilité de la face externe de la jambe.

Les examens complémentaires

Des examens complémentaires sont parfois nécessaires. Ceux-ci permettent notamment d’identifier un éventuel kyste. Une radiographie lombaire peut, elle, écarter une hernie discale.

Un électromyogramme (EMG) permettra quant à lui d’affirmer ou d’infirmer le diagnostic de compression canalaire.

Comment le traiter ?

Il s’agit d’identifier et de traiter la cause ou les facteurs compressifs.

Dans certains cas, une infiltration peut vous être proposée. Lorsque tous les traitements ont échoué, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire. On parle de neurolyse du nerf sciatique poplité externe.

Traitement naturel d’une compression du nerf sciatique poplité externe

Avez-vous pensé à consulter votre ostéopathe ? L’ostéopathie présente des avantages sur bien des aspects dans le traitement des compressions nerveuses.

“D’abord, l’approche non-médicamenteuse permet de réduire rapidement l’effet inflammatoire qui provoque l’irritation du nerf. Mais afin de vous soulager efficacement de ce syndrome, il faut également veiller à en traiter les causes.

Votre ostéopathe est à même d’identifier et de traiter les différents troubles pouvant être à l’origine de la compression nerveuse, parfois chronique.
Nous avons travaillé le haut du dos, le thorax ainsi que le système digestif. Un travail en décompression de la colonne vertébrale a également été réalisé.
Suite à la séance, elle a eu le sentiment d’être dans les “vappes” pendant plusieurs jours, sensation accompagnée d’une fatigue intense.
Très rapidement elle a ressenti un regain d’énergie, et les douleurs pour lesquelles elle consultait ont disparues. Ces douleurs ne réapparaissent maintenant qu’en fin de journée après un travail particulièrement intense, et ne s’installent plus.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Que peut l’ostéopathe quand l’opération chirurgicale est nécessaire ?

Dans certaines situations, comme un traumatisme important ou une incapacité à marcher, une intervention chirugicale peut en effet être nécessaire.

La prise en charge en ostéopathie a aussi sa place ici. Elle se fera en complément de l’acte chirurgical afin d’aider votre corps à récupérer, mais aussi à mieux cicatriser.

Un intérêt double donc, puisque cette médecine douce permet de récupérer, mais aussi et surtout de vous aider à reprendre une activité physique plus rapidement.

Après une chirurgie, l’ostéopathe utilisera des techniques adaptées pour aider votre corps à récupérer. En voici des exemples :
Travail sur la cicatrice afin qu’il n’y ait pas d’adhérences.
Libérer les tensions musculaires, et réajuster les articulations à distance afin d’offrir le plus de mobilité possible pour limiter les compensations.
Favoriser un bon drainage et une bonne évacuation des produits utilisés pour la chirurgie, grâce à des techniques vasculaires et viscérales.

Compression du nerf SPE : que fait l’ostéopathe ?

La priorité de votre ostéopathe est de vous soulager de vos douleurs et gênes. Ensuite, il s’attelle à identifier et traiter la cause à l’origine de la compression.

L’ostéopathe peut détendre les muscles, réajuster les articulations, effectuer un travail viscéral etc. Ceci aura pour but de libérer la compression du nerf provoquant ce syndrome.

Soulager l’inflammation et la douleur nerveuse

Lorsqu’un nerf est comprimé, cela provoque une inflammation locale, mais aussi sur le trajet de son innervation.

Dans le cas d’une compression du nerf SPE, l’inflammation s’étend à la partie externe de la jambe. C’est alors que fourmillements, sensations de brûlure et engourdissements peuvent se faire ressentir.

“D’abord, l’approche non-médicamenteuse permet de réduire rapidement l’effet inflammatoire qui provoque l’irritation du nerf. Mais afin de vous soulager efficacement de ce syndrome, il faut également veiller à en traiter les causes.

Votre ostéopathe est à même d’identifier et de traiter les différents troubles pouvant être à l’origine de la compression nerveuse, parfois chronique.
Nous avons travaillé le haut du dos, le thorax ainsi que le système digestif. Un travail en décompression de la colonne vertébrale a également été réalisé.
Suite à la séance, elle a eu le sentiment d’être dans les “vappes” pendant plusieurs jours, sensation accompagnée d’une fatigue intense.
Très rapidement elle a ressenti un regain d’énergie, et les douleurs pour lesquelles elle consultait ont disparues. Ces douleurs ne réapparaissent maintenant qu’en fin de journée après un travail particulièrement intense, et ne s’installent plus.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Vérifier le système musculaire

Votre système musculaire permet le mouvement et la mobilité de vos articulations. Seulement, il arrive que ce système soit en difficulté.

Cela peut être le cas lorsque vous sollicitez vos muscles de manière répétée (pratique d’un sport, travail, etc.), ce qui provoque des tensions. Ces dernières peuvent alors générer une instabilité de votre genou et l’exposer plus facilement aux traumatismes.

C’est le cas également des muscles de la cheville, du bassin, mais aussi du dos.

L’ostéopathe peut ici détendre certains muscles, en stimuler d’autres, et travailler sur les enveloppes faciales de ces derniers. Cela dépendra du sport effectué, de sa fréquence et de son intensité. Le but est de limiter l’asymétrie entre les différentes chaînes musculaires antagonistes. C’est à dire entre les différents groupes musculaires qui réalisent des mouvements contraires, comme par exemple le quadriceps en avant de la cuisse et les ischios-jambiers en arrière.

Corriger le déséquilibre postural

La posture comprend tous les éléments qui vous permettent de vous maintenir debout.

Votre genou en fait partie, c’est l’articulation intermédiaire du membre inférieur. Il se situe dans un carrefour qui intervient aussi bien dans votre mobilité, que dans votre stabilité debout. Il fait le lien entre la structure pied/cheville et la structure bassin/colonne vertébrale.

Divers systèmes perturbés

“Lorsque vous souffrez d’un déséquilibre postural, cela peut engendrer des troubles au niveau des systèmes musculaire, ligamentaires et osseux. Votre ostéopathe attache ainsi une attention particulière à tous ces éléments.

Le but ? Identifier et traiter les contraintes qui ont un impact sur votre posture. Notez que le praticien doit également vérifier le système postural global et la proprioception.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

La proprioception ? Il s’agit de votre perception, (consciente ou inconsciente) de la position des parties de votre corps dans l’espace. Elle se fait via différents récepteurs et implique divers systèmes.

Votre ostéopathe vient ainsi vérifier vos yeux, votre mâchoire, votre oreille interne et vos pieds, afin de déterminer s’ils perturbent ou non votre posture.

Un impact global

En corrigeant un déséquilibre postural, l’ostéopathe s’attaque à la cause éventuelle de la compression du nerf et prévient la récidive. Mais cela permet aussi de soulager en douceur diverses tensions apportées par ce déséquilibre, ailleurs dans le corps.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.