0% lus

Si près d’un français sur cinq est sujet à la constipation occasionnelle, ce trouble toucherait jusqu’à trois fois plus de femmes que d’hommes. Pourtant, la constipation reste encore un sujet tabou, un sujet que l’on évoque que trop peu, un sujet dont on a honte de parler.

Et c’est parce que nous avons conscience que la constipation chez la femme puisse être tabou et parfois très contraignante et douloureuse que nous avons décidé d’y consacrer un article complet. Parce qu’au final, aller aux toilettes, c’est quelque chose de naturel et il s’agit d’un mécanisme des plus complexes dont le bon fonctionnement est essentiel à notre bien-être quotidien.

Mais pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes ? Qu’est-ce qui cause la constipation et comment la traiter de manière naturelle ? Comment prévenir la constipation et soulager les douleurs qu’elle occasionne ?

Nous vous apportons toutes les réponses dans cet article. Regagnez le trône comme une reine !

Symptômes de la constipation chez la femme : à partir de quel moment se considérer constipée ?

La fréquence

La définition de la constipation diffère d’une personne à l’autre, et même parfois d’une culture à une autre. Mais pour vous donner une idée, on parle de constipation lorsque l’on va à la selle moins de 3 fois par semaine.

Les douleurs et les troubles associés

On ne vous apprend rien, moins vous réussissez à aller aux toilettes, plus les selles s’accumulent dans le côlon. Vous avez d’ailleurs l’impression de ne pas tout évacuer et avez comme la sensation que votre rectum est…plein. Cette accumulation vient alors créer une pression dans le ventre, causant des crampes et des douleurs abdominales.

En règle générale, la constipation amène aussi des ballonnements, des flatulences, des spasmes intestinaux et parfois des douleurs lorsque vous êtes sur les toilettes.

Vous pourriez aussi ressentir un “trop plein” abdominal. Vous savez, comme lorsque vous sortez d’un repas trop copieux au restaurant…. Sauf que vous n’avez pas encore mangé !

Enfin, notez que parfois la constipation peut être à l’origine d’un mal de dos.

L’aspect des selles

Quand on est constipée, le peu de selles que l’on arrive à évacuer est généralement assez dur, d’aspect grumeleux et sec. D’ailleurs, qu’est-ce qu’un caca normal ?

Pourquoi la constipation touche-t-elle surtout les femmes ?

La prévalence de la constipation peut être plus importante chez les femmes du fait des changements hormonaux liés à la puberté, des contraceptifs hormonaux, d’éventuelles grossesses, de la ménopause, ou plus régulièrement des cycles menstruels.

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Et oui, le système hormonal y est pour beaucoup, vous vous en doutez ! La constipation est fréquente durant la grossesse et en partie à cause du chamboulement hormonal, mais ​le système hormonal dans le cycle menstruel ou la ménopause a aussi une incidence directe sur le bon fonctionnement du transit. Notez aussi que chez les femmes, le transit est naturellement plus lent que chez l’homme !

Pour vous donner quelques chiffres, 10 à 15 % de la population serait atteinte de constipation chronique et près de 45% des femmes disent souffrir de constipation.

La constipation est anxiogène… Et elle gêne !

La constipation reste encore un sujet dont on ne parle pas trop, de par la gêne que ce sujet provoque, puis l’on a aussi peur parfois de pas fonctionner comme les autres femmes. Pourtant mesdames rassurez-vous, nous y sommes quasiment toutes passées un jour ou l’autre.

Reconnaissons tout de même que la constipation peut avoir impact psychologique important, elle est très souvent source d’angoisse. En plus, on se sent souvent ballonnée et certaines positions assises ou certains mouvements sont même douloureux.

Sans parler de l’inconfort que cela génère aussi au quotidien, au travail, en classe… Cela peut sérieusement impacter le bien être global et parfois même engendrer des problèmes de concentration, d’irritabilité voire même un isolement volontaire.

Il n’est pas rare pour une femme de se retenir d’aller à la selle lorsqu’elle n’est pas chez elle, ou de retenir ses gaz pour éviter d’être mal à l’aise. Si socialement, cette réalité s’entend, votre corps lui ne voit pas les choses de la même manière. D’autant que retenir ses selles entretient un cercle vicieux, car ce procédé augmente la constipation.

Brisons le tabou de la constipation

Ça dérange, c’est douloureux, c’est inconfortable, et pourtant, on n’ose pas en parler. Nous sommes prêtes à nous tordre de douleurs plutôt que d’aller consulter notre médecin ou d’en parler à un autre professionnel de la santé de par la gêne. Il faut pourtant briser le tabou de la constipation et en parler à son docteur. Si cela peut vous aider, dites-vous que ce dernier à très certainement déjà été constipé un jour !

Plus sérieusement, nous vous encourageons toutes à surmonter cette gêne et à en parler à un professionnel de la santé, nul besoin de souffrir en silence de ce trouble, de nombreuses solutions existent pour le soulager.

Avant de les aborder, revenons sur ce qui peut causer cette constipation.

Constipation chez la femme : les causes

Il est d’abord important de comprendre que l’on distingue deux types de constipation. La constipation dite « fonctionnelle », « habituelle » ou encore « primitive », ainsi que la constipation « secondaire » (constituant le symptôme d’une autre maladie, comme dans certaines phases de MICI par exemple).

La constipation fonctionnelle

Ce type de constipation peut être due à différents facteurs :

  • Lorsque l’on se retient d’aller aux toilettes (car l’on n’est pas chez soi, que l’on a peur de faire du bruit, il peut y avoir beaucoup de raisons pour lesquelles ont se retient…Mais c’est mauvais !)
  • Lorsque l’on ne s’hydrate pas assez
  • Lorsque l’on ne mastique pas assez bien la nourriture lors des repas (et cela est très fréquent lorsque l’on ne prend pas le temps de manger !)
  • Lorsque l’on est trop sédentaire (assise au bureau toute la journée ou alitée de manière prolongée suite à une opération par exemple)
  • Les changements d’environnement et d’habitudes (qu’il s’agisse d’un déménagement ou encore d’un voyage, mais aussi de l’arrêt du tabac ou du café) peuvent être facteurs d’apparition d’une constipation
  • Lorsque l’on a une alimentation pauvre en fibres

Il est à noter que le cycle menstruel et la ménopause perturbent la digestion et donc à fortiori, la défécation. Enfin, le transit ralenti peut aussi être dû à un dysfonctionnement du plancher pelvien (après la grossesse par exemple).

La constipation secondaire

La constipation secondaire est le symptôme d’un autre trouble et on peut la retrouver dans des atteintes comme l’hypothyroïdie, le diabète, le cancer colorectal, l’endométriose, ou encore dans certaines phases de la maladie de Crohn. Elle peut aussi être un symptôme de maladies neurologiques affectant la contraction permettant d’aller à la selle.

Dans quelques cas, c’est la prise de certains médicaments qui peut engendrer la constipation (traitement pour la maladie de Parkinson, antidépresseurs, etc.).

La grossesse quant à elle est une cause secondaire à la constipation (du fait de la compression des organes et de l’imprégnation hormonale ralentissant le transit).

Enfin, il est à noter que certaines intolérances alimentaires ainsi que le stress et l’anxiété, peuvent aussi générer des troubles du transit occasionnant la constipation.

ostéopathe constipation femme

Constipation chez la femme : le diagnostic

Vous avez surmonté votre gêne et avez pris rendez-vous chez votre médecin au sujet de votre constipation, bravo ! Voici comment sera apposé le diagnostic.

Parlez-lui de vous

Votre médecin vous demandera de décrire vos habitudes à la selle, la fréquence, le nombre de selles, et leurs consistances. Il viendra également vous questionner sur vos habitudes alimentaires (mangez-vous assez de fibres ? Avez-vous récemment changé de régime alimentaire ? Souffrez-vous d’une quelconque intolérance ? etc.).

Vérification de l’abdomen

Votre médecin procèdera ensuite à l’inspection de votre abdomen et il regardera notamment s’il existe une défense au niveau du ventre, une masse au niveau du côlon. S’en suit l’inspection de la zone ano-rectale pour vérifier qu’il n’existe pas d’hémorroïdes ou de fissures (cela peut arriver lorsque l’on force trop pour aller aux toilettes) ou encore un prolapsus rectal (une descente du rectum).

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton « éditer » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

La classification de Rome III

Enfin, le diagnostic de Rome III est utilisé par les médecins afin de quantifier la constipation. Afin de confirmer le diagnostic, vous devez afficher au moins deux des symptômes suivants :

  • Efforts requis pour passer les selles lors d’au moins 25 % des défécations
  • Selles grumeleuses ou dures lors d’au moins 25 % des défécations
  • Sensation d’évacuation incomplète lors d’au moins 25 % des défécations
  • Sensation d’obstruction/blocage ano-rectal lors d’au moins 25 % des défécations
  • Manœuvres manuelles pour faciliter au moins 25 % des défécations (par exemple l’évacuation digitale ou le support des muscles du plancher pelvien)
  • Moins de trois défécations par semaine

Examens complémentaires

Des analyses de sang et des selles peuvent aussi être demandées pour écarter tout signe de cancer colorectal par exemple (avec la présence sang dans les selles ou de méléna, un sang digéré étant signe d’une hémorragie digestive haute).

La coloscopie peut aussi être un moyen de dépistage pour les personnes âgées de plus de 50 ans, notamment pour venir identifier un cancer colorectal car il est à noter que l’apparition d’une constipation soudaine doit faire rechercher un syndrome obstructif.

ostéopathie constipation femme

Constipation chez la femme : pourquoi consulter un ostéopathe ?

Consulter un ostéopathe permet d’apporter des résultats immédiats sur le transit. Son travail manuel aura un impact direct sur le péristaltisme viscéral (cette contraction du tube qui fait avancer le bol alimentaire, à savoir la nourriture que vous avez mâché et ingéré).

Mais ce n’est pas tout ! L’ostéopathe a également un impact sur le système hormonal et tous les systèmes pouvant venir perturber le bon fonctionnement de votre digestion.

Que fait l’ostéopathe pour traiter la constipation chez la femme ?

Améliorer le péristaltisme

Votre ostéopathe commence par un « travail mécanique » (cela semble un peu barbare dit comme ça mais il n’en est rien rassurez-vous). Ici, il s’agit de redonner de la mobilité au côlon et d’améliorer son péristaltisme. Permettez-nous de souligner ici, afin d’écarter tout doute ou appréhension, que votre ostéopathe ne pratiquera jamais de toucher rectal.

Travailler à distance

Votre ostéopathe vient aussi travailler sur l’innervation du côlon avec des manipulations au niveau des vertèbres dorsales et des lombaires mais également au niveau du sacrum.

Pourquoi ? Car un blocage articulaire peut avoir un impact sur l’innervation des organes correspondants et que votre ostéo à conscience de toutes les interactions entre les différentes structures du corps.

D’ailleurs, le praticien travaille aussi sur le nerf vague qui innerve le système parasympathique (un système nerveux autonome qui gèrent les fonctions de base) car le côlon peut être bloqué au niveau de la base du crâne et des cervicales !

L’importance du diaphragme

Si le diaphragme gère la respiration, il joue aussi un rôle important dans la mobilité des organes viscéraux et un spasme ou un blocage à ce niveau peut maintenir le diaphragme trop bas, venant alors exercer des pressions sur les viscères et générer des troubles du transit. C’est pourquoi votre ostéopathe s’assurera qu’il n’y ai aucun dysfonctionnement au niveau de votre diaphragme.

Améliorer la mobilité et la vascularisation

Votre ostéopathe vient également travailler sur le bassin car une bonne mobilité de celui-ci permet un travail mécanique sur la digestion.

Un travail est aussi fait sur vascularisation de la zone viscérale mais aussi du petit bassin car une congestion à ce niveau peut gêner la digestion. C’est le cas notamment pendant les règles, rendant alors ces dernières particulièrement douloureuses. Vous souffrez lors de vos règles ? Envisagez la lecture de cet article : soulager les règles douloureuses.

Rééquilibrer le système hormonal et relâcher les tensions

Le système hormonal étant souvent en cause dans la constipation chez la femme, il semble évident que l’ostéopathe s’y attarde. Il viendra notamment vérifier l’équilibre au niveau du crâne avec le système hypothalamo-hypophysaire (une partie du système nerveux central régulant les fonctions physiologiques).

Enfin, le praticien viendra relâcher les tensions globales dues au stress. Découvrez comment l’ostéopathie agit sur votre stress.

Quand la constipation est due à l’endométriose

Comme précédemment évoqué, la constipation peut être un symptôme associé à un autre trouble fonctionnel tel que l’endométriose. L’endométriose touche le péritoine (l’enveloppe des intestins dans l’abdomen), mais elle peut aussi se déposer et se développer sur la partie basse de l’intestin grêle et/ou du côlon.

Les cellules endométriales causent alors des adhérences (que l’on appelle fibroses) dans l’abdomen et autour des organes sur lesquels elles se déposent. Ces adhérences peuvent notamment créer des tensions sur l’intestin, entraîner d’éventuels spasmes et ralentir le péristaltisme.

En tant qu’ostéopathe nous pouvons, en parallèle du traitement de l’endométriose, aider à soulager ces symptômes inconfortables associés. Les techniques effectuées peuvent être sensibles ou inconfortables mais sont toujours effectuées en douceur. Nous pouvons réduire les tensions sur les ligaments intestinaux et la vascularisation de la zone pour diminuer l’inflammation. En général, en parallèle d’un traitement contre l’endométriose (en thérapie manuelle ou médicale), nous pouvons espérer une amélioration notable des symptômes après 2 à 3 séances.

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge de la constipation chez la femme

L’ostéopathe ne pourra pas intervenir lorsqu’il existe une pathologie fonctionnelle comme une obstruction ou encore une constipation due à un cancer.

Conseils

Vous êtes nombreuses à rechercher des remèdes naturels contre la constipation chez la femme. L’ostéopathie en est un et c’est notre domaine d’expertise, voilà pourquoi on préfère vous en parler plutôt que de vous citer des remèdes de grand-mères contre la constipation sans être sûrs de leurs efficacités. Néanmoins, voici quelques points importants à garder en mémoire pour éviter et soulager la constipation :

  • Veillez à pratiquer un minimum d’activité physique et à marcher suffisamment tout au long de la journée (il faut faire bouger vos gambettes). L’idéal serait de marcher au moins 10 minutes 3 à 4 fois par jours (ou de faire 10 à 15 minutes de footing par jour).
  • Faites attention à varier les types de féculents ingérés dans la journée
  • N’hésitez pas à intégrer plus de fruits et légumes dans vos plats
  • Évitez au possible les sodas et les snacks sucrés (remplacez ces derniers par des fruits secs par exemple)
  • Veillez à bien vous hydrater tout au long de la journée

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply