0% lus

Vous êtes dans votre voiture, à l’arrêt, attendant tranquillement que le feu passe au vert et voilà qu’un véhicule vous percute à l’arrière. Votre tête fait inévitablement une bascule vers l’arrière et vers l’avant dans un mouvement consécutif très rapide et violent. Ce choc entraîne alors des douleurs cervicales quelques heures voire quelques instants plus tard…

C’est ce que l’on appelle le fameux coup du lapin !

Pour les appellations plus scientifiques, retenez (ou pas) traumatisme d’accélération cranio-cervical, distorsion cervicale, traumatisme cervical en coup de fouet, syndrome d’accélération et de décélération, coup de fouet cervical ou encore whiplash en anglais !

Et tous ces termes désignent la même chose : un syndrome traumatique fréquent au niveau des cervicales, survenant à la suite d’un choc.

Coup du lapin : un réel traumatisme pour votre corps

Il s’agit le plus souvent d’un accident de la voie publique mais le coup du lapin peut également être causé par un choc violent pendant la pratique d’un sport.

Les douleurs engendrées par ce traumatisme cervical peuvent s’étendre sur plusieurs semaines et disparaître d’elles-mêmes… Mais il se peut aussi que ces maux deviennent chroniques et apportent d’autres désagréments handicapants au quotidien comme des troubles de la concentration ou encore des migraines à répétition, et ce, même des années plus tard.

Alors que faire en cas de coup du lapin ? Qui consulter ? Comment éviter les douleurs chroniques et gagner en confort au quotidien suite à un traumatisme cervical ? Retour sur les solutions douces et naturelles apportées par l’ostéopathie.

Entorse cervicale, coup du lapin : les situations à risques

Nous savons qu’un choc, plus ou moins violent, peut venir engendrer le whiplash. Il peut s’agir :

  • D’un accident de voiture, même léger
  • D’une mauvaise chute
  • D’un choc au sport (plaquage au rugby, boxe, arts martiaux, gardien de foot)
  • De quelqu’un qui vous pousse dans le dos
  • D’un tour de manège à sensation accélérant très vite
  • D’un saut à l’élastique
  • D’un accident de travail ou d’un accident domestique
  • Etc.

Coup du lapin : les symptômes

Lors d’une entorse cervicale suite à un choc violent, la douleur ressentie est en général aiguë et chronique et vous constatez une certaine raideur au niveau de la nuque.

Vous pourriez bien sûr ressentir ces douleurs au niveau des cervicales, ressemblant parfois aux douleurs ressenties avec le fameux torticolis, mais pas seulement ! La douleur peut aussi se manifester aux épaules, aux bras, et même à la mâchoire.

Des maux peuvent également apparaitre à distance et notamment dans le bas du dos ou encore au niveau des dorsales.

Les troubles associés

Il fréquent de voir d’autres troubles associés au coup du lapin :

  • Céphalées (maux de tête)
  • Troubles de l’équilibre
  • Troubles visuels
  • Vertiges
  • Fourmillements dans les bras, les avant-bras ou les doigts
  • Perte de force avec la sensation de ne pas pouvoir porter les objets du quotidien (comme votre sac de courses ou encore votre ordinateur portable)
  • Sifflements, bourdonnement dans les oreilles (acouphènes)
  • Troubles de la concentration, troubles du sommeil, troubles de l’attention et de la mémoire entraînés par le choc
  • Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM), comme le craquement ou le bruxisme par exemple

Coup du lapin, traumatisme en coup de fouet : que se passe-t-il au juste ?

Nous savons que le coup du lapin est causé par un mouvement violent de la tête qui bascule vers l’arrière, puis vers l’avant. Ce mouvement engendre alors une hyperextension (un relâchement anormal) des articulations du cou.

C’est un mouvement qui, premièrement, impacte les vertèbres cervicales, mais qui peut aussi provoquer des lésions au niveau des muscles, des tendons ou des ligaments du cou par effet de compression ou d’étirement violent. Le pincement s’opérant ici peut impacter les nerfs, qui se retrouvent alors comme « écrasés » au niveau de leur émergence entre deux vertèbres.

Des symptômes persistants

Il est à noter que plus de la moitié des personnes ayant souffert d’un traumatisme cervical continuent de présenter des symptômes six mois après le coup du lapin, avec jusqu’à 30% de cas de douleur et d’incapacité modérée​ à sévère. Il est à noter que le coup de fouet cervical peut également entraîner une névralgie cervico-brachiale, aussi appelée « sciatique du cou ».

Des troubles différés

Il arrive que des troubles associés au coup du lapin comme des migraines ou des vertiges n’apparaissent que beaucoup plus tard, parfois même des années après le traumatisme, comme l’apparition d’arthrose précoce, entre autres.

coup lapin ostéopathe

Qui peut être touché par le coup du lapin ?

Absolument tout le monde peut être concerné par le coup du lapin !

Et s’il est fréquent dans les accidents de la voie publique (selon une étude de la sécurité routière, le coup du lapin représente plus de 50 % des cas de dommages corporels​ provoqués par une collision entre deux voitures), il peut très bien arriver hors d’un véhicule ou en dehors d’une quelconque pratique sportive.

Un ballon pris en pleine tête par exemple peut vous conduire à des semaines de douleurs cervicales. Tout cela pour souligner le fait que personne n’est à l’abri d’un whiplash.

Comment être sûr qu’il s’agit bien d’un coup du lapin ?

Nous vous conseillons, suite à tout choc ou traumatisme ayant mis à mal votre cou et vos cervicales (même léger), de consulter sans attendre votre médecin qui sera à même d’écarter tout signe de gravité et de vous orienter vers le spécialiste adéquat.

Coup du lapin : du bon diagnostic au bon traitement

Votre médecin appose son diagnostic principalement en évaluant vos cervicales par la palpation et par la description que vous ferez de vos douleurs. Dans le cas d’un whiplash, l’examen clinique met en évidence une raideur cervicale et des points relativement douloureux à la palpation ainsi qu’une cervicalgie (douleur au cou) quasi constante.

La cervicalgie peut d’ailleurs apparaître immédiatement (ou dans les heures qui suivent le traumatisme) mais ne peut se faire ressentir que quelques jours après aussi ! La raideur irradie souvent derrière le dos, les épaules et à l’arrière du crâne. La mobilité des cervicales est alors limitée lorsque votre médecin procède à des mouvements.

Constater la présence de céphalées

Votre médecin viendra également rechercher la présence de troubles associés pour confirmer son diagnostic, comme des maux de têtes.

Suite à un coup du lapin, les douleurs sont perçues dans la région de l’arrière du crâne et ressemblent beaucoup aux douleurs de la névralgie d’Arnold (un trouble caractérisé par le pincement d’un nerf partant de la 2eme vertèbre cervicale et générant aussi des maux de tête), ou encore à une migraine.

Rechercher d’autres troubles associés

Votre médecin cherchera également à savoir si vous éprouvez des sensations de déséquilibre et d’étourdissement, des vertiges, ainsi que des troubles proprioceptifs (comprenez ici des troubles de l’équilibre et de la perception du corps dans l’espace).

Des troubles visuels (avec notamment une vision floue), des difficultés d’accommodation, des troubles auditifs avec une sensibilité exagérée aux bruits, des troubles de la mémoire et de la concentration et enfin des troubles du sommeil font également partie des signes que votre médecin viendra identifier.

Coup du lapin : quand il est nécessaire d’effectuer des examens complémentaires

La nuque et la région des cervicales sont des zones extrêmement complexes et pourvues de nombreux os fragiles et de nerfs. Il est donc parfois nécessaire de venir effectuer d’autres examens afin d’écarter tout autre traumatisme pouvant entraîner des troubles plus graves.

Radiographie et scanner

La radiographie est nécessaire si vous souffrez d’une raideur cervicale importante. Cet examen permettra d’écarter toute lésion osseuse qui pourrait évoluer vers une lésion grave (comme un trouble au niveau de la moelle épinière ou du plexus brachial, un regroupement de nerfs localisé à l’arrière du cou).

Lorsqu’une lésion est décelée ou suspectée à la radiographie, un scanner cervical peut être effectué dans un second temps.

Quand l’hospitalisation est nécessaire

En fonction de la violence du choc que vous avez subi et de votre état, une hospitalisation d’urgence peut être nécessaire. En effet des vomissements, des saignements d’oreille, des évanouissements ou encore une paralysie peuvent être les signes d’un traumatisme crânien ou d’une lésion de la moelle épinière.

coup lapin ostéopathie

Coup du lapin : Pourquoi consulter un ostéopathe ?

L’ostéopathe peut, en puisant dans ses différentes techniques ostéopathiques, soulager et prévenir les cervicalgies chroniques.

Son travail passe par la prise en charge du traumatisme et des effets secondaires au choc pouvant venir entraîner des troubles sur tout le reste de votre système musculo-squelettique. Il s’agit d’une réelle prise en charge globale.

Et vous pourriez penser que parce que le choc fut minime, il n’est peut-être pas nécessaire d’en parler à votre ostéopathe, et bien détrompez-vous ! Même un léger choc peut avoir des répercussions et être responsable de nombreux déséquilibres dans votre corps.

La prévention de troubles futurs

La prise en charge aura en effet toute son importance, même en cas de traumatisme léger. Votre ostéopathe sera en effet votre meilleur allié dans la prévention de troubles pouvant se manifester plus tard (arthrose précoce, maux de tête à répétition, troubles de la posture, etc.).

Dans le cas d’une prise en charge d’un traumatisme cervical, notez que plusieurs séances sont en général nécessaires, et c’est d’autant plus vrai lorsque le traumatisme est ancien. Ne traînez donc pas !

Coup du lapin et douleurs cervicales : que fait l’ostéopathe au juste ?

Un travail à distance pour un corps « traumatisé »

Votre ostéopathe commence d’abord par des manipulations à distance, comprenez par là : loin de vos cervicales afin de commencer son travail en douceur.

Pourquoi ? Car le réajustement des organes (poumons, foie, intestins, etc.), des membres (épaules, hanches, etc.), des os du bassin, de la tête ou du reste de la colonne vertébrale (sacrum, coccyx, lombaires, dorsales) pourront en effet permettre un alignement plus fin des vertèbres cervicales.
La colonne cervicale fait partie des endroits stratégique de la posture du corps, et est un carrefour biomécanique, vasculaire et nerveux complexe et sensible à la précision thérapeutique.
Ce qui explique d’ailleurs pourquoi des douleurs cervicales se révèlent lors de la pose d’un appareil dentaire, d’une fatigue oculaire, d’une mauvaise posture prolongée, etc.

La libération des tensions et des contraintes distales

Ainsi, afin que l’ostéopathe puisse travailler, il faudra qu’il commence par libérer les autres tensions de votre corps avant de s’attaquer au foyer douloureux (vos cervicales). Vous remarquerez d’ailleurs qu’il est fréquent que l’ostéopathe vous manipule loin de vos douleurs.

Lors du traumatisme (prenons l’exemple de l’accident de voiture), l’onde de choc projette le corps en avant et la tête en arrière puis en avant. Et lors de ce mouvement, une zone subit énormément de contraintes : c’est la zone des lombaires !

Le travail à distance de votre ostéo consiste donc à relâcher d’abord cette zone ainsi que les dorsales, afin d’aussi éviter toute lombalgie future.

Des manipulations sur les structures environnantes

Le praticien s’intéresse ensuite aux structures environnantes comme les côtes mais aussi et surtout au diaphragme, qui se retrouve spasmé, notamment sous l’effet du stress et de la montée d’adrénaline provoqués par le choc.

Il accordera également une attention particulière à votre sternum et à l’ensemble de votre cage thoracique, très souvent comprimée lors du choc en voiture, d’un plaquage au sol ou encore d’une chute en avant. Et une cage thoracique mise à mal apporte des sensations bien désagréables. Vous pourriez notamment avoir une sensation de compression, d’oppression et avoir du mal à respirer.

Or, on ne vous apprend rien quand on vous dit qu’une bonne respiration est essentielle au bon fonctionnement de votre organisme mais aussi dans la gestion de votre stress. Et quand on sait que le stress a aussi un impact sur les douleurs au cou, le travail de l’ostéopathe au niveau la cage thoracique prend tout son sens.

Un travail minutieux sur le foyer douloureux

Arrive le moment de s’intéresser à vos cervicales… Mais n’ayez crainte, votre ostéopathe à conscience qu’il s’agit d’une zone douloureuse et très sensible suite au choc et il procèdera en douceur !

Son travail ici sera de relâcher votre système musculaire et votre système vertébral qui a pu venir comprimer vos nerfs, vos muscles et votre système vasculaire.

Le travail de l’ostéopathe se fait également sur tous les os du crâne ainsi que sur les membranes qui en tapissent l’intérieur afin de venir lever toutes les tensions pouvant donner par la suite des maux de tête, ou une sensation de compression du crâne par exemple.
Des manipulations douces pour une vraie sensation de libération !

Quelles sont les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge du coup de fouet cervical ?

Bien que l’ostéopathie soit efficace dans la prise en charge d’un traumatisme d’accélération cranio-cervical, elle ne prétend pas être à même de tout soigner.

En effet, lorsque la prise en charge nécessite une intervention chirurgicale (lors d’une entorse cervicale grave avec atteinte discale par exemple) l’ostéopathe pourra venir travailler de pair avec un kinésithérapeute afin de vous aider à retrouver une bonne mobilité au niveau des tissus et améliorer votre confort au quotidien.

Consulter un ostéopathe après une opération chirurgicale permet d’ailleurs aussi d’optimiser le processus de cicatrisation et d’identifier d’éventuelles tensions générées par l’intervention chirurgicale.

Nos conseils

Face à tout traumatisme mettant à mal vos cervicales et votre cou, consultez sans attendre votre médecin, même en l’absence de symptômes directement après le choc.

Afin de soulager les douleurs aux cervicales, vous pouvez apposer de la chaleur (une serviette chaude par exemple) autour de votre cou et sur vos épaules et veillez à éviter les mouvements brusques.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply