0% lus

Digestion difficile ? Fausses routes fréquentes ? Difficulté à avaler vos aliments ? Il semblerait que vous souffriez de troubles de la déglutition, aussi appelés dysphagies.
Et si elles sont fréquentes chez les personnes âgées, les dysphagies toucheraient aussi 2 à 15 % des personnes d’âge moyen.
Mais quelles peuvent être les conséquences de ces troubles, à termes ? Quelles sont les causes des problèmes de déglutition ? Existe-t-il des traitements naturels pour les dysphagies ? Que peut votre ostéopathe pour ces difficultés à déglutir ?

Penchons-nous sur les fonctions de la déglutition et les solutions apportées par l’ostéopathie en cas de dysphagies.

Sommaire

Déglutition : de quoi s’agit-il ?

La déglutition est la fonction qui assure le transport des aliments ou de la salive de votre bouche vers votre estomac. Le tout en évitant les voies aériennes (soit votre trachée). C’est, pour faire simple, l’action d’avaler.
Il s’agit d’un mécanisme très fréquent au quotidien : la déglutition a lieu entre 1200 et 2000 fois par jour à raison de ± 1 par minute en journée et ± 1 toutes les 5 minutes la nuit.

Déglutir : une simplicité apparente

“La déglutition semble si simple à réaliser qu’on ne s’en rend même pas compte. C’est en fait un automatisme que vous avez intégré dès votre plus jeune âge : le développement de la mâchoire se fait même avant votre naissance.
Pourtant, dans les faits, la déglutition n’a rien de simple. Elle se déroule dans un carrefour délicat où se croisent vos voies aériennes et digestives, votre corps doit donc mettre en place toute une stratégie de contractions et de relâchements musculaires.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Une stratégie nécessaire pour que les aliments soient envoyés au bon endroit et éviter l’étouffement lié à une fausse route.

Déglutition : une fonction clé

“La déglutition est une fonction importante de votre corps, elle permet notamment d’assurer la continuité entre la mastication et la digestion dans votre estomac. Des problèmes de déglutition peuvent ainsi entraîner une difficulté pour vous alimenter et donc, de nombreux impacts néfastes en découlant.
Troubles digestifs, perte de poids, fatigue, ou encore diminution du tonus musculaire ne sont que quelques-uns des troubles que peuvent apporter les problèmes de déglutition à terme.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Déglutition : comment ça marche ?

Le mécanisme de déglutition se décompose en plusieurs phases. La phase cérébrale, la phase orale et la phase oro-pharyngée.
Afin de mieux comprendre la prise en charge de l’ostéopathie sur les troubles de la déglutition, penchons-nous en détail sur celles-ci.

La phase cérébrale : les sens mis à contribution

La première phase est, à proprement parler, en amont de la déglutition. Il s’agit de l’activation cérébrale qui se fait lorsque vous êtes sur le point de manger. Les sens entrent alors en jeu :

  • D’abord, la vue et l’odorat : « Est-ce que ce que je vais manger a l’air bon et sent bon ? »
  • Ensuite, l’odorat, le goût et le toucher : « Quel goût a cet aliment ? Quelle saveur me laisse-t-il en bouche ? Quelle est sa texture ? »

Le cerveau anticipe

“Dès le début du repas, avant même que vous ne preniez votre première bouchée, votre corps se prépare aux actions qui sont liées. C’est ce que l’on appelle la pré-activation cérébrale : le cerveau anticipe les actions en fonction de ce que vous avez déjà vécu dans une situation semblable.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Les glandes salivaires s’activent

L’odeur du gratin dans le four vous met « l’eau à la bouche » ? La vitrine du pâtissier vous fait saliver ? C’est parce que votre cerveau active la production de salive, mais ce n’est pas tout.

Le mécanisme se poursuit

Votre cerveau active donc les glandes salivaires, mais aussi le schéma moteur de la mastication, celui de la déglutition et il prépare ensuite l’estomac et les intestins à la digestion.

Le cerveau utilise aussi bien d’autres compétences. Notamment celle qui vous permet d’apporter la nourriture à votre bouche, de happer votre cuillère, vos baguettes ou encore de garder les aliments et les liquides en bouche grâce aux lèvres (donc de rester continent).

“Vous comprenez ainsi que la déglutition débute en amont, par des mécanismes très globaux sur lesquels on peut agir chez les personnes ayant des troubles de la déglutition.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Stimuler les fonctions, jouer avec la flaveur

Stimuler ces fonctions aide votre cerveau à se mettre dans les meilleures conditions pour une déglutition plus facile.

“Cela peut passer par la préparation de plats qui vous plaisent pour contenter vos sens, ou encore en variant les odeurs, les saveurs et les textures en bouche. On parle en fait de flaveur pour désigner les sensations olfactives, gustatives et tactiles connues lorsque vous mangez.
Veillez également à jouer sur les quantités ingérées. Pour faciliter le passage des aliments, il est préférable de faire de plus petites bouchées.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Garder la tête droite

La posture céphalique (comprenez le port de tête) est aussi un élément important dans la déglutition. Vous avez très certainement remarqué qu’il vous est plus facile de déglutir lorsque votre tête est droite (le regard vers l’avant). Ou encore légèrement relevée (regard/menton légèrement vers le haut).
Dans les positions en flexion (le regard ou le menton vers le bas) en revanche, les fausses routes sont plus probables. Cette dernière position restreint en effet l’espace dans votre gorge (le pharynx) et les aliments passent plus difficilement (leur passage est très perceptible et désagréable).

Que peut l’ostéopathe ?

“L’action de l’ostéopathe comprend des conseils et à un accompagnement sur ces derniers points.
Votre ostéopathe peut également travailler sur votre posture globale. En effet elle est liée à ce qui vient en amont de la déglutition, et qui sera lié à l’acte d’apporter la nourriture à votre bouche. Pour ce faire, il peut avoir à travailler sur votre colonne vertébrale, vos membres supérieurs ou encore vos épaules.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

La phase orale : préparation du bol alimentaire

La phase orale correspond à la phase de préparation des aliments avant la déglutition.
Il s’agit donc de :

  • la mastication (via la mandibule et les dents),
  • la salivation (par les glandes salivaires),
  • et le malaxage (par la langue et les joues).

La modification des aliments

Cette phase consiste à modifier les aspects physiques et chimiques des aliments pour le transformer en bol alimentaire. Le bol alimentaire (ou bolus) définit la nourriture ingérée, mastiquée et imprégnée de votre salive.
Une phase qui permet donc de réduire en plus petits morceaux vos aliments. Mais aussi de commencer à les dissoudre grâce aux enzymes contenus dans votre salive.

Pour une meilleure digestion

“Cette phase est particulièrement importante pour que votre digestion se déroule correctement. Plus les morceaux seront petits et enveloppés de salive, plus la digestion dans votre estomac en sera facilitée. Et donc de meilleure qualité.
Aussi, mastiquer longuement vos aliments change la consistance du bol alimentaire en bouillie. Cela permet d’autant plus de faciliter la déglutition. Mais pour cela, il faut que toutes les parties de votre système masticatoire soient fonctionnelles.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Focus sur le système masticatoire

La mâchoire et les dents

L’articulation temporo-mandibulaire, ou ATM, est une articulation qui vient lier votre mâchoire inférieure aux os de votre crâne. Celle-ci doit être libre pour pouvoir mastiquer correctement, elle ne doit pas être restreinte. Il faut donc veiller à traiter tout blocage, claquement, ou craquement de mâchoire.

Vos dents, quant à elles, doivent être en capacité de broyer les aliments. Elles doivent donc être en nombre suffisant, de bonne forme et solides.
Un problème dentaire ou encore un mal de dents peut vous empêcher de mastiquer correctement et peut donc fortement impacter votre digestion. Sans compter que cela puisse être très inconfortable, voire douloureux, notamment lorsque les aliments sont durs.

Les gencives

Vos gencives, elles aussi, doivent être en bonne santé, sans quoi, il peut être très gênant de mâcher longuement. Résultat ? La déglutition et la digestion seront plus compliquées.
C’est notamment le cas lors :

  • d’inflammations des gencives (gingivites),
  • ou d’inflammations des tissus entourant les dents (parodontites).

Les glandes salivaires

Les glandes salivaires comprennent :

  • les parotides,
  • les sub-linguales,
  • et les sub-mandibulaires.

Elles doivent produire une salive de bonne qualité et en quantité suffisante.

“Pour cela, une bonne hydratation est indispensable. La salive est, en effet, produite à partir de la filtration du sang qui circule dans des vaisseaux sanguins microscopiques (les capillaires). Elle doit également contenir les bons enzymes, dans le but de démarrer la digestion des aliments.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Lorsqu’il existe un trouble au niveau de ces glandes, cela peut entraîner, outre des douleurs à la mâchoire et dans la bouche, une dégradation de la mastication et donc, à fortiori, une digestion difficile. Bien mastiquer ses aliments peut par exemple vous aider à prévenir la constipation.

Ces glandes peuvent notamment souffrir :

  • de gonflements,
  • de calculs (sialolithiase),
  • d’infections (sialadénite),
  • ou encore d’anomalies comme la xérostomie, caractérisée par la diminution ou l’absence de salive.

La langue et les joues

“Pour terminer, votre langue et vos joues ont aussi leur rôle à jouer. Elles servent à diriger les aliments de part et d’autre de la mâchoire lors de la mastication. Une étape indispensable pour enrober le bol alimentaire de votre salive et répartir les efforts de chaque côté.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

D’ailleurs, peut-être avez-vous remarqué comme il vous est difficile de mâcher lorsque vous sortez d’une consultation dentaire avec une anesthésie de la bouche ? Votre salive coule, vos lèvres ne se ferment pas bien, vos joues sont flasques et votre langue, elle, paraît quelque peu anarchique.

Qu’apporte l’ostéopathie ?

“Lors d’une consultation pour la mâchoire, l’ostéopathe examine les fonctions que nous venons de citer, en fonction des gênes que vous lui communiquerez. Et notamment vos troubles de la déglutition.
Votre ostéopathe recherche des anomalies pour vous proposer un travail adapté. Il peut éventuellement vous orienter vers un dentiste ou orthophoniste dans le cas où des travaux dentaires seraient nécessaires.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Soins sur l’articulation temporo-mandibulaire (ATM)

L’ostéopathe est à même d’identifier un éventuel mauvais fonctionnement de la mâchoire et de réajuster celle-ci. Comme par exemple en cas de SADAM. Peut-être n’en avez-vous pas conscience, mais un décalage par exemple, même minime, peut avoir des effets néfastes ici et là dans votre corps, parfois même très à distance.

Point sur les troubles de la salivation

“Si vous présentez un problème de salivation, il est important de consulter votre médecin rapidement. Un défaut de salivation peut notamment être causé par une infection ou un calcul bloquant le flux. Dans ce cas, l’ostéopathe ne pourra agir qu’après le traitement médical.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Optimiser la fonction de la langue et des joues

Concernant la langue et les joues et comme pour la mâchoire, l’ostéopathe est à même de réhabiliter leurs fonctions. Ici, il s’agit de faire appel à des techniques et exercices sur les muscles et les fascias (des membranes entourant muscles, organes et bien d’autres).

La phase oro-pharyngée : un enchaînement rapide

Cette phase concerne la déglutition. Elle se déclenche lorsque les aliments passent l’isthme du gosier.
L’isthme du gosier ? C’est cette partie au fond de votre bouche, à l’arrière de votre langue, où l’on retrouve la luette ou uvule, en forme de M.

“On observe pendant cette phase un enchaînement musculaire continu, rapide et particulièrement complexe qui dure moins de 2 secondes. Durant cet enchaînement, la partie orale, en fond de bouche, est contrôlable. Contrairement à celle dans le pharynx qui est totalement automatique.
Votre langue dirige les aliments vers l’arrière, par un mouvement de vague d’avant en arrière contre votre palais. La respiration s'interrompt, les cordes vocales se ferment. Les muscles et cartilages de la gorge dirigent les aliments vers l’œsophage.
La respiration reprend et les aliments passent rapidement dans l’œsophage pour se retrouver dans l’estomac. La déglutition se termine ici. Un nouveau cycle repart.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Les problèmes de déglutition

Les troubles de la déglutition sont variés, il peut s’agir de :

  • Sensation de forçage (inconfort, impression de devoir forcer le passage des aliments, mais surtout de la salive)
  • Fausse route
  • Sensation d’étouffement ou d’étranglement
« J’ai avalé de travers »

Par fausse route, comprenez que toute ou partie des aliments sont dirigés par erreur vers la trachée. Et ce, à cause d’une insuffisance de fermeture de l’épiglotte (une structure du larynx). C’est le fameux « j’ai avalé de travers » ou encore, « c’est passé par le mauvais tuyau ».
En langage médical, on parle de dysphagie. Ou encore de presbyphagie lorsque ces problèmes de déglutition sont liés au vieillissement naturel, à l’âge.

Causes des troubles de la déglutition

Avec le vieillissement, les troubles de la déglutition augmentent. Notez cependant que des inflammations et infections de la gorge (comme des angines, pharyngites, œsophagites) peuvent aussi gêner la déglutition.
En fait, les problèmes de déglutitions peuvent avoir de nombreuses origines.
Comme par exemple :

  • certaines maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson ou encore la maladie d’Alzheimer,
  • des séquelles d’opération,
  • ou encore un cancer de la gorge.

Problème de déglutition : une cause psychologique ?

« J’ai une boule dans la gorge », « J’ai la gorge nouée ».
Ces expressions que l’on connaît bien ne sont pas anodines. Les émotions négatives comme le stress ou encore la tristesse peuvent venir impacter la motricité œsophagienne.
De nombreuses études montrent un lien significatif entre la dysphagie et les troubles émotionnels. D’ailleurs, chez les patients jeunes et ne présentant aucun souci de santé, la cause associée sera bien souvent d’ordre psychologique, on parle de cause psychosomatique.
Mais cela est aussi vrai dans l’autre sens. Certaines de ces études affichent que 30 à 40 % des sujets souffrant de dysphagie associent des symptômes de dépression et d’anxiété. Il faut dire que la dysphagie peut grandement impacter la qualité de vie, et même mener jusqu’à l’isolement et la dépression.
Ainsi, si les troubles émotionnels peuvent être à l’origine de dysphagies, l’inverse semble vrai aussi.

Dysphagies et ostéopathie : que fait l’ostéopathe ?

“En ostéopathie, la prise en charge des troubles de la déglutition se fait par un travail global sur le système cervico-maxillo-facial. Comprenez qu’en plus d’un bilan global sur votre corps, votre ostéopathe s’intéresse à certaines régions spécifiques.
La région du cou et de la gorge, la région céphalique (soit le crâne et l’articulation avec les cervicales) ainsi que la région maxillaire et faciale (soit la mâchoire et le visage) sont particulièrement regardées.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Des soins au cas par cas

Votre ostéopathe examine, en fonction du motif de la consultation et de vos symptômes, les différentes zones et fonctions auxquelles elles sont associées.
À partir de là, le praticien pourra proposer un traitement adapté à chacun. Une partie de ce traitement se fera en consultation avec lui, une autre, à la maison.

Des techniques douces et précises

“En consultation, l’ostéopathe réalise certaines techniques de relâchement, d’équilibrage des tensions et des ajustements articulaires, tout en douceur. Ensuite, des exercices et conseils d’abord vus et expérimentés en séance devront être appliqués à la maison. Tout cela en vue de poursuivre et de pérenniser votre traitement.”

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Notez que plusieurs consultations avec votre ostéopathe seront nécessaires afin de contrôler l’évolution de vos troubles et de poursuivre le travail en étant accompagné de la meilleure manière qu’il soit.

Une prise en charge possible des troubles psychosomatiques

“Nous l’avons vu, la déglutition découle de mécanismes cérébraux, musculaires, articulaires précis et complexes. Des émotions réprimées, non acceptées, en désaccord avec ce que vous voulez être peuvent impacter votre cerveau. Et donc perturber sa fonction optimale en diminuant la perfection avec laquelle ce dernier agit. Cela peut ainsi provoquer, entre autres, une dysphagie.”

Éléonore VincentOstéopathe DO

Il est donc important de ne pas négliger la sphère somato-émotionnelle lors du traitement. Si l’origine de vos dysphagies est en partie psychosomatique, votre ostéopathe peut travailler sur plusieurs axes. Qu’il s’agisse d’un état de stress, ou bien d’un traumatisme émotionnel non intégré, des techniques et des soins adaptés existent.

Une approche somato-émotionnelle

“Le but sera de détecter les mémoires émotionnelles. Qu’elles soient liées soit à un traumatisme émotionnel, à des émotions non acceptées, refoulées etc. Elles peuvent entraîner des tensions avec un réel changement qualitatif des différents tissus. Comme par exemple au niveau des articulations, des muscles, des fascias, etc. C’est à cela que l’on fait référence lorsque l’on parle de mémoire émotionnelle. Puis, si la personne est prête, un travail lui permettant de l’aider à relâcher cette tension est débuté. Ce qui lui permettra ainsi de libérer la ou les mémoires émotionnelles pouvant gêner la fonction de la déglutition.”

Éléonore VincentOstéopathe DO

En attendant votre consultation chez votre ostéopathe, gardez en mémoire les conseils suivants.

Déglutition difficile : nos conseils

  • Coupez votre nourriture en morceaux raisonnables (et adaptés à votre capacité à mâcher)
  • Mastiquez longuement afin de réduire les aliments en bouillie
  • Égayer les flaveurs des aliments pour augmenter le plaisir de manger
  • Veillez à vous tenir droit lorsque vous mangez
  • Hydratez-vous régulièrement afin de maintenir une production de salive optimale

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste de la santé de la femme. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.