0% lus

La poussée des dents de sagesse a été ou est pour de nombreux français une expérience particulièrement désagréable. Entre les douleurs liées au développement de celles-ci et les complications éventuelles comme les abcès ou encore le désalignement des dents, il faut dire que ces molaires peuvent donner du fil à retordre !

Mais à quoi servent les dents de sagesse au juste ? Leur extraction est-elle indispensable ? Quel est l’impact de leur poussée sur le reste du corps ? Quels sont les symptômes associés à leur émergence ? Quel rôle joue votre ostéopathe dans la prise en charge ?

Nous répondrons à toutes ces questions ici et cet article vous est destiné, que vos dents de sagesse n’aient encore poussées, qu’elles aient poussées et n’aient pas été retirées, que celles-ci aient été extraites ou encore en prévention pour votre enfant. Pourquoi ? Car un léger déséquilibre au niveau de la mâchoire et c’est l’ensemble du corps qui peut en pâtir !

À quoi servent les dents de sagesse ?

Les dents de sagesse sont les dernières molaires, émergeant généralement entre 17 et 21 ans. Comme toutes ses sœurs les molaires, les dents de sagesse servent à broyer les aliments lors de la mastication, tout comme le feraient un pilon et un mortier.

Les dents de sagesse, plus importantes que l’on ne le pense

Leur mission ne s’arrête pas là ! Elles ont aussi un rôle de guide, de « limite » postérieure à la fermeture de la mâchoire. En effet lorsque les dents de sagesse du haut et du bas sont en contact, il est impossible de fermer davantage la mâchoire.

Et bien heureusement d’ailleurs puisque cela permet de protéger l’articulation temporo-mandibulaire (communément appelée l’ATM, l’articulation reliant votre os temporal à votre mandibule) d’une compression excessive lors d’un effort de fermeture intense, et ainsi donc d’éviter les douleurs.

Tout comme les autres dents, les dents de sagesse ont aussi un rôle très important à jouer dans la proprioception (la perception de la position dans l’espace) de la mâchoire, grâce à une sensibilité très fine. C’est ce qui vous permet notamment de relâcher votre mâchoire lorsque celle-ci est excessivement serrée, permettant ainsi de prévenir des contraintes mécaniques trop importantes.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Le saviez-vous ?

On les appelle dents de sagesse car elles apparaissent avec l’âge, et l’on dit qu’avec l’âge apparaissent la raison et la sagesse ! Dans certains pays, on les appelle « dents de 20 ans » (en Turquie), « dents de l’amour » (en Corée), ou même encore « dents que les parents ne connaissent pas » (au Japon) !

Dents de sagesse : les symptômes

  • Des douleurs localisées dans la région des dents de sagesse mais aussi parfois irradiante au niveau de l’ATM.
  • Des gencives bien souvent sensibles et enflammées pouvant saigner plus fréquemment au niveau de l’émergence des dents de sagesse.

Bon à savoir

Une dent de sagesse peut s’infecter alors même qu’elle est encore sous la gencive. L’infection provoque alors une vive douleur accompagnée de gonflements, de mauvais goût dans la bouche, de douleur pulsatile, de fièvre, d’une limitation d’ouverture et d’une certaine raideur au niveau de la mâchoire.

Dents de sagesse : les symptômes associés

Bien que plus rares, il est possible que la poussée des dents de sagesse déclenche d’autre symptômes :

  • Douleurs dans les oreilles ou bourdonnements et acouphènes
  • Maux de tête et migraines
  • Bruxisme du fait d’une mauvaise occlusion dentaire (il s’agit du positionnement et de l’alignement des dents de la mâchoire supérieure par rapport à celles de la mâchoire inférieure.), ou bruxisme pour soulager une douleur liée à la poussée (besoin de mâchouiller comme les enfants qui ont les dents qui poussent par exemple).
  • Douleurs au niveau du cou, des trapèzes et parfois même au bassin ou aux membres inférieurs du fait du déséquilibre postural ou encore des attitudes antalgiques que vous pourriez adopter spontanément en vue de diminuer la douleur.
  • Stress et fatigue bien sûr, les maux dentaires ont la particularité, du fait de leur intensité, de nous mettre particulièrement sur les nerfs et de nous épuiser !
dents de sagesse ostéopathie

Est-il nécessaire d’extraire systématiquement les dents de sagesse ?

Non, il n’est pas toujours nécessaire d’extraire les dents de sagesse. D’ailleurs, lorsque la mâchoire se développe correctement et que celle-ci dispose de suffisamment de place pour leur émergence, il est même préférable de les garder et de les laisser en place, pour les raisons citées précédemment.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Lorsque la croissance est altérée

Il arrive cependant parfois que le potentiel de croissance de la mâchoire soit ralenti ou encore limité pour différentes raisons : il peut s’agir de facteurs génétiques constitutionnels ou encore d’excitations fonctionnelles excessives, insuffisantes ou encore déséquilibrées comme :

  • La fonction succion-déglutition
  • La fonction mastication-déglutition
  • La ventilation (la respiration)
  • La praxie (la coordination des mouvements dans un but précis)
  • Le tonus de base
  • La posture (mâchoire et posture sont étroitement liées)

Stimuler la croissance pour mieux accueillir les futures dents de sagesse

Notez toutefois que lorsque le potentiel de croissance de la mâchoire est limité par les facteurs ci-dessus énoncés, il peut être stimulé grâce à une prise en charge spécifique.

Il s’agira notamment d’une prise en charge fonctionnelle précoce préventive (avant l’apparition des dents de lait, sur les dents de lait, ou encore sur une dentition mixte en fonction de l’âge de l’enfant).

Il peut également s’agir d’un traitement interceptif (le fameux appareil posé par l’orthodontiste) si possible avant 7-8 ans, quand le potentiel de croissance de la mâchoire est encore important ou au plus tard avant le pic de croissance pré-pubertaire (survenant autour de 11 ans). Avec ce type de traitements, la mâchoire de l’enfant peut suffisamment se développer pour accueillir ses dents de sagesse.

Votre enfant ou adolescent porte un appareil dentaire ? Découvrez l’intérêt de l’ostéopathie en cas d’appareil dentaire.

Garder ses dents de sagesse : quels sont les risques ?

Altération de l’occlusion

l est malheureusement fréquent que la croissance de la mâchoire soit insuffisante pour laisser de la place aux dents de sagesse. Ces dernières peuvent alors émerger en venant pousser les autres dents, perturbant alors leur alignement et altérant de ce fait l’occlusion.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Impacts sur les dents environnantes

Elles peuvent aussi rester incluses et pousser horizontalement, en direction de la racine de la molaire voisine, pouvant alors sérieusement mettre en péril la santé de cette dent.

Péricoronarite et operculites

Enfin, la dent de sagesse peut également sortir que partiellement de la gencive, pouvant alors poser un problème d’hygiène car des bactéries peuvent se développer et se loger dans l’espace existant entre la dent de sagesse et la gencive la recouvrant.

Ceci cause généralement des abcès accompagnés ou non de douleurs importantes (c’est ce que l’on appelle péricoronarite ou operculite).

Le saviez-vous ?

Absolument tout le monde peut être concerné par le sujet des dents de sagesse. Hommes comme femmes, les dents de sagesse sont présentes chez la majorité de la population.
Il arrive cependant que certaines personnes ne disposent que d’une, de deux ou de trois dents de sagesse voir aucune (bien que très rare).

Quelles peuvent être les conséquences d’une extraction des dents de sagesse ?

Lorsque l’ouverture de la mâchoire est limitée, il est possible que le chirurgien force légèrement l’ouverture afin de disposer d’un meilleur accès pour l’opération.
Cette pratique peut engendrer un claquement au niveau d’une ou des deux articulations temporo-mandibulaires (ATM), claquement du à une subluxation du ménisque.

extraction dents de sagesse ostéopathe

Dents de sagesse et ostéopathie

Ostéopathie en prévention de l’apparition des dents de sagesse

Il peut être intéressant d’emmener votre enfant dès son plus jeune âge chez votre ostéopathe, pour un accompagnement dans sa croissance. En effet, plus un problème de croissance est pris en charge tôt, plus il sera aisément et rapidement réglé, conditionnant alors le bon développement de la mâchoire.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Une attention particulière pour la sphère ORL

Ici, l’ostéopathe cherchera d’abord à déterminer si toutes les fonctions de la sphère ORL (la région du corps comprenant le nez, les oreilles et la gorge) sont bien assurées et qu’elles ne viennent pas freiner la croissance de la mâchoire. Il s’agira notamment d’examiner la ventilation nasale, la déglutition, la mastication ou encore la succion pour les plus petits.

L’ostéopathe portera son attention sur le crâne, la face, le cou et les épaules dans un premier temps mais procèdera également à un bilan plus global. Les manipulations et soins de l’ostéopathe sont particulièrement doux et seront sans douleurs pour votre petit.

Bon à savoir

Le travail de l’ostéopathe peut tout à fait se faire en parallèle de soins d’orthodontie ou d’orthophonie. Notez d’ailleurs que de plus en plus de personnes se font poser un appareil dentaire à l’âge adulte.

Pourquoi l’ostéopathe s’attarde sur les fonctions ORL ?

Car il existe des liens particulièrement complexes entre la mâchoire et la sphère ORL. Si ces interactions vous intéressent, envisagez la lecture de l’article traitant de l’imbrication entre la sphère ORL et l’ATM.

Ostéopathie en amont de l’extraction des dents de sagesse

Dans le cas où il faille extraire les dents de sagesse, votre ostéopathe pourra intervenir dans le but de faire gagner en souplesse à la mâchoire, permettant ainsi de l’ouvrir plus aisément afin que le chirurgien puisse procéder à l’extraction des dents de sagesse sans contraintes.
Il s’agit alors ici d’anticiper et d’éviter un traumatisme au niveau des ATM (et notamment la subluxation méniscale) mais aussi à tendre vers une récupération postopératoire plus rapide.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Ici, il se peut que l’ostéopathe donne, en complément des soins reçus lors des séances, quelques exercices simples à pratiquer à la maison jusqu’au jour de l’extraction des dents de sagesse.

Ostéopathie après l’extraction des dents de sagesse

Vous n’avez pas bénéficié d’une consultation avant l’extraction ou ne saviez pas qu’il était opportun d’amener votre enfant avant son opération dentaire ? Pas de panique, après la chirurgie, l’ostéopathe peut également intervenir et aider à calmer les éventuelles douleurs résiduelles avec des manipulations douces, sur la mâchoire notamment.

C’est aussi l’occasion de vérifier les autres structures environnantes pouvant avoir été mises à mal lors de l’opération mais aussi de booster son système immunitaire pour une récupération plus rapide.

Dents de sagesse : les limites de l’ostéopathie

Dans le cas où un travail en orthodontie est nécessaire, les soins de l’ostéopathe s’inscrivent en complément du dit traitement afin que celui se déroule dans les meilleures conditions possibles.
Aussi, il est toujours opportun face à des douleurs liées aux dents de sagesse de consulter son dentiste en premier lieu afin de s’assurer qu’il n’y a pas de problème d’ordre médical.

Clément ArnaudonOstéopathe DO spécialiste de la sphère ATM

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes de l’articulation temporo-mandibulaire (mâchoire)

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply