0% lus

Que savez-vous du développement de la mâchoire chez le bébé et chez l’enfant ? Quelles sont les premières fonctions qui se développent ? Quels signes peuvent vous faire suspecter un trouble du développement de la mâchoire ? Ou un trouble fonctionnel de la bouche chez votre bébé ou enfant ?

Il existe des troubles du développement de la mâchoire chez l’enfant qu’il est important de connaître. En effet ils peuvent avoir des répercussions une fois à l’âge adulte et c’est tout le sujet de cet article. Qui consulter ? En quoi l’ostéopathie peut-elle aider les enfants dans ce domaine ? A partir de quel âge doit-on surveiller le développement de la mâchoire de son bébé ? Les réponses ici.

Le développement de la mâchoire de l’enfant

La mâchoire de l’enfant commence à se développer au cours de la grossesse, alors qu’il n’est encore qu’un petit embryon.

Ce développement se poursuit au stade fœtal (soit environ à la 8ème semaine de grossesse), avec l’apparition des premières fonctions. Fonctions qui lui serviront tout au long de sa vie.

A savoir :

  • la succion,
  • la déglutition,
  • et le fouissement : action des lèvres de bébé en recherche du mamelon de maman pour téter.

À mesure que le fœtus grandit dans le ventre, il acquiert ses capacités. Notamment en déglutissant du liquide amniotique et du liquide pulmonaire (jusqu’à 2L par jour en fin de gestation). La stimulation de ses lèvres par ses mains, quant à elle, participe au développement de la succion et du fouissement.

Le rôle du liquide amniotique

C’est au travers du liquide amniotique que le fœtus commence à différencier les odeurs et les saveurs.

La succion – déglutition

La succion et la déglutition font partie des premières fonctions qui se développent. Et ce, afin que bébé puisse se nourrir correctement à la suite de l’accouchement.

Un apprentissage continu

Ces fonctions vont s’affiner dans les 6 premiers mois de vie, jusqu’à l’arrivée des premières dents de lait de l’enfant. Cela contribue au développement de son crâne, de sa face et de sa mâchoire.

Comment ? L’effort produit par les muscles de sa langue, de ses lèvres et de sa mâchoire vont exercer des contraintes sur ses os. Ce qui va alors stimuler leur croissance.

Stimuler la croissance des os

Ces stimulations sont d’autant plus importantes qu’elles conditionnent :

  • le développement vers l’avant de sa mandibule (la partie basse de la mâchoire, celle qui bouge),
  • ainsi que le développement de son palais (donc de la partie haute de sa mâchoire).

Notez que ces actions musculaires sont favorisées par l’alimentation au sein. Cette dernière nécessite en effet plus d’effort de la part de bébé pour obtenir la même quantité de lait qu’il aurait avec l’alimentation au biberon.

La mastication-déglutition

À partir de l’apparition des premières dents de lait, l’enfant va commencer à acquérir un mouvement de préhension. La préhension la capacité d’une structure ou d’un organe donné à saisir des objets. Ce mouvement de préhension devient ensuite le mouvement de morsure, avec ses petites incisives. Les incisives sont les dents au centre, les premières dents de lait à pousser, vers les 6-8 premiers mois de bébé.

Bébé bave beaucoup, est-ce normal ?

Bébé commence donc à mâchouiller et à devoir déglutir la salive produite en même temps. Au début il y a quelques ratés. Aucune inquiétude à avoir si votre bout de chou bave, c’est simplement car il n’a pas encore le tonus des lèvres correspondant au nouvel écartement de sa mâchoire, mais aussi car son système nerveux est en train d’apprendre au fur et à mesure de son développement.

Une période clé du développement

C’est aussi dans cette phase que bébé commence à acquérir le langage, en babillant. À ce moment là, ses systèmes lingual (soit relatif à sa langue) et manducateur (sa mâchoire), sont très sollicités. En somme, bébé est à une période clé de son développement.

Les premières dents de bébé

À l’arrivée des premières dents de bébé, il peut alors commencer la diversification alimentaire à base de purées apportées à la bouche par une cuillère. La fonction de succion est donc doublée, puis progressivement remplacée par une nouvelle stratégie de praxie à la cuillère, afin de s’alimenter différemment.

La praxie ? C’est simplement sa capacité à coordonner ses mouvements dans un but précis, ici en l’occurrence, les mouvements effectués en vue de s’alimenter.

Le rôle de la ventilation

Lorsque l’on parle de ventilation, c’est pour désigner l’air qui circule (qui entre ou sort donc) entre les poumons, et le nez ou la bouche. On parle de ventilation nasale lorsque l’air circule par le nez et, de ventilation buccale lorsque c’est par la bouche.
La ventilation est donc associée à la respiration, qui est, rappelons-le, l’une des fonctions les plus importantes du corps humain car elle permet notamment l’absorption du dioxygène de l’air vers le sang.

Les fausses routes sont évitées

Chez le nourrisson, la ventilation se fait par le nez lors de l’effort de succion. Les fausses routes (le fait d’avaler de travers) sont évitées par l’action des muscles de sa langue et de sa gorge (son larynx plus particulièrement) lors de la déglutition associée à la succion.
Si la ventilation est bien libre au niveau de son nez, bébé pourra bien s’alimenter afin que son développement se déroule au mieux.

Bébé a le nez encombré

En revanche, si le nez de bébé est encombré, il devra arrêter fréquemment de téter, pour reprendre son souffle. La prise de lait au sein risque alors de lui être beaucoup plus difficile, plus longue, plus fastidieuse.

Si tel est le cas, on passe généralement à l’alimentation au biberon, afin que bébé ne perde pas de poids et puisse continuer à s’alimenter correctement.

Seulement, avec l’alimentation au biberon, bébé ne fait pas travailler la langue et la mâchoire de la même façon. En fait, il ne les fait quasiment pas travailler, car le lait vient assez facilement avec le biberon. Lui mettre une tétine dite physiologique ou anatomique (qui demande un effort) serait en fait aussi compliqué pour lui que de lui donner le sein.

Bébé perd du poids

Vous comprenez ainsi que lorsque bébé s’alimente mal, il peut être intéressant d’explorer sa capacité à ventiler par le nez et donc d’envisager de consulter un pédiatre ORL afin de trouver d’où peut venir le problème. Les troubles ORL du bébé sont en effet fréquents, surtout en période hivernale.

Problèmes de ventilation chez l’enfant

Quand l’enfant grandit, ces problèmes liés à la ventilation peuvent fortement modifier son comportement vis-à-vis des repas. Il pourra notamment avoir besoin de manger la bouche ouverte pour pouvoir respirer, ou encore être amené à devoir manger très vite en mâchant peu afin de pouvoir reprendre sa respiration à chaque bouchée. Ce qui peut créer des problèmes dans son système digestif (la mastication suffisante des aliments étant particulièrement importante pour une bonne digestion). Il devra aussi manger plutôt mou ou encore couper assez petit les aliments durs. Et cela n’aide pas à activer les muscles de la mâchoire et donc à stimuler la croissance des os.

La ventilation est d’autant plus importante que le passage de l’air dans les sinus participe également à leur développement et donc à celui du palais (en effet, les sinus sont situés juste au dessus du palais et sont notamment délimité par l’os maxillaire sur lequel s’insèrent les dents du haut).

Chez l’enfant comme chez le nourrisson, il sera aussi important d’investiguer les troubles liés à la ventilation avec des spécialistes (pédiatres, dentistes, ostéopathes, orthophonistes) et bien sûr travailler avec l’enfant afin de réhabiliter cette dernière.

Trouble du développement de la mâchoire et occlusion chez l’enfant

Maintenant que nous avons fait le tour des fonctions, il est plus simple de comprendre que lorsque l’équilibre de ces mêmes fonctions n’est pas optimal et que la croissance ne suit pas, cela peut conduire à différentes situations et troubles.

Pourquoi emmener bébé chez l’ostéopathe ?

L’ostéopathe peut jouer un rôle important dans la prise en charge de ces troubles liés à la mâchoire et à la sphère ORL.

Avant d’entrer dans le détail cependant, notez qu’il est important que l’enfant voie un orthodontiste, de préférence un spécialiste qui travaille de manière fonctionnelle, autour de ses 6 ans. C’est en effet à cette période qu’un traitement orthodontique aura le plus grand potentiel de réussite puisque l’enfant est en croissance et donc son crâne encore facilement « modelable ».

Ces troubles du développement de la mâchoire retrouvés plus tard

Ces problèmes d’occlusion et ces anomalies dans les fonctions de la bouche chez le bébé peuvent se retrouver plus tard. A l’enfance, à l’adolescence ou encore à l’âge adulte. Si elles ne sont pas prises en charge.

Ces troubles peuvent agir sur la posture globale. En effet la mâchoire est l’un des capteurs posturaux du corps. Ils peuvent aussi provoquer de l’apnée du sommeil. Selon la Fédération Française d’Orthodontie (FFO) entre 1,2 et 5,7% des enfants de 6 ans souffrent d’apnée du sommeil. Il a également été rapporté que 70% des enfants souffrant de ce trouble du sommeil présentent des troubles de la mâchoire.

Prises en charge en ostéopathie

Ces troubles des rapports dento-dentaires (ou problèmes d’occlusion, soit la manière dont les dents du haut s’engrènent avec celles du bas) peuvent être pris en charge très tôt et de manière pluridisciplinaire.

Si votre ostéopathe est le premier à déceler des troubles ORL chez votre enfant, il pourra vous orienter vers un praticien en pédiatrie et accompagner votre enfant par la suite, pour la réhabilitation de ses troubles.

Rétablir des fonctions optimales

Dans la prise en charge des fonctions, l’ostéopathe s’intéresse notamment :

  • à la ventilation,
  • à la succion,
  • à la mastication
  • à la déglutition,
  • mais aussi à son système digestif.

Car s’il est important que la mâchoire de l’enfant fonctionne correctement pour que son système digestif assure ses fonctions de manière optimale, l’inverse est aussi vrai. Il est important que le système digestif de votre enfant fonctionne bien pour qu’il puisse utiliser sa mâchoire correctement.

Une meilleure ventilation

Pour réhabiliter la ventilation nasale de votre petit, l’ostéopathe s’intéresse, après l’examen effectué par le spécialiste ORL, à la capacité de l’enfant à respirer par le nez. Son travail s’appuie sur diverses techniques et exercices très doux, afin d’aider l’enfant à récupérer.

L’ostéopathe peut par exemple utiliser l’odorat pour stimuler l’enfant. Et vous donner des exercices à faire à la maison sur cette base, avec vous, parents. Si parfois le travail s’avère difficile, il pourra avoir recours à des éducateurs fonctionnels de type intercepteur labial (orthoplus), un dispositif orthodontique.

Un mécanisme de succion optimal

Dans le cas des nourrissons, le travail se fait plutôt sur le complexe succion-déglutition. Il s’agit de stimuler à nouveau bébé sur ses réflexes innés (fouissement avec les lèvres, pression de la langue, etc.) afin qu’il recommence à s’alimenter au sein si possible, ou encore au biberon avec une tétine physiologique.

Les techniques utilisées par l’ostéopathe sur bébé seront toujours des techniques très douces.

Une mastication plus performante

Pour travailler sur la mastication, l’ostéopathe doit d’abord s’assurer qu’au niveau articulaire, tout est libre et suffisamment mobile. Que ce soit au niveau de la mâchoire de votre enfant, mais aussi de son cou.

Pourquoi ? Car la mâchoire et le cou travaillent en synergie lors de la mastication. Les techniques de détente ou techniques en énergie musculaire seront souvent utilisées. Ainsi que des techniques sur les fascias. Les fascias sont des membranes qui entourent les muscles et les maintiennent en place tout en permettant leur glissement entre eux.

Votre ostéopathe peut aussi ici proposer des exercices simples afin de poursuivre le travail à la maison, ce qui potentialise l’efficacité des soins en ostéopathie pour bébé ou enfant.

Une déglutition sans entrave

Là encore, le travail de l’ostéopathe consiste à s’assurer du bon passage des aliments dans le larynx (soit la gorge) et vers l’estomac. Afin que votre enfant ne connaisse pas de fausses routes.

L’ostéopathe utilise pour ce faire des techniques musculaires et tissulaires sur le cou et la gorge. Il s’assure d’être le moins invasif possible : il veille à ce que cela soit le moins gênant et inconfortable pour votre petit. Il s’agit de faire appel à des exercices sur la langue et le larynx afin de réhabiliter la dynamique de déglutition.

Un travail doux sur les structures

Le travail sur les structures (comprenez les os), se fera en priorité avec l’orthodontiste. Pourquoi ? Car c’est LE spécialiste des os de la face et de leur développement. Il est ainsi important que votre enfant soit suivi tout au long du traitement par un orthodontiste.

Nous l’avons abordé précédemment dans cet article, les fonctions associées au potentiel de croissance de votre enfant conditionnent le développement de ses os du crâne.

C’est ainsi qu’en travaillant sur ces fonctions, l’ostéopathe travaille sur ses os de manière indirecte.

Selon le traitement proposé par l’orthodontiste de votre enfant, l’ostéopathe peut également proposer un travail à base d’éducateurs fonctionnels de type gouttière. Cela permet, entre autres, de faire travailler votre enfant sur le placement de sa langue. Mais aussi de stimuler ses muscles masticateurs et ses lèvres.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse. Découvrez les spécialistes des sujets en lien avec la mâchoire.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.