0% lus

Vous souffrez de douleurs sous les côtes à droite, irradiant vers le dos ? Et si le problème venait en fait de votre vésicule biliaire ? On entend souvent parler de ce petit organe, mais que savez-vous de lui ?

Il peut souffrir de nombreux maux, comme des calculs biliaires ou encore une inflammation. Mais aujourd’hui, on se penche sur un trouble en particulier : la dyskinésie biliaire. Il s’agit d’une anomalie de mouvements de la vésicule qui peut provoquer des symptômes particulièrement intenses.

Mais comment les reconnaître ? Quelles sont les causes d’apparition de ce trouble ? Quel traitement naturel pour une vésicule biliaire mise à mal ?

Nous ferons d’abord un point sur cet organe essentiel à votre organisme et ses fonctions. Nous aborderons ensuite la prise en charge de la dyskinésie biliaire en ostéopathie, l’efficacité de cette médecine douce, et ses limites.

Sommaire

À quoi sert la vésicule biliaire ?

La vésicule biliaire est un petit organe creux, dont le principal rôle est de stocker la bile fabriquée par le foie. La bile ? On vous en parle plus bas.

Où se trouve la vésicule biliaire ?

C’est sous votre foie que se situe vésicule biliaire. Elle comporte un canal qui se lie avec un canal provenant du foie et un autre provenant du pancréas pour rejoindre l’intestin.

Qu’est-ce que la bile ?

La bile est un liquide biologique visqueux, amer et jaunâtre. Elle est composée de tout un tas d’éléments, comme des graisses, de l’eau, ou encore du cholestérol, entre autres.

Ce liquide est sécrété par le foie et libéré en continu pour la digestion. Il va notamment avoir une action dans la digestion des graisses, mais aussi des protéines.

La contraction de la vésicule est nécessaire

Il est important de souligner ici que la bile peut être relâchée sous l’effet de la contraction de la vésicule. Lors d’une alimentation riche en graisse ou après un repas copieux, la bile sera libérée en quantité.

Notez également que ce liquide ​participe aussi à la lutte contre la prolifération bactérienne de l’intestin.

Dyskinésie : un trouble de la motilité de la vésicule

La dyskinésie biliaire définit une anomalie de mouvements de la vésicule biliaire. Et ce, sans que la cause ne soit rattachée à un calcul ou à une inflammation.

En fait, le terme « dyskinésie » désigne une anomalie de mouvement d’un organe viscéral donné.

Le sphincter d’Oddi

Cela concerne plus précisément la motilité des muscles lisses de la vésicule et de la zone de l’intestin. Là où se rejoignent le canal commun provenant du foie, de la vésicule et du canal du pancréas. On appelle cette zone le sphincter d’Oddi.

La motilité ? C’est le mouvement propre d’un viscère, sa capacité de mouvement, de contraction.

Dans le cas de dyskinésie biliaire, la vitesse de sécrétion biliaire dans cette partie est ralentie. Il s’agit d’un dysfonctionnement au niveau de la vidange de la vésicule biliaire.

Les deux types de dyskinésie biliaire

Il existe deux types de dyskinésie biliaire. L’une dite hyperkinétique et l’autre hypokinétique. Elles diffèrent notamment par le mécanisme de déclenchement, mais aussi par les personnes qu’elles touchent.

La dyskinésie hyperkinétique

Ce type dyskinésie touche plus généralement les femmes et les enfants. Il s’agit d’une contraction trop rapide et trop intense de la vésicule.

Elle génère des douleurs côté droit, sous les côtes (dans l’hypochondre droit) et dure en général moins d’une heure. Les émotions ou une fatigue émotionnelle intense peuvent déclencher la douleur.

La dyskinésie hypokinétique

Cette forme concerne plus souvent les personnes âgées, ou de 50 ans et plus. Ici, il s’agit d’une contraction trop lente de la vésicule et la bile n’est alors pas suffisamment excrétée.

Les douleurs provoquées par l’hypokinésie biliaire durent plus longtemps que dans l’atteinte hyperkinétique.

Quel régime alimentaire pour la vésicule biliaire ?

“Dans la forme hyperkinétique, les aliments qui stimulent de trop la vésicule biliaire sont à éviter. Limitez ainsi au maximum les produits gras, le beurre, l’huile, les boissons gazeuses, etc.

Pour ce qui est de la forme hypokinétique, il est conseillé de manger des aliments en quantité raisonnable. Notamment pour stimuler la production et le travail de la vésicule biliaire.

Certains aliments sont riches en bonnes graisses et servent au fonctionnement des cellules. On pense ici au beurre et à l’huile végétale , aux œufs, au pain noir, aux légumes, etc.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Dyskinésie : les symptômes d’une vésicule biliaire malade

Les symptômes de la dyskinésie biliaire imitent souvent ceux d’une atteinte grave.

Des douleurs intenses

Ce trouble se traduit par des douleurs imitant une autre atteinte de cet organe. On pense notamment aux calculs biliaires, à la cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire) ou encore à la colique hépatique.

Des douleurs qui prennent du terrain

Il s’agit d’une douleur sous les côtes à droite, irradiant vers le dos. En fait, les douleurs biliaires sont situées dans l’hypochondre droit et irradient vers l’épaule droite et le dos. Elles sont habituellement brutales et peuvent durer plusieurs heures.

Bien souvent, la douleur est si intense qu’elle mène à l’arrêt de toute activité et vous pousse à consulter votre médecin en urgence.

Des symptômes associés à la dyskinésie

Les douleurs peuvent vous empêcher de pouvoir inspirer profondément. Notez également que dans certains cas, elles peuvent provoquer des nausées et des vomissements.

Les risques d’évolution

La dyskinésie biliaire peut se compliquer en lithiase vésiculaire ou cholécystite, en raison du défaut de vidange de la vésicule.

La cholécystite correspond à une inflammation de la vésicule biliaire. La lithiase vésiculaire, c’est cette atteinte que vous connaissez certainement mieux sous le nom de calculs biliaires.

Au passage, les calculs biliaires sont particulièrement fréquents. Ils touchent 10% de la population et 30% des cas nécessitent une ablation de la vésicule biliaire.

Dyskinésie biliaire : quelles sont les causes ?

L’altération de la vidange de la vésicule biliaire et des voies biliaires peut avoir plusieurs origines.

Un trouble neuro-végétatif

La fonction neuro-végétative de votre corps permet de gérer les fonctions basales. Comprenez ici votre digestion, votre respiration, votre sommeil, le mécanisme d’évacuation des urines, etc.

Le système qui gère ces fonctions est le système nerveux autonome. Il comprend lui même deux systèmes nerveux distincts (sympathique et parasympathique). Le nerf vague et les ganglions nerveux au niveau de votre colonne font partie de ce deux systèmes.

Le signe d’une autre atteinte

La dyskinésie peut être le signe d’une autre atteinte. Il peut s’agir d’une atteinte inflammatoire, de calculs biliaires, d’une atteinte du foie ou encore du pancréas.

Mais il peut aussi s’agir de troubles digestifs généraux ou encore d’une dysfonction du sphincter d’Oddi.

La dyskinésie biliaire peut également être un trouble secondaire au syndrome du côlon irritable (SCI), aussi appelé colopathie fonctionnelle.

Des organes sensibles

Une autre cause de la dyskinésie biliaire ? Une sensibilité des organes digestifs à proximité. Cela peut être le duodénum, le pancréas ou encore l’estomac, qui provoquent un défaut de la contraction des voies biliaires.

Comment se pose le diagnostic de la dyskinésie biliaire ?

Le diagnostic de la dyskinésie biliaire reste difficile, et souvent long à poser.

D’abord, car on peut retrouver les signes de la dyskinésie dans plusieurs atteintes. Nous l’avons vu, la dyskinésie n’est pas une maladie en soi, elle peut être le signe secondaire d’une autre atteinte. Et notamment, le syndrome du côlon irritable.

La nécessité d’écarter d’autres pathologies

On ne pose le diagnostic qu’une fois toutes les pathologies des voies biliaires, du foie, et parfois du pancréas ou du duodénum ont été écartées.

Les examens pratiqués

Pour cela, il est possible de pratiquer une échographie ou une radiographie de l’abdomen. Cela permet de mettre en évidence d’éventuels calculs ou une anomalie d’atteinte des organes excréteurs (foie, pancréas ou vésicule).

Dyskinésie biliaire : quel traitement ?

Différents types de traitements

Le traitement diffère en fonction du type de dyskinésie biliaire dont vous souffrez.

  • Dans le cas de la forme hyperkinétique, le médecin prescrit la prise d’un antispasmodique. Il s’agit d’un médicament qui permet de diminuer les contractions trop rapides de la vésicule.
  • Pour la forme hypokinétique, il faut veiller à stimuler la vésicule avec une diète spécifique.

Ablation de la vésicule biliaire

Lorsque cela ne suffit pas, il est possible de proposer une ablation de la vésicule. Cela permet notamment d’éviter une stagnation propice au développement de calculs.

La question du traitement reste à discuter directement avec votre médecin. Lui seul peut poser un diagnostic et prescrire les examens et traitements médicamenteux nécessaires.

Dyskinésie de la vésicule biliaire : quel traitement naturel ?

Le diagnostic est tombé, il s’agit bel et bien d’une dyskinésie biliaire ? Envisagez de consulter votre ostéopathe.

En effet, il est en mesure de traiter les troubles de la vésicule biliaire. Il aide au drainage de la bile et atténue les troubles digestifs associés dont vous pourriez souffrir.

Avant de vous rendre chez votre ostéopathe en revanche, le diagnostic doit avoir été posé au préalable par votre médecin. Notamment pour écarter toute présence de calcul ou d’atteinte grave des voies biliaires et du foie.

“L’ostéopathie peut rencontrer certaines limites. C’est le cas lorsque des calculs s’installent par exemple. En revanche, nous pouvons prévenir l’apparition de calculs. Comment ? En aidant la vésicule biliaire à bien faire fonctionner son au système de vidange.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Continuez votre lecture, nous abordons en détail les actions de l’ostéopathe dans le traitement naturel de la vésicule biliaire et de sa dyskinésie.

Traitement de la dyskinésie biliaire en ostéopathie

L’ostéopathe travaille sur votre système viscéral, notamment pour permettre un fonctionnement optimal du processus de la digestion.

Pour cela, il regarde les organes qui composent votre système digestif, bien sûr, mais ce n’est pas tout. Il attache aussi une importance particulière au système d’innervation et de vascularisation de ces organes.

Vos systèmes nerveux et vasculaires intéressent donc le praticien. Il est important de ne pas les entraver. C’est la raison pour laquelle l’ostéopathe travaille aussi au niveau de votre crâne, de votre colonne, de votre sacrum, ou encore au niveau de votre ventre, par lesquels ils passent.

Calmer vos douleurs

Les douleurs provoquées par la dyskinésie biliaire peuvent être très fortes et irradient souvent vers votre épaule droite et votre dos.

Conséquences ? Il est fort probable que vous adoptiez certaines positions pour diminuer vos douleurs. On pense notamment à la position en avant, replié sur vous-même, dite « position en chien de fusil”.

On appelle ces positions visant à soulager la douleur des « positions antalgiques ». Et si elles vous soulagent momentanément, le problème est que ces positions peuvent être, à terme, à l’origine de beaucoup de raideurs.

Soins en période de crises

La douleur évolue, tantôt en crises, tantôt en périodes de calme, avec une douleur sourde.

Lors des crises, la palpation de la zone du foie sous les côtes à droite est très difficile. Votre ostéopathe peut cependant toujours vous recevoir. Il adaptera ses soins et optera pour des techniques douces permettant de vous soulager.

Il s’agit en fait de procéder à un travail à distance de la zone douloureuse, pour soulager vos tensions et vos raideurs.

Soins hors période de crises

En dehors des crises, l’ostéopathe peut cette fois agir directement sur la vésicule biliaire et les voies excrétoires. Mais aussi sur votre foie, pour permettre l’évacuation des déchets et des toxines par un drainage liquidien de l’organe.

Soulager le système digestif en souffrance

La dyskinésie est le signe qu’il existe une potentielle désorganisation dans le fonctionnement de votre système digestif. C’est pourquoi l’ostéopathe tient à faire un travail de vérification globale.

“Si un organe donné fonctionne mal, cela se traduit par un manque de mobilité ou de motilité. Ce manque, lui, se solde par un trouble du transit, comme des épisodes de constipation ou de diarrhées. Mais aussi de la fatigue, une perte d’appétit, des douleurs de ventre, etc.

Des techniques viscérales douces sont utilisées afin d’obtenir un soulagement de l’organe défaillant. Le système de vascularisation de l’organe et son innervation sont également regardés.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Le sphincter d’Oddi et le duodénum

L’ostéopathe peut travailler sur le sphincter d’Oddi. C’est-à-dire la jonction des canaux venant de votre vésicule biliaire et de votre pancréas dans votre intestin. Mais aussi sur votre duodénum, cette partie qui constitue le début de votre intestin grêle.

L’estomac, le cadre intestinal et le côlon

Le travail de votre ostéopathe passe aussi par l’estomac et tout le cadre intestinal. Enfin, il peut également travailler le côlon. Côlon qui peut souvent être perturbé et sensible. Et ce, notamment en cas de syndrome du côlon irritable par exemple.

Notez que votre ostéopathe travaille sur cette zone à distance. Il ne fait appel à aucune technique interne de type toucher rectal.

Vérifier le système nerveux autonome

Nous l’avons vu, c’est votre système nerveux autonome qui permet la fonction digestive. Mais aussi les fonctions basales comme la respiration, la fonction urinaire, etc. Et tout cela, de manière inconsciente.

Votre ostéopathe doit ainsi effectuer une vérification du bon fonctionnement de ce système. Pour ce faire, il procède à un travail sur le crâne, la colonne vertébrale, le sacrum, mais aussi au niveau du ventre.

Ce système nerveux interagit avec vos émotions, votre état de fatigue, votre stress et votre sommeil.

Lorsque vous traversez une période difficile en termes de gestion des émotions ou de stress, cela peut venir perturber votre système nerveux autonome. Et cette perturbation, comme abordé précédemment, peut participer à la dyskinésie biliaire.

Une prise en charge en ostéopathie peut vous aider à gérer les effets du stress et des traumatismes émotionnels. Tout cela dans l’objectif de limiter l’implication de votre vésicule biliaire dans ce type de situation (et ainsi prévenir une potentielle dyskinésie).

Saviez-vous d’ailleurs que la vésicule biliaire est souvent le siège de rancœurs non soignées ? Si ce sujet vous intéresse, consultez cet article : « Symbolique et signification de la vésicule biliaire ».

Opération de la vésicule biliaire : un cas à part

“La prise en charge en ostéopathie après une opération de la vésicule biliaire a aussi tout son sens.

Elle permet notamment d’atténuer les douleurs post-opératoires et de prévenir les adhérences cicatricielles. Ces dernières caractérisent l'accolement de deux ou plusieurs organes lors de la phase de cicatrisation. Et cela aussi peut grandement nuire à la mobilité et motilité de vos organes.
Des techniques viscérales douces sont utilisées afin d’obtenir un soulagement de l’organe défaillant. Le système de vascularisation de l’organe et son innervation sont également regardés.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

S’adapter au nouvel équilibre

Une opération chirurgicale vient souvent perturber l’équilibre de l’organisme. L’ostéopathie apporte des solutions douces et naturelles pour permettre à votre corps de s’adapter à ce nouvel équilibre.

D’abord, du point de vue de la physiologie de l’organe biliaire avec le reste du corps. Mais aussi face à l’impact biomécanique que l’opération de la vésicule biliaire pourrait avoir sur votre abdomen.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.