0% lus

Jeunes parents, vous avez peut-être déjà entendu le terme « dysplasie de la hanche ». Il s’agit d’un trouble du développement de la hanche commun chez les bébés et les enfants, présent dès la naissance. Elle pourrait toucher jusqu’à 20 nourrissons sur 1000 !

Bien que cette anomalie se soigne très bien chez le bébé, il est primordial d’en faire le dépistage rapidement afin d’éviter les séquelles.

Alors comment détecter cette petite anomalie rapidement chez votre bébé ? Quels réflexes devons-nous avoir en tant que parent face à ce trouble ? Quels sont les risques d’un diagnostic tardif ? Les réponses dans cet article.

La dysplasie congénitale de la hanche

Dysplasie ? Congénitale ? Voilà des termes bien compliqués, commençons par les expliquer. Dysplasie tire ses racines du grec ancien « dys » désignant un « mauvais état » et « platis » traduisant « l’action de modeler », en d’autres termes, la croissance.
« Congénitale » lui, tire ses racines du latin « congenitus », signifiant « né avec ».

Bébé serait alors né avec un défaut de croissance au niveau de la hanche…

Tout se passe quand bébé est encore dans le ventre de maman

C’est en fait lors de la croissance du bébé dans le ventre de maman que ce développement anormal se fait. Il s’agit en réalité d’une déviation de l’articulation au niveau de sa hanche.

Un défaut de la cavité cotyloïde

La cavité cotyloïde, c’est une cavité dans l’os coxal (appelé également os iliaque, l’os principal de la hanche). Et c’est dans ce creux que va pouvoir venir s’articuler la tête du fémur (l’os de la cuisse). Du coup, quand la cavité cotyloïde est déformée, la tête du fémur ne peut pas bien se positionner.

La luxation congénitale de la hanche (LCH)

Quand la tête du fémur s’est déplacée en dehors de la cavité qui constitue l’articulation, on parle de luxation congénitale : il s’agit du stade le plus avancé de la dysplasie de hanche.

Dans le cas où la tête du fémur n’est pas totalement sortie de la cavité, on parlera alors de subluxation de hanche.

Les risques de la luxation congénitale de la hanche

Sur le long terme, votre enfant pourrait boiter, souffrir de douleurs articulaires vertébrales, d’arthrose précoce, et pour les cas les plus avancés, l’enfant devra porter une prothèse de hanche.

Il est ainsi primordial de diagnostiquer au plus tôt la dysplasie de la hanche chez bébé afin d’éviter les séquelles. Mais comment, en tant que parent, identifier rapidement ce trouble chez notre bout de chou ?

dysplasie hanche bébé ostéopathe ostéopathie

Dysplasie de la hanche : les symptômes

La dysplasie ou la luxation congénitale de la hanche est un phénomène relativement difficile à diagnostiquer, c’est pour cela qu’une échographie et une radiographie sont indispensables si vous suspectez ce trouble chez votre bébé.

Les signes révélateurs

Certains signes peuvent vous aider à identifier la dysplasie chez votre bébé :

  • Les petits plis sous ses fessiers ne sont pas symétriques
  • Une jambe est plus courte que l’autre (la jambe du côté de la dysplasie sera plus courte)
  • Une difficulté voire une impossibilité pour bébé à bouger sa cuisse vers l’extérieur, surtout au niveau de la hanche
  • Des difficultés à la marche, pour les enfants plus âgés

Si vous remarquez un ou plusieurs de ces signes chez votre petit, il est alors indispensable de consultez votre médecin ou pédiatre afin que celui-ci prescrive une échographie ou une radiographie.

Mais qu’est-ce qui a causé la dysplasie de la hanche chez mon bébé ?

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de la dysplasie de la hanche ou de la luxation de celle-ci chez le nourrisson.

  • Bébé s’est positionné « en siège » dans le ventre de maman (il préférait rester la tête en haut)
  • Bébé pèse plus de 4 kg à la naissance
  • Il s’agit de jumeaux, les petits bouts avaient alors leurs jambes repliées en flexion dans le ventre de maman
  • Les antécédents familiaux : la présence d’une dysplasie ou d’une luxation de la hanche chez les parents proches augmente le risque de ce trouble chez le bébé

Qui peut être touché par une dysplasie de la hanche ?

La dysplasie, ou la luxation congénitale de la hanche varie de 3 à 20 pour 1000 naissances. Dans l’hexagone, la fréquence est estimée à 20 bébés atteints pour 1000 naissances !
Il semblerait que les petites filles soient également plus touchées, avec 4 à 6 filles atteintes pour 1 garçon.

Une dysplasie de la hanche chez l’adulte, ça existe ?

Bien que cet article concerne exclusivement la dysplasie de la hanche chez le bébé, il convient de noter que ce trouble peut également se manifester à l’âge adulte.

En effet, le diagnostic n’est pas toujours posé dans les premiers jours de bébé et il arrive que la dysplasie de hanche se manifeste plus tard, chez l’ado et même chez l’adulte. On viendra parler ici en revanche de dysplasie de croissance de la hanche (en opposition à la dysplasie congénitale de la hanche).

Dysplasie de la hanche chez bébé, quel traitement ?

La dysplasie de la hanche et la luxation congénitale de la hanche sont des déformations anatomiques, cela sous-entend donc un traitement orthopédique, nécessitant plusieurs étapes.

Un traitement en plusieurs étapes

Il s’agira d’abord de s’occuper de la réduction de la luxation, en venant maintenir la tête fémorale dans la cavité cotyloïde, on parle alors de position de recentrage. Il faudra ensuite stabiliser cette position par un maintien prolongé.

C’est le médecin traitant ou le chirurgien suivant votre petit qui choisira le traitement le plus adapté en fonction de l’examen qu’il aura effectué sur bébé. Il est à noter que la luxation congénitale de la hanche demande un traitement plus conséquent que la dysplasie.

Des accessoires que l’on ne pensait pas acquérir pour bébé

Il existe alors trois « accessoires » permettant de maintenir bébé dans une position favorisant le bon rétablissement de sa hanche : « le coussin d’abduction », le « lange calin » et « le harnais de Pavlick ». Voilà qui n’arrangera pas les troubles du sommeil de bébé, mais ils sont nécessaires !

Il est tout à fait légitime en tant que parent d’être effrayé à la vue de ces appareils, mais rassurez-vous, ils ont été étudiés pour être les plus confortables possible pour bébé.

Le coussin d’abduction

Le coussin d’abduction, aussi appelé culotte d’abduction, a comme la forme d’une salopette (avec des bretelles) et dispose d’un petit coussin semi-rigide entre les jambes. Ce coussin sert à maintenir les gambettes de bébé écartées, position dans laquelle la tête du fémur est à priori à la place où elle devrait être !
Ce coussin est porté en permanence, nuit et jour, on viendra le retirer uniquement pour les changes et le bain.

Le lange calin

Basé sur le même principe que coussin d’abduction, le lange calin, lui, n’a pas de bretelles et a une forme en H, il s’agit d’un lange très rigide permettant aussi de maintenir bébé en « position grenouille ». Il est moins encombrant et semble moins contraignant pour bébé. Les parents ont d’ailleurs souvent tendance à le préférer au coussin d’abduction, mais encore une fois, c’est le médecin suivant votre bébé qui choisira l’appareil le plus adapté à votre chérubin.

Le harnais de Pavlick

Le harnais de Pavlick (aussi appelé bandage Pavlik) lui, est plus un système de sangle qui permettra aussi de maintenir les jambes de bébé écartées. Ici, c’est le poids des genoux qui fait tout le travail. Avec cet appareil, votre petit gagnera progressivement en écartement au niveau de ses cuisses.

Les limites

Si la luxation est trop importante, ces appareils ne seront pas efficaces car les contraintes sur la tête fémorale sont trop importantes, pouvant parfois mener à une nécrose.

En effet, quand le fémur est mal positionné, cela va venir perturber l’afflux sanguin que l’os doit recevoir, il sera moins « nourri » et manquera d’oxygène, et ce manque d’oxygène vient détruire progressivement la tête fémorale. C’est cela que l’on appelle nécrose.
Dans ce cas avancé, il faudra envisager un traitement en hospitalisation.

dysplasie hanche bébé ostéopathie ostéopathe

Dysplasie de la hanche chez bébé et ostéopathie

Le traitement de la dysplasie de la hanche chez le bébé nécessite une action orthopédique et l’ostéopathie à elle seule ne permettra pas de la traiter. L’ostéopathie est cependant intéressante dans l’accompagnement du traitement et permettra notamment de :

  • Redonner de la mobilité au bassin de votre bébé
  • Soulager les tensions musculaires éventuelles

L’ostéopathe emploie des techniques très douces et sans danger pour le bébé pour venir accompagner le traitement de l’orthopédiste.

Le diagnostic

Dans un 1er temps il est nécessaire que le diagnostic soit posé. Si votre ostéopathe peut suspecter une dysplasie de la hanche, il reste nécessaire de consulter votre pédiatre qui vous prescrira les examens nécessaires.

Comment travaille un ostéopathe en cas de dysplasie ?

Une fois les examens effectués et le diagnostic de dysplasie de hanche avéré, l’ostéopathe pourra donc continuer les soins.
L’ostéopathe vérifiera chaque mois, c’est un minimum confortable, que la hanche est bien mise dans son articulation.
Quelles que soient les raisons faisant qu’une dysplasie de la hanche soit présente l’approche de l’ostéopathe sera globale. Une attention sera portée particulière à sa colonne vertébrale, son crâne, et là aussi bien entendu ses membres inférieurs au cas où ils auraient été contraints pendant la grossesse.

Appareillage orthopédique

Quelque soit le matériel orthopédique pour lequel le pédiatre aura opté, il est toujours intéressant que votre bébé soit accompagné par un ostéopathe spécialiste du suivi pédiatrique. Le but étant que la hanche reste fonctionnelle, c’est à dire que bébé puisse l’utiliser sans problème pendant toute sa croissance.
Or il faut bien comprendre que pendant que bébé porte le matériel sa hanche est donc « fixée », c’est à dire immobile, ce qui est bien le but de façon à former l’os.
Cependant, il est important de re-bouger les hanches pendant l’heure de « repos » journalière ne serait-ce que pour le développement neuro-musculaire du bassin et du dos.

Amplitude de mouvement

L’objectif est de rendre la hanche dysplasiée aussi fonctionnelle que l’autre, et ne plus voir de différence dans le mouvement entre l’une et l’autre.
In fine bébé pourra alors apprendre à son rythme le 4 pattes et la posture debout puis la marche sans problème. Et si c’est bien le cas, que l’enfant marche et court correctement, qu’il ne tombe pas souvent par exemple, il sera intéressant de le revoir une fois par an pour son suivi.

À partir de quel âge puis-je emmener mon bébé chez un ostéopathe ?

Il n’y a pas d’âge minimum ! Votre bout de chou peut être reçu en consultation par un ostéopathe dès sa naissance. Vous avez encore des interrogations concernant le fait d’emmener votre nourrisson chez un ostéo ? Consultez cet article traitant des questions les plus fréquentes quand il s’agit d’emmener bébé chez l’ostéopathe.

Nos conseils

  • Observez bébé : ses membres, ses mouvements et venez identifier une éventuelle asymétrie
  • Parlez de vos antécédents familiaux au pédiatre ou médecin traitant
  • Le lange câlin et la culotte d’abduction peuvent venir irriter les cuisses de bébé, vous pouvez mettre du coton ou des petits bouts de tissu pour limiter les frottements directs sur ses cuisses

Le diagnostic de la dysplasie de hanche ou de la luxation congénitale de hanche (LCH) est très important. Traitée précocement, la guérison est sans séquelles et évite au long terme le risque d’une boiterie, des douleurs vertébrales, une arthrose précoce, voire le port d’une prothèse de hanche dans les cas les plus lourds.

Pierre CantarelOstéopathe DO

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du bébé et nourrisson

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply