0% lus

Il arrive qu’on se sente moins bien après une consultation. Ou encore que les douleurs initiales, et pour lesquelles nous avons consulté à l’origine, soient exacerbées après une séance. On parle d’effet rebond.

Mais pourquoi donc, parfois, a-t-on l’impression que c’est pire après la consultation ?

Détail sur :

  • ce qu’est l’effet rebond et les mécanismes sur lesquels il repose,
  • la manière dont vous pouvez différencier un effet rebond d’une réelle aggravation,
  • mais aussi sur les manières de le limiter au maximum et le soulager.

Nous aborderons également la part de responsabilité de votre thérapeute quant à la manifestation d’un effet rebond. Faites-vous face à ces symptômes car il n’est pas assez compétent ?

Si vous souhaitez des exemples concrets et des témoignages de patients et thérapeutes sur l’effet rebond, nous vous conseillons la lecture de cet article : effets secondaires ostéopathie.

Qu’est-ce que l’effet rebond ?

On peut aussi parler de « phase épileptoïde ».

Courbatures, douleurs exacerbées, fatigue accrue, transit chamboulé, nausées, maux de tête, etc. Il s’agit de l’effet rebond. Contrecoup que l’on retrouve dans la pratique de nombreuses médecines alternatives ou complémentaires et notamment en ostéopathie.

C’est un phénomène assez déroutant en tant que patient. Lorsque l’on prend la décision de consulter, on espère un soulagement des symptômes et un résultat rapide. voire immédiat, soyons tout à fait honnêtes.

On ne consulte pas en s’attendant à une période de « moins bien », ni à l’apparition de nouveaux symptômes ou de sensations désagréables.

Comment se manifeste l’effet rebond ?

L’effet rebond est souvent caractérisé par une fatigue accrue et des courbatures. Mais il ne se limite pas à ces manifestations. Difficultés de concentration ou de motivation, rêves particuliers ou inhabituels, modification de l’humeur, troubles du transit, etc.

Ces symptômes, gênes ou douleurs peuvent être très variables d’un patient à l’autre. Ils dépendent aussi de la zone travaillée, du trouble traité, de son ancienneté, etc.
La réaction de l’organisme est propre à chacun.

J’ai mal depuis la séance, est-ce normal ?

L’exacerbation des symptômes existants (et pour lesquels vous avez consulté) et l’apparition de nouveaux symptômes ou de douleurs après une visite chez l’ostéopathe ou tout autre thérapeute, (soit l’effet rebond), est un phénomène fréquent, momentané…et tout ce qu’il y a de plus normal.

Normal, mais avouons-le, quelque peu désagréable.

Guérir n’est pas un processus linéaire

De manière générale, les bénéfices d’une séance d’ostéopathie sont rapides, voire immédiats, mais il peut arriver parfois de devoir attendre 2 à 3 jours avant de pouvoir les remarquer et les apprécier pleinement.

Et dans certains cas, on peut observer de manière momentanée l’apparition de nouvelles gênes ou douleurs, ou encore une intensification de celles pour lesquelles vous avez consulté. Mais cette phase de « moins bien » est nécessaire pour aller mieux ensuite.

L’effet rebond est plus fréquent dans certaines situations

Ces effets secondaires ne sont pas systématiques et l’on remarque d’ailleurs qu’ils sont en fait plus fréquents et/ou intenses dans certains cas.

1ère consultation

Dans certains cas, plusieurs consultations d’ostéopathie peuvent être nécessaires afin de réaliser un protocole de soin complet permettant un résultat durable.
En général, si un effet rebond se manifeste, c’est au début du traitement, plus rarement suite à un 2ème soin.

En effet, ce 1er soin, pose les bases d’un nouveau schéma de fonctionnement auquel votre corps doit s’habituer. Les soins suivants permettent de continuer le travail entrepris et demandent généralement un niveau d’adaptation moindre à votre corps.

L’effort demandé à votre organisme est donc souvent plus important lors d’une 1ère consultation, c’est pourquoi l’effet rebond se manifeste plus fréquemment que par la suite.

Troubles chroniques ou aigus

Lorsque votre corps est habitué à des douleurs ou troubles chroniques qui s’installent ou reviennent fréquemment, il met en place des mécanismes pour continuer à fonctionner comme il peut. Il s’agit des adaptations, nous y reviendrons un peu plus bas.
Cela veut dire que pendant des périodes plus ou moins longues votre corps a fonctionné sur des bases incorrectes ou biaisées et a dépensé plus d’énergie qu’à la normale.

Le travail de l’ostéopathe, ou du thérapeute, est de guider votre corps vers un schéma de fonctionnement optimal. Pour l’intégrer votre corps peut avoir besoin d’un temps d’adaptation durant lequel des effets rebonds peuvent se manifester. Ils peuvent être d’autant plus intenses que l’équilibre en place était déjà fragile.

De la même manière, lorsque vous consultez en urgence, pour une douleur vive ou paralysante, l’effet rebond peut être important.
En effet, lorsque vous consultez bloqué, ou en phase de douleur aigüe c’est souvent le signe que les mécanismes que votre corps avait mis en place pour palier à un trouble, ne fonctionnent plus. Les adaptations mises en place ne tiennent plus.

Une amélioration trompeuse

Dans certains cas, l’effet rebond apparaît car vous avez ressenti une amélioration importante suite au soin. Vous aviez l’impression d’être « dérouillé », débloqué, plus mobile, parce que votre corps était en train de récupérer.
Alors qu’auparavant votre corps pour réduire les contraintes que vous exerciez sur lui, vous limitez justement.
En notant une amélioration, il arrive parfois que sans le réaliser vous forciez trop. Et ce, avant que votre corps n’ait eu le temps d’intégrer correctement l’ensemble des informations du soin.
Dans ce cas, l’effet rebond apparaît pour vous limiter à nouveau, et permettre à votre corps de récupérer.

Au réveil

Après une séance d’ostéopathie (ou autre thérapie d’ailleurs), nous l’avons vu, votre corps doit intégrer de nouvelles informations, de nouveau schémas de fonctionnement.
Ceux-ci sont en fait intégrés et compris par votre corps lors des phases de récupération, soit principalement, durant votre sommeil.

Cela explique en partie le fait que vous puissiez constater l’apparition d’une douleur ou d’un nouveau symptôme au réveil. Notamment le lendemain d’une consultation.

Effet rebond, la responsabilité du thérapeute

Lorsque vous consultez un ostéopathe, celui-ci est formé au diagnostic différentiel. C’est-à-dire qu’il est en mesure de reconnaître les signes indiquant qu’une pathologie ou un trouble plus grave se cache derrière votre motif de consultation. Auquel cas il vous dirigera vers votre médecin traitant, les urgences ou tout autre spécialiste.

Si vous observez une réaction après une séance d’ostéopathie qui vous semble anormale, nous vous conseillons de le contacter pour faire un point sur le sujet avec lui.

L’importance d’éviter le sur-traitement

Lors des consultations, si votre ostéopathe est vigilant au diagnostic différentiel, il est aussi vigilant à travailler en fonction de ce que votre corps est en mesure d’intégrer au moment où vous consultez.

En effet, il doit éviter le sur-traitement, et donc mesurer ses soins.
Il doit laisser le temps à votre corps d’assimiler « les réglages » faits durant la consultation, lui laisser le temps s’adapter aux soins, de sortir de sa phase épileptoïde. En somme, l’ostéopathe ne doit pas pousser les soins trop loin. Il doit prendre en compte les limites de votre propre corps.

Si l’enjeu de la consultation est effectivement pour le thérapeute de faire son maximum, il est plus important encore de veiller à faire un travail que votre corps est capable d’intégrer au moment de la consultation, notamment en vue de limiter un inconfort après la séance.

Soulager la cause de la douleur

Pour bien comprendre l’effet rebond, il est aussi utile de comprendre que l’ostéopathe va chercher à agir sur ce qui provoque vos maux, et non pas sur la douleur elle-même.
Pour bien comprendre ce principe, prenons un exemple imagé.

Prenons l’exemple d’une casserole remplie d’eau sur le feu. Une fois que l’eau est en ébullition, vous avez beau couper le feu, l’eau continue de bouillir pendant quelques instants. Malgré le fait que vous ayez coupé la source de chaleur.
La casserole reste chaude, et si vous la touchez, vous pouvez-même vous brûler alors que le feu est éteint. L’eau va refroidir petit à petit pour retrouver sa température initiale.

Transposons cela à votre organisme à présent. La casserole est votre corps, l’eau en ébullition vos douleurs (pour lesquelles vous avez consulté), la source de chaleur est la cause de vos maux et la main venant éteindre le feu, l’ostéopathe.
Bien que l’ostéopathe soigne la cause de vos maux (en coupant le feu sous la casserole), vos douleurs peuvent perdurer un temps (tout comme l’eau continuera à bouillir).

En travaillant directement sur la cause de vos douleurs, l’ostéopathie permet de soulager à long terme.

Comprendre les principes de compensation et d’adaptation engendrant de nouvelles douleurs

Le corps compense

Pour éviter d’avoir mal, votre corps va mettre en place ce que l’on appelle un processus de compensation, lui permettant de soulager la zone concernée par le trouble, le “dysfonctionnement”. Mais ce principe de compensation peut lui même engendrer de nouvelles douleurs.

Pour protéger et soulager une zone en souffrance, votre corps va demander à une autre de travailler davantage. C’est ce que l’on appelle le rééquilibrage ou le retour à l’homéostasie. L’objectif étant de répartir les contraintes sur d’autres zones que celle qui n’arrive plus à gérer.

Le corps doit oublier ses adaptations

Prenons l’exemple d’une entorse mal soignée pour bien comprendre le principe des adaptations.
Suite à une entorse, il arrive qu’il reste des séquelles sans qu’on le réalise vraiment. Pas de douleurs à la marche, plus de gonflement, on pense que tout va bien, et que l’entorse est complètement soignée.
Seulement s’il reste une fragilité au niveau de la cheville, votre corps la perçoit. Il adapte donc vos mouvements, pour que vous ne forciez pas sur votre cheville fragilisée. Pour cela il demande à d’autres structures (muscles, os, etc.) de prendre le relais.
Ces adaptations s’ancrent peu à peu, devenant un schéma normal (mais néfaste) pour votre corps.

Lorsque l’ostéopathe travaille sur cette entorse, ces adaptations n’ont plus lieu d’être. Vous pouvez donc à présent profiter d’appuis au sol identiques sur les deux pieds. Mais les différentes structures de votre corps, alors déséquilibrées jusque-là, auront besoin d’un nouveau temps d’adaptation.
C’est durant cette phase que de nouveaux symptômes et nouvelles douleurs peuvent apparaître. Le membre inférieur qui souffrait auparavant de l’entorse peut à nouveau être sollicité de façon normale.

Même quand un soulagement et un regain de mobilité sont trouvés à la suite d’une séance, il est possible que de nouvelles douleurs ou symptômes apparaissent.

Point sur les positions antalgiques

Ces principes rejoignent quelque peu la notion de positions ou attitudes antalgiques, ces positions que vous prenez spontanément, consciemment ou par pur réflexe, dans le but de soulager vos douleurs (comme lorsque que vous vous cambrez vers l’avant pour atténuer vos crampes d’estomac par exemple).

À terme, ces positions peuvent également générer diverses tensions dans votre corps.

Effet rebond : quand s’inquiéter ?

Si l’effet rebond est un phénomène normal, il faut tout de même savoir le différencier des cas nécessitant prise en charge médicale.
L’effet rebond ne devrait être que transitoire, il ne devrait pas persister dans le temps. En effet, il devrait s’atténuer pour disparaître au maximum dans les 10 jours suivant votre soin. Bien qu’il ne dure rarement aussi longtemps.

En cas de doute, nous vous conseillons de contacter directement votre ostéopathe pour faire le point avec lui. Il pourra vous indiquer au regard du protocole de soin mis en place si l’apparition de nouveaux symptômes est normale ou non. Et au besoin il pourra vous conseiller de consulter votre médecin.

Plusieurs séances

Si votre ostéopathe vous a indiqué qu’une consultation supplémentaire pourrait être nécessaire, c’est probablement car il avait identifié qu’un résultat durable allait demander un travail plus en profondeur.
En effet, ce qui a été levé (et traité) durant votre premier soin a pu faire ressurgir un trouble ou un dysfonctionnement plus ancien, plus chronique, ou tout simplement différent. Illustrons cela avec une nouvelle métaphore.

Le principe de couches successives à lever pour voir le cœur (du problème)

Prenons cette fois l’exemple de l’oignon.

Lorsque l’on épluche un oignon on y trouve au final le coeur (le bulbe). De même lorsque que l’on travaille sur certaines douleurs ou troubles présents dans votre corps, d’autres se révèlent jusqu’à ce qu’apparaisse vraiment le coeur du problème.
En effet, votre corps met en place des processus de protection. Comme des barrières qui peuvent nécessiter plusieurs soins pour les faire tomber.
Pour atteindre le coeur du problème, la cause de vos maux, il faut réaliser un travail sur ces couches successives.

Continuons avec cette métaphore de l’oignon pour illustrer un autre cas de figure.
Une douleur, un trouble peut en masquer un autre.
Après avoir effectué un 1er travail sur cette couche, une douleur nouvelle et différente peut se révéler. Elle est en fait liée à la précédente mais nous ne pouvions pas la voir car elle était masquée. Comme la couche de l’oignon que nous retirons permet de dévoiler celle qui était cachée.

N’hésitez pas à partager vos interrogations avec nous en commentaires, nous y répondons systématiquement.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.