0% lus

Vous étiez pressé, dans votre course folle contre la montre et avez manqué la descente d’un trottoir ? Vous êtes joueur de football, de basketball ? Ou pratiquez la course à pied ou tout autre sport sollicitant des changements d’appui et des sauts ? Vous vous êtes tordu la cheville ? Vous avez misé sur des talons hauts alors que cela n’est pas votre spécialité et vous avez manqué plusieurs fois de tomber ?

Et voilà qu’au bout de quelques minutes et quelques pas, votre cheville enfle et devient douloureuse…Il se pourrait que vous vous soyez fait une entorse à la cheville !

C’est un traumatisme fréquent, on en enregistre près de 6000 par jour en France. Et même s’il peut paraitre anodin suivant son degré, il n’est pas à prendre à la légère. Une entorse de la cheville mal soignée peut entraîner de nombreuses complications et déséquilibres dans votre corps.

Alors comment reconnaître l’entorse de la cheville ? Qu’est-ce qui cause l’entorse ? L’ostéopathe peut-il traiter efficacement ce traumatisme et éviter la récidive ? Dans quelles limites ? Autant de questions auxquelles nous répondrons ici.

Sommaire

L’entorse de la cheville

L’entorse de la cheville est un traumatisme fréquent, survenant durant la marche ou pendant la pratique d’un sport. Il peut s’agir d’un simple étirement des ligaments, le fameux « je me suis foulé la cheville ». Mais il peut aussi y avoir, dans sa forme la plus grave, une rupture ligamentaire.

Les différents stades de l’entorse

  • Stade 1 : le ligament est juste étiré, il n’y a pas de déchirure, il s’agit d’une entorse bénigne.
  • Stade 2 : Seule une partie du ligament est déchirée, on parle alors de déchirure partielle.
  • Stade 3 : Ici, il y a une rupture complète du ligament.

Les symptômes

Se “tordre” la cheville peut parfois passer inaperçu quand on est pris dans notre élan. Seulement au bout de quelques pas, voilà que la cheville devient douloureuse et se met à gonfler. Elle paraît anodine dans sa forme la moins sévère. Mais vous pourriez aussi dans certains cas entendre un “crac” lorsque le traumatisme est violent.

Il faut souligner que la douleur est variable selon les personnes et qu’elle n’est pas toujours ressentie sur le moment. Un œdème (violacé-bleu) peut survenir quelques heures après le traumatisme, quand votre cheville est à froid. L’œdème peut apparaître sur la partie externe de la cheville et migrer vers le dessus du pied et des orteils. La douleur empêche souvent de poser le pied au sol.

L’anatomie de la cheville

La cheville est l’articulation distale du membre inférieur. On dit pour la jambe que la cheville est l’articulation distale et que le genou est l’articulation proximale.

La cheville fait le lien entre les forces verticales et horizontales et se situe à un carrefour. Elle a un rôle très important dans le corps et possède une double particularité. Elle doit être stable pour maintenir la statique et l’équilibre pour bien répartir le poids entre l’avant et l’arrière du pied. Mais elle doit également être mobile pour permettre le fonctionnement optimal de l’appareil locomoteur (la marche).

Pour assurer ses fonctions, la cheville profite d’un système de maintien musculaire à l’avant et l’arrière. Elle dispose aussi d’un système ligamentaire sur les côtés.

On compte 3 ligaments principaux sur l’extérieur la cheville :

  • L’antérieur
  • Le moyen
  • Et le postérieur (sur la malléole externe et interne)

La cheville fait principalement un mouvement de flexion-extension. La flexion, c’est lorsque vous posez le talon au sol pour faire le pas et l’extension. C’est-à-dire lorsque vous appuyez l’avant du pied au sol pour vous propulser.

Qu’est-ce qui peut causer une entorse à la cheville ?

Lorsque l’appui du pied au sol ne se fait pas correctement, le pied part brusquement en torsion. Il se couche donc sur le bord externe. Cela aura pour conséquence l’étirement des ligaments externes de la cheville.

Comme précédemment évoqué, en fonction de la gravité de l’étirement, il peut y avoir une rupture partielle de ces ligaments. Mais dans certains cas, la rupture peut être totale.

Le choc peut survenir sur un saut mal réceptionné ou lors d’un footing. Le pied se pose sur un caillou par exemple, sous l’arche du pied et fait violemment basculer le pied.
À noter que les chaussures peuvent aussi être responsables d’une entorse (avec le port de talons très hauts par exemple).

Le plus souvent, les ligaments antérieurs et moyens sont touchés dans les entorses bénignes. Dans des cas plus rares, le pied peut partir vers l’extérieur. La cause ? Une contrainte exercée sur le bord externe de la cheville. On pense par exemple à un tacle sur le côté lors de la pratique de football.

Qui est le plus touché par l’entorse de la cheville ?

Tout le monde peut être victime d’une entorse de la cheville. Mais on note une prévalence importante chez les personnes pratiquant une activité physique. Elle représente 15 à 20% des traumatismes sportifs et 7 à 10% des urgences hospitalières.

Diagnostic

Le diagnostic passe par un examen visuel et palpatoire puis par un examen des ligaments de la cheville. En fonction du moment de la consultation, les symptômes et les signes peuvent évoluer.

L’œdème

Lors de la palpation par le médecin, vous pouvez ressentir une douleur localisée sous la malléole externe. Elle peut s’accompagner d’un œdème plus ou moins important en fonction de la gravité de l’entorse. Et cet œdème peut s’étendre au cou-de-pied, en d’autres termes, la cheville.

En effet, lorsque l’entorse date de plusieurs jours, il peut apparaitre une couleur violacée au niveau du cou-de-pied. Mais aussi au niveau des orteils.

La mobilité de la cheville

Votre médecin constatera également une mobilité de la cheville réduite et douloureuse lorsqu’on la fait travailler. De plus, poser le pied au sol pourrait s’avérer être très difficile et douloureux.

Écarter les signes de gravité

On recherche une entorse grave lorsqu’il s’agit d’un traumatisme violent.Cela peut être une impression de déboîtement, de craquement, ou l’apparition précoce d’un hématome volumineux en œuf de pigeon. Notez que lorsque cela se produit, il vous faut arrêter immédiatement tout activité.

Les examens complémentaires

La radiographie est parfois nécessaire afin d’écarter une fracture de la malléole, du 5éme métatarses ou de l’astragale. L’astragale c’est l’os sur lequel repose le tibia et le péroné, formant la cheville.
Cela permet également de déceler une éventuelle fracture de fatigue, fréquente chez le sportif.
Aussi, on conseille la radiographie afin de diagnostiquer une entorse grave.

Entorse de la cheville, que faire ?

La kinésithérapie est conseillée pour mobiliser la cheville et éviter l’immobilisation. L’immobilisation complète sera exigée en cas d’entorse grave (de stade 3). Parfois une atèle permettant de maintenir la cheville pendant la marche sera prescrite en cas d’entorse bénigne. Ensuite, on entreprend des exercices de renforcement musculaire.. Cela peut se faire entre 48 et 72 heures à 2 semaines après le traumatisme selon la gravité de l’entorse.

Reprise du sport après une entorse à la cheville

Vous êtes accro au sport ? Attention à lever le pied et à ne pas forcer sur votre cheville suite à votre entorse. Attendez le feu vert de votre médecin ou kinésithérapeute pour vous remettre à une activité sportive.

Pour la reprise du sport, il existe des programmes d’échauffement basés sur la proprioception. Il s’agit d’exercices faisant intervenir le sens de l’équilibre et permettant d’entraîner les perceptions posturales.

Entorse de la cheville : pourquoi consulter un ostéopathe ?

La prise en charge par un ostéopathe augmente considérablement vos chances de guérison et diminue le risque de récidive. Elle diminue aussi le temps de récupération avant la reprise de la marche ou d’une activité sportive. Le travail du praticien permettra également de vous redonner une bonne mobilité. De plus, il pourra identifier les éventuelles faiblesses et déséquilibres ayant causé l’entorse.

Entorse de la cheville et ostéopathie : l’action de l’ostéopathe

Réajustement osseux

D’abord, l’ostéopathe procède au réajustement des os de la cheville qui sont mis en torsion lors de l’entorse. Cela permet notamment de diminuer l’étirement des ligaments mis à mal.

Des techniques dites « de pompage » permettent de drainer l’inflammation et de diminuer la douleur. Son travail s’intéresse aussi aux structures à proximité qui ont pu être impactées dans le traumatisme. Il peut s’agir des muscles de la jambe, et des tendons s’insérant au niveau des os du pied. Ou encore, de la membrane interosseuse située entre votre tibia et votre péroné.

Libération des compressions

L’ostéopathe s’attelle également à décomprimer les vaisseaux et le système d’innervation au niveau de la cheville. Mais aussi ceux plus haut dans la jambe. Cela permet notamment d’améliorer le drainage de l’oedème et la circulation sanguine.

Un travail global

Le travail n’est pas seulement local. Vous remarquerez d’ailleurs que votre ostéo vous manipule souvent ailleurs que là ou vous avez mal.
En cas d’entorse à la cheville, le traitement peut être local, mais aussi à distance de la région symptomatique. C’est-à-dire votre cheville. Utiliser des techniques à distance permet de travailler cette zone sans intervenir directement dessus. Et donc, sans reproduire de douleur au niveau de votre cheville.

De plus votre ostéopathe travaille sur l’ensemble de l’appareil locomoteur et du corps.

En effet, une entorse peut être à l’origine de troubles de survenues tardives comme le mal de dos. Son travail est donc ici d’harmoniser et d’équilibrer l’axe cheville-genou-bassin mais aussi l’axe lombaires-cervicales-dorsales. Pourquoi ? Car il est possible qu’un déséquilibre de la statique puisse être à l’origine de votre entorse à la cheville !

Notez que les manipulations et le travail de l’ostéopathe sont tout à fait compatibles avec le travail de votre kinésithérapeute.

Éviter les récidives

Une 1ère entorse à la cheville, est souvent la première d’une longue série. Les risques de récidives sont importants. Aussi, des symptômes persistent parfois après une entorse. Faiblesse de la cheville, sensation de blocage, douleur chronique, instabilité, craquement, etc.
L’ostéopathie et la kinésithérapie peuvent diminuer ces symptômes ainsi que le risque de récidives d’entorses de la cheville.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge d’une entorse à la cheville

En cas de lésion ligamentaire trop importante nécessitant une éventuelle chirurgie, vous pouvez consulter votre ostéopathe au préalable. Il pourra s’assurer que les os sont bien placés avant l’intervention, après l’opération, et pendant la phase de cicatrisation. Cela permettra de récupérer la plus grande mobilité et la meilleure fonction possible de votre cheville.

Nos conseils

Ne laissez pas traîner une entorse ! Celle-ci pourrait générer d’autre troubles. Et oui, votre cheville vous fait mal. Ou pas d’ailleurs, mais votre corps sent qu’il y a un dysfonctionnement. Du coup, il y a de grandes chances que vous adaptiez votre statique vertébrale, autrement dit votre posture. Il est aussi possible que vous adaptiez votre façon de marcher en répartissant différemment votre poids et vos appuis. Cela peut créer de nombreux déséquilibres et générer alors d’autres tensions dans votre corps !

Enfin, en cas d’entorse de la cheville, glacez la zone immédiatement, pendant un bon quart d’heure. Utilisez un torchon ou une serviette afin de ne pas vous brûler la peau. Cela aura pour effet de minimiser l’inflammation et de calmer la douleur.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste du suivi du sportif. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.