0% lus

Vous souffrez constamment de douleurs parcourant tout votre corps ? Vous êtes très fatigué mais n’arrivez pourtant pas à profiter d’un sommeil réparateur ?

Vous pourriez faire partie des 1,4 à 3 millions de Français souffrant de fibromyalgie. Une maladie fréquente donc, pourtant encore peu connue, quelque peu incomprise, tant du côté des patients que des professionnels de santé.

On l’appelle aussi syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID), fibrosite, syndrome fibromyalgique ou encore polyenthésopathie et il s’agit d’une maladie au traitement difficile et souvent très handicapante au quotidien.

Avec pour symptôme principal des douleurs diffuses, multiples, chroniques et injustifiées, on compte près d’une centaine d’autres symptômes accompagnant ces douleurs. Il peut s’agir de maux de tête, d’engourdissement ou de fourmillements dans les membres ou encore de troubles digestifs, parmi tant d’autres.

Des symptômes lourds, venant perturber les gestes de la vie quotidienne où porter ses courses, se brosser les cheveux et même marcher pourrait relever du défi. Ces symptômes diffèrent cependant d’une personne à l’autre, rendant alors le diagnostic d’autant plus difficile.

Fibromyalgie : une maladie qui n’a rien d’imaginaire

“J’ai mal partout” sont très certainement les mots qui vous viennent à l’esprit si vous êtes fibromyalgique. Et pour cause.

Seulement, il est possible que l’on vous prenne dans un premier temps pour un malade imaginaire, un hypocondriaque ou pire encore, que l’on ne vous prenne pas au sérieux. En cause ? Un diagnostic qui peut être en effet très long à poser (et peut durer de 6 mois à 1 an) du fait des symptômes retrouvés également dans d’autres maladies. Ce syndrome n’est d’ailleurs reconnu que depuis 1992 par l’Organisation Mondiale de la Santé.

La fibromyalgie, qu’est-ce que c’est au juste ?

Le mot fibromyalgie vient de « fibro », pour fibrose, « myo », pour muscle, et « algie », désignant la douleur.

Il s’agit d’un syndrome douloureux chronique, souvent appelé « syndrome polyalgique idiopathique diffus », venant toucher tout le corps, sans que l’on en connaisse l’origine.

Fibromyalgie : les symptômes

La fibromyalgie se caractérise par des douleurs diffuses, difficilement localisables, touchant tantôt les muscles, tantôt les ligaments et les tendons. Ces douleurs tendent à se déplacer dans le corps, leur intensité est variable et change au fil du temps, en fonction de nombreux facteurs comme votre activité physique mais aussi votre état émotionnel (stress, état dépressif, anxiété).

La douleur n’épargne malheureusement aucune région du corps, des pieds aux mains, des jambes aux bras, du sommet du crâne aux chevilles en passant par les hanches et le dos.

Les 18 points de la fibromyalgie

Ces douleurs sont mises en évidence par la pression de certains points précis et l’on en compte 18 répartis dans tout le corps. Ses points douloureux sont localisés au niveau de la nuque, des épaules, entre les omoplates, dans le bas du dos et dans les hanches. Mais la douleur peut, comme précédemment évoqué, concerner également d’autres parties du corps comme les genoux, les mains, ou encore la plante des pieds.

fibromyalgie points douloureux cabinet b

Chez les personnes atteintes de fibromyalgie, on observe d’ailleurs un seuil de perception de la douleur amoindrit, comprenez par là que vous pourriez ressentir plus facilement la douleur que d’autres personnes.

Douleurs dans tout le corps et fatigue

Une fatigue extrême, non réparée au matin, des troubles importants du sommeil, anxiété et troubles de l’humeur sont les principaux signes retrouvés et accompagnants les douleurs de la fibromyalgie.

La liste des symptômes associés est pourtant bien plus longue.

La fibromyalgie et ses symptômes associés

En effet, de nombreux autres troubles peuvent être retrouvés en plus des douleurs et de la grande fatigue. Attention, notez que ces symptômes sont très variables d’une personne à l’autre et qu’il s’agit d’une liste non exhaustive.

  • Démangeaisons, peau sèche et très sensible au toucher
  • Troubles de l’attention, de la concentration, mémoire perturbée
  • Troubles de l’articulation temporo-mandibulaire, (déviation, bruxisme, douleurs à la mastication)
  • Collets dentaires fragiles (dents déchaussées), mal de dents, sensibilité au chaud et au froid
  • Acouphènes (sifflements, bourdonnements d’oreilles)
  • Bouffées de chaleur, transpiration excessive
  • Difficultés à la déglutition, fausse route fréquentes (avaler « de travers »)
  • Difficultés d’élocution
  • Règles particulièrement douloureuses, douleurs vaginales hors période de règles, douleurs pendant les rapports sexuels
  • Aphonies ou dysphonies
  • Douleurs faciales
  • Baisse du désir sexuel
  • Douleurs thoraciques venant empêcher la respiration profonde
  • Apnée du sommeil
  • Endométriose (maladie gynécologique fréquente touchant l’utérus)
  • Engourdissements des membres, paresthésie (fourmillements)
  • Troubles digestifs : diarrhée, constipation, ballonnements, brûlures d’estomac, gaz, nausées
  • Démangeaisons des yeux, vision troublée
  • Maux de têtes, migraines
  • État confusionnel, maladresses, impression de fonctionner au ralenti
  • Frissons
  • Hypersensibilité au bruit, à la lumière, aux odeurs, à la température
  • Sautes d’humeur, irritabilité
  • Vertiges
  • Hypersensibilité aux allergènes
  • Palpitations cardiaques, malaises
  • Spasmes musculaires
  • Fuites urinaires, hyperactivité de la vessie

Fibromyalgie et psychologie : quand le mal physique impacte la santé mentale

La fibromyalgie est une atteinte « invisible » et peu connue. Vous pourriez alors vous sentir parfois désemparé et incompris, voir mal pris en charge médicalement.

C’est aussi une maladie dont l’évolution est longue, une maladie emmenant fatigue et douleurs chroniques, son impact psychologique peut être alors conséquent. La grande fatigue vous demande parfois de réorganiser vos activités en fonction de votre énergie physique mais aussi mentale. Il est pourtant essentiel de maintenir une activité physique et des interactions sociales afin d’éviter l’isolement.

Parfois, votre incapacité à exercer seul des tâches du quotidien peut entraîner un certain sentiment de diminution et vous pourriez avoir peur de déranger vos proches en demandant de l’assistance. Il est important tout de même de souligner ici que les personnes atteintes de fibromyalgie ne deviennent pas toutes invalides ou dépendantes de leurs proches.

Fibromyalgie : quelles causes ?

Les causes de ce syndrome sont à ce jour méconnues. En effet, bien que la fibromyalgie engendre des douleurs musculaires chroniques, aucune lésion n’est visible dans les muscles pouvant expliquer ces douleurs. Il est alors important de faire une rétrospection dans les 3 mois (au minimum) précédant la maladie afin de retrouver le facteur déclenchant.

Les facteurs déclenchants

Bien que cette maladie soit peu connue, plusieurs hypothèses ont été soulevées et de nombreux facteurs pourraient être à l’origine des symptômes.

Fibromyalgie : une cause psychologique ?

On retrouve bien souvent une succession de deux éléments très importants à prendre en compte. Le premier, survenant à l’enfance ou à l’adolescence, où vous pourriez avoir connu un évènement très éprouvant émotionnellement, un stress violent, ce que l’on appelle un choc émotionnel. Le second, survenant lui à l’âge adulte, sur ce terrain prédisposé, généralement entre 30 et 50 ans, où le syndrome fibromyalgie se déclare alors suite à un nouveau stress ou évènement particulièrement marquant.

On retrouve aussi souvent la fibromyalgie chez une certaine typologie de personnes. Les personnes qui travaillent énormément, stressées et surmenées, qui ne s’arrêtent jamais. Au final, des personnes qui tendent un peu à s’oublier dans leur quotidien au rythme effréné.

fibromyalgie ostéopathe traitement soulager

Un traumatisme physique

Dans de nombreux cas, un ​traumatisme physique​ est impliqué dans le déclenchement de la fibromyalgie. Cela peut être par exemple un accident de voiture causant un « coup du lapin ».

Des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire

Des troubles de la mâchoire, causant un déséquilibre du système musculo-squelettique peuvent également être à l’origine de la maladie. La mâchoire joue en effet un rôle extrêmement important dans la posture et un dysfonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire peut engendrer de nombreux autres troubles.

Une défaillance du système nerveux

Il s’agit ici d’une plus grande sensibilité à la douleur. Le système nerveux réagit de manière excessive face aux stimuli extérieurs : une légère pression suffit alors à déclencher un « message de douleur ». Cette plus grande sensibilité serait liée au dysfonctionnement de certaines zones du cerveau et à des anomalies au niveau de la transmission des messages nerveux.

Un dysfonctionnement du système hormonal

Des anomalies hormonales ont été observées (et notamment dans l’hypophyse et le thalamus, logés dans le cerveau, au centre du système hormonal) produisant alors trop ou pas assez d’hormones (on retrouve souvent un déficit en sérotonine dans la fibromyalgie).

Fibromyalgie, qui sont les personnes les plus atteintes ?

Du fait des nombreuses causes pouvant être à l’origine de la fibromyalgie, l’ensemble de la population est exposé. En France, le Ministère de la Santé estime qu’environ 2 % de la population est touché par la fibromyalgie, ce qui représente entre 1,4 et 2,5 millions de personnes atteintes dans l’hexagone.

Il est à noter cependant qu’il y a une forte prévalence féminine, avec environ 80 % des cas où les personnes atteintes sont des femmes. La maladie apparaît souvent entre 30 ans et 60 ans et est plus rare chez les enfants.

Diagnostic de la fibromyalgie

Le diagnostic de la fibromyalgie est basé sur l’examen clinique et sur l’anamnèse (comprenez par là ce que vous relaterez de vos symptômes et antécédents à votre médecin).

Un diagnostic compliqué

Cependant la ressemblance avec d’autres pathologies et sa prévalence dans d’autres maladies complique le diagnostic. En effet, la fibromyalgie peut faire partie des symptômes retrouvés aussi dans des maladies auto-immunes comme la maladie de Guillain-Barré.

On note également ces mêmes symptômes dans ​l’hypothyroïdie (insuffisance en hormones thyroïdiennes), dans l’hyperparathyroïdie (production élevée d’hormone parathyroïdienne), dans la polymyosite (dégénérescence des fibres musculaires) et dans certaines infections comme le VIH, l’hépatite C ou encore la maladie de Lyme.

Une douleur diffuse et des points douloureux spécifiques

Deux critères ont été établis par l’American College of Rheumatology pour poser le diagnostic de fibromyalgie, critères retenus et approuvés par un comité international. Il s’agit de :

  • La présence d’une douleur diffuse pendant plus de 3 mois. La douleur doit être présente des deux côtés du corps, au-dessus et en dessous de la ceinture, ainsi qu’au niveau de la colonne vertébrale.
  • Une sensation de douleur sur au moins 11 des 18 points caractéristiques de la maladie.

Des critères de diagnostic critiqués

Il est à noter que cette approche est cependant critiquée de certains professionnels de la santé. Elle peut en effet paraître assez limitée et réductrice (et notamment concernant la limite minimale de 11 points douloureux).

Aussi, de nombreux autres symptômes, assez fréquents, ne sont pas pris en compte, comme les céphalées (les maux de tête), la paresthésie, les douleurs gynécologiques, la sensibilité à la température, etc.

Fibromyalgie : quel traitement ?

Les traitements proposés visent à réduire les symptômes douloureux par la prise d’antalgiques sous forme d’anti-dépresseurs. Ce point reste cependant à discuter directement avec votre médecin. La pratique sportive est également vivement conseillée et sera abordée plus bas dans cet article.

Fibromyalgie : quel traitement naturel ?

Les effets secondaires éventuels des anti-dépresseurs poussent de nombreuses personnes atteintes de fibromyalgie à se tourner vers des traitements naturels. Il est à noter que l’ostéopathie permet d’apporter une solution alternative pour soulager les douleurs liées à la fibromyalgie. Les manipulations permettent en effet de relâcher les tensions musculo-squelettiques mais aussi de réduire le stress.

Le travail de l’ostéopathe peut se faire en complémentarité d’autres disciplines comme l’acupuncture, les fleurs de Bach, ou encore la psychothérapie, entre autres.

Fibromyalgie et ostéopathie, que fait l’ostéopathe au juste ?

Un bilan indispensable à une bonne prise en charge

L’ostéopathe procède lors d’un premier soin à un bilan palpatoire. Ce bilan est essentiel pour orienter son traitement et lui permettre de définir les axes de travail prioritaires.
Suivant l’élément déclencheur de la fibromyalgie, l’ostéopathe agira de manière différente.
Prenons le cas d’un traumatisme par exemple (comme un accident, ou une chute), l’ostéopathe travaillera de manière à dégager les blocages directement liés à ce traumatisme, indépendamment de la fibromyalgie. Même si ces blocages n’ont qu’une incidence indirecte sur votre fibromyalgie.

Un travail sur le système musculo-squelettique

Votre ostéopathe travaillera à des réajustements du système musculo-squelettique par un travail du plan fascial (comprenez ici les tissus recouvrant vos muscles) pour gagner en mobilité et relâcher ses tensions.
Ce travail sera léger et très ponctuel car lorsque vous êtes atteint de fibromyalgie vous avez tendance à répondre fortement aux soins, mêmes doux.
La première intention de votre ostéopathe quand le diagnostic de fibromyalgie a été posé n’est donc pas de soigner les différentes douleurs les unes après les autres, mais bien de se focaliser sur des aspects plus centraux de votre santé liés à ce syndrome polyalgique idiopathique diffus.
D’où l’importance de ce diagnostic préalable.

L’équilibre hormonal

Les hormones ont un lien très fort avec la gérance du stress, le sommeil, ainsi qu’avec la tension globale des tissus dans le corps.
Cette phase du soin d’ostéopathie est donc primordiale pour votre récupération, l’évolution de votre fibromyalgie, et donc de votre santé.
L’ostéopathe effectuera un travail crânien en mettant ses main au niveau de votre tête, avec pour but de réguler au besoin l’hypophyse et l’épiphyse. Cela sera sa première et majeure évaluation; selon cette dernière il pourra être amené à soigner les autres glandes hormonale dont les principales sont : la thyroïde, les surrénales, et les ovaires.
Ce versant du soin hormonal sera aussi à mettre en parallèle avec le cycle menstruel si vous êtes une femme. Le cycle ne doit ni être un élément perturbateur pour l’équilibre du stress, ni un élément perturbé.

Le système immunitaire

On en parle peu mais le système immunitaire est souvent fragilisé dans un contexte de stress chronique (vie familiale et/ou sociale et/ou professionnelle), ainsi que lors d’une nutrition inappropriée ou d’un sommeil insuffisant.
Votre ostéopathe sera donc amené à regarder à minima votre rate sur le côté de votre estomac. Ces techniques ne sont pas douloureuses et permettent souvent un regain d’énergie immédiat.
N’oublions pas pour votre système immunitaire la part de votre système viscéral.

Le système viscéral

Les organes de votre transit ont aussi une part importante dans votre gestion du stress, votre forme de tous les jours, votre système immunitaire ainsi que votre humeur.
Pour toutes ces raisons citées au préalable la santé de votre transit est essentielle.
Votre ostéopathe vous aidera à l’améliorer de par le soin réalisé, néanmoins vous restez l’acteur principal de la santé de vos intestins de par votre alimentation quotidienne.

Comment améliorer la santé de vos intestins ?

Il s’agit là d’avoir une bonne digestion mécanique : donc une bonne mastication (il est important de bien mâcher sa nourriture et donc de ne pas manger trop vite).
Il est aussi important de consommer des aliments de qualité, des aliments que vous digérez facilement, n’irritant pas vos intestins et qui ne perturbent pas l’équilibre de votre flore intestinale.
Si ce dernier point n’est pas respecté vous aurez tendance à avoir une digestion défectueuse avec des maux de ventre, une fatigue de plus en plus difficile à rattraper, et un système immunitaire qui s’affaiblit.

Votre ostéopathe travaillera avec vous directement vos organes digestifs pour améliorer la digestion mécanique et faciliter le développement d’une bonne flore intestinale.
Il travaillera aussi sur les liens neuro-vasculaires (le système neuro-végétatif pour les connaisseurs) de vos organes digestifs pour améliorer la qualité de la digestion chimique et favoriser les échanges moléculaires avec le reste du corps par le sang.
L’ajustement de la flore intestinale peut être vu directement avec votre nutritionniste, ou votre médecin, ou diététicien, ou même votre ostéopathe si il en a la compétence.

D’un point de vue des techniques réalisées, l’ostéopathe apposera ses mains au niveau de votre abdomen sans mouvement pour commencer, et ce afin d’évaluer l’état de santé global de votre transit, ses tensions intestinales, son aspect circulatoire, sa sensibilité, etc.
Afin de travailler certaines structures superficielles comme l’estomac, ou plus profondes comme votre pancréas, il pourra les entraîner en poussant délicatement afin de conduire les organes dans des mouvements précis; cela lui permettra à la fois d’évaluer leur santé, et si besoin de les soigner.
Il se aussi que votre ostéopathe commence à “promener” sa main au dessus de votre ventre sans le toucher, ce n’est pas du magnétisme pour autant ! En réalité il cherche à vérifier une possible variation de température entre différentes zones, ce qui lui permet de repérer de potentielles zones inflammatoires, et donc de potentiels organes en souffrance.

Le système postural

Il semblerait plus secondaire dans le sens où l’origine du SPID semble plus organique. Mais il arrive que le dysfonctionnement d’une entrée posturale puisse perturber la santé d’une personne jusqu’à entraîner un état dépressif.
Ça sera donc une piste envisagée surtout à partir du moment où il n’est retrouvé aucun autre dysfonctionnement sur les facteurs vus précédemments.
Un posturologue (médecin, podologue, kinésithérapeute, ostéopathe, etc.) évaluera votre posture et la fonctionnalité de chacune de vos entrées posturales et procédera alors si nécessaire à leur correction. Soit manuellement par un ajustement fonctionnel de l’entrée posturale, ou bien par de la rééducation selon le besoin : active avec un professionnel de santé ou passive à l’aide d’une orthèse créée sur mesure pour vous par un spécialiste.

Combien de séances faut-il prévoir ?

La prise en charge de la fibromyalgie en ostéopathie nécessite plusieurs soins pour un premier travail de traitement.
Ensuite il faudra un suivi régulier pour entretenir le travail effectué et les résultats obtenus. La régularité de ce suivi dépendra de l’évolution des douleurs. Une fois par trimestre semble en général cohérent, mais il se peut que chez certains patients ce suivi ait lieu tous les deux mois par exemple. Il ne s’agit bien sûr que de grandes lignes d’un schéma de travail qui est en réalité adapté à chaque patient.

L’hygiène de vie aura un impact considérable dans l’entretien du traitement mis en oeuvre par votre ostéopathe. Sommeil, alimentation et gestion du stress seront des points à ne pas négliger.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge d’une fibromyalgie

Des études sont menées afin de prouver l’efficacité de l’ostéopathie dans le traitement de la fibromyalgie. N’ayant pas encore assez de recul sur le sujet, il est difficile de pouvoir évaluer son effet curatif et nous ne pouvons avancer ici que l’ostéopathie soigne la fibromyalgie.

Nous pouvons en revanche avancer que le traitement ostéopathique réduit les douleurs et permet de mieux vivre au quotidien.

Fibromyalgie et sport

Il est essentiel de maintenir une activité physique si vous souffrez de fibromyalgie. Une activité physique régulière, d’intensité modérée a pour effet d’éviter l’atrophie musculaire que pourrait provoquer la sédentarité et venir aggraver la fatigue.

En plus, la pratique d’un sport libère des endorphines dans le corps, une hormone essentielle au bien-être. Il est cependant important de bien choisir son sport.

Quel sport pour la fibromyalgie ?

L’activité sportive doit donc être maintenue et tend à réduire les symptômes. Il faut cependant être vigilant quant à l’activité choisie. Ne vous tournez pas vers des sports violents ou des activités demandant des efforts physiques trop importants. Optez plutôt pour une activité à l’intensité modérée comme le yoga, le vélo, la marche, la natation douce, ou encore des exercices d’étirement.

Nos conseils

Nous savons que stress et le mal être psychologique peuvent venir aggraver les symptômes. Le soutien des proches est essentiel et la prise en charge par un psychologue peut être envisagée pour venir alors freiner la progression des symptômes. Il est en effet primordial de parler de votre maladie, d’échanger sur le sujet et d’aller à la rencontre d’autres personnes atteintes, sur des forums ou dans une association par exemple.

Il est également important de prendre l’air et nous avons conscience que la fatigue puisse vous freiner mais sortez et entrez en contact avec la nature le temps d’une belle balade.

Enfin, si la cause de votre fibromyalgie semble être un choc émotionnel et que celui-ci est identifié, vous pourriez essayez des techniques comme l’EFT, une technique de libération émotionnelle, relativement simple à utiliser seul, ou avec un praticien.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply