0% lus

Vous effectuez une activité physique régulière et êtes particulièrement en forme, vous connaissez cependant une douleur au niveau du pied, de la jambe ou des orteils sans pour autant avoir subi de choc particulier ? Vous pourriez souffrir de ce que l’on appelle une fracture de fatigue.

Non, la fracture de fatigue ne touche pas seulement les sportifs de haut niveau. Vous pratiquez une activité sportive de maintien ? Vous venez de reprendre le sport ? Vous bougez plus qu’à votre habitude au boulot ? Vous pouvez aussi être concerné.

Qu’est-ce que la fracture de fatigue et comment éviter qu’elle ne s’aggrave ? Retour sur cette blessure fréquente, ses causes et les réponses apportées par l’ostéopathie.

Une fracture de fatigue, c’est quoi au juste ?

On les appelle « fractures de fatigue », « fracture de contrainte » ou encore « fracture de stress » et elles surviennent lorsque l’os subit une contrainte trop importante ou qu’il est trop sollicité.

L’os n’est pas fracturé, mais il connaît alors une ou plusieurs microfissures et cela se retrouve particulièrement au niveau des os des membres inférieurs comme le tibia, le péroné, les tarses et métatarses ou encore les orteils.

Quels sont les symptômes de la fracture de fatigue ?

La douleur est atypique et survient brutalement, lors d’un exercice physique intense bien souvent, mais elle peut aussi se déclarer pendant la marche. Il est à noter que si la douleur se manifeste généralement pendant l’effort, celle-ci n’est pas toujours calmée au repos ou lors de l’arrêt de l’activité.

Vous pourriez alors sentir une zone particulièrement douloureuse au niveau du pied, de la jambe ou des orteils. Sachez toutefois qu’il s’agit dans 50% des cas d’une fracture de fatigue touchant les métatarses. Les métatarses, c’est cet ensemble d’os longs que l’on a au dessus du pied, entre les os postérieurs (le tarse) et nos phalanges (ou orteils).

Qu’est ce qui cause la fracture de fatigue ?

On sait maintenant que c’est un effet de contrainte sur l’os qui va venir « l’abîmer ». Mais qu’est ce qui fait que mon os se fatigue ? Pour comprendre cela, il est important de revenir brièvement sur les caractéristiques de l’os !

Les os, ces éléments indispensables au maintien de notre corps

Afin que l’os puisse maintenir notre corps, il est pourvu de trabécules, (comprenez par-là que sa structure interne est composé de pleins de petits trous). Et ces trabécules, elles, permettent une meilleure absorption et répartition des chocs. Il est aussi important de comprendre que l’os travaille – coude à coude – avec notre système musculaire et ligamentaire.

Quand nos amortisseurs nous font défaut

Avez-vous remarqué qu’un os n’est pas tout à fait droit et possède des courbes ? C’est parce que sa structure s’adapte au fur et à mesure que l’on grandit.

Et bien il en va de même lorsque nous pratiquons une activité physique ! Suivant l’intensité de l’activité pratiquée, l’os se modélise pour s’adapter aux nouvelles contraintes que nous lui faisons subir. Et c’est lorsque celui-ci n’arrive plus à amortir les chocs que peuvent survenir alors les fractures de fatigue.

Fracture de fatigue : quand l’activité physique est en cause

Chez le sportif, la fracture de fatigue survient généralement à cause d’un surentraînement. Cela peut aussi survenir lorsque l’on change nos habitudes quant à notre pratique sportive, en passant d’un sport à un autre ou en augmentant brutalement notre activité physique (ah, les bonnes résolutions du 1er de l’an…).

Le déséquilibre du trio gagnant

Comme expliqué plus haut, le système musculaire joue aussi un rôle important dans le maintien de notre corps et les os, le système musculaire et le système ligamentaire travaillent ensemble.

Lorsqu’il existe un déséquilibre musculaire trop important, le travail du « trio gagnant » est perturbé ce qui accentue alors l’effet de contrainte sur l’os.

D’autres facteurs

D’autres facteurs peuvent venir accentuer les fractures de fatigue, il peut s’agir notamment de chaussures inadaptées à votre pratique sportive, d’un terrain trop dur, ou encore d’une mauvaise posture venant perturber vos appuis ou vos genoux.

Fracture de stress, qui peut-elle toucher ?

Contrairement aux idées reçues, la fracture de fatigue ne touche pas uniquement les personnes accros au sport ! Il faut comprendre que cette affection survient surtout lors d’un changement brusque d’activité physique, et par activité physique on ne sous-entend pas uniquement sport.

Vous pourriez par exemple changer d’emploi et commencer un travail sollicitant davantage vos muscles et vos os. Vous pourriez déménager dans un autre quartier et devoir effectuer votre jogging du dimanche sur un sol plus dur que d’habitude par exemple.

Les femmes sont plus enclines à développer des fractures de fatigue

Notez cependant que la fracture de stress est plus fréquente chez la femme que chez l’homme (une question d’hormones qui fragiliserait le métabolisme osseux…) La fracture de stress est également plus fréquente chez les adultes (car chez les enfants et les ados, l’os est plus malléable car il est plus cartilagineux).

fracture fatigue ostéopathe ostéopathie

Comment reconnaître une fracture de fatigue ?

Bien que la fracture de fatigue soit fréquente, Il est important de l’identifier rapidement afin d’éviter son aggravation. Souvenez-vous, il s’agit en réalité de microfissures, elles sont donc, au début, souvent invisibles à la radio (l’IRM et la scintigraphie voire même l’échographie peuvent en revanche déceler de manière précoce les fractures de fatigue).

L’importance de votre récit

L’anamnèse est alors très importante pour déceler la fracture de stress. Par anamnèse, comprenez tout ce que vous allez raconter au sujet de vos habitudes de vie, de votre activité physique, antécédents médicaux et autres au professionnel de la santé que vous consulterez.

La palpation permettra ensuite d’identifier le siège exact de votre douleur et son aspect (est-il œdémateux ? Douloureux ? Chaud ?).

Périostite ou fracture de fatigue ? La sonnette d’alarme…

La sollicitation importante du système osseux et musculaire, notamment chez le coureur, peut engendrer une périostite (une inflammation de la membrane qui vient envelopper l’os).

Généralement, l’os le plus touché est le tibia et les douleurs sont le plus souvent bilatérales. Lorsque cela arrive, il s’agit d’une alerte de surmenage de l’os, comme une sonnette d’alarme annonçant le stade suivant : la fracture de fatigue.

Contrairement à la fracture de stress, les douleurs liées à la périostite, elles, sont soulagées au repos.

Fracture de fatigue : que faire ?

Qui dit stress et fatigue sous entendent forcément… Repos. Et quand on parle de repos on parle de repos complet ! Il s’agit en fait de réduire la charge lors de la mise en appui sur l’os concerné.

Cela passe par l’immobilisation de la zone douloureuse et la marche accompagnée de béquilles, dans certains cas. Pas simple à entendre pour les personnes particulièrement actives et sportives, la durée du repos complet conseillé peut cependant varier.

Chaque fracture de stress est différente

Car oui, la fracture de fatigue est propre à chacun et ne sera pas identique chez le sportif confirmé que chez la personne reprenant une activité physique. Chaque fracture de stress est différente. Cependant, tout le monde tombe d’accord sur le sujet du repos. C’est pourquoi il est important de suivre les recommandations de votre médecin traitant.

Fracture de fatigue, qui consulter ?

Dans le cas où vous suspectez une fracture de stress, ne trainez pas, parlez-en à votre médecin traitant, à un médecin du sport de manière à établir un diagnostic. Ensuite, parlez en à votre ostéopathe et kinésithérapeute.

Fracture de fatigue et ostéopathie

En prévention

L’ostéopathie est tout à fait conseillée dans la prévention de la fracture de fatigue. L’ostéopathe peut en effet venir identifier les contraintes exercées et ainsi éviter l’aggravation. On parle ici des contraintes au niveau des membres inférieurs c’est-à-dire du bassin jusqu’aux pieds. Mais si la colonne vertébrale est “de travers” alors les pieds risquent de se mettrent de “travers” pour compenser cela.

L’approche préventive proposée par l’ostéopathe est adaptée à chaque patient et se fait au regard de votre gestion de la fatigue, du stress et de la récupération. Ce suivi doit être régulier, a minima une fois par an si vous ne présentez aucune gêne ou douleur lors de l’entraînement, et que vous n’avez aucun antécédent. Ou bien une fois par trimestre si vous sentez certaines faiblesses de temps à autre.

fracture fatigue ostéopathie

Que fait l’ostéopathe dans le cadre d’une fracture de fatigue ?

L’ostéopathe, après avoir identifié les zones de contraintes et la raison pour laquelle il y a eu une sollicitation trop importante sur l’os, va venir soulager l’environnement immédiat via diverses techniques douces, et adaptées à chacun.

Illustrons cela avec un exemple concret.

« C’est décidé, je me remets au sport »

Imaginons que vous repreniez le sport après plusieurs années d’arrêt. Motivé par l’envie de retrouver la ligne, vous décidez alors de reprendre une activité sportive de manière intensive. La course à pied semble être un bon choix, vous pouvez la pratiquer seul et vous n’avez pas besoin d’investir dans du matériel ou un abonnement à la salle de gym.

Bref, voilà déjà 2 semaines que vous pratiquez le jogging, vous vous y tenez, bravo ! Seulement voilà, un soir, vous avez voulu accélérer dans une côte et là, vous avez ressenti une douleur aigüe au niveau du pied. Vous décidez alors de voir votre ostéopathe pour une consultation.

« J’ai bien peur que cela soit une fracture de fatigue »

Lors de la consultation, on décèle en effet que vous souffrez d’une fracture de fatigue et on la localise au niveau du 2ème métatarse.

L’ostéopathe va alors travailler sur votre cheville pour libérer les tensions et les muscles qui s’y attachent mais pas que. Un autre os est aussi très important dans ce mécanisme : votre tibia. Un travail intra-osseux pourra aussi être effectué au besoin, c’est à dire un travail doux directement sur l’os fracturé afin de favoriser ses bonnes cicatrisation et récupération.

L’ostéopathe travaille en dehors l’environnement immédiat

Une fois que votre ostéopathe aura effectué ses manipulations sur l’environnement immédiat, il viendra travailler sur vos genoux, vos hanches et votre bassin.

Pourquoi ? Car un mauvais positionnement de ces derniers peut par exemple engendrer une jambe légèrement plus longue que l’autre. Du coup, lors de la course à pied (ou autre exercice physique) le poids du corps pourra être mal réparti, avec un poids plus important d’un côté, à savoir du côté de la jambe courte. Et c’est là que votre os peut être sollicité excessivement !

Une attention particulière à votre posture

Lors d’une consultation, votre ostéopathe s’intéresse aussi à votre posture générale. Et il portera une attention particulière aux capteurs qui interviennent dans notre posture. Cela peut même passer par l’observation de votre mâchoire !

Pourquoi l’ostéopathe analyse votre mâchoire alors que vous avez une fracture aux métatarses ? Car la mâchoire, au même titre que vos pieds et votre oreille interne, vous permet de maintenir un bon équilibre.

Le diaphragme joue aussi un rôle très important car sa pompe, qui nous permet de respirer, intervient aussi dans notre posture !

L’importance du système neuro-musculaire

L’ostéopathe vérifie et travaille également sur votre système neuro-musculaire, le système musculaire pouvant être considéré comme « le moteur » de la structure du corps, et le système nerveux comme le système de cohésion de l’activité musculaire. Si le système neuro-musculaire dysfonctionne sur une région du corps, il peut mettre à mal les articulations et os en liens avec les muscles de cette région.

Fracture de fatigue, quand reprendre le sport ?

Après votre 2ème séance avec votre ostéopathe et après avoir été au repos, votre fracture au niveau des métatarse est soulagée. Vous pourrez alors reprendre une activité physique !

Attention, il faut alors reprendre de manière progressive et adaptée, il s’agira par exemple de reprendre avec la natation dans un premier temps, pour éviter les contraintes directes causées par la course à pied. Puis de reprendre la course à pied sur une intensité d’entrainement un peu réduite, et si possible sur une surface moins dure que du béton comme de la pelouse par exemple.

Combien de séances prévoir ?

Il n’y a pas de véritable règle à ce sujet, cela dépend de beaucoup de facteurs, mais en général plusieurs séances sont nécessaires pour le suivi de la fracture de fatigue. Dans un premier temps, votre ostéopathe vous recevra pour une à 2 séances consécutives et rapprochées. Celles-ci serviront à soigner l’environnement direct de la fracture et ses contraintes, ainsi que l’environement “indirect” visant à ce que le système d’autoguérison et de cicatrisation de l’os soit optimum, et ce afin que le corps récupère le mieux possible.

Plusieurs semaines après ces premières séances et lorsque vous aurez repris le sport, votre ostéopathe procèdera à un travail visant à vous aider à vous réadapter à votre pratique sportive.

Quand l’ostéopathie ne suffit pas

Bien que l’ostéopathie soit recommandée et efficace dans la prise en charge de la fracture de fatigue, certains cas d’aggravation demandent de consulter un spécialiste pour procéder à des examens complémentaires.

Ce sera notamment le cas si vous souffrez d’une impotence fonctionnelle importante (il vous devient impossible d’utiliser le membre en question de façon normale du fait de la douleur).

Dans le cas d’une prise en charge d’une personne âgée, il pourrait aussi s’agir d’une fracture spontanée, dans ce cas, l’ostéopathie ne suffira pas et il faudra également consulter un spécialiste.

Conseils

  • Faites attention à ce que vous mettez dans votre assiette : une alimentation saine et équilibrée est conseillée pour éviter les blessures
  • Attention, l’alcool et le tabac favorisent l’apparition des fractures de fatigue
  • Quand il s’agit de reprendre une activité physique, faites-le de manière progressive
  • Avant tout effort physique, n’omettez pas les phases d’échauffement

Si nous avons conscience que pour certains fadas du sport il peut être compliqué de lever le pied, retenez les mots d’ordre : repos et patience. N’oubliez pas que le repos est essentiel dans la récupération de votre organisme.

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du sportif

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply