0% lus

Future maman, vous souffrez de douleurs dans le bas du ventre, à l’intérieur des cuisses, au niveau de l’aine… Ces tiraillements désagréables sont ce que l’on appelle des douleurs ligamentaires.

Ces douleurs sont le signe que bébé prend sa place et font parfois partie des maux rythmant votre nouveau quotidien de future maman.

Seulement, en plus d’être handicapantes, ces douleurs peuvent aussi être source d’angoisse puisqu’elles donnent souvent l’impression que votre bébé va pointer le bout de son nez plus tôt que prévu.

Alors quand s’inquiéter et qui consulter ? À quoi sont dues ces douleurs ligamentaires pendant la grossesse ? Votre ostéopathe peut-il vous aider à soulager ces maux en toute sécurité pour bébé ? C’est ce que nous abordons dans cet article.

Douleurs ligamentaires durant la grossesse : les symptômes

Pendant votre grossesse, il est très probable que vous ressentiez de fortes douleurs au niveau du bas du ventre, à l’intérieur des cuisses, au niveau du périnée mais aussi dans l’aine.

Ces douleurs sont souvent décrites comme des tiraillements dans le bas ventre, des brûlures, des picotements et il arrive parfois que ces sensations irradient vers les fesses, ressemblant alors beaucoup à ce que vous pourriez ressentir lors d’une sciatique.

Quand surviennent ces douleurs ?

Ces douleurs ligamentaires peuvent être présentes aussi bien en début qu’en fin de grossesse.

Vous aurez tendance à remarquer que ces douleurs surviennent surtout lorsque vous êtes fatiguée, en fin de journée ou encore suite à un effort, mais aussi lorsque vous êtes stressée. Elles peuvent également faire surface lors de mouvements brusques, quand vous vous levez par exemple, ou encore lors de la marche.

Des douleurs généralement très handicapantes

Survenant lors de mouvements brusques et même durant la marche, vous pourriez avoir tendance à adopter une nouvelle façon de marcher pour essayer d’atténuer les douleurs et vous lever d’une chaise ou d’un siège pourrait relever du vrai défi, de peur de déclencher la douleur. Et qu’on se le dise, les douleurs au bas ventre durant la grossesse, c’est généralement handicapant, mais c’est aussi inquiétant.

Des douleurs inquiétantes

Vous pourriez avoir l’impression que votre bébé est très bas et qu’il risquerait d’arriver avant le terme de votre grossesse, ces douleurs simulant une sensation de contraction. Certaines futures mamans décrivent même l’impression que leur bébé « tombe ».

Il est donc fréquent que ces douleurs ligamentaires deviennent une source d’inquiétude, notamment s’il s’agit de votre premier enfant ou que vous êtes au milieu de votre grossesse. Ces douleurs sont pourtant, dans la majorité des cas, normales du fait des changements qui s’opèrent dans votre corps.

douleurs ligamentaires grossesse ostéo

Tiraillements au bas ventre et douleurs ligamentaires durant la grossesse : les causes

Plusieurs facteurs sont responsables de ces douleurs car la grossesse, c’est certes une formidable aventure, mais c’est aussi un sacré chamboulement dans votre corps.

Les hormones, encore et toujours

Le premier facteur responsable de ces douleurs : le chamboulement hormonal, bien sûr ! Si vous vous êtes déjà baladée sur notre blog et n’êtes pas à votre première lecture d’article sur la grossesse, vous avez certainement remarqué que l’on cite les hormones comme étant à l’origine de bien des maux chez la femme enceinte.

L’importance du système hormonal

Vous pourriez avoir tendance à les maudire, à les blâmer ces hormones… Pourtant mesdames, lorsque vous êtes enceinte, votre système hormonal permet le maintien de la grossesse et vous aide à préparer votre corps à l’accouchement.

Donc oui les hormones vous chamboulent et vous causent bien des maux (et parfois des sautes d’humeur), mais la sécrétion de certaines d’entre elles sont aussi essentielles au bon déroulement de votre grossesse ! Considérez plutôt votre système hormonal comme un allié dans cette aventure. Maintenant que vous voyez vos hormones d’un autre œil, passons à la suite.

Progestérone et relaxine

Lors de l’étape de la nidation, le corps jaune (une glande qui contient l’ovule) ainsi que l’endomètre (le muscle de l’utérus), produisent des hormones comme la progestérone et la relaxine. Cette dernière, associée à la progestérone, aura pour effet d’augmenter le relâchement ligamentaire, et cela se retrouve surtout au niveau du bassin. On parle alors de laxité ligamentaire.

Plus de place pour bébé

Les os du bassin, notamment au niveau du pubis, seront alors pourvus de plus de mobilité afin de permettre d’accueillir votre bout de chou. Seulement lorsque vous marchez ou effectuez certains mouvements, cette laxité va entraîner des douleurs par mobilisation du pubis.

D’autres douleurs peuvent aussi se faire ressentir, notamment au niveau de la jonction sacro-iliaque. Il s’agit des articulations que vous avez entre le bas de votre colonne et votre bassin, au-dessus de la fesse.

Un corps qui s’adapte, un corps qui change

Au cours de votre grossesse, votre corps change et cela est particulièrement vrai pour votre colonne vertébrale et votre bassin, qui s’adaptent en permanence. Tout ce bouleversement mécanique vient ainsi augmenter l’étirement au niveau de votre système musculaire, et cela a un impact direct sur votre système ligamentaire.

La présence de bébé

Plus vous avancez dans votre grossesse, plus votre bébé prend de la place et cela a pour effet de venir appuyer sur le pubis, augmentant l’écartement du pubis et…les douleurs.
On retrouve également cet effet compressif (comprenez ici la pression qu’exerce le poids du bébé) sur le système vasculaire du bassin.

Il est en effet fréquent que les gros vaisseaux présents dans votre bassin soient aussi comprimés. Cela entraîne alors un manque de vascularisation au niveau du système musculaire mais aussi au niveau du système ligamentaire, provoquant des douleurs sous forme de fourmillements.

Toutes les femmes souffrent-elle de douleurs ligamentaires durant leur grossesse ?

Il semblerait que 20% des femmes soient touchées par ces douleurs ligamentaires au cours de leur grossesse. Mais lorsque l’on approche le terme, ces douleurs sont plus fréquemment observées… Jusqu’à 80% des femmes en souffrent durant leur dernier mois de grossesse !

ostéo douleurs ligamentaires grossesse ostéopathie

Comment être sûre qu’il s’agisse bien de douleurs ligamentaires et pas d’autre chose ?

Devant toute douleur au bas ventre durant votre grossesse, nous vous conseillons de consulter votre médecin, gynécologue ou sage-femme. Premièrement pour écarter tout signe de gravité, mais aussi pour avancer plus sereinement et sans tracas dans votre grossesse.

Je suis un bloc de texte, cliquez sur le bouton « éditer » pour me modifier. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Le diagnostic

Le professionnel de la santé que vous consulterez cherchera à en savoir plus sur vos symptômes. Il viendra confirmer une certaine pesanteur sur le bas du ventre, une sensation de tiraillement. Vous pourriez aussi décrire des douleurs au niveau de l’aine, au niveau du bas du dos, et latéralement au niveau des sacro-iliaques et de la fesse, imitant parfois les douleurs rencontrées lors d’une sciatique.

Enfin, il cherchera à savoir si cela vous est douloureux de changer de position dans le lit ou sur une chaise. La palpation permettra, elle, de mettre en évidence les zones douloureuses et de différencier une douleur ligamentaire d’une douleur spécifiquement musculaire ou encore articulaire.

L’importance du diagnostic différentiel

Le diagnostic différentiel permettra notamment de mettre en évidence une sciatique par compression discale (une hernie). Il est aussi possible que la douleur vienne d’un traumatisme plus ancien, créant alors un blocage du bassin ou des articulations sacro-iliaques.
Beaucoup de pathologies peuvent provoquer des douleurs en bas du dos, comme des douleurs viscérales du type : colique, infection urinaire ou rénale, douleur utérine. Ou encore des douleurs musculaires ou articulaires au niveau de la sacro-iliaque par exemple.

Les examens complémentaires

Le seul examen complémentaire pouvant être effectué pour exclure une pathologie plus grave est l’IRM, en dehors du premier mois de grossesse. Une prise de sang sera aussi effectuée.

Enfin, le toucher vaginal permettra d’exclure un accouchement prématuré ou une fausse couche (faisant apparaître d’autres signes comme des saignements par exemple).

Douleurs ligamentaires pendant la grossesse, pourquoi consulter son ostéopathe ?

Le soulagement des douleurs

Votre ostéopathe est à même de vous apporter des solutions pour soulager les douleurs ligamentaires rencontrées durant votre grossesse. C’est à l’aide de manipulations douces et sans danger pour votre bébé que l’ostéopathe vient relâcher toutes les tensions qui s’exercent sur le système ligamentaire, musculaire et tendineux.

La prise en charge globale

La prise en charge par un ostéopathe permet un suivi tout au long de votre grossesse, afin de prévenir les douleurs, qu’elles soient ligamentaires ou autres. En général une consultation par trimestre en dehors de tout symptôme ou douleur, est indiquée.

En fin de grossesse, une séance de préparation avec un ostéopathe est conseillée, en complément des cours donnés par la sage-femme, pour mieux vous préparer à l’accouchement.

Que fait l’ostéopathe dans la prise en charge des douleurs ligamentaires chez la femme enceinte ?

Relâcher les tensions

Votre ostéopathe vient d’abord identifier toutes les zones en tension afin de les traiter. Il commence notamment par relâcher la zone du bassin ainsi que le système d’attache ligamentaire puis travaille ensuite au relâchement des sacro-iliaques et du pubis.

Permettre une meilleure vascularisation

Le travail est ensuite effectué sur le bassin afin de venir décompresser vos vaisseaux et vos nerfs pour permettre une meilleure vascularisation dans cette zone, mais aussi une meilleure mobilité.

Travailler sur le diaphragme et l’estomac

Votre ostéopathe porte aussi une attention particulière à un muscle très important : le diaphragme. Et oui, votre diaphragme aussi peut se retrouver en compression du fait du poids et de la place qu’occupe bébé. Cela permet d’améliorer la respiration mais aussi de soulager les maux de dos. Pourquoi ? Car le diaphragme s’attache sur les vertèbres lombaires et qu’il est donc en lien direct avec votre dos.

Votre ostéo viendra également vérifier votre estomac et votre intestin grêle, car eux aussi ont un rôle important dans la vascularisation fœtale.

S’intéresser au corps dans son ensemble

Lorsque des douleurs ligamentaires apparaissent, l’ostéopathe s’intéresse finalement à tout le corps pour permettre de soulager non seulement les douleurs liées aux ligaments mais aussi tous les désagréments bien connus de la future maman, comme les maux de tête, les jambes lourdes, et le reflux gastro-œsophagien, entre autres.

Le rôle de l’ostéopathe face aux risques de gravité

L’ostéopathie est une solution efficace dans la prise en charge de la femme enceinte pour des douleurs ligamentaires. Avec un suivi régulier, l’ostéopathe est à même de soulager durablement les douleurs et d’améliorer le quotidien de la future maman.

Néanmoins, lorsque cela le nécessite, l’ostéopathe se doit d’orienter la future maman vers un gynécologue afin de faire des examens complémentaires lors d’une quelconque suspicion de gravité.

Nos conseils

Reposez-vous, récupérez et hydratez-vous

  • Les douleurs survenant en fin de journée ou après un effort, le premier conseil que l’on peut vous donner est le repos
  • La qualité de vos nuits aura un effet sur vos douleurs. Pour mieux dormir, envisagez de dormir sur le côté, avec les jambes repliées, en plaçant un coussin entre vos jambes
  • Veillez à boire beaucoup d’eau tout au long de la journée

Adoptez les bonnes positions et laissez vos talons au placard

  • Évitez d’adopter une position statique de manière prolongée
  • Lorsque vous êtes en position assise, veillez à rester bien droite et d’avoir les deux pieds posés au sol
  • Évitez les sièges et canapés trop mous ou trop bas, ceux-ci vous demanderont à forcer pour en sortir au risque de générer alors des douleurs
  • Vos talons de plus de 3 cm sont à laisser au placard, au risque d’accentuer la cambrure de votre dos et de déclencher des douleurs. Optez plutôt pour des chaussures souples et stables

Choisissez une activité modérée et évitez les mouvements brusques

  • Vous pouvez continuer à pratiquer une activité physique adaptée, en veillant à ce que celle-ci ne suppose pas de mouvements brusques
  • Optez pour une activité physique modérée comme la piscine ou le yoga prénatal

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi de grossesse et post-partum.

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply