0% lus

Votre pied est particulièrement déformé au niveau de la base du gros orteil, formant comme une grosse bosse sur le bord externe de celui-ci ?

Vous avez comme l’impression que votre gros orteil dévie vers l’extérieur, à savoir l’extrémité du gros orteil semble se diriger vers son voisin, le deuxième orteil ? La zone est particulièrement douloureuse et trouver chaussure à votre pied relève du vrai défi du fait des frottements de l’os et de la peau contre la chaussure ?

Il est possible que vous souffriez d’un hallux valgus, que vous connaissez peut-être mieux sous l’appellation d’oignon.

Mais comment différencier l’hallux valgus ou oignon d’un cor ou d’un durillon au pied ? Qu’est-ce qui cause cette déformation du gros orteil ? Est-il possible de la prévenir ? Quels sont les risques d’une mauvaise prise en charge ou d’un traitement tardif ? Peut-on soigner un hallux valgus sans passer par la case chirurgie ? L’ostéopathie est-elle efficace pour traiter ce trouble ?
Autant de questions auxquelles nous répondrons dans cet article pour vous aider à traiter vos pieds aux petits oignons.

L’hallux valgus, qu’est-ce que c’est ?

L’hallux valgus ou encore l’oignon est caractérisé par la déviation vers l’extérieur de la base du gros orteil.

Vous pourriez remarquer que votre gros orteil se rapproche du deuxième orteil, conférant alors à l’avant du pied une forme particulière et « en triangle ». Cette déformation osseuse crée alors une bosse entre le premier métatarsien et le gros orteil.

Hallux valgus : les symptômes

En plus de la déformation visible de l’avant du pied, vous pourriez remarquer des rougeurs ou une inflammation.

Des douleurs particulièrement intenses lors du port de chaussures trop serrées ou de la marche peuvent se faire ressentir, au niveau du gros orteil, ou encore sous la plante du pied souffrant. Il peut s’agir de douleurs au niveau articulaire, mais aussi au niveau de la peau, dues aux frottements contre la chaussure.

Bien souvent d’ailleurs, les douleurs et frottements vous empêchent de mettre les chaussures que vous souhaiteriez !

Hallux valgus : les symptômes associés

En plus des douleurs et du caractère peu esthétique du trouble, cette déformation peut être associée à une inflammation appelée bursite.

Les frottements de la peau contre la chaussure, eux, peuvent mener à une infection cutanée.

L’hallux valgus peut également venir causer du tort aux autres orteils avec la formation de cors, de durillons ou encore d’orteils en griffes (on parle d’orteils en griffe lorsqu’un ou plusieurs orteils sont victimes d’une déformation et plus particulièrement lorsqu’ils se recourbent à leur extrémité, comme s’ils se rétractaient, perdant progressivement en flexibilité naturelle).

Bon à savoir

Le petit orteil aussi peut souffrir d’un oignon ! On parlera alors de bunionette, de Quintus Varus ou encore d’oignon du tailleur.

Hallux valgus, cors, durillon : quelles différences ?

Les pieds, de par les nombreuses contraintes de mouvement et de poids auxquelles ils sont confrontés, peuvent souffrir de nombreux troubles, et il peut être parfois délicat de reconnaître un hallux valgus.

Il est cependant important de savoir que si l’hallux valgus ou oignon correspondent à une déviation osseuse, pour les cors et durillons, il s’agit seulement d’un épaississement de la peau aux endroits de compression ou de frottements.

Épaississement de la peau pouvant être causé par un hallux valgus ! D’où l’importance alors de traiter ce premier trouble afin d’éviter l’apparition d’orteils en griffe, de cors ou de durillons.

Avant d’aborder les solutions naturelles pour faire disparaître les oignons aux pieds, il convient de se pencher sur les facteurs de risque et les causes d’apparition d’un hallux valgus.

soigner hallux valgus ostéopathie

Hallux valgus : les causes

On peut différencier deux grands types d’hallux valgus.

L’hallux valgus héréditaire ou l’hallux valgus acquis, lui représentant plus de la moitié des cas et causé par un traumatisme, par le port de mauvaises chaussures, par le vieillissement naturel, par une maladie ou encore par une surcharge pondérale.

L’hallux valgus héréditaire

Si votre hallux valgus est apparu dans votre vingtaine (on parle alors de hallux valgus juvénile), c’est qu’il est héréditaire. Il existe en effet une prédisposition congénitale à l’apparition de ce trouble et le risque de développer un oignon peut être relativement élevé dans certaines familles.

C’est notamment le cas pour les personnes qui ont un pied dit « égyptien » (à savoir, quand le gros orteil est plus grand que le deuxième orteil, à ne pas confondre avec le pied grec, caractérisant un deuxième orteil plus grand que le gros orteil).
En effet plus le gros orteil est long, plus il sera compliqué de trouver des chaussures adaptées, augmentant alors les contraintes sur le pied.

L’hallux valgus acquis

L’hallux valgus peut aussi se développer suite à plusieurs facteurs, affaiblissant les systèmes stabilisateurs du premier métatarsien.

Il peut s’agir alors d’une surcharge pondérale, du vieillissement naturel ou de la ménopause ou encore d’un traumatisme.

Les chaussures et notamment les chaussures à talons et à bouts pointus pourraient également être responsables de l’apparition d’un oignon au pied.

L’hallux valgus secondaire à une maladie

Enfin, certaines pathologies comme la poliomyélite ou encore des maladies rhumatologiques comme la polyarthrite rhumatoïde augmenteraient le risque de développer un hallux valgus.

Des ligaments trop souples (soit une hyperlaxité ligamentaire) peuvent aussi être un facteur favorisant l’apparition d’un oignon, tout comme la forme de pied « pronateur » où le pied a tendance à s’affaisser vers l’intérieur.

L’hallux valgus : un trouble affectant particulièrement les femmes

Les femmes sont nettement plus touchées que les hommes par les oignons aux pieds, à hauteur de neuf cas sur dix. La laxité des articulations, plus importante chez les femmes et surtout chez les femmes ménopausées peut être mis en cause, mais pas seulement !

Escarpins resserrés à l’avant du pied et talons hauts sont également à incriminer.

L’hallux valgus en quelques chiffres

  • L’hallux valgus est la ​pathologie la plus fréquente de l’avant-pied​
  • Ce trouble affecterait entre 5 à 10% des Français
  • En général, l’oignon tend à apparaître vers les 40 ans
  • Dans 90% des cas, l’hallux valgus touche la femme

Hallux valgus : le diagnostic

Votre médecin peut poser le diagnostic de l’hallux valgus par l’observation à l’œil nu et par la palpation, révélant alors des douleurs au niveau de l’orteil mis à mal et des autres orteils en griffes.

Évaluer le degré de déviation de l’orteil

L’hallux valgus sera classé en fonction de l’angle de déviation du gros orteil :

  • Hallux valgus léger : l’angle est inferieur à 20°.
  • Hallux valgus modéré́ : l’angle est entre 20 et 40° (la phalange n’est plus dans l’axe du métatarse)
  • Hallux valgus sévère : l’angle est supérieur à 40°

La radiographie est l’examen de choix pour évaluer le degré de déviation de l’orteil.

Hallux valgus : quel traitement naturel ?

Si opter pour des chaussures souples et dont l’avant est assez large et le talon pas trop haut semble évident pour éviter que ne s’aggrave l’oignon, avez-vous pensé à consulter votre ostéopathe pour soigner l’hallux valgus naturellement ?

Le traitement ostéopathique permet en effet de soulager les douleurs et de ralentir l’évolution de la déformation. On vous explique tout en détail.

hallux valgus ostéopathie

Hallux valgus et ostéopathie

Avant d’aborder en détails les soins apportés par l’ostéopathe, un point anatomie est nécessaire. Nous irons au plus simple, c’est promis !

Le point anatomie

Les pieds, comme toute entité anatomique du corps, possèdent des articulations, un système de maintien ligamentaire et un autre, lui musculaire, pour l’exécution des mouvements.

L’hallux (votre gros orteil) possède des muscles fléchisseurs (situés en dessous du pied) ainsi que des muscles extenseurs (eux au-dessus du pieds).

On compte également des muscles adducteurs qui viennent relier le gros orteil au centre du pied et aux autres orteils et des muscles dits abducteurs, eux, allant du talon, en passant sur le côté interne du pied, jusqu’à la base de la phalange du gros orteil.

Des muscles mis à mal

Si vous souffrez d’un l’hallux valgus, vos muscles fléchisseurs et extenseurs n’exercent plus une force axiale sur l’articulation métacarpo-phalangienne (l’extrémité de la première phalange de l’orteil et la tête des os du métacarpe).

La force exercée est alors biaisée et excentrée, contribuant à empirer la déformation.

Les autres orteils viennent à la rescousse

Au fil du temps, l’appui sur le gros orteil devient douloureux et ce sont les autres orteils qui viendront alors le soulager, entraînant de ce fait une sollicitation excessive des fléchisseurs des orteils lors de la propulsion du pied (comprenez ici lors de la marche ou de la course à pied).

Les muscles abducteurs de l’orteil sont eux aussi mis à mal et étirés, impactant de ce fait la capacité d’adaptation de votre pied au sol. Ils ne sont plus capables de remplir leur rôle d’amortisseur répartissant les forces qui s’exercent sur la voûte plantaire et celle-ci s’affaisse, entraînant alors la formation d’un pied plat.

Rendre aux muscles toutes leurs capacités

Votre ostéopathe va alors travailler à redonner la capacité contractile à ces muscles en les stimulant au niveau de leurs insertions, tout en mobilisant les os qui composent la voûte plantaire du pied.

Relâcher les tensions

Les muscles adducteurs du gros orteil sont continuellement rétractés et entraînent celui-ci dans sa déviation en direction de ses voisins. Les techniques de l’ostéopathe visent alors à relâcher les tensions permanentes s’exerçant sur les muscles adducteurs. Cela permet notamment de minimiser la déformation par la traction musculaire.

Une attention particulière pour le nerf plantaire médial

Le nerf plantaire médial (à la prolongation du nerf sciatique), vient innerver les muscles situés dans la plante du pied et lorsque l’on souffre d’un hallux valgus, celui-ci se retrouve comprimé lors de son passage entre les adducteurs et les abducteurs du gros orteil.

La compression de ce nerf entraîne alors des douleurs au niveau de la plante du pied,pouvant par la compensation du membre inférieur se propager de la voûte plantaire et remonter dans le mollet, le long de la cuisse et ce jusqu’au bas du dos !

Il conviendra alors pour l’ostéopathe d’identifier la zone de compression pour relâcher le nerf et ainsi soulager vos éventuelles douleurs lombaires.

Identifier et soulager les compressions lombaires

À l’inverse, une compression au niveau des lombaires peut avoir une incidence sur l’innervation motrice des muscles adducteurs et abducteurs. Et un défaut ou un déséquilibre dans la contraction, même minime, vient accentuer la modification de l’axe de traction.

L’ostéopathe s’intéresse ainsi de près à tous les troubles pouvant entraîner des douleurs à type sciatique. Il s’agira alors pour le praticien de remonter à la cause. Cela peut concerner, entre autres, des troubles digestifs comme une constipation venant bloquer le plexus et comprimant en arrière les lombaires ou encore un lumbago.

S’intéresser à la posture globale

Nous le répétons souvent dans nos articles, et pour cause : un léger déséquilibre postural et c’est l’ensemble du corps qui peut en être impacté.

En effet, un changement de la posture globale modifie la répartition du poids du corps inégalement sur les articulations, entraînant notamment pendant les phases d’appui et de propulsion de la marche, une surcharge sur la tête du premier métatarsien.

Ces troubles de la statique peuvent être accentués par des troubles anciens déjà présents car le système de chaîne musculaire postérieur s’étend de la base du crâne à la plante des pieds.

Le lien entre les pieds, la colonne et le crâne permet de comprendre l’influence qu’une dysfonction de la colonne vertébrale ou du crâne peut avoir sur la statique du corps et donc, à fortiori, sur vos appuis au sol. Il conviendra également de vérifier votre occlusion dentaire afin de vérifier si votre mâchoire impacte votre posture.

Réguler le système hormonal

Une laxité ligamentaire trop importante peut causer la déformation de l’hallux par défaut de maintien de l’articulation. Et cette laxité ligamentaire, gérée par le système hormonal chez la femme, peut se retrouver sérieusement perturbé.

L’ostéopathe doit donc aider à la régulation de ce système en venant identifier les causes à l’origine de son dysfonctionnement.

Cela peut venir du système hypothalamo-hypophysaire, situé au niveau du crâne. Autour de la période de la ménopause notamment, votre ostéopathe peut vous aider à réduire les douleurs liée à cette baisse de production d’hormones.

Pendant la grossesse au contraire, la production d’hormone s’effectuant vient préparer les muscles et les ligaments pour l’accouchement, et notamment ceux du bassin. L’ostéopathe se concentre alors à corriger tous les déséquilibres du bassin pouvant impacter la statique afin d’éviter une charge mal repartie sur l’avant du pied.

Opération de l’hallux valgus

Votre ostéopathe intervient fréquemment dans l’accompagnement pré et post-opératoire de l’hallux valgus. Il permet notamment d’optimiser de la récupération de toutes les fonctions dynamiques du pied, du confort de marche et permet de diminuer des douleurs par un travail effectué sur toutes les structures musculaires et ligamentaires du pied.

Bon à savoir

Votre ostéopathe peut également travailler de pair avec un podologue lorsque le port de semelle est nécessaire. Il réajuste alors les adaptations liées au port de la semelle pour aider le corps à mieux les intégrer.
Cela passe notamment par le travail des pieds en soin d’ostéopathie, mais aussi de l’ensemble de la colonne, crâne compris, pour une bonne gérance du corps de sa propre posture.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge d’un hallux valgus

Même lorsque l’opération de l’hallux valgus est nécessaire, la prise en charge en ostéopathie reste efficace et trouve sa place dans le parcours global.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply