Skip to main content
0% lus

On entend souvent dire qu’il faut manger léger le soir. Que le dîner devrait être facile à digérer, et pauvre en graisses et en sucres.

Mais qu’en est-il de l’heure à laquelle les repas sont pris ? Le moment que vous choisissez pour dîner pourrait-il avoir un impact sur votre organisme ? Quels sont les effets d’un dîner tardif ?

L’alimentation réglée comme une horloge

Nombreux sont ceux qui portent déjà une attention particulière aux heures auxquelles ils mangent.

Peut-être avez-vous déjà entendu parler de jeûne intermittent ou encore de fasting. Cette manière de s’alimenter consiste à alterner périodes de jeûne et périodes d’alimentation, avec un rythme fixe.

Heure des repas : le moment semble important

Le jeûne intermittent n’est pas pour tout le monde. Pourtant de nombreuses études semblent indiquer que ce régime alimentaire serait bénéfique pour nombreux. Il pourrait notamment réduire le risque de maladies cardiovasculaires. Mais aussi certains troubles métaboliques, comme le diabète.

Et une récente étude menée par l’Université Johns Hopkins renforce l’idée que l’heure des repas peut jouer un rôle dans le métabolisme. Ainsi que dans la perte de poids.

Qu’est-ce que le métabolisme ?

C’est lorsque votre corps transforme les aliments en énergie, et brûle les calories qui proviennent de votre alimentation.

Le dîner : l’heure a son importance

Cette étude, publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism, montre en effet que l’heure à laquelle vous dînez pourrait vous être plus ou moins bénéfique.

D’abord, manger tard le soir augmenterait le taux de sucre dans le sang. Mais ce n’est pas tout. Votre organisme aurait aussi plus de difficulté à brûler les graisses avec un dîner tardif.

Ce qui pourrait conduire, vous l’aurez saisi, à une éventuelle prise de poids.

L’étude lève le voile sur l’heure du dîner

Les chercheurs ont comparé la façon dont dix hommes et dix femmes métabolisaient leur dîner en fonction de l’horaire de celui-ci. Il s’agissait notamment de comparer les effets d’un dîner pris à 18h00, par rapport à un dîner ingéré à 22h00.

Dans les deux cas, le repas était identique et tous les participants étaient couchés à 23h00.

Pour suivre les impacts de l’heure du dîner, les participants portaient des traceurs d’activité. Les chercheurs ont également analysé leur sommeil, la quantité de graisse corporelle et des échantillons de sang.

Difficile de brûler les graisses avec un dîner tardif

Après avoir mangé le dîner à 22h00, les taux de glycémie des participants étaient environ 18% plus élevés. Ils ont également brûlé 10% de graisse en moins pendant qu’ils dormaient.

Est-ce vrai pour tout le monde ?

Il est bien normal de se poser cette question, l’échantillon de l’étude est relativement petit.

Jonathan C. Jun, M.D, auteur de celle-ci, déclare cependant que « cette étude nous éclaire sur la manière dont un dîner tardif joue sur la tolérance au glucose et réduit la quantité de graisses brûlées ».

Il ajoute que les effets peuvent varier entre les personnes en fonction de l’heure à laquelle ils se couchent habituellement.

« Manger un repas tard le soir de temps à autre n’est pas néfaste pour tous. En revanche, si l’habitude est chronique, cela peut possiblement causer du diabète ou encore l’obésité » explique Jun.

Devriez-vous être plus vigilant ?

« Les effets négatifs ont été observés chez des volontaires en bonne santé. Ils pourraient être plus prononcés chez les personnes obèses ou diabétiques, qui ont déjà un métabolisme compromis », déclare Chenjuan G, un autre auteur de l’étude.

La vigilance semble être donc de mise en cas de surpoids ou de diabète. N’oublions pas que le surpoids créé un terrain propice à l’apparition de divers troubles cardio-vasculaires. Mais il pourrait aussi impacter le cerveau.

Le manque d’études sur le sujet

L’étude n’analyse que 20 personnes au cours d’une nuit. Des recherches plus poussées et sur des échantillons plus importants sont nécessaires. Notamment pour déterminer si les effets se poursuivent dans le temps.

Il serait également intéressant d’y inclure d’autres facteurs. Comme par exemple différentes heures de coucher (et pas uniquement l’heure des repas). Mais aussi la qualité du sommeil, le nombre d’heures passées à dormir, etc.

On sait par exemple que le manque de sommeil peut favoriser le stockage des graisses.
Mais aussi qu’un sommeil de mauvaise qualité peut être particulièrement néfaste pour la santé intestinale. Ainsi que sur la diversité du microbiome. Retrouvez d’ailleurs un article complet sur le sujet : sommeil et santé intestinale.

Pour conclure sur l’heure du dîner

Manger un repas tardif de façon occasionnelle ne devrait pas avoir d’impact majeur sur votre corps. Cette étude nous met cependant sur une piste : il peut y avoir des avantages à un dîner plus tôt.

Alors à quelle heure manger le soir ?

Il paraît que nous devrions prendre exemple sur nos voisins britanniques pour l’heure du dîner. Comprenez, nous mettre à table entre 18h00 et 18h30. Cela aiderait à la perte de poids et en plus, cela évite de grignoter à l’heure du goûter.

Gare aux troubles digestifs

Bien que vous ne preniez pas beaucoup de risques en avançant légèrement l’heure du dîner, ne changez pas brusquement vos habitudes alimentaires. Préférez y aller graduellement.

Le système digestif peut avoir un équilibre fragile pour certain. Changer brutalement ses habitudes d’alimentation peut facilement causer des troubles digestifs comme la constipation par exemple.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.