0% lus

Oui, mon stress émotionnel peut m’amener à avoir mal au ventre. Ou ressentir de violentes migraines. A chaque fois que je ne me sens pas dans mon assiette, j’ai le coeur dans les talons.
Bien malgré moi, mon corps me parle, il s’exprime là où généralement je me tais.

On dit que c’est la faute du stress. Le fameux qui vous fait avoir des ballonnements ou des maux de crâne insupportables. Ou qui crée des inflammations ?

Qu’est-ce que mon corps peut bien chercher à me dire dans ces situations ?

Mes muscles sont tendus et tout contractés, cet effort au quotidien les fragilise. Ma douleur semble bien venir de quelque part. Une sorte de cycle, une roue, un renouvellement.
La symbolique de l’inflammation ne sort pas de nulle part.

Ai-je déjà entendu parler de la cytokine ?

Probablement non.
A moins de faire des études poussées en biologie, il n’est pas rare que je ne me concentre pas pleinement sur le nom des différents éléments qui régissent mon organisme.

Certains chercheurs ont remarqué des liens entre sa présence et les émotions positives que je pouvais ressentir.
Face à un paysage paisible, mon niveau de cytokine va avoir tendance à baisser et je serai plus détendu.
Alors qu’en cas de niveau élevé, il n’est pas rare que je me sente tendu, en colère et…que je développe des inflammations !

Elles ont aussi cette fâcheuse tendance à bloquer les neurotransmetteurs qui permettent le passage de la dopamine et de la sérotine. Je me sens mou et flasque. Je n’ai plus envie de rien pendant que mon corps est en train de se rebeller de l’intérieur.

inflammation signification symbolisme

Symbolique émotionnelle de l’inflammation

Dans d’autres circonstances, une étude a été menée pour vérifier si la variété des émotions que je pouvais ressentir était à l’origine des inflammations. Inflammations sur le bras, sur les jambes, des boutons, de l’urticaire, ou de l’inflammation interne et mes organes qui me hurlent dessus.
Mais que disent-ils ? L’étude menée par Anthony Ong de l’Université Cornell semble suggérer que la variabilité des émotions positives joue un rôle clé dans la disparition des inflammations.

On peut creuser les sciences du pourquoi du comment de mon inflammation autant qu’on le voudra, elle est toujours là.
Elle se tapit partout sur mon corps ou dans mon corps. Elle brûle, elle dérange, elle chauffe. Les bacs de glaces et les passages à l’eau froide n’y font rien, elle semble toujours être présente. Elle me déforme l’air de rien. Elle se déforme en elle-même sans me le dire. Elle s’étend, elle se reprend, elle se diffuse. Ou elle reste locale et sage, comme une tâche que je n’arriverai pas à faire partir, un point de douleur qui me fait mal.

Parfois l’inflammation vient du stress précoce

Les négligences dans l’enfance, le stress émotionnel qui a tendance à faire monter très subitement le niveau de cytokine d’un individu. Dans la symbolique de l’inflammation, l’affirmation entre association de maltraitance dans la petite enfance et état inflammatoire chronique semble être vrai.
Est-ce pour cela que je dois me sentir prisonnier de mon passé ? Ai-je toujours eu des inflammations et surtout, ai-je toujours envie de continuer à les avoir ?

Lorsque je suis stressé, j’ai cette tendance à relâcher beaucoup de cortisol.

La plupart du temps, le cortisol a l’avantage de pouvoir réguler la réponse inflammatoire.
Mais que se passe-t-il quand mon stress dure ?
Dans la nature, je suis stressé pour pouvoir répondre à un événement et combattre ou fuir.
Dans la vie de tous les jours, le stress vient peut-être de mon environnement de travail. Ou de la foule si je vis en milieu en urbain. De la tasse de café que j’ai fait tomber sur ma chemise blanche et l’horloge qui m’indique que je serai en retard pour ma réunion.
Le stress est partout. Peut-on l’appeler bon ou mauvais stress ? En tout cas, il est là.
Et un stress chronique peut entraîner un relâchement chronique de cortisol. Bien malgré moi, mon corps fini par ne plus réussir à supprimer l’inflammation car les cellules immunitaires s’accoutume à la cortisol. Elle n’est plus efficace. Et plus je suis stressé, plus mon inflammation dure.

inflammation signification symbole

Quand se déclenche l’inflammation émotionnelle ?

Frustration et colère sont autant de réponses.
Mes épaules sont peut être tendues en permanence et mes mâchoires crispées. Mes respirations rapides et saccadées.
Je peux faire le test pour voir. Si je me mets dans cette posture en lisant ces lignes, il y a fort à parier que je risque de me sentir stressé. Elle est inconfortable, et pourtant, lorsque je continue à nourrir ma colère et mon énervement en me répétant en boucle des phrases dans ma tête, je la maintiens en permanence.

Dans sa symbolique, mon inflammation est une émotion chaude.

Je prends ce qui m’arrive à chaud, sur le vif, intensément. Et lorsque cette chose ne me plaît pas, je me sens démuni. Pris au piège. Mal à l’aise. Je me débats contre moi-même et je finis par me perdre dans mon ressenti et me noyer dans mon stress.
Et si je décidais de prendre un peu de recul. Faire un pas en arrière. Regarder la situation d’un oeil neuf. Décider où avancer à petits pas ?
Peut-être que mon inflammation s’en ira sans moi…

Cabinet d'ostéopathie Bertucchi

Les ostéopathes de l’équipe.

Cléa

Author Cléa

Traductrice du langage de notre corps, j'enquête sur la voie du bien-être !

More posts by Cléa

Leave a Reply