Skip to main content
0% lus

Certaines futures mamans connaissent les petits (ou gros) tracas de la grossesse dès le premier trimestre. D’autres voient de légers désagréments liés au changement qui s’opèrent dans leur corps au fils des mois.
Il se peut aussi que vous passiez la majorité de cette aventure sans tracas. Mais soudain, alors que vous entrez dans votre dernier trimestre, votre quotidien jusqu’alors des plus tranquilles est perturbé par… Des impatiences.
Nous ne parlons pas ici de l’impatience liée à l’arrivée de votre bout de chou. Non, nous parlons des fourmillements dans vos jambes. Des impatiences qui vous prennent les membres inférieurs et vous donnent une envie irrésistible de remuer vos gambettes. Et qui vous empêche même parfois de vous endormir.

Sommaire

Syndrome des jambes sans repos lors de la grossesse

Les douleurs de jambes durant la grossesse, c’est fréquent. Et les jambes lourdes durant la grossesse, sont aussi monnaie courante. Mais les impatiences dans les jambes sont à différencier de ces deux premiers troubles. Bien qu’elles puissent, elles aussi, apporter des douleurs.
Le syndrome des jambes sans repos (ou impatiences) est un trouble neurologique et sensitivomoteur. C’est-à-dire qu’il touche à la fois vos ressentis corporels et vos mouvements.
Ces sensations désagréables, voire douloureuses, sont fréquentes chez la femme enceinte et portent un nom (ou plutôt, plein de noms). C’est le syndrome des jambes sans repos (SJSR), aussi appelé maladie de Willis-Ekbom. Ou encore syndrome d’impatiences musculaires de l’éveil (SIME), paresthésie agitante nocturne des membres inférieurs. Ou tout simplement, impatiences dans les jambes.

Impatiences dans les jambes durant la grossesse : les symptômes

Ce qui caractérise principalement le SJSR ? Une envie irrépressible de bouger vos jambes. Un besoin impérieux de les remuer, de vous lever, de marcher. Et ces impatiences peuvent s’accompagner de douleurs, d’inconforts, de gênes, de différentes sensations en somme. Il peut s’agir de :

  • Fourmillements dans les jambes
  • Sensation de brûlures dans les jambes
  • Sensation de décharges électriques dans les jambes
  • Douleurs dans les jambes
  • Difficultés à rester assise ou allongée trop longtemps

Des fins de journées difficiles, des soirées et des nuits agitées

On observe généralement un rythme particulier dans l’apparition de ces symptômes. Ils surviennent surtout le soir, car ils sont majorés lorsque vous êtes au repos, cédant au mouvement.

Un impact sur votre sommeil et votre quotidien

Votre sommeil ainsi que votre qualité de vie peuvent s’en trouver altérés. Ces fourmillements, secousses musculaires involontaires et votre envie de bouger vos jambes peuvent vous empêcher de vous endormir. Mais aussi, vous réveiller dans la nuit.

Jambes sans repos et grossesse : quelles sont les causes ?

Le syndrome des jambes sans repos est un trouble fréquent, touchant plus de 8% des Français. Et il semble aussi être l’apanage des futures mamans.
Les études affichent que près de 30% des femmes enceintes seraient touchées par ce syndrome.
Pourtant, le lien entre impatiences dans les jambes et grossesse reste encore assez flou aujourd’hui. On suspecte le changement hormonal comme étant l’une des causes pouvant l’expliquer. Mais ce n’est pas tout. D’autres facteurs peuvent aussi accentuer son arrivée :

  • La pluriparité, soit le fait d’avoir connu plusieurs grossesses
  • Les antécédents, comprenez la présence d’antécédents de ce syndrome dans votre famille
  • La présence de ce syndrome avant de tomber enceinte
  • Une baisse en fer ou une anémie : la baisse en fer, normale en début de grossesse, serait un élément pouvant favoriser l’apparition des symptômes
  • Une déficience en magnésium

Évolution des jambes sans repos lors de la grossesse

Le syndrome des jambes sans repos se déclare généralement dans le troisième trimestre de grossesse, pour s’estomper après votre accouchement.
Si vous souffrez toujours d’impatiences et que vos symptômes persistent en postpartum, pensez à en parler à votre médecin.

Impatiences dans les jambes lors de la grossesse : comment le diagnostiquer ?

Face à vos symptômes et paresthésies (soit vos diverses sensations comme vos fourmillements dans les jambes) parlez-en à votre médecin traitant en premier lieu. Ce dernier est à même de vous confirmer qu’il s’agit effectivement d’une forme liée à la grossesse. Car il existe en effet plusieurs formes de ce syndrome.

SJRP primaire (ou idiopathique)

Ici, ce syndrome se déclenche sans autres signes associés ou précurseurs. La cause est inconnue, et les symptômes apparaissant au début de l’âge adulte, s’aggravant progressivement. Souvent un lien familial est établi.

SJRP familial

Dans près de 30% des cas, les impatiences dans les jambes sont héréditaires. Dans cette forme familiale, les symptômes semblent faire leur apparition plus précocement.

SJRP secondaire

Dans cette forme, plusieurs facteurs pourraient en être à l’origine :

  • Une carence en fer pouvant perturber la production de dopamine
  • La grossesse
  • Une carence en acide folique (aussi appelé vitamine B9)
  • La prise de certains médicaments (bêtabloquants, antidépresseurs, antihistaminiques, entre autres).
  • Une pathologie chronique : diabète, fibromyalgie, polyarthrite rhumatoïde, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, etc.
  • Le surpoids, l’obésité

Impatiences dans les jambes lors de la grossesse : quel traitement ?

Hors grossesse, le traitement médicamenteux préconisé est à base de dopaminergiques. Ils permettent notamment de venir corriger le déficit en dopamine dans l’organisme. Dopamine qui agit comme neurotransmetteur et dont l’insuffisance pourrait être à l’origine du SJRP.
Mais durant cette aventure qu’est votre grossesse, ces médicaments restent contre-indiqués. Alors que peut-on vous conseiller ?
Votre médecin ou sage-femme pourront établir avec vous un traitement spécifique, comme par exemple, une supplémentation en fer. Ou encore la consommation d’aliments riches en magnésium.

Impatiences pendant la grossesse : et si vous en parliez à votre ostéopathe ?

L’ostéopathie est une thérapie complémentaire très appréciée des futures mamans durant cette étape importante qu’est la grossesse. L’ostéopathe peut en effet vous accompagner tout au long de celle-ci, aux différentes étapes, au fil des trimestres, et pour différents motifs.
Le thérapeute peut vous aider à soulager de nombreux maux et tracas apportés par la grossesse. Et pas seulement ceux liés au syndrome des jambes sans repos. Crampes abdominales, douleurs ligamentaires, maux de tête, incontinences et bien d’autres ! Votre ostéopathe peut être un excellent allié pour que vous puissiez vivre cette aventure avec plus de sérénité et confort.
Mais que fait l’ostéopathe pour soulager de manière douce et naturelle les impatiences dans les jambes pendant la grossesse ? Continuez votre lecture, on vous explique tout cela en détail.

Impatiences dans les jambes, grossesse et ostéopathie

Avant toute chose, notez que les techniques employées restent très douces, sans danger pour votre bébé. De plus, elles sont toujours effectuées en externe, même lorsqu’il s’agit de travailler sur les éléments de votre bassin. Votre ostéopathe n’est en effet pas à habilité à effectuer de techniques internes de type toucher vaginal ou rectal. Techniques qui lui sont d’ailleurs peu utiles puisqu’il sait travailler à distance.
Maintenant que tout cela est clair, découvrez comment l’ostéopathe peut soulager naturellement les impatiences dans les jambes pendant la grossesse.

Répartir les contraintes

On le sait, votre corps change durant la grossesse.
Votre utérus, accueillant bébé, prend de plus en plus de place. Il arrive donc qu’il comprime certaines structures, comme votre estomac, vos vaisseaux sanguins ou encore votre tube digestif. Et ces compressions pourraient être à l’origine de divers troubles :

  • Troubles digestifs (constipation, remontées acides, diarrhée, etc.)
  • Jambes lourdes ou froides
  • Infections urinaires
  • Douleurs ligamentaires dues au poids sur votre bassin

Vous pourriez parfois avoir la sensation que tout est d’un seul bloc au niveau de votre bassin ou de vos lombaires. Ou encore que « tout descend vers le bas ».
L’ostéopathe est capable de relâcher les tensions identifiées. Qu’elles soient au niveau de votre bassin, vos lombaires ou encore de votre thorax. Cela permet d’harmoniser tout l’espace de votre ventre pour que ces structures ne soient plus comprimées. Cela permet aussi à bébé d’avoir plus d’espace.

Soulager les nerfs

Nous l’avons mentionné, ce syndrome est potentiellement dû à un trouble neurologique. C’est donc sans surprise que votre ostéopathe vient vérifier la bonne fonction de votre système nerveux. Il va travailler sur vos nerfs donc, mais aussi sur votre cerveau.
Comment ? En identifiant et en libérant d’éventuels blocages articulaires ou tensions tissulaires pouvant gêner la bonne circulation de l’information nerveuse.
Mais ce travail se fait en tandem avec vous, avec vos ressentis. L’ostéopathe peut en effet être amené à vous poser des questions sur les sensations que vous connaissez à l’instant T, au moment du soin.
Ressentez-vous du chaud ? Du froid ? Des fourmillements passagers et transitoires ? Des frissons peut-être ? Vos réponses permettent généralement à l’ostéopathe de l’aiguiller et de l’informer sur ce qui se passe au niveau de votre système nerveux. Un vrai travail d’équipe.

Limiter le désordre hormonal

S’il y a bien une période dans la vie d’une femme où les évolutions hormonales battent leur plein, c’est durant la grossesse. Vos hormones évoluent à différents stades de votre grossesse et cela est bien souvent nécessaire. Notamment pour mieux préparer votre corps à l’accouchement (entre autres utilités).
Toutefois, il peut arriver que vos hormones aient du mal à se réguler. Et qu’elles aient besoin d’un petit coup de pouce pour remettre de l’ordre dans tout ce système. Coup de pouce que votre ostéopathe peut apporter.

Focus sur l’axe hypothalamo-hypophysaire

Le thérapeute peut en effet travailler sur les différentes glandes sécrétrices d’hormones. On pense notamment à vos glandes surrénales (de petites glandes situées au-dessus de vos reins) ou encore votre thyroïde. Mais ce n’est pas tout ! Votre ostéopathe s’assure également de la bonne fonction du centre régulateur de votre système hormonal : l’axe hypothalamo-hypophysaire.
Ce centre est situé au niveau de votre cerveau et agit comme un chef d’orchestre sur toutes vos glandes hormonales. Le travail de votre ostéopathe consiste à harmoniser et à réguler l’afflux hormonal en levant toutes les tensions éventuelles au niveau de votre sphère crânienne.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste du suivi de la femme enceinte. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.