Skip to main content
0% lus

La maladie de Köhler-Mouchet est une anomalie de croissance des cartilages.

Votre enfant se plaint de douleurs au pied ? Il peine à le poser à terre et boite ? Faire du sport accentue ses douleurs ?

Il pourrait s’agir de cette pathologie. Peu fréquente, il est néanmoins bon de la connaître afin d’agir à temps pour éviter l’aggravation des symptômes.

Sommaire

Maladie de Köhler-Mouchet : qu’est-ce que c’est ?

Cette maladie fait partie des pathologies que l’on appelle ostéochondroses. Ce terme définit une anomalie de croissance des cartilages, qui touche les enfants.

Les pathologies plus fréquentes que l’on retrouve dans cette famille sont :

Ce cartilage de croissance en souffrance

Dans la maladie de Köhler-Mouchet, c’est le pied de l’enfant qui est concerné. Plus particulièrement le cartilage d’un os du tarse, un ensemble de sept os du pied. On l’appelle aussi le naviculaire, ou de son ancien nom le scaphoïde tarsien.

Comment reconnaître la maladie de Köhler-Mouchet ?

Votre enfant se plaint de douleurs à la marche et principalement lors de ses activités sportives. Peu à peu, il se met à boiter et peine à poser le pied au sol.

C’est en fait sur la face interne du pied, au sommet de la voûte plantaire, que les douleurs se font ressentir.

Dans la majorité des cas, l’atteinte est unilatérale. C’est-à-dire qu’un seul des deux pieds est touché.

Que ressent l’enfant dans la maladie de Köhler-Mouchet ?

Bien souvent, l’enfant fait part de douleurs perçues comme des crampes ou encore comme une fatigue musculaire. C’est parce que le début de cette pathologie est progressif.

Ainsi, la douleur devient généralement de plus en plus vive. Ce qui cause notamment la boiterie.
De plus, en devenant plus intenses, ces douleurs empêchent souvent l’enfant de continuer à pratiquer son activité sportive.

Enfin, vous pouvez également remarquer au niveau de l’arche interne du pied une tuméfaction, un bleu, douloureux au toucher.

Maladies de croissance et impact sur la qualité de vie

Les maladies de croissance demandent bien souvent du repos, un arrêt du sport plus ou moins long. Mais l’enfant peut mal vivre l’arrêt de son activité. En effet, c’est pour lui un moyen de socialisation, d’épanouissement, d’affirmation de soi.

C’est d’ailleurs généralement cette frustration que peut ressentir l’enfant, en plus de sa douleur, qui vous pousse à consulter le médecin.

Maladie de Köhler-Mouchet : causes et prévalence

Quelles sont les causes de cette maladie de croissance ?

On ne connaît pas précisément la cause derrière la maladie de Köhler-Mouchet.

En temps normal, l’os est vascularisé grâce à un réseau artériel et veineux. Mais pour une raison inconnue, cette vascularisation s’interrompt. Il s’agit plus précisément, de l’arrêt de l’apport sanguin dans la zone de croissance de l’os. C’est-à-dire le cartilage de croissance.

Ainsi, ce manque de vascularisation entraîne une nécrose partielle de l’os. Soit la mort d’une partie de ce dernier.

Une pression excessive

Cependant, on constate qu’une pression importante de l’arche interne du pied pourrait constituer un terrain à risque. Tout comme des chocs répétés lors de la pratique sportive.

On retrouve notamment cette pression excessive dans certains troubles de la statique, comme :

  • Le pied creux. L’arche est creusée et l’os naviculaire est comprimé entre le métatarse en avant et le talus en arrière. Le talus ? C’est un os qui s’articule avec le tibia.
  • Le pied plat valgus. Ici, le pied est affaissé à l’intérieur. On parle d’effondrement de la voûte. Le poids du corps est alors mal réparti au niveau du pied.
  • Les torsions des membres inférieurs. Comme le genu varum qui est une déviation des genoux vers l’extérieur, les “jambes arquées”. Ou encore, le genou valgum qui est lui, une déviation vers l’intérieur, les “jambes en X”.

Maladie de Köhler-Mouchet : un profil type ?

La maladie de Köhler-Mouchet concerne généralement les enfants sportifs, entre 4 et 9 ans. Notamment les garçons en pleine croissance. Une question se pose cependant. Cette disparité entre les sexes serait-elle liée au fait que les garçons sont davantage poussés vers une pratique sportive ?

En effet, on observe de plus en plus ce phénomène chez les filles, aujourd’hui plus intégrées dans les programmes sportifs.

Maladie de Köhler-Mouchet : diagnostic et traitement

Comment être sûr qu’il s’agit de la maladie de Köhler-Mouchet ?

C’est votre médecin qui posera le diagnostic. Lui seul peut vous prescrire les examens nécessaires.

L’examen se fait par une palpation de la zone, qui s’avère être très douloureuse. Une radiographie permettra de confirmer le diagnostic.

Maladie de Köhler-Mouchet : quel traitement ?

Dans un premier temps, le traitement consiste au repos par une mise en décharge. C’est-à-dire que votre enfant ne doit pas poser le pied à terre et ce, sur quelques jours. Ce repos permet généralement un soulagement rapide.

Afin de soulager et de corriger la voûte plantaire, le port de semelles orthopédiques peut être prescrit.

Ces points restent à discuter directement avec votre médecin traitant.

Maladie de Köhler-Mouchet : l’apport de l’ostéopathie

Une prise en charge adaptée permet à votre enfant d’être soulagé rapidement de ses douleurs et de retrouver sa locomotion. Et donc, de reprendre ses activités.

L’ostéopathie s’intègre parfaitement à une prise en charge pluridisciplinaire et apporte des solutions particulièrement intéressantes pour l’enfant.

D’abord, l’ostéopathe soulagera la douleur que votre enfant connaît au pied.
Dans un second temps, il veillera à revasculariser la zone.
Enfin, l’ostéopathe pourra travailler sur les troubles de la statique qui ont potentiellement contribué au développement de la pathologie.

La prise en charge de la douleur

La palpation de l’os est très douloureuse pour votre enfant. Ainsi, pour le soulager, l’ostéopathe doit utiliser des techniques sur tout le pied. Notamment en étirant progressivement les os de part et d’autre du naviculaire.

Le but ici est de permettre de reprendre plus rapidement la pose du pied au sol.

L’optimisation de la vascularisation

C’est un problème de vascularisation qui est à l’origine de ce phénomène de nécrose partielle.

Pour aider à la revascularisation de la zone, il est important de trouver les zones où les artères pourraient être comprimées.

L’investigation se porte principalement sur la cheville, le mollet, le genou, et le bassin. Mais aussi au niveau du ventre et du système digestif de votre enfant. Pourquoi ? Car des troubles digestifs, comme la constipation par exemple, peuvent créer une compression vasculaire. En effet, certains des vaisseaux sanguins qui partent vers les jambes passent à proximité du côlon.

La chasse aux troubles de la statique

Les troubles de la statique, comme par exemple les pieds en varus, créent une hyperpression sur l’os naviculaire. L’objectif de l’ostéopathe ici est de permettre une meilleure répartition des contraintes sur le pied de votre enfant.

Mais son travail ne s’arrête pas là. Il s’intéresse aussi à l’ensemble de l’appareil locomoteur : ses jambes, son bassin, sa colonne et sa ceinture scapulaire (ses épaules).

Ici, l’ostéopathe veille à corriger les torsions partant du bassin ou de la colonne. Torsions qui peuvent avoir un impact sur le positionnement du pied au sol.

Un œil sur la mâchoire

Saviez-vous qu’un appareillage dentaire pouvait aussi créer des troubles de la statique ? Et oui, une modification de la position de la mâchoire va avoir une influence sur le système postural.

Ainsi, pour réduire les contraintes, l’ostéopathe peut être amené à travailler au niveau de la mâchoire. Ce travail tout en douceur passe également par les cervicales et le crâne, eux-mêmes reliés à la mâchoire.

Nous avons détaillé ici les grandes lignes d’un éventuel soin ostéopathique. Néanmoins l’ostéopathie propose une approche thérapeutique adaptée à chaque patient. Et ce en fonction de ses symptômes, antécédents, etc. Il est donc possible que l’axe de traitement proposé en consultation diffère légèrement de celui détaillé ici. Simplement car il aura été adapté à votre enfant de manière individuelle.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste des sujets pédiatrie à Toulouse. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.