0% lus

On entend souvent le terme de « maladie de croissance ». Il s’agit en fait plus de dysfonctionnements ayant lieu au cours de la croissance de l’enfant ou de l’ado que de vraies…maladies.

Parmi les problèmes de croissance les plus connus, on compte la maladie de Scheuermann. Cette maladie vient mettre à mal la colonne vertébrale. Elle pourrait toucher jusqu’à 10% des enfants et adolescents, et c’est tout l’objet de cet article.

Sommaire

Quels sont les symptômes de la Maladie de Scheuermann ? Comment savoir, en tant que parent, si votre enfant souffre de cette atteinte ? Quels problèmes peut causer la maladie de Scheuermann chez l’adolescent ? Qu’en est-il de la maladie de Scheuermann chez l’adulte ? Quels rôles jouent les traitements naturels dans la maladie de Scheuermann et notamment l’ostéopathie ?
Nous répondrons à toutes ces questions ici.

Maladie de Scheuermann : de quoi s’agit-il ?

La maladie de Scheuermann est une maladie de croissance des vertèbres. On l’appelle aussi cyphose juvénile, dystrophie rachidienne de croissance ou encore cyphose des adolescents.
Cette maladie de croissance se caractérise par une déformation des vertèbres dorsales de l’enfant ou de l’adolescent. Ce qui entraîne alors un aspect de voûte de la colonne et d’éventuelles douleurs.

La maladie de Scheuermann toucherait 0,4 à 10% (selon les critères diagnostic retenus) des enfants et adolescents dans la tranche d’âge 11-18 ans. Les garçons sont plus sujets à cette maladie que les filles.

Une scoliose associée à la maladie dans 2 cas sur 10

Une scoliose peut aussi parfois apparaître dans la maladie de Scheuermann. On l’observe en effet dans 20% des cas.
Pour rappel, la scoliose correspond à une déviation permanente de la colonne vertébrale.

Des signes difficiles à reconnaître

Si votre enfant ou adolescent est atteint de la maladie de Scheuermann, on assiste alors à l’apparition d’une cyphose dite structurale.
Par cyphose, comprenez une déformation de la colonne lui donnant un aspect bossu, voûté. Cet aspect bossu n’est pas corrigé lors de l’extension du buste (soit lorsque votre enfant se redresse) et la colonne devient rigide.
Pensez à consulter notre article dédié pour en savoir plus sur le phénomène de cyphose chez l’enfant et l’adolescent.

Cyphose ou troubles de la posture ?

Il est important de ne pas confondre :

  • cyphose structurale, soit celle de la maladie de Scheuermann,
  • avec la posture penchée en avant de votre enfant, soit le signe d’un trouble de la posture. Mais la posture peut se corriger lorsqu’il se redresse, on parle de cyphose posturale.

L’adolescent a d’ailleurs une fâcheuse tendance à adopter cette posture, penché en avant et les épaules rentrées. Cette tendance à faire le dos rond serait-elle la manière pour l’enfant ou l’adolescent d’exprimer les différents complexes que peut apporter cette période de croissance ? Ce sujet mériterait un article dédié.
Quoiqu’il en soit, cette posture, fréquente chez l’ado, est l’une des raisons pour lesquelles il peut être difficile côté parent de reconnaître la maladie de Scheuermann. Certains signes peuvent cependant vous aiguiller. Il est alors important de les surveiller, notamment lorsque votre enfant ou adolescent fait du sport.

Maladie de Scheuermann : les symptômes à surveiller

Il peut donc être difficile pour vous parent d’identifier la maladie de Scheuermann chez votre enfant. D’abord car elle peut être confondue avec un trouble de la posture. Mais aussi car la maladie ne présente pas toujours de douleurs.

Elle peut ainsi être diagnostiquée que très tardivement. Parfois même à l’âge adulte. Elle est souvent découverte par hasard lors d’une radiographie du dos.

C’est pourquoi certains symptômes sont à surveiller. Certains signes peuvent en effet vous aider à faire la différence entre une posture particulière et la maladie de Scheuermann.

Évolution de la maladie de Scheuermann

Maladie de Scheuermann en phase 1

  • Une fatigue rapide à l’effort physique
  • Des difficultés à réaliser certains mouvements : se lever d’une chaise, tourner le buste, se cambrer, etc.

Maladie de Scheuermann en phase 2

  • Une hypercyphose de la colonne apparaît : le dos devient rond au niveau des vertèbres dorsales, entre les omoplates
  • De nouvelles douleurs au dos (attention, celles-ci n’apparaissent pas de manière systématique)

Maladie de Scheuermann en phase 3

  • Une déformation importante de la colonne vertébrale au niveau dorsal et lombaire
  • Des douleurs pouvant s’intensifier lorsqu’elles sont déjà présentes

Nous vous parlions plus haut de la scoliose, présente sur 2 cas sur 10 dans la maladie de Scheuermann. C’est dans les phases 2 ou 3 de l’atteinte et au niveau des lombaires que cette scoliose peut apparaître et être à l’origine de douleurs.

Conséquences et séquelles de la maladie de Scheuermann

Si la maladie de Scheuermann peut entrainer des difficultés au quotidien à l’adolescence, elle peut aussi avoir un impact à l’âge adulte.
Lorsque les douleurs sont présentes de manière intense, ou en continu, elles peuvent devenir difficiles à gérer.
L’atteinte de la colonne crée en effet des difficultés dans l’exécution de certains gestes et mouvements simples du quotidien. Comme se lever d’une chaise, se tourner dans le lit ou encore s’habiller.
L’exercice physique devient également difficile. La pratique du sport, mais aussi le port de charges, parfois même minimes, peuvent devenir compliqués.
Mais ces difficultés sont généralement aussi présentes hors exercice physique, notamment au réveil ou encore lors d’une position assise. Au bureau ou à l’école.

Un certain poids sur les épaules

Cette maladie peut parfois devenir difficile à appréhender pour l’adolescent, elle peut être difficile à vivre au quotidien.
En effet l’adolescence est une période où le regard des autres peut présenter une grande importance. Ce qui peut peser relativement lourd. Cette maladie et la déformation qu’elle entraîne parfois peuvent alors être source de moquerie.
La maladie de Scheuermann peut également devenir une source d’exclusion sociale. Notamment car votre enfant ou adolescent est plus limité quant à sa pratique sportive. Le sport étant à cet âge souvent une source de socialisation.

Maladie de Scheuermann : les causes

L’os de l’enfant et de l’adolescent ne possède pas encore son aspect définitif. Et les vertèbres sont soumises à des contraintes qui peuvent entraîner leur déformation.
L’os dispose en effet de zones composées de cartilage de croissance. Dans le cas de la maladie de Scheuermann, ce cartilage de croissance se déforme au niveau vertébral. La colonne grandit alors en formant une courbure, ce qui lui confère son aspect bossu.

Facteurs à l’origine de la maladie de Scheuermann

L’origine de la maladie reste cependant pour l’heure inconnue. Plusieurs études sur le sujet s’accordent sur certains facteurs pouvant être à l’origine de la maladie de Scheuermann :

  • La répétition de traumatismes causant la déformation des vertèbres, comme un sport intensif.
  • Une origine génétique, héréditaire.
  • Le syndrome de malabsorption (un défaut absorption des nutriments au niveau de l’intestin). Le corps n’arrive pas à avoir tous les apports nécessaires à son fonctionnement, notamment pour la croissance.
  • Des troubles endocriniens, comme un trouble du métabolisme au niveau de la thyroïde ou parathyroïde. C’est-à-dire un défaut de sécrétion de la parathormone qui diminue ou augmente l’absorption de calcium au niveau des os.
  • Une ostéoporose juvénile, soit une perte de résistance des os.
  • Une infection sur l’os.

La maladie de Scheuermann est-elle héréditaire ?

La maladie de Scheuermann pourrait en effet, dans de nombreux cas, avoir une origine génétique. Les études mettent en avant une cause héréditaire responsable dans 74% des cas.

Maladie de Scheuermann : l’heure du diagnostic

Lorsque vous avez un doute ou suspectez une maladie de Scheuermann, il est important d’en parler à votre médecin. Lui seul est à même de poser le diagnostic.

Évaluation de la posture

Le médecin va procéder à une évaluation complète. Il va regarder la posture globale de votre enfant. Ensuite, il effectue des tests de flexion du tronc afin de mettre en évidence ou non la présence de raideurs. Ou même d’un​e scoliose.

Vérification du système musculaire

Le système musculaire est également évalué : la longueur des muscles, la force, le niveau de contraction. Cela permet d’écarter la cyphose posturale.

Des critères définis

Certains critères ont été définis afin de faire le diagnostic. Comme le degré de la cyphose ou la déformation d’au moins 3 vertèbres.

L’imagerie médicale

Le diagnostic de la maladie est confirmé par une radiographie de la colonne vertébrale. Une IRM est aussi parfois réalisée.

Ces points restent à discuter avec votre médecin directement. En effet, il est le seul habilité à vous prescrire les examens nécessaires.

Maladie de Scheuermann : quel traitement ?

Les traitements de la maladie de Scheuermann visent à soulager la colonne vertébrale. Et ils consistent dans un premier temps à réduire les raideurs et la courbure dorsale.

Maladie de Scheuermann, rééducation : un travail en synergie

Pour réduire les raideurs et la courbure, le recours à la kinésithérapie en synergie du travail de l’ostéopathe est nécessaire. Notamment en rétablissant un bon équilibre musculaire. Cela permet de contrôler la déformation et d’atténuer les douleurs.

Et quand cela ne suffit pas ?

Le port de corset peut être indiqué en cas de déformation sévère. Notez également que le recours à la chirurgie est prévu lorsque la courbure de la cyphose dépasse les 70 degrés.

Maladie de Scheuermann : quel traitement naturel ?

Le diagnostic a été posé, il s’agit bel et bien de la maladie de Scheuermann ? Parlez-en à votre ostéopathe.
L’ostéopathie est un moyen naturel et efficace pour aider votre enfant à retrouver une courbure adaptée.
Ls soins en ostéopathie ne permettent pas de faire disparaître totalement la courbure causée par la maladie de Scheuermann. Néanmoins le travail de l’ostéopathe permet de limiter son aggravation lors de la croissance de votre enfant ou adolescent.

Maladies de croissance et ostéopathie

Les soins de l’ostéopathe seront doux et adaptés à chaque enfant. L’ostéopathe est d’ailleurs un excellent allié pendant que votre enfant grandit.

Il peut l’aider à soulager ses douleurs lors des problèmes de croissance les plus fréquents, comme la maladie de Scheuermann. Au niveau du dos donc, mais aussi la maladie de Sever au niveau du talon. Ou encore la maladie d’Osgood-Schlatter au niveau du genou.

Quid de la maladie de Scheuermann chez l’adulte ?

Le travail en ostéopathie chez l’adulte est sensiblement le même que chez l’enfant. L’objectif est de diminuer l’impact sur la posture et les douleurs que la maladie entraîne.

Maladie de Scheuermann et ostéopathie

Rigidité, manque de mobilité, enraidissement : autant de points sur lesquels l’ostéopathie se montre efficace.
Mais comment s’y prend l’ostéopathe, exactement, pour agir sur cette atteinte ?

Améliorer la courbure en grandissant

Soulager le système musculaire

Dans la maladie de Scheuermann, la rigidité des muscles est très présente. Le problème est que cette rigidité empêche la bonne mobilité du rachis, mais aussi des épaules et du bassin. Conséquences ? Des douleurs et dysfonctionnements retrouvés sur l’ensemble du corps.
Un premier travail en ostéopathie permet d’abord de détendre le système musculaire. Ce qui permet à votre enfant de pouvoir bouger sans difficultés. Pour cela, le travail de l’ostéopathe passe par la détente des muscles du dos :

  • au niveau thoracique,
  • au niveau des lombaires et des cervicales,
  • mais également au niveau des membres inférieurs de votre enfant.
Focus sur les muscles des jambes

Les muscles des membres inférieurs, comme les ischio-jambiers, localisés à l’arrière de la cuisse, permettent de corriger la posture en maintenant la traction du bassin vers l’arrière. Le quadriceps maintient cette traction en avant.
Les ischio-jambiers, en arrière, peuvent alors être soumis à une contrainte d’étirement provoquée par la position penchée en avant de votre enfant.
Le travail de l’ostéopathe sur ces muscles permet d’atténuer les tensions et d’équilibrer le fonctionnement de ceux-ci. Mais ce n’est pas tout. D’autres muscles interviennent également dans cette dynamique de maintien. C’est notamment le cas du psoas-iliaque par exemple.
Le travail de l’ostéopathe sur ces muscles permet d’atténuer la fatigue et d’augmenter la capacité de récupération.
Car oui, la raideur musculaire peut bloquer l’acheminement du sang à certains endroits. Seulement, cet acheminement doit se faire de manière optimale puisqu’il est nécessaire au fonctionnement des muscles et des os. Entre autres.

Libérer la cage thoracique

Le remodelage osseux au niveau de la colonne de votre enfant peut avoir pour conséquence une hypercyphose, soit une convexité trop prononcée. Ce qui comprime alors sa cage thoracique. Sa mobilité thoracique lors de la respiration se retrouve alors restreinte, impactant indéniablement sa respiration.
L’ostéopathe doit ainsi travailler à réduire les contraintes qui s’exercent sur la cage thoracique de votre enfant. Ce qui va lui permettre d’améliorer sa capacité respiratoire.
Il s’agit d’un travail doux sur ses muscles pectoraux, ses côtes et bien sûr, son diaphragme, un puissant muscle respiratoire.

Repérer et corriger les adaptations du corps

Vérifier le bassin

Le bassin est une structure très complexe qui s’adapte au changement de la courbure, il suit le positionnement des lombaires. Mais la déviation lors de la maladie de Scheuermann peut entraîner une bascule du bassin d’un côté ou vers l’avant. Et donc engendrer des douleurs dans le bas du dos, mais aussi avoir un impact sur la sphère digestive.
Pourquoi ? Car la position du bassin peut induire une compression du côlon. Ce qui empêche alors sa bonne mobilité et va ainsi avoir un impact sur la digestion. La position assise pourra d’ailleurs mettre en évidence cette déviation : votre enfant s’assoit plus souvent sur une fesse que l’autre.
La correction du bassin et les techniques effectuées ici par l’ostéopathe permettent de réduire ces contraintes.

Une attention particulière pour la posture

L’hypercyphose amène des compensations qui modifient la posture, tant en position statique debout, qu’en mouvement.
Un travail sur le système musculaire profond est effectué par l’ostéopathe. Il use de techniques d’énergies musculaires, mais il travaille aussi sur le système fascial qui sert de maintien, de support aux muscles. Et ce, afin de retrouver un meilleur schéma postural.
Pour rappel, le système fascial correspond aux membranes (les fascias) qui enveloppent de nombreux éléments du corps comme les muscles, les os, les organes, etc.

Maladie de Scheuermann chez l’adulte : que fait l’ostéopathe ?

La maladie de Scheuermann chez l’adulte est bien souvent responsable de douleurs chroniques, de symptômes pouvant être invalidants aux quotidiens.
La prise en charge en ostéopathie de la maladie de Scheuermann chez l’adulte ne permet pas d’atténuer la courbure du dos. Il est ainsi probable que les adaptations faites par votre corps et les douleurs réapparaissent à terme.
C’est sur ces douleurs chroniques que l’ostéopathe agit. Des douleurs qu’il est à même de réduire par un travail de soulagement des compensations provoquées par l’hypercyphose.

Les conseils de l’ostéopathe

Il est important de continuer une activité physique tout en évitant les exercices traumatisants ou les chocs. Que l’on pourrait rencontrer dans le rugby ou les sports de combat par exemple.
La position sur la chaise doit également être corrigée dans la mesure du possible. Que ce soit en classe pour l’adolescent ou au bureau pour l’adulte. Il faut ainsi veiller à ne pas croiser les jambes ou encore à ne pas mettre un pied sous la fesse en position assise.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste de la pédiatrie à Toulouse. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.