0% lus

Migraines, maux de tête, céphalées, mal de crâne. Peu importe la manière dont on décide d’appeler cette souffrance, elle est la réalité de beaucoup de français. Qu’elle soit occasionnelle ou chronique.
Entre 10 et 12 % de la population dans l’hexagone seraient en effet sujets aux maux de tête et migraines. Beaucoup ont cependant du mal à en identifier leur origine.
Il faut dire que de nombreuses causes et facteurs peuvent déclencher des maux de tête. Il existe aussi d’ailleurs de nombreux types de céphalées.
L’une des plus fréquentes ? La céphalée cervicogénique, ou migraine cervicale dont l’origine serait, vous l’aurez compris, à chercher au niveau de vos cervicales.

Si vous souffrez de raideurs de nuque associées à des maux de tête, cet article vous concerne.

Sommaire

Migraines cervicales, céphalées cervicogéniques : de quoi s’agit-il ?

La probabilité d’être touché au cours de sa vie par un mal de tête s’élèverait de 30 à 68%. Et il existe de nombreux types de céphalées :

J’ai mal à la nuque et à la tête

Aujourd’hui, on se concentre sur la migraine qui trouve son origine au niveau du cou, des cervicales. Les céphalées cervicogéniques, ou migraines cervicales, sont en effet particulièrement fréquentes. On les classe dans les céphalées dites secondaires, comprenez qu’elles sont attribuées à une cause extrinsèque à votre tête.

Bien que vous ressentiez vos douleurs au niveau de votre crâne, celles-ci pourraient en effet être causées par un trouble à distance. En l’occurrence ici, à un trouble ou dysfonctionnement au niveau de votre région cervicale.

Il arrive souvent que des douleurs se déclarent à distance du trouble. On parle alors de douleurs projetées ou encore de douleurs référées.

Mais que ressent-on au juste, lorsque l’on souffre de migraines cervicales ?

Migraine cervicale : les symptômes

Ces maux de tête d’origine cervicale se font bien souvent ressentir sur un côté de la tête et commencent à l’arrière du crâne, voire à sa base.

Vous pourriez aussi fréquemment remarquer une raideur au niveau de vos vertèbres cervicales. Vous ressentez d’ailleurs souvent le besoin de bouger votre tête pour essayer de soulager les tensions et vos raideurs de nuque. Néanmoins certains mouvements de tête peuvent accentuer vos douleurs, comme les rotations ou encore le fait de pencher votre tête en avant.

Les symptômes associés aux douleurs de nuque et de tête

Il peut arriver que votre douleur s’étende à votre épaule ou bras, du même côté que votre mal de tête. Notez que certains signes comme des nausées ou des vertiges peuvent aussi apparaître dans certains cas.

Les impacts des migraines sont sous-estimés

Souffrir de migraine, et ce, quel qu’en soit le type, impacte bien souvent la qualité de vie.
Les positions devant votre poste de travail ou encore derrière votre ordinateur peuvent être difficilement tenables.
Aussi, bien souvent, souffrir de migraine, c’est devoir s’isoler, s’éloigner du bruit et limiter toute source de lumière. Les sons, la lumière et même les odeurs peuvent en effet vous être insupportables et empirer votre mal de tête.
Un isolement nécessaire donc, pour soulager la migraine, mais pas des plus pratiques. Notamment sur votre lieu de travail ou encore lors de vos activités. Avoir des migraines, c’est devoir adapter son quotidien et remettre à plus tard certaines activités. Comme les sorties entre amis ou encore votre sport.

Douleurs aux cervicales et maux de tête : quelles sont les causes ?

Vos cervicales peuvent donc être à l’origine de vos maux de tête et migraines, et plusieurs raisons expliquent ce lien.

Un trouble de la lordose cervicale

La lordose cervicale, c’est cette courbure naturelle à concavité postérieure retrouvée dans la partie haute de votre colonne. Certaines études ont montré que chez 78% de patients souffrant de céphalées, il existait une modification de la lordose cervicale. Cette modification pourrait alors provoquer des déséquilibres musculaires, et à leur tour, causer des migraines.

Douleurs cervicales, stress et maux de tête

Le stress provoque des tensions musculaires, on ne vous apprend rien. Ce que vous ne savez peut-être pas en revanche, c’est que le stress génère aussi des tensions au niveau de la mâchoire. En effet, vous avez tendance à serrer les dents dans la période stressante, et aussi certainement pendant la nuit, pouvant alors causer le bruxisme.
Le problème est que cela peut augmenter les tensions cervicales par l’intermédiaire du système musculaire reliant votre mâchoire à vos cervicales.

L’arthrose cervicale

Arthrose cervicale et maux de tête sont souvent liés. L’arthrose cervicale provoque en effet des contraintes importantes aux cervicales et peut en plus provoquer des vertiges.

L’hyperconnexion

Par hyperconnexion, ce que l’on veut dire, c’est le fait que nous passions de plus en plus de temps sur nos smartphones, nos ordinateur ou tablettes. Cela est particulièrement mauvais pour les cervicales.
Un travail prolongé devant l’ordinateur avec une position penchée en avant ou l’utilisation excessive des tablettes et smartphones peuvent en effet causer ce que l’on appelle le text neck syndrom.

Un traumatisme, un choc

Un accident ou une chute peut causer une entorse cervicale. Et de ce fait, être à l’origine de vos céphalées cervicogéniques. La prévalence est d’ailleurs plus importante chez les personnes ayant eu des accidents de la route ou encore les personnes ayant subi des traumatismes à la tête ou au cou.

Le pincement d’un nerf

Le pincement d’un nerf en particulier peut être à l’origine de vos migraines cervicales, c’est le nerf d’Arnold. On retrouve ce dernier au niveau de la 2ème cervicale. Si tel est le cas, votre douleur part généralement à ce niveau et irradie d’un seul côté de votre tête, et ce, jusqu’à votre œil.

Migraines cervicales : un mal de plus en plus fréquent

La tête pèse lourd

Lorsque votre posture est étirée et droite (soit lorsque vos épaules sont alignées avec vos oreilles), le poids exercé par votre tête sur vos muscles du cou et de votre dos est d’environs 5 kg. Cela vous semble déjà lourd ? Attendez de voir ce qu’il se passe quand vous avez la tête penchée sur votre smartphone ou ordinateur.
Lorsque votre tête penche vers l’avant, votre cou agit en point d’appui. Comme une sorte de levier devant soulever un objet lourd. En l’occurrence, l’objet lourd ici, c’est votre tête.
Ainsi, lorsque vous avez la tête inclinée vers l’avant, à 45 degrés par exemple, la charge que doit supporter votre cou équivaut à 49 lbds, soit environ 20 kg. Et plus l’angle est important, plus le poids supporté l’est aussi. Pour un angle de 60 degrés, la charge supportée s’élèverait à 60 lbs, soit 27 kg.

Dans l’idéal, votre écran devrait être positionné à la hauteur des yeux ou légèrement en dessous. Et ce, afin de vous éviter de baisser et d’avancer votre tête vers l’écran.

Diagnostic de la céphalée cervicogénique

C’est via la description de vos symptômes physiques que votre médecin procède à un examen clinique.
Pour poser le diagnostic de la céphalée cervicogénique, il se base sur un certain nombre de critères établis par l’International Headache Societey :

  • migraine sans aura,
  • avec aura,
  • unilatérale,
  • pulsatile,
  • etc.

L’intérêt d’un diagnostic différentiel

Il convient également de procéder à un diagnostic différentiel. Notamment en vue d’éliminer une origine grave de la céphalée ou de la migraine. Comme une tumeur ou encore un trouble vasculaire, entre autres.

Quand avoir recours à l’imagerie médicale ?

Une radiographie ou une IRM peuvent être réalisées lorsqu’il y a eu un traumatisme (accident de la voie publique, chute, etc.). Cela permet d’identifier une éventuelle lésion discale, une sténose cervicale ou encore un écrasement vertébral à ce niveau.

Migraines cervicales : quel traitement ?

En vue de soulager votre migraine et vos douleurs, votre médecin peut vous prescrire des
anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS).

Un anesthésiant local peut également être injecté au niveau des muscles présents à l’arrière de votre crâne. Le soulagement étant temporaire, cette méthode constitue plus un test diagnostique qu’une réelle solution pour pallier à la douleur.
Ces options de traitements sont à discuter directement avec votre médecin traitant. De notre côté, on se penche sur les méthodes naturelles pour soulager vos migraines cervicales.

Migraines cervicales : quel traitement naturel ?

L’ostéopathie est particulièrement indiquée en cas de migraine et ce, quelle qu’en soit l’origine.
Cette médecine douce et naturelle apporte des solutions curatives et préventives dans la prise en charge des maux de tête. Elle est particulièrement efficace face aux migraines d’origine cervicale.

Soulager la crise migraineuse à l’instant T, mais aussi la prévenir

L’ostéopathe peut agir aussi bien lors d’une crise migraineuse afin de calmer rapidement vos douleurs qu’en dehors de vos crises, pour en prévenir la survenue.
Plusieurs séances sont en général nécessaires. Cela dépend notamment de la cause à l’origine de vos céphalées cervicogéniques, mais aussi de chacun.

Migraines cervicales et ostéopathie

Si le traitement et le soulagement des migraines cervicales demande généralement plusieurs séances, c’est parce que l’ostéopathe doit se pencher sur de nombreuses structures et systèmes en lien, direct ou indirect, avec vos cervicales.
Alors que fait l’ostéopathe au juste ?

Soulager les tensions, corriger les déséquilibres

Les cervicales sont une zone du corps particulièrement fragile et elles peuvent en plus être soumises à de nombreuses contraintes. C’est notamment le cas lors de traumatismes. Comme des accidents ou chocs violents ayant pu provoquer un coup du lapin ou encore une entorse cervicale. Ces traumatismes peuvent déclencher, et ce, plusieurs semaines ou mois après le traumatisme, des maux de tête particulièrement violents.

Ces effets domino

Cela débute généralement avec des raideurs musculaires en réaction au traumatisme, pour ensuite évoluer vers un blocage articulaire. Lorsque cet effet de tension persiste alors, les articulations subissent de nombreuses contraintes pouvant entraîner l’apparition d’arthrose précoce. Le traumatisme peut également créer un trouble de la lordose, cette courbure de la colonne abordée plus haut. Et cela est particulièrement vrai lors de l’entorse cervicale, où l’on assiste bien souvent à une inversion de la courbure naturelle.

Une attention particulière pour le trapèze

L’ostéopathe doit ainsi veiller en premier lieu à effectuer un travail de relâchement des muscles s’attachant directement sur vos cervicales. Il s’agit notamment du trapèze, allant de la base du crâne, passant par les épaules et descendant au milieu du dos (au niveau de la partie basse de vos vertèbres thoraciques). C’est à la suite de ce relâchement qu’il pourra effectuer un travail de décompression de votre système vertébral cervical.
Le praticien a conscience de la sensibilité et de la fragilité de cette zone et procède avec une grande douceur.

Optimiser le fonctionnement du système d’irrigation et de drainage

Votre cou constitue un passage important pour les éléments vasculaires de votre crâne. Ainsi, lorsqu’il existe un blocage musculaire, ligamentaire ou encore articulaire, le passage du sang veineux et artériel peut se retrouver perturbé. Résultat ? Votre tête est moins bien vascularisée et l’évacuation des déchets ne sera pas optimale. Ce qui peut alors engendrer l’apparition de maux de tête.
L’ostéopathie compte des techniques particulièrement efficaces. Elles permettent un drainage optimal du système veineux et donc une meilleure irrigation du crâne. Ici aussi, l’ostéopathe utilise des techniques douces sur les structures pouvant bloquer le passage vasculaire. Parmi ces structures, nous comptons par exemple certains muscles du cou, les fascias, les vertèbres, etc.

Fascias

Les fascias sont des tissus enveloppant de nombreuses structures du corps humain. Comme les muscles, les organes, les os, les vaisseaux sanguins, etc. On les appelle aussi tissus conjonctifs.

Focus sur votre posture

Vos cervicales disposent de ce que l’on appelle des capteurs proprioceptifs. Ces capteurs servent notamment à renseigner la position de votre tête lors de sa rotation. Ils sont en étroite relation avec vos yeux, et forment ce que l’on appelle le système oculo-céphalogyre.
Mais ce système peut facilement être perturbé. C’est notamment le cas lorsque d’autres capteurs retrouvés de part et d’autre du corps le sont également. Il peut s’agir de troubles de l’ATM comme une mâchoire qui craque, de troubles au niveau des yeux, de l’oreille interne, etc.
Et tous ces capteurs peuvent venir ainsi impacter votre posture. Bien heureusement, votre posture est un élément auquel votre ostéopathe attache une grande importance dans le cas de maux de tête d’origine cervicale.

Vos capteurs posturaux passés au crible

Ainsi, il évaluera dans différentes positions la structure identifiée comme étant responsable de votre trouble postural. Et pour ne rien vous cacher, le praticien a du pain sur la planche. En effet, cela peut venir de vos yeux ou de votre mâchoire, mais également de vos lombaires, de votre bassin, de vos genoux ou encore de vos pieds, entre autres.

Zoom sur la courbure des lombaires

Vos lombaires ont la même courbure que vos cervicales. Soit une courbure à concavité postérieure que l’on appelle lordose. Il s’agit d’une courbure dite secondaire, puisqu’elle se forme dans la petite enfance. Lorsque, bébé passe de la position à 4 pattes à debout. Ces courbures cervicales et lombaires assurent les mêmes rôles : amortir et répartir les contraintes en gardant un maximum de mobilité. Ainsi, lorsqu’il existe des tensions aux lombaires, les cervicales sont aussi très souvent impactées.

Limiter votre fatigue, vous aider à gérer votre stress

Avez-vous déjà remarqué que lorsque vous êtes fatigué ou encore stressé, vous avez tendance à monter les épaules et rentrez votre tête ? Cette position est relativement néfaste puisqu’elle accentue l’effet de compression sur vos cervicales. Retrouvez notre article sur le sujet : cervicalgie et stress sont liés.
Votre ostéopathe pourra vous aider à corriger cette posture en relâchant les muscles de vos épaules mais aussi ceux de votre cage thoracique. De même que les tensions que le stress provoque.
Il se penchera sur votre colonne, votre cage thoracique, votre diaphragme mais aussi les membranes présentes au niveau de votre crâne. Car si les tensions dues au stress mettent à mal vos cervicales, elles peuvent aussi avoir un impact sur votre sommeil, votre cycle hormonal, votre digestion, etc.

Conseils

Si l’ostéopathie est une solution douce et naturelle pour soulager vos céphalées cervicogéniques, il est important de suivre quelques conseils afin d’optimiser votre traitement.
Il faut notamment veiller à avoir une bonne assise devant votre poste de travail (entre autres mesures). La sédentarité au travail augmente les risques d’adopter des « positions vicieuses » pour vos cervicales. Ces positions sont aussi néfastes pour l’ensemble de votre dos, alors plus exposé aux risques de lombalgies.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.