Skip to main content
0% lus

Environ deux tiers des personnes qui vivent avec la maladie d’Alzheimer sont des femmes. Nous pourrions expliquer ces statistiques par l’espérance de vie des femmes plus longue que celle des hommes, certes.

Mais une étude récente dévoile une autre cause potentielle qui pourrait expliquer ces différences drastiques entre les hommes et les femmes face à cette atteinte.

Selon Lisa Mosconi, professeur à la tête de l’étude parue dans le journal Neurology, la ménopause serait un facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer.

Les femmes et la maladie d’Alzheimer : l’influence du sexe

Cette étude a analysé un groupe d’hommes et de femmes âgés d’une cinquantaine d’années.

Tous les participants avaient les mêmes antécédents et ne présentaient aucune déficience cognitive. Et leurs indicateurs de santé (comme la pression artérielle par exemple) étaient également tous similaires.

Les participants ont donc dû passer divers examens d’imagerie médicale (IRM et TEP). Le but ? Mesurer quatre biomarqueurs liés à la maladie d’Alzheimer.

Il s’agissait ici d’analyser :

  • Les niveaux de matière grise et de matière blanche du cerveau.
  • L’accumulation de plaques amyloïdes (l’un des marqueurs principaux d’Alzheimer).
  • La vitesse avec laquelle le cerveau métabolise le glucose.

Des résultats moins encourageants côté femmes

Les chercheurs ont constaté des résultats moins satisfaisants chez les femmes en comparaison aux biomarqueurs du groupe masculin. Et ce, pour les 4 indicateurs de santé du cerveau testés.

Comparativement :

  • Les femmes avaient en moyenne 30 % de plaques bêta-amyloïdes supplémentaires.
  • Leur cerveau métabolisait le glucose à des taux inférieurs de 22 %.
  • Les volumes de matière grise et blanche dans le cerveau étaient plus faibles d’environ 11%.

Maladie d’Alzheimer et hormones : l’impact de la ménopause

« Nos résultats suggèrent que les femmes d’âge moyen sont certainement plus exposées à la maladie d’Alzheimer. Et cela pourrait être dû aux niveaux d’œstrogènes plus faibles durant la ménopause et après celle-ci », souligne Lisa Mosconi.

Effets de la ménopause et Alzeihlmer

« Toutes les hormones sexuelles sont probablement impliquées. Mais les résultats chez les femmes observées dans notre étude évoquent que la chute d’œstrogènes est possiblement impliquée dans les anomalies des biomarqueurs liés à Alzheimer ».

La santé du cerveau des femmes

Les résultats de l’étude nous montrent un lien entre le vieillissement naturel du cerveau et le sexe.

Et les complications liées à la santé du cerveau des femmes ne se limitent pas à la maladie d’Alzheimer. Les femmes sont :

  • trois fois sujettes aux migraines que les hommes.
  • deux fois plus susceptibles que les hommes de souffrir d’anxiété et de dépression.
  • trois fois plus à risque de développer une maladie auto-immune. Y compris celles qui touchent au cerveau comme la sclérose en plaques.

Quand le cerveau manque d’énergie

Les hormones sont particulièrement importantes pour le fonctionnement de votre organisme, mais aussi de votre cerveau. Elles lui fournissent l’énergie dont il a besoin. Des taux d’hormones élevés sous-entendent ainsi que le cerveau dispose de suffisamment d’énergie.

Chez les hommes, l’hormone sexuelle (la testostérone) ne diminue pas tellement avec le temps. Pour les femmes en revanche, les œstrogènes diminuent lors de la ménopause. Le cerveau devient alors plus vulnérable avec l’âge.

Ménopause : rééquilibrer les hormones pour prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Bien que l’étude affiche des résultats clairs, les chercheurs s’accordent à dire que des travaux supplémentaires sont nécessaires.

Notamment avant d’effectuer toute recommandation sur un éventuel traitement hormonal de substitution pour prévenir la maladie d’Alzheimer.

Traitement hormonal : des avis contradictoires

Une étude finlandaise montre en effet des résultats opposés.

Et notamment qu’un traitement hormonal pour la ménopause au long cours pourrait être associé à une augmentation du risque de maladie d’Alzheimer. Notamment chez les femmes ayant commencé leur traitement avant 60 ans et pour des durées d’exposition supérieure à 10 ans.

L’étude dévoile en revanche que la prise d’œstrogènes par voie vaginale, elle, ne semble pas avoir d’incidence.

Les causes de la maladie d’Alzheimer encore peu connues

Rappelons que cette maladie reste encore quelque peu incomprise et qu’elle implique un grand nombre de facteurs environnementaux et génétiques.

La baisse d’œstrogènes lors de la ménopause n’est donc pas le seul facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer chez la femme.

Alors comment prévenir la maladie d’Alzheimer chez les femmes ?

En attendant d’autres études et un éventuel traitement substitutif, vous pouvez agir de votre côté.

Vérifiez vos antécédents familiaux

D’abord, il est important de connaître son historique familial et de le prendre en compte.

« Les risques de développer Alzheimer sont d’environ 30% pour les antécédents familiaux maternels, et d’environ 9% pour les antécédents familiaux paternels », précise le professeur Mosconi.

Il faudrait donc commencer à évaluer les risques relativement tôt, autour de vos 40 ou 50 ans. Cela permet de mieux suivre dans le temps le risque de développer la maladie et de planifier efficacement sa prévention.

Prenez soin de votre cerveau

Le cerveau fait rarement partie des choses que l’on surveille. Et à tort !

Quelques règles d’hygiène de vie peuvent vous aider à maintenir un cerveau en bonne santé et réduire les risques de déclin cognitif.

  • Adoptez un régime alimentaire sain, riches en fruits et légumes, pauvres en produits ultra-transformés et en sucres raffinés.
  • Limitez votre exposition aux produits chimiques et aux perturbateurs endocriniens.
  • Consommez le café avec modération.
  • Évitez le tabac.
  • Dormez suffisamment. On ne le répètera jamais assez le sommeil est primordial.
  • Contrôlez vos niveaux de stress.
  • Pratiquez une activité physique régulière et adaptée.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.