Skip to main content
0% lus

Parce que les patients sont les mieux placés pour parler de leur santé, nous partageons avec vous des interviews de nos patients, de manière à permettre un véritable échange et dialogue.
Par soucis de confidentialité, les témoignages sont publiés de manière anonyme.
L’équipe du cabinet

Témoignage d’une patiente atteinte de névralgie pudendale

Névralgie pudendale, le début de la douleur

La douleur s’est révélée un beau matin de 2014, sans prévenir.
Je portais un jean un peu serré et j’ai senti une sensation de cisaillement au niveau de l’entrejambe. La douleur ne disparaissait pas, et m’empêchait même de pouvoir m’asseoir sans souffrir.
Mes petites et grandes lèvres me pinçaient en permanence, j’avais la sensation d’avoir une lame à l’intérieur du vagin. C’était une douleur affreuse.

Direction les urgences. J’ai eu la chance d’avoir un diagnostic rapide.
L’équipe était formelle, j’avais une névralgie pudendale.

La douleur était peut-être déjà là bien avant.

En réalité, la douleur était déjà présente, mais de manière nettement moins intense. Elle ne m’avait jamais inquiété avant.
Elle est apparue lors de mes 1ers rapports sexuels. J’avais mal. J’ai toujours cru que c’était normal, que j’étais juste un peu plus fragile que la moyenne. Rien d’alarmant.
Ce n’était pas handicapant au quotidien, je ne m’inquiétais pas.
Mais lorsque la douleur s’est déclenchée en crise en 2014 c’est devenu invivable. Je n’étais plus libre de mes mouvements, je souffrais en permanence.

Comprendre la maladie

A l’époque, je pensais que ça ne durerait pas longtemps, que c’était juste une inflammation du nerf pudendal qui allait passer avec un anti-inflammatoire. Je ne savais pas du tout que c’était quelque chose de beaucoup plus compliqué, une douleur neuropathique.
J’ai eu mes informations au fur et à mesure, en allant voir des médecins. Ils posaient des questions dont je n’arrivais pas à saisir la finalité. “ Est-ce que vous avez mal au coccyx ? Et là ?” Je n’y connaissais rien.

Je me suis beaucoup renseignée sur internet

Au début c’était pour un peu mieux comprendre l’anatomie de cette zone.
J’ai appris que la névralgie pouvait être des deux côtés, mais aussi à l’intérieur et sur les fessiers (ndlr : la névralgie pudendale peut parfois être confondue avec la névralgie clunéale).
Je suis tombée sur un site dédié à la névralgie pudendale. C’était assez vieillot, peu actualisé et plein de témoignages angoissants.
J’étais vraiment anxieuse.
A force de faire des recherches je suis tombée sur deux spécialistes, un neurochirurgien et un gynécologue qui avaient deux approches totalement différentes.

Le plus dur était supporter la douleur au bureau

J’étais assistante commerciale, je passais donc toute la journée le plus souvent assise devant mon PC.
La névralgie pudendale, c’est la maladie des gens assis. Quand on est dans cette position, on compresse le nerf.

Mon quotidien était insupportable.

De janvier à juillet, j’ai souffert tous les jours. J’avais une boule d’angoisse à l’idée de devoir m’installer dans mon fauteuil en arrivant le matin. C’était abominable.

Malgré la douleur il était très important pour moi de continuer à travailler. Je ne voulais pas être en arrêt longue durée à cause de cette douleur.
Mais l’angoisse, la douleur au quotidien, j’en ai fait une dépression.

J’ai parlé à ma responsable RH pour aménager mon poste de travail

Ce n’est jamais facile de parler de ces choses là parce que c’est une zone délicate.
Je pleurais dans son bureau. Mais au final j’ai bien fait.

Tout a été prise en charge, et des ergothérapeutes sont venus pour me faire un fauteuil sur mesure qui n’exerce pas de pression au niveau des fesses et du périnée.

Si les gens de l’entreprise posaient des questions sur mon fauteuil spécial, on disait que c’est parce que j’avais un problème de dos.
Ce n’était pas révolutionnaire, mais au moins ça allait mieux. Je pouvais m’asseoir pour travailler.

Je vivais avec la douleur au quotidien

La nuit, la maladie était gérable, quand je dormais je n’avais plus mal.
Mais à la minute où je m’asseyais, ça revenait. Et ça montait crescendo.

La douleur est toujours là. Elle ne s’arrête pas. Elle va peut-être se soulager, s’atténuer, mais elle ne part pas.

C’est comme lorsqu’on se brûle, ça monte très vite puis ça redescend progressivement.
La névralgie pudendale, c’est pareil. Debout, ça ne fait rien dès qu’on essaye de s’asseoir, peu importe la position, c’est l’enfer.

C’était vraiment très dur

Je ne pouvais pas prendre la voiture, ni manger à table avec mes enfants, ou au restaurant.
A la longue, on a fini par développer des techniques dans la famille. Maintenant, je m’assoie sur les genoux à côté d’une table basse.

Mais vivre avec cette douleur était très difficile.

J’avais la possibilité de me faire opérer

J’ai été voir beaucoup de médecins et des spécialistes de la névralgie pudendale dont un neurochirurgien et un gynécologue.
J’ai appris qu’il existait des possibilités d’opération.
Il faut imaginer les nerfs comme un violon aux tiges beaucoup trop tirées. L’opération consiste à relâcher la pression en les détendant par voie naturelle ou en les sectionnant en ouvrant la fesse.
Mais ce qu’il faut savoir, c’est qu’il n’y a aucune garantie de résultats. La douleur peut augmenter puis disparaître au bout d’un moment. Ou pas du tout et même s’en retrouver aggravée.

Mais je n’étais psychologiquement pas prête

J’avais trop peur de me remettre à souffrir alors que la douleur disparaissait parfois pendant plusieurs mois. Je me suis dit qu’il fallait vraiment que j’attende d’être dans un désespoir total et d’utiliser l’opération en dernier recours.

Je voulais trouver une solution à tout prix

J’ai tout fait. Chiropracteur, kinésiologue, magnétiseur, toutes les médecines parallèles connues, même les trucs bizarres. Je ne lâchais pas. Je devais trouver une solution.
Avec mon conjoint, on était prêt à tout pour trouver quelque chose. Même partir à l’étranger pour rencontrer d’autres spécialistes si besoin.

J’allais voir une kiné régulièrement. Elle me massait par la méthode Mézière.
Elle m’a expliqué que le nerf était déjà comprimé par les muscles fessiers et que comme ils étaient très tendus, ça ajoutait une pression supplémentaire.
Les massages de la kiné ne m’ont jamais soigné mais ils m’ont aidé à apaiser la douleur par moments.

Un jour en déplacement à Paris, une ostéopathe m’avait soulagé grâce à des techniques très douces, mais je n’avais trouvé personne qui travaillait de manière comparable dans la région toulousaine.

Mais elle était toujours là, cette douleur.

Un médecin m’avait diagnostiqué une dépression et m’avait donné des cachets d’antidépresseurs, ça me détruisait. J’en ai pris pendant plusieures années avant d’arrêter parce qu’ils ne faisaient plus d’effets.

Un jour sur internet je suis tombée sur le site de Youri Bertucchi

Je suis tombée sur un article pointant le lien possible entre le port d’un stérilet et les douleurs de dos (stérilet douleurs de dos).
Des patientes expliquaient qu’elles avaient des douleurs qui ressemblent aux miennes. Et qu’en fait, la maladie pouvait être déclenchée par une allergie au nickel.
Il y en avait dans mon jean le jour où j’avais vraiment commencé à avoir mal pour la première fois. Ce n’est qu’un détail, mais ça m’a mit la puce à l’oreille.
Donc bon.

J’ai envoyé un message mais je n’y croyais pas trop.
Des arnaqueurs on en a rencontré beaucoup, on n’était pas dupe.
Mais arrivée à la consultation, il nous a posé beaucoup de questions, on sentait qu’il connaissait bien la névralgie pudendale.
Il m’a manipulé, et j’étais complètement vidée pendant trois jours. Le contre coup thérapeutique. La douleur a augmenté quelque peu. Puis elle a disparue.

Disparue. C’était fou.

Je me suis dit que j’avais enfin trouvé le spécialiste sur Toulouse qui pourrait m’aider.

Une thérapie efficace qui a sincèrement tout changé

En tout, j’ai été le voir six ou sept fois. J’ai toujours un petit peu mal, mais vraiment beaucoup moins. Je peux à nouveau mener une vie normale.

C’est merveilleux.

Je peux rester assise, manger au restaurant, refaire un peu de sport.
Bon, c’est vrai que si je force trop en courant ça revient. Mais ce n’est vraiment pas comparable avec ce que j’ai enduré avant !

Je suis toujours sous traitement, mais il a changé.
Au départ je prenais 300 mg de neurontin le soir, et 60mg de cymbalta le matin.
J’ai arrêté le neurontin qui me fatiguait trop, mais j’ai poursuivi le traitement de cymbalta.

Si l’accompagnement ostéopathique est bénéfique il ne m’a pas permis de stopper tous les cachets.
J’ai par exemple essayé de diminuer le cymbalta en passant de 60 à 30mg/jour, cela n’a pas fonctionné, même avec les séances d’ostéopathie, cela ne suffisait pas.

L’ostéopathie permet de me soulager, mais elle ne m’a pas guérie (ndlr, pour en savoir plus sur l’ostéopathie et la névralgie pudendale retrouvez un article complet ici sur le sujet : ostéopathie et névralgie pudendale).

Je reste aussi ouverte à l’idée d’une opération, je continue mes recherches sur le sujet.

Il faut lutter contre l’errance thérapeuthique

Pendant mes premières recherches sur internet, je me souviens de ne pas avoir trouvé les informations nécessaires.
Avais-je mal cherché ? Je ne sais pas.
Mais tous les articles ou témoignages que je trouvais dataient de plusieures années. Impossible de retrouver le contact des gens pour leur poser des questions, leur demander comment ils avaient fait pour s’en sortir.
Il faut en parler. Le plus possible. Dire aux gens qu’ils ne sont pas seuls, qu’il y a des solutions, qu’ils peuvent être aidés.
Comprendre cette maladie, c’est une première étape nécessaire mais douloureuse. Il n’y a pas de solutions miracles pour la névralgie pudendale, mais dans mon cas l’ostéopathie m’a aidé à aller mieux

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Les Patients

Author Les Patients

Communauté de patients qui partagent anonymement leur propre expérience. Témoignages et échanges libres.

More posts by Les Patients

Join the discussion 40 Comments

  • George dit :

    Bonjour,
    Je souffre aussi de nevralgie pudendale, connaissez vous des confrères qui s occupent de ce problème dans le 62. Je suis de calais.
    Merci beaucoup.

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Nous vous remercions de votre commentaire.
      Nous allons nous renseigner auprès de nos confrères et reviendrons vers vous directement par mail dans la quinzaine. Sans nouvelles de notre part c’est que nous n’avons pas trouvé de confrère spécialisé à vous conseiller dans votre département.
      Cordialement,
      Cabinet B

      • Celine Gomes dit :

        Bonjour connaissez-vous un confrère sur Pau ou BAYONNE ? Merci d’avance

        • Cabinet B dit :

          Bonjour,

          Nous allons chercher de notre côté pour vous donner une réponse sous 15 jours. Passé ce délai et sans réponse de notre part, c’est que nous n’avons aucun praticien de confiance à vous conseiller dans ce secteur.

          Bonne continuation,

          L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

  • Nathalie Grzelak dit :

    Je souffre de névralgie pudendale auriez vous des confrères dans les départements 18 cher 36 Indre 37 Indre et loire
    Merci

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Merci d’avoir partagé votre parcours.
      Nous allons nous renseigner auprès de nos confrères et reviendrons vers vous sous la quinzaine par mail directement. Sans nouvelles de notre part c’est que nous n’avons pas trouvé de spécialiste à vous conseiller.
      Cordialement,
      Cabinet B

  • Marianne dit :

    Bonjour
    Avez-vous un confrère ou une consœur à Paris ou proche banlieue (préférence Paris 20), qui pratique la même méthode que vous?
    Merci

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Nous reviendrons vers vous par mail directement d’ici 15 jours maximum si nous avons un confrère à vous recommander.
      Bonne journée.

      • Alexandra dit :

        Bonjour, avez vous un confrère à me conseiller vers Arles(13) ou Nîmes (30) s’il vous plaît ?
        Merci

        • Cabinet B dit :

          Bonjour Alexandra,

          Nous allons chercher de notre côté pour revenir vers vous d’ici 15 jours. Sans réponse de notre part d’ici là, c’est que nous n’avons trouvé aucun praticien de confiance à vous conseiller dans ces secteurs.

          Bonne continuation,

          L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

        • Francoise listre dit :

          Bonjour
          Avez vous un ou une confrère a Recommander pour la névralgie pudendale dans le 64 , Biarritz Bayonne ou autre
          Merci

          • Cabinet B dit :

            Bonjour Mme Listre,

            Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre article.
            Nous allons nous renseigner dans votre région auprès de nos confrères. Si vous n’avez pas de nouvelles d’ici une quinzaines de jours, c’est que nous n’avons pas trouvé de professionnel spécialisé de la névralgie pudendale à vous recommander.

            Cordialement

            L’équipe du Cabinet B ostéopathie

  • Michon Bruno dit :

    Meme techerche dans la manche – 50

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,

      Nous allons faire nos recherches de notre côté et nous reviendrons vers vous sous 15 jours. Sans réponse de notre part passé ce délai, c’est que nous n’avons aucun confrère de confiance à vous conseiller dans ce secteur.

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

    • De bosschere marie daniele dit :

      Connaissez un spécialiste de névralgie en Belgique
      Merci de votre reponse

      • Cabinet B dit :

        Bonjour,
        Merci pour votre commentaire. Nous reviendrons vers vous directement par mail avec un contact sérieux si nous en trouvons un à vous recommander. Si vous n’avez rien reçu sous quinzaine c’est que nous n’avons trouvé personne de fiable à vous recommander.
        Bonne journée,
        L’équipe du Cabinet B

  • Josephe dit :

    Expérience très convaincante. Pouvez-vous me conseiller un confrère ou -soeur sur Montpellier.
    Merci.

    • Cabinet B dit :

      Merci pour votre retour positif qui nous pousse à créer toujours plus de contenu de qualité.

      Nous reviendrons vers vous d’ici 2 semaines si nous trouvons un confrère à vous recommander sur Montpellier. Sans réponse de notre part d’ici là, c’est que nous n’avons pas de professionnel de confiance à vous conseiller dans ce secteur.

      Bonne continuation,

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

  • Thomas dit :

    Bonjour
    Avez vous un confrère qui traite la NP sur Paris et ou en Seine et Marne
    Merci

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Thomas,

      Nous reviendrons vers vous d’ici 2 semaines si nous trouvons un confrère à vous recommander. Sans réponse de notre part passé ce délai, cela signifie que nous ne connaissons aucun praticien de confiance à vous conseiller dans ce secteur.

      Bonne continuation,

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

      • JOUKOFF Sarah dit :

        Bonjour,

        Je tiens très sincèrement à vous remercier pour votre précieux témoignage.
        Tout comme vous, une douleur fulgurante et insupportable est survenu un beau matin et comme vous sans crier gare.
        Je suis allée à l’hôpital Larry Boisière, et même aux urgences de l’hôpital Cochin (Port royal) pour au final me voir rentrer chez moi avec mes douleurs de dingue. À l’hôpital de port royal j’ai juste eu une échographie, une analyse d’urine et puis « au revoir Mlle les résultats sont négatifs ».
        Tout le monde me voyais souffrir mais personne n’a jugé bon de me faire des examens complémentaires (je pense que je vais leur écrire un sacré courrier).
        J’avais en parallèle j’avais fait appel à un médecin urgentiste qui s’est déplacé à mon domicile.
        J’ai eu droit à un antibiotique de malade (levofloxacine) qui m’a rendu complètement stone mais qui a juste calmé mes douleurs et une batterie d’analyses à faire mais là cause du problème n’était pas réglé.
        Toutes mes analyses faites, on m’ à encore dit « tout est normal vous n’avez rien » alors que j’en pleurait de douleurs, en position assise c’était l’enfer surtout au travail.
        Je me levais tout le temps tellement c’était horrible et surtout de ne pas savoir ce que j’ai augmentait mon anxiété.
        Et puis ! À force de chercher seule ce que j’ai puisque les toubib, spécialistes des hôpitaux n’ont franchement servi à rien je suis tombé sur votre commentaire !
        Et là miracle !! Tout concorde avec ce que je ressent ! Grâce à vous j’ai pu m’auto diagnostiqué et trouvé la solution à mon problème.
        Depuis hier, j’ai donc commencé à faire des séances en ostéopathie et je commence à sentir un léger mieux.
        Je poursuit mes séances la semaine prochaine avec des rdv médicaux + kiné.
        Je suis en invalidité de catégorie 2 et en situation de handicap et de voir mes douleurs s’atténuer un peu me soulage beaucoup.
        Un grand merci à vous car grâce à vous je sais ce dont je souffre et je peux commencer le traitement.
        Je vous souhaite une bonne fin de journée et une bonne semaine.
        Prenez soin de vous.
        Cordialement
        Sarah Joukoff

        • Cabinet B dit :

          Bonjour Mme Joukoff,

          Merci d’avoir partagé votre expérience.
          Le témoignage de certains de nos patients permet aux autres personnes de se reconnaître parfois dans les symptômes et de trouver des solutions pour un traitement. L’intérêt est également de vous montrer que vous n’êtes pas seul et que nous sommes à votre écoute. Certaines personnes sont parfois en errance thérapeutique des années durant sans trouver de solutions. Il est donc important de témoigner et d’échanger sur le sujet.

          Cordialement

          L’équipe du Cabinet B ostéopathie

  • Sandrine Framezelle dit :

    Bonjour,
    Mon mari 55 and souffre de la névralgie pudendale depuis 2 ans il a tout essayé même parcours que vous avec toutes sortes de médicaments , anti épileptique anti douleurs ( acupan ) beaucoup de laxatif car la névralgie ne lui permet plus d’avoir un transit intestinal normal il a une hypertonie Anano rectale et la douleur est insupportable, il a fait 2 Infiltrations À Aubagne chez de Bisshop Eric et pas d’amélioration, consulté un Osteo qui a été formée à la névralgie pudendale Dans notre quartier à paris 6 ème au début il a été soulagé. Il a essayé l’osteo, kiné, 2 guérisseurs, acupuncture, Reki et j’en passe…. depuis lundi sur conseil d’un neurologue il fait la Stimulation neuro transcutanée durée 6 jours à l’hôpital de sarcelles, il termine demain, les électrodes sont reparties sur le crâne pour agir sur les neurones et il faut aussi cette stimulation sur le corps à la maison avec un appareil de stimulation électrique transcutanee et aussi par voie rectale ( il a plus de difficulté à le faire) il n’y a aucune amélioration et surtout il n’a plus envie de vivre. Avez vous une autre méthode à me conseiller sur paris ?
    En attente de votre réponse.
    Bien cordialement.
    Sandrine Framezelle

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Mme Framezelle,

      Merci de votre intérêt pour notre article et de partager avec nous ce retour d’expérience particulièrement difficile.

      Nous allons nous renseigner de notre côté et reviendrons vers vous d’ici deux semaines. Si vous n’avez pas de nouvelles de notre part d’ici là, c’est que nous n’avons pas trouvé de meilleure méthode que celles déjà essayées par votre mari.

      Bien cordialement,

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

  • Didier dit :

    Bj.. Je presente les symptômes pudendal je dois faire une infiltration t’est sous scanner est ce la seul solution pour savoir.. Je suis de la Gironde un peu désespéré par ses douleurs connaitriez vous un confrère pour M aider… Cdlt. Didier

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Didier,

      Nous sommes désolés d’apprendre ce qu’il vous arrive.
      Nous allons chercher de notre côté si nous avons un confrère à vous conseiller dans votre secteur. Sans réponse de notre part d’ici 2 semaines, c’est que nous n’avons pas trouvé d’ostéopathe de confiance à vous recommander.

      Cordialement,

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

  • Paulette dit :

    Bonjour,
    Avez-vous un confrère qui traite la NP dans les Bouches du Rhône.
    Merci.

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Nous allons nous renseigner. Si vous n’avez pas de nos nouvelles d’ici 2 semaines directement par mail c’est que nous n’avons trouvé personne à vous recommander.
      Bonne journée.
      L’équipe du Cabinet B

  • NOUET Florence dit :

    Bonjour et MERCI pour enfin avoir la possibilité de retrouver un peu d’optimisme grâce à ce témoignage !!!!
    Je suis personnellement touchée par cette horrible névralgie pudendale.
    Auriez-vous un confrère à me conseiller sur Angers ?

    Merci infiniment pour votre partage.

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Merci à vous pour votre commentaire encourageant qui nous pousse à continuer à partager du contenu de qualité.
      Nous sommes désolé de lire que vous êtes touchée par cette névralgie.
      Nous allons nous renseigner auprès de notre réseau. Si nous trouvons quelqu’un nous vous contacterons directement par mail. Si vous n’avez pas de nos nouvelles d’ici 2 semaines c’est que nous n’avons malheureusement personne de sérieux à vous recommander.
      Bonne journée.
      L’équipe du Cabinet B

  • Moreira concetta dit :

    Bonsoir connaître vous un confrère dans le 43 car je souffre de np merci

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Mme Concetta,

      Merci pour votre commentaire.
      Nous allons nous renseigner auprès de nos confrères dans votre région et reviendrons vers vous d’ici quinze jours. Si vous n’avez pas de nouvelles de notre part, c’est que nous n’avons pas trouvé de professionnel spécialisé à vous recommander.

      Cordialement

      L’équipe du Cabinet B ostéopathie

  • Abdelwahab Daouadji dit :

    Bonjour je souffre de cette pathologie depuis 5 a 6 mois les premières semaines j’avais du mal à marcher correctement cela à fait suite à un match de foot .
    Avec l’aide d’ostéopathe je vais beaucoup mieux mais impossible de reprendre le sport ou la pratique du football .
    J’aimerais être guidé vers un spécialiste de la pathologie, j’habite dans le 92 à Nanterre je suis près de Paris si vous avez un confrère spécialiste je suis preneur.

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,

      Merci d’avoir partagé votre expérience.
      La reprise du sport se fait en général progressivement. Il faut parfois un peu de temps pour récupérer la mobilité du bassin sans douleur. Il faut y aller étape par étape en commençant par marcher progressivement et ensuite augmenter la cadence de marche pour provoquer une petite contrainte. Il est important de demander conseil à un professionnel avant la reprise du sport car il pourra vous accompagner dans ce retour progressif.
      Nous allons nous renseigner auprès de nos confrères dans votre région et reviendrons vers sous quinzaine. Si vous n’avez pas de nouvelles de notre part, c’est que nous n’avons pas trouvé de professionnel spécialisé de la névralgie pudendale à vous recommander.

      Cordialement

      L’équipe du Cabinet B ostéopathie

  • Danielle Andres dit :

    Depuis 20 mois suite à une operation prolapsus génital je souffre de nevralgie pudendale le martyr et j’ai tout essayé anti depresseurs kine Osteo infiltrations médicaments comme rivotril et je pleure tous les jours rien n’y fait.un désespoir je ne peux être assise longtemps j’ai l’impression d’avoir une boule au Bord de l’anus. La dernière solution c,est d’aller à Aix en Provence pour pouvoir éventuellement voir le Dr Bautrant en dernier recours je fais le 7 septembre une IRM mais je ne sais plus quoi penser. Avez vous des conseils ou des adresses à me communiquer je suis dans le 34 et où appeler au secours.merci de votre réponse. Danielle

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Danielle,

      Merci pour votre témoignage.
      La description de vos symptômes dépasse le champ de compétence d’un ostéopathe et nous vous conseillons de vous rapprocher de votre chirurgien pour lui demander conseil. Nous sommes désolé de ne pas pouvoir être d’une plus grande aide, et nous vous souhaitons de trouver les réponses à vos interrogations.

      Cordialement,

      L’équipe du Cabinet B Ostéopathie

  • Catherine dit :

    Bonjour je souffre du nerf pudendal et recherche un ostéopathe dans l Oise 60 qui soit spécialisé dans ces troubles
    Proche senlis chantilly crepy en valois
    Tres cordialement

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Merci pour votre commentaire. Nous allons faire appel à notre réseau afin de voir si nous avons quelqu’un de sérieux à vous recommander. Si vous n’avez pas de nos nouvelles sous 2 semaines c’est que nous n’avons personne à vous recommander.
      Cordialement.
      L’équipe du Cabinet B

  • Lucot Élisabeth dit :

    Bonjour je souffre depuis 2016 de névralgie pudentale avez vous des adresses à me communiquer j’habite dans le département 54. En vous remerciant par avance bien cordialement

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Nous sommes désolé de lire que vous êtes comme beaucoup d’autres personnes affecté par cette névralgie. Nous allons nous renseigner. Si nous trouvons quelqu’un de fiable à vous recommander nous reviendrons vers vous directement par mail d’ici 2 semaines maximum. Si nous ne vous donnons pas de nouvelles c’est que nous n’avons trouvé personne de sérieux à vous recommander.
      Cordialement,
      L’équipe du Cabinet B

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.