0% lus

Vous souffrez d’un certain engourdissement ainsi que de douleurs intenses au niveau du pied ? Comme des sensations de décharges électriques ou de brûlures ?

Et s’il s’agissait d’un névrome de Morton ? On l’appelle aussi syndrome de Morton, maladie de Morton, névrome plantaire ou encore métatarsalgie de Morton. Il s’agit d’une inflammation fréquente des nerfs plantaires qui provoque de vives douleurs à l’avant du pied.

Mais quelles en sont les causes ? Quel comportement adopter pour ne pas empirer les symptômes ? Doit-on obligatoirement recourir à la chirurgie pour soigner le névrome de Morton ? Existe-t-il un traitement naturel ? Quelle est l’action de l’ostéopathie ?
Nous vous apportons toutes les réponses dans cet article.

Sommaire

Le névrome de Morton, qu’est-ce que c’est au juste ?

C’est le Dr Morton qui décrit pour la première fois en 1876 ce syndrome. Il s’agit d’une atteinte du nerf logé entre le 3e et le 4e orteil, entre les métatarses. Et plus particulièrement de sa compression. De par cette compression, le nerf va à terme s’épaissir et gonfler. Ce qui entraîne alors un névrome (une grosseur bénigne) et de vives douleurs.

Maladie de Morton : les symptômes

Les douleurs sont localisées sous l’avant pied et se caractérisent par des décharges électriques vives et très douloureuses.

Vous pourriez aussi ressentir des fourmillements au niveau du 3ème et du 4ème orteil ainsi qu’une sensation de brûlure.

Ces douleurs sont généralement déclenchées lorsque vous marchez ou que vous vous tenez en position debout de manière prolongée. Vous pourriez notamment remarquer que ces douleurs sont moins intenses lorsque vous arrêtez de marcher. Ou encore lorsque vous vous massez le pied.

Bien souvent, le port de chaussures serrées est insupportable et il semble impossible de porter des talons.

Syndrome de Morton : les causes

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Nous savons donc que lorsque le nerf situé entre les métatarses s’enflamme, il devient alors douloureux. Et il se produit donc un épaississement des tissus fibreux autour de ce nerf. D’où sa dénomination de névrome d’ailleurs, car il ne s’agit pas d’une tumeur.

C’est le nerf situé entre le 3ème et 4ème orteil qui est généralement le plus touché. Bien que le syndrome de Morton puisse se manifester sur les autres nerfs du pieds.

Pourquoi ce nerf est-il compressé ?

Les causes exactes de l’apparition de ce trouble restent encore mal connues. Nous savons cependant que certains facteurs peuvent déclencher son apparition. Le port de chaussures trop étroites ou encore marcher avec des talons peuvent venir comprimer le nerf. En effet la pression exercée sur le pied vient comprimer le nerf ainsi que les vaisseaux sanguins.

Ce syndrome peut aussi survenir à la suite de traumatisme du pied chez le sportif par exemple.

Autres facteurs

On retrouve souvent chez les personnes atteintes du névrome de Morton d’autres antécédents comme :

  • Le syndrome du canal carpien. On le compare d’ailleurs souvent au névrome de Morton du fait de la compression du nerf.
  • Ou encore d’un trouble osseux comme un hallux valgus, qui est une déformation de l’avant-pied souvent appelée « oignon ».

Les femmes davantage touchées

Ce trouble est nettement plus fréquent chez les femmes que chez les hommes. Il se déclare généralement autour de la ménopause. Le névrome de Morton peut aussi toucher les hommes, mais bien plus rarement.

Névrome de Morton : du bon diagnostic au bon traitement

Le diagnostic est en général assez difficile à poser. D’autres pathologies peuvent en effet afficher les mêmes symptômes.

Il s’agira alors d’effectuer un examen clinique minutieux afin de poser un diagnostic clair. L’examen consistera à retrouver un trajet douloureux lors de la mise en extension des orteils ainsi qu’une perte de sensibilité des orteils concernés.
Le praticien procède ensuite à la palpation d’une masse entre les deux métatarses en question.

Le professionnel de la santé que vous consulterez veillera aussi à observer votre position debout. Cela lui permettra d’analyser la position du pied au sol et notamment des orteils. Ceux-ci pourraient en effet être écartés ou déformés, comme par exemple en cas d’orteils en griffe.

Enfin, un test dynamique de marche peut révéler des difficultés à marcher. Il faudra alors veiller à éviter l’appui du pied.

Les examens complémentaires

Il est aussi possible de confondre le syndrome de Morton avec :

  • une bursite du pied,
  • une fracture des sésamoïdes (ces petits os situés sur les phalanges),
  • ou encore une verrue plantaire.

Des examens complémentaires se trouvent alors être nécessaires afin de pouvoir poser un diagnostic différentiel. L’IRM est l’examen priorisé dans ce syndrome bien qu’une échographie puisse également être réalisée.

Maladie de Morton : quel traitement ?

Votre médecin pourrait vous conseiller le port de semelle orthopédique, des séances de kinésithérapie ou encore des soins ostéopathiques. Parfois ces méthodes non invasives ne suffisent pas. Pour décomprimer le nerf, il est possible d’envisager la chirurgie.

Névrome de Morton : quel traitement naturel ?

L’ostéopathie est une médecine douce et naturelle, qui donne de bons résultats sur le syndrome de Morton. L’ostéopathe va travailler plusieurs axes. Il va notamment lever les blocages et harmoniser la posture globale du corps pour mieux répartir les contraintes et le poids sur le pied.

Syndrome de Morton et ostéopathie : que fait l’ostéopathe ?

Un travail local

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

L’ostéopathe va d’abord venir travailler localement, sur le nerf et son environnement direct :

  • les orteils,
  • les métatarses,
  • et l’aponévrose plantaire, cette membrane située sous le pied.

Cela lui permettra de décomprimer le nerf en souffrance et de soulager vos douleurs.

Ce travail spécifique peut parfois nécessiter une séance entière, voire deux. Cela dépendra d’une part de la réaction au traitement et d’autre part l’ancienneté du névrome.

Un travail à distance

Le travail et les manipulations de l’ostéopathe passent également par :

  • la cheville,
  • le genou,
  • et les zones de contraintes qui peuvent venir bloquer le nerf commun.

Une attention particulière pour votre posture

L’observation de votre corps dans sa globalité permet parfois de mettre en évidence un problème au niveau de votre posture. En effet, une mauvaise posture ou un déséquilibre provoque, avec le temps, de mauvais appuis du pied au sol. Ce qui augmente alors les contraintes sur celui-ci.

Agir sur les causes

Dans votre posture, une structure joue un rôle très important et mérite d’être observée lors d’une prise en charge du névrome de Morton. Il s’agit de votre bassin. Mais ce n’est pas tout.

En effet lors d’une perturbation du système postural, d’autres capteurs peuvent être perturbés. Le rôle de l’ostéopathe est alors de veiller au bon équilibre des structures responsables. Il peut s’agir de la mandibule, des cervicales ou encore du diaphragme. Pourquoi ? Car le travail de l’ostéopathe ne se limite pas au soulagement des symptômes mais s’attaque aussi aux causes.

Parfois l’ostéopathie ne suffit pas

Malgré les bons résultats de l’ostéopathie sur le syndrome de Morton, il est parfois nécessaire d’avoir recours à la chirurgie. Cela dépend souvent du degré de compression du nerf.

Nos conseils

  • À la moindre douleur, parlez-en à votre médecin ou ostéopathe. Plus le diagnostic et la prise en charge sont rapides, plus il sera possible d’éviter d’avoir recours à la chirurgie
  • Optez pour des chaussures larges et confortables et veillez à ce qu’elles ne compriment pas vos orteils
  • Lors de douleurs intenses, évitez la marche et massez doucement votre pied

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.