0% lus

Il y a quelques temps déjà, Youri Bertucchi, ostéopathe à Toulouse, publiait un article sur le pole dance et notamment les blessures fréquentes chez celles et ceux qui pratiquent ce sport : Pole dance, entre cliché et réalité. Aujourd’hui nous avons décidé d’interviewer Maureen Sainto, professeure de Pole Dance, et fondatrice du studio de pole dance Pink Pole Studio à Toulouse, afin d’en savoir plus sur cette pratique.

Maureen Sainto pratique le Pole Dance depuis presque cinq ans. Aujourd’hui professeur dans sa propre école à Toulouse, elle a commencé le pole dance un peu par hasard.
Découvrez son parcours ici.

Maureen Sainto, prof de Pole Dance à Toulouse

Pourquoi vous être lancée dans le Pole Dance ?

Après avoir vécu à Dublin je souhaitais reprendre le sport et retrouver ma forme en rentrant en France. Il n’y avait pas grand chose qui me transcendait niveau sport, et je suis tombée un peu par hasard sur le Pole Dance à Paris. J’ai commencé, et je n’ai jamais arrêté !

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontré en commençant le Pole dance ?

Je n’ai pas réellement été confronté à des difficultés à proprement parler.
Bien sûr, j’ai eu le droit à quelques bleus et brûlures que peuvent parfois provoquer le contact avec la barre. Comme toute débutante, il m’a fallu un peu de temps pour acquérir une bonne fluidité et synchronisation de mes mouvements,
J’avais pratiqué la gymnastique étant plus jeune, je dois avouer que cela m’a pas mal aidé.

Par contre, comme toutes les débutantes que j’ai pu rencontrer, je n’étais pas très rassurée pendant mon premier cours. Je n’étais pas très à l’aise, j’avais une certaine appréhension à l’idée d’être regardée. Le Pole Dance véhicule une image qui participe à cette appréhension. On a l’image de filles super jolies, qui ont un corps plutôt pas mal.
C’est normal d’avoir un peu peur, notamment du regard des autres.

Pourquoi avoir décidé d’en faire votre métier ?

Simplement parce que l’occasion s’est présentée. J’ai commencé dans une petite école à Paris. Très vite ma professeure m’a conseillé de suivre les cours de champions dans la discipline, car j’avais progressé rapidement.
Je me suis inscrite dans l’école de la championne de France de Pole Dance de 2013, Doris Arnold.
Un jour elle m’a proposé de devenir enseignante chez elle car j’avais un bon niveau. J’ai suivi sa formation, qui est assez reconnue dans le milieu et nationalement, puis j’ai commencé à enseigner le Pole Dance.
Pour des raisons personnelles j’ai déménagé à Toulouse et je me suis lancée une nouvelle fois : j’ai ouvert ma propre école de Pole Dance.

Suite à la publication d’un article sur le Pole Dance, disponible ici : Pole Dance entre cliché et réalité, plusieurs personnes se sont dites intéressées par cette pratique sur les réseaux sociaux, mais ont regretté qu’elle ne soit pas accessible financièrement. Pourquoi est-ce un sport cher ?

pole dance toulouse cours interview prof

En France les studios pratiquent tous à peu près les mêmes tarifs.
Un cours de découverte d’une heure coûte aux environs de 10 à 15 €.
Ensuite selon les villes le cours d’1h30 oscille entre 25 et 35€. Il existe des packs sous forme de carte avec 10, 15, 20 cours, avec des tarifs dégressifs. On arrive à des prix avoisinant 15/20€ le cours au lieu de 30.
C’est un sport « cher » car les studios sont limités en capacité d’accueil. En général ils sont équipés de 4 à 8 barres. Pendant un cours, jusqu’à 2 personnes peuvent partager une même barre. Pour prendre l’exemple de mon studio qui est équipé de 6 barres, je peux accueillir un maximum de 12 élèves par cours.
Pour pouvoir vivre de mon métier tout en offrant une qualité de cours optimale je suis obligée de pratiquer ce type de tarif.

Quels sont les différents profils de personnes qui prennent des cours au sein de votre studio de Pole Dance à Toulouse ?

Les profils sont variés. Étudiantes, retraitées, chirurgiens, avocats, coiffeuses, secrétaires, et même des hommes ! Le Pole Dance est un sport accessible à tous.

Vous proposez aussi des cours plus « sexy », comme du « sexy fitness » ou de la danse autour d’une chaise. Le public qui se rend à ces cours est-il le même ?

Le public est différent. Pour les cours sexy ce sont des personnes qui ne recherchent pas forcément l’aspect sportif du Pole Dance. Elles sont plus là pour passer du bon temps. Mais ces cours musclent quand même, plus en douceur que les cours techniques du Pole Dance.

Rencontrez-vous des gens qui ont encore des a priori sur votre métier ?

Oui, il y en a toujours. Mais nettement moins qu’avant. Les médias, le bouche-à-oreille participent à ce changement, en parlant de plus en plus du Pole Dance. Mais certains a priori resteront toujours.

À quoi ressemble un cours de Pole Dance ?

Pour un 1er cours d’initiation, qui dure une heure, on va apprendre des figures simples et accessibles. Le but est de casser les appréhensions et a priori des débutant(e)s.
Cela permet aux gens de réaliser des figures dont ils n’imaginaient pas être capable. Cela permet aussi qu’ils se rendent comptent de la difficulté du Pole Dance. Par exemple on ne peut pas en une séance réussir à se tenir à la barre à bout de bras.
Pendant les 1ers cours on apprend par exemple à marcher autour de la barre avec une position correcte, ce qui permettra ensuite de réaliser des figures plus complexes, notamment des spins. Les spins, ce sont des figures où l’on tourne autour de la barre, sans que cela requiert trop de force.
Sinon, les cours de Pole Dance commencent toujours par un échauffement, et se terminent par des étirements.
Au fil des cours, les figures deviendront de plus en plus techniques.

Est-ce un sport où l’on progresse facilement ?

cours pole dance toulouse

Le rythme de progression est propre à chacun et dépend aussi de son passif sportif. La régularité à laquelle la personne assiste au cours jouera aussi.
Mais on assiste à des progressions rapides en général.

On entend souvent dire que le Pole Dance permet de sentir mieux dans son corps. Votre avis sur la question ?

Le Pole Dance permet de mieux assumer son corps. Je suis passée par là, et je le vis encore au travers de mes élèves.
Cette image un peu sulfureuse du Pole Dance nous aide en partie.
On pense a priori que les femmes qui pratiquent le Pole Dance sont sexy, qu’elles assument leur corps. C’est l’image que la société donne du Pole Dance, celle avec laquelle arrive une débutante au 1er cours.
Si une femme fait du Pole Dance, c’est parce qu’elle a osé le faire, elle a eu le cran de se lancer. Si ça lui plait, elle continue et intègre cette image d’elle-même, celle que la société véhicule.

Comment doit-on être habillée pour un cours de Pole Dance ?

Les entraînements se font en short et brassière.
Au premier cours il peut y avoir pas mal d’appréhension. Certaines femmes sont mal à l’aise à l’idée d’être vue, ou regardée par les autres. Certaines viennent même en legging pour ne pas avoir à montrer leurs jambes.
Mais plus le niveau augmente, moins il y a de tissu !
Les figures deviennent de plus en plus techniques et acrobatiques. Pour les réaliser nous avons besoin de l’adhérence de notre peau. Cela passe par les jambes, le ventre, les épaules.
Au fil des cours, l’appréhension se dissipe, car les élèves se rendent compte que pour réussir les figures qu’elles ont envie d’essayer, si il y a du tissu, ça ne marche pas.
Elles ne se soucient plus du regard des autres car elles ont un autre objectif. Je dirai même qu’elles ne s’occupent plus du regard qu’elles ont sur elles-mêmes. Elles ne sont plus focalisées sur leur corps mais sur l’objectif à atteindre.

Pink Pole Studio propose depuis cette année des cours de Pole Dance pour les enfants. Est-ce une pratique répandue ?

Pas encore, mais cela finira par devenir une activité du mercredi comme le tennis ou le cirque un jour !
Pour l’instant les parents ne sont pas forcément au courant que le Pole Dance peut être accessible aux enfants. Mais les médias en parlent de plus en plus, et le bouche-à-oreille fonctionne aussi.
L’approche est différente de celle des adultes. Elle est moins technique, et beaucoup plus ludique.

Merci à Maureen Sainto, d’avoir pris le temps de nous faire partager son expérience, et une partie de sa passion.

Si vous souhaitez plus d’informations sur Maureen Sainto, et son studio de Pole Dance à Toulouse, vous pouvez consulter son site : Pink Pole Studio
Cours découverte d’une heure à partir de 15€, plus de tarifs ici.
Pour suivre Maureen Sainto sur Facebook c’est par là.

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du sportif

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply