0% lus

Les douleurs thoraciques, de par leur localisation, peuvent être particulièrement inquiétantes, notamment lorsque celles-ci sont ressenties du côté gauche, à proximité du cœur.
On appelle dans le langage courant ces sensations, « douleurs précordiales » ou encore « précordialgies », bien qu’il existe une nuance entre ces deux termes, nuance abordée dans cet article.

Les précordialgies sont généralement caractérisées par des sensations de brûlures, de crampes, de coups d’aiguille ou encore de compression ou d’oppression thoracique. Ces sensations et douleurs sont le plus souvent localisées sous le sein gauche mais peuvent irradier vers le thorax, le bras gauche et parfois même le cou.

D’intensités modérées à très fortes, ces douleurs n’ont heureusement pas toujours pour origine un trouble cardiaque mais elles peuvent être causées par de nombreuses autres pathologies.

Saviez-vous cependant que le stress et l’anxiété peuvent aussi déclencher et exacerber ces douleurs thoraciques côté gauche ?
Et s’il est toujours primordial face à une douleur localisée dans la région du cœur de consulter son médecin traitant afin d’écarter toute pathologie grave, envisagez aussi d’en parler à votre ostéopathe. Ce dernier peut en effet apporter des réponses complémentaires et particulièrement intéressantes dans la prise en charge des précordialgies.
Retour sur ce trouble fréquent pourtant encore peu connu des français, ses symptômes, ses causes possibles et les actions de l’ostéopathe pour traiter et soulager ces douleurs thoraciques, pouvant être particulièrement impactantes (et angoissantes) au quotidien.

Précordialgie : définition

Se pencher sur l’étymologie de ce mot nous en apprend déjà énormément sur ce trouble.
« Algie », du grec ancien álgos, signifiant douleur, « Cor », désigne le cœur et « Pre » indique « en avant ».

Le terme précordialgie désigne alors des douleurs localisées à l’avant du cœur, dans la région du thorax antérieure gauche donc, la zone dite « précordiale » (la région anatomique située à l’avant du cœur).

Précordialgie : les symptômes

La précordialgie engendre des douleurs aigües ou chroniques, ces douleurs pouvant être modérées ou très intenses. Elles peuvent être localisées à un point très précis ou au contraire, se diffuser vers le thorax et donner des douleurs dans le bras gauche voire au niveau du cou.

Vous pourriez alors ressentir comme des coups d’aiguille ou de couteau, des brûlures ou des crampes, mais aussi une certaine sensation de compression thoracique.

Ce sont des douleurs qui inquiètent et qui ont tendance à préoccuper (à juste titre d’ailleurs si l’on tient compte de la localisation de celles-ci). Le problème est qu’elles peuvent être accentuées et même causées par le stress et les angoisses !

Bon à savoir

La précordialgie est généralement caractérisée par une atteinte qui n’est pas organique. Comprenez par-là qu’il s’agit d’une atteinte ne concernant pas directement les organes vitaux comme votre cœur ou vos poumons.

L’origine est le plus souvent directement liée à l’enveloppe, à la cage thoracique mais aussi à d’autres facteurs pouvant causer des précordialgies. Mais quels sont ces facteurs ?

Précordialgie : quelles sont les causes ?

On parle de douleurs précordiales lorsque les douleurs sont caractéristiques d’une angine de poitrine (également appelé angor).

Il s’agit d’une atteinte causée par l’obstruction des artères coronaires du cœur (celles-ci se retrouvent sur la surface externe du cœur, tout autour de celui-ci, disposées en couronne, d’où leur nom. Leur rôle principal est de vasculariser le muscle cardiaque).

On parle en revanche de précordialgies lorsqu’il s’agit de douleurs autres que celles générées par l’angor.

Les origines des précordialgies peuvent être alors multiples et les douleurs causées par :

  • des troubles gastro-intestinaux, et particulièrement le reflux gastro-œsophagien
  • la prise d’excitants comme le café, certains médicaments et drogues
  • une maladie infectieuse comme le zona

Les précordialgies peuvent également trouver leur origine dans une pathologie cardiaque et pulmonaire comme :

  • une péricardite (une inflammation du péricarde)
  • des dissections aortiques (des déchirures de la paroi de l’aorte)
  • une embolie pulmonaire (l’obstruction des artères irriguant les poumons)
  • une pneumonie (une infection touchant aux alvéoles pulmonaires)
  • une pleurésie (une inflammation de la membrane recouvrant les poumons)
  • un pneumothorax (décollement et rétraction du poumon)

La cage thoracique est une structure particulièrement complexe permettant la mobilité de la colonne vertébrale et des membres supérieurs mais aussi une certaine rigidité, permettant de préserver et de protéger les organes vitaux qu’elle loge. La cage thoracique peut alors être soumise à des tensions permanentes du fait de ce système bivalent.
C’est la raison pour laquelle on peut retrouver derrière les précordialgies des causes directement liées à la structure de la cage thoracique. Il peut s’agir de :

  • traumatismes thoraciques (comme une fracture des côtes)
  • déchirures musculaires
  • névralgies intercostales
  • douleurs musculaires

Douleur thoracique et stress

Il semblerait également que les causes à l’origine de la précordialgie puissent être psychogènes (soit des douleurs causées par des facteurs psychologiques et émotionnels), comme :

  • un stress intense
  • l’anxiété
  • l’angoisse
précordialgies douleur thoracique gauche ostéopathie

Qui est le plus touché par les précordialgies ?

La précordialgie en quelques chiffres

  • Les douleurs thoraciques sont un motif de consultation fréquent, avec 5 à 25% des consultations au service des urgences et plus de 50% des motifs d’hospitalisation en cardiologie.
  • Les précordialgies constituent aussi un motif courant de consultation en pédiatrie. Leur fréquence aux urgences pédiatriques est estimée à 20 %.
  • Les précordialgies d’origines psychogènes sont aussi fréquentes chez les adolescents à hauteur de 20 % à 30 %.

Bon à savoir

Ainsi, notez que si votre enfant se plaint de douleurs thoraciques, il se peut que celles-ci soient causées par un état de stress ou des angoisses.

Une notion à garder en mémoire une fois que les examens médicaux ont été effectués pour écarter toute pathologie grave, tout comme lorsque votre enfant se plaint de douleurs au ventre au passage.

Comment être sûr qu’il s’agit de précordialgie et pas d’autre chose ?

La localisation des maux et les douleurs parfois diffuses peuvent rendre le diagnostic peu aisé. Il convient tout de même, répétons-le, face à toute douleurs dans la région thoracique, de contacter votre médecin voire de vous rendre aux urgences lorsque les douleurs sont intenses.

Diagnostic de la précordialgie

Un examen clinique approfondi permet d’orienter le diagnostic et il convient d’abord de
différencier la précordialgie de la crise d’angor.

Pour ce faire, votre médecin vérifiera notamment que la douleur n’est pas liée à l’effort (dans le cas de l’angor, on observe une corrélation entre l’effort et les douleurs).

Identifier les causes et écarter les autres pathologies

Les douleurs thoraciques côté gauche d’origine cardiaque, quant à elles, sont souvent associées à une sensation de malaise et une douleur de type étau.

Celles d’origines pulmonaires peuvent être aggravées par les mouvements respiratoires, vous pourriez notamment avoir du mal à reprendre votre souffle.

Lorsqu’une pathologie digestive comme le reflux gastro-œsophagien est en cause, vos douleurs apparaissent plutôt en position couchée ou encore après les repas.

Enfin, votre médecin cherchera la présence d’une névralgie intercostale (correspondant au pincement du nerf intercostal) pouvant elle aussi donner des précordialgies.

Dans le cas contraire, le médecin recherche en premier lieu les signes de gravité, dans le but d’éliminer les pathologies susceptibles d’engager le pronostic vital, à commencer par un syndrome coronarien aigu (caractérisé par le rétrécissement ou l’obstruction des artères coronaires), pouvant alors causer un arrêt cardio-respiratoire.

Les examens complémentaires

Le médecin peut demander un électrocardiogramme, une échocardiographie, une coronarographie, une radiographie des poumons ou encore un bilan sanguin.

précordialgies douleur thoracique gauche ostéopathe

Précordialgie : pourquoi consulter un ostéopathe ?

L’ostéopathie est conseillée dans la prise en charge de la précordialgie, les techniques douces et adaptées de cette médecine permettant de libérer les tensions responsables des douleurs.

L’ostéopathe s’assure dans un premier temps qu’il ne s’agit pas d’une douleur liée à une atteinte cardiaque ou pulmonaire, nécessitant alors une prise en charge spécifique.

Précordialgie et ostéopathie : les actions de l’ostéopathe

Décomprimer les côtes

Il s’agira pour l’ostéopathe de venir tester la douleur, sa localisation et sa diffusion. Cela permettra notamment d’identifier une douleur ayant une origine intercostale. Dans ce cas, le praticien procèdera à des techniques douces afin de venir décomprimer les côtes responsables de ces douleurs.

Qu’est ce qui peut causer cette compression des côtes ?

Lors de traumatisme par choc direct sur la cage thoracique, les côtes peuvent se retrouver comprimées. Il peut s’agir par exemple d’une chute à vélo, d’un accident de la voie publique ou encore d’un plaquage au rugby.

Lors de ces chocs, vous remarquerez bien souvent que votre respiration se retrouve comme coupée et qu’un temps de récupération (pouvant même durer plusieurs heures) est nécessaire après le choc afin de pouvoir de nouveau respirer correctement.

C’est parce qu’en fait, les côtes sont le point d’attache du diaphragme (un élément fondamental dans la ventilation pulmonaire). Et un traumatisme au niveau des côtes impacte les poumons mais aussi ce fameux diaphragme.

Faire appel à des techniques spécifiques

L’ostéopathie regroupe de nombreuses techniques. Pour ce qui est de traiter les côtes traumatisées, l’ostéopathe peut user de techniques dites de cracking (vous savez, les techniques qui font « crack » lorsque l’on manipule des articulations) ou encore des techniques fasciales lorsque la douleur est aiguë.

Si les techniques de cracking s’intéressent aux articulations, les techniques fasciales quant à elles viennent travailler en plus des articulations, les tissus enveloppant les différentes structures (des muscles, aux organes en passant par les système vasculaire, lymphatique, nerveux, les os, etc.). Les soins consistent alors ici à utiliser la respiration pour mobiliser la côte traumatisée.

Notons que l’utilisation de techniques de cracking n’est pas obligatoire. Si vous n’êtes pas à l’aise avec ce type de technique indiquez le à votre ostéopathe qui adaptera le choix de ses techniques en fonction de vos demandes.

Relâcher le système musculaire

Mais votre ostéopathe n’examine pas que vos côtes ! Votre système musculaire l’intéresse aussi, car si celui-ci connaît un dysfonctionnement, il peut être responsable de précordialgies.

En effet, un spasme du grand pectoral (vous avez trop forcé en tirant un objet lourd vers vous par exemple) peut venir générer une douleur à la poitrine. Mais l’origine peut également être un traumatisme au niveau de l’épaule ou encore une sollicitation importante de celle-ci.

Vérifier les cervicales

Votre ostéopathe prendra également en compte le lien musculaire avec les cervicales.
Les cervicales sont en effet une zone d’adaptation, comprenez par là qu’elles vont s’adapter aux dysfonctions qu’il peut y avoir dans une zone proche et essayer de pallier aux déséquilibres que cela entraine. Des douleurs cervicales peuvent d’ailleurs être le signe avant-coureur d’une souffrance des côtes !

Prendre en compte le facteur stress

Nous savons que le facteur stress rentre en ligne de compte lorsqu’il s’agit de précordialgie.
En effet, stress, angoisse, anxiété peuvent tous avoir un retentissement sur la respiration (vous pourriez alors avoir du mal à reprendre votre souffle ou encore avoir une respiration saccadée). Et une respiration perturbée a un impact sur les côtes mais aussi sur le diaphragme et le système digestif.

Votre ostéopathe s’assure alors de la bonne mobilité des organes viscéraux comme votre estomac, votre foie, votre intestin grêle et votre colon (aucune technique interne n’est pratiquée, votre ostéopathe n’est pas habilité à effectuer de toucher rectal).

Vous traversez une période particulièrement intense ? Découvrez comment votre ostéopathe peut vous aider à réguler votre stress.

Bon à savoir

Il est important de noter que les douleurs spécifiques au cardia de l’estomac (il s’agit de la jonction entre l’estomac et l’œsophage) au niveau de la 5eme et 6eme côtes, peuvent être très intenses et sont généralement des douleurs de type « coups de poignard ».

Identifier et traiter les reflux gastro-œsophagiens (RGO)

Les reflux gastro-œsophagiens peuvent engendrer des douleurs rétrosternales (derrière le sternum) et des douleurs au niveau des côtes, imitant alors une douleur cardiaque.
Ces précordialgies surviennent lorsqu’une partie du contenu de l’estomac remonte dans l’œsophage, entrainant alors sur son passage des brûlures causées par l’acidité.

L’ostéopathie propose des solutions naturelles et efficaces contre les reflux et remontées acides. Pour en savoir plus, consultez notre article consacré à la prise en charge des reflux gastro-œsophagiens en ostéopathie.

Pallier aux maux de dos

Des douleurs de dos qui n’ont pas été prises en charge et soignées (comme des dorsalgies ou des lombalgies) peuvent avoir des conséquence à long terme sur le squelette, et donc à fortiori sur la cage thoracique.

Les dorsales font en effet le lien direct avec les côtes, s’articulant en arrière avec les vertèbres. Ces dysfonctions causent des douleurs dorsales mais également des douleurs de côtes à l’avant. Votre ostéopathe s’attèlera alors de redonner de la mobilité à l’articulation mise à mal via les techniques de cracking ou fasciales précédemment abordées.

Quant aux lombaires, et bien elles aussi ont une influence sur la position des côtes de par leurs attaches musculaires et leurs attaches sur le bassin. D’ailleurs, un déséquilibre du bassin peut venir tirer sur le système musculaire vers le bas et créer ainsi une compression au niveau des côtes.

Identifier et traiter les adhérences cicatricielles

Les cicatrices laissées par une opération des viscères ou du cœur, entre autres, peuvent causer des précordialgies du fait d’adhérences cicatricielles.

Il s’agit d’un phénomène arrivant lors du processus de cicatrisation, après une opération, où de petites bandes fibreuses vont relier et connecter organes et tissus entre eux, les rendant alors moins mobiles.

Votre ostéopathe peut venir alors travailler sur la cicatrice laissée par l’acte chirurgical afin de limiter les adhérences, c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles il est recommandé de consulter un ostéopathe après une opération.

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge des précordialgies

Au risque de nous répéter et bien que l’ostéopathie soit conseillée lors de précordialgies, un passage chez le médecin est nécessaire afin d’écarter tout trouble qui ne serait pas du ressort de l’ostéopathe.

Les soins de l’ostéopathe visent en effet à lever les troubles mécaniques et ce praticien ne peut agir sur les troubles liés à une pathologie organique. Il peut en revanche vous recevoir en complément des traitements déjà mis en place dans le cas d’un trouble organique afin de vivre plus confortablement au quotidien.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply