0% lus

On l’appelle recto-colite ulcéro-hémorragique, RCH, rectocolite hémorragique, colite ulcéreuse, ou encore RCUH. Cette atteinte encore peu connue est une Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale (MICI) touchant le rectum et le côlon. C’est un trouble douloureux évoluant par poussées et nécessitant un suivi régulier.

Mais qu’est-ce qui cause la rectocolite hémorragique ? Existe-t-il un traitement ou une manière de soulager les symptômes ? Quelle est la place de l’ostéopathie dans la prise en charge de ce trouble et quelles sont ses limites ?

Retour sur cette MICI encore méconnue.

La recto-colite ulcéro-hémorragique, qu’est-ce que c’est ?

Tout comme la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique est une Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale (MICI). Il s’agit plus précisément d’une inflammation de la paroi interne de l’intestin (que l’on appelle muqueuse intestinale) qui prend racine au niveau du rectum et se développe au niveau du côlon, pour l’atteindre en partie ou sur sa totalité, dans sa forme la plus grave.

Au même titre que la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique évolue entre des phases de poussées (ou de crises) et des phases de rémission, périodes durant lesquelles les symptômes sont inexistants ou quasi-inexistants.

Différencier la recto-colite hémorragique de la Maladie de Crohn

Il est à noter cependant que la RCUH touche le gros intestin, à savoir le côlon et le rectum, contrairement à la maladie de Crohn qui elle touche l’ensemble du tube digestif.

Pour en savoir plus sur la maladie de Crohn et ses symptômes, envisagez la lecture de cet article : Maladie de Crohn et ostéopathie, quelle efficacité ?

Rectocolite hémorragique, reconnaître les symptômes

Lors des phases de poussées, vous pourriez ressentir de fortes douleurs abdominales, parfois accompagnées de diarrhées et d’un besoin pressant d’aller souvent aux toilettes, sans pour autant parvenir à expulser les matières fécales. La rectocolite hémorragique génère également une grande fatigue.

Certains symptômes graves doivent conduire à une consultation médicale d’urgence. C’est le cas notamment lorsque vous constatez un amaigrissement soudain, de la fièvre, des douleurs aiguës, et des saignements importants émis par l’anus (on parle de rectorragie). Cela pourrait en effet être signe d’une ulcération du côlon ou du rectum.

Les différents stades de la maladie

  • Quand la RCUH se limite au rectum, on parle de rectite et quand elle se limite à l’anus, de proctite.
  • On parle de colite lorsqu’elle s’étend au côlon et se limite à la partie gauche de celui-ci (de manière plus ou moins importante), ce qui peut alors déclencher entre 4 et 6 selles par jour.
  • Lorsque la RCUH s’étend à la totalité du côlon, il s’agit alors de pancolite, pouvant déclencher jusqu’à une quinzaine de selles par jour.

Les troubles associées à la recto-colite ulcéro-hémorragique

Comme expliqué dans notre article consacré aux MICI, il est fréquent d’observer chez les personnes atteintes de recto-colite hémorragique un rhumatisme articulaire axial (comprenez ici du bassin et de la colonne) et périphérique (au niveau des poignets, épaules, coudes, genoux, etc).
Notez qu’elle peut aussi entraîner un retard de croissance ou de puberté chez les plus jeunes.

rcuh recto-colite ulcéro-hémorragique ostéopathe

RCUH : les causes

Bien que l’origine exacte de la RCUH reste à ce jour inconnue, les spécialistes s’accordent à dire qu’elle est causée par un ensemble de plusieurs facteurs :

  • Facteurs génétiques : en général, un gène est présent chez les deux parents, ou l’un des deux parents est touché par la maladie
  • Facteurs immunologiques : l’organisme produit des auto-anticorps dans l’intestin, qui s’attaquent aux cellules « saines » du corps et non aux cellules « étrangères » comme les bactéries
  • Un déséquilibre du microbiote intestinal (souvent appelé flore intestinale)

Selon une étude réalisée en 2015, certains additifs alimentaires pourraient aussi entrer en cause dans l’apparition de cette maladie, comme les émulsifiants ou les colorants, aujourd’hui fréquemment présents dans nos assiettes.

Rectocolite hémorragique, des causes psychologiques ?

Bien que le stress ne soit pas une cause à l’origine de cette pathologie, il peut en revanche être facteur déclenchant ou aggravant les crises et les poussées inflammatoires.

Qui peut être touché par la recto-colite ulcéro-hémorragique ?

Cette pathologie peut toucher aussi bien les hommes que les femmes, entre 15 et 40 ans.
Il est à noter que l’INSERM indique que le tabac pourrait protéger de la rectocolite hémorragique, alors qu’il est facteur de risque pour la maladie de Crohn.

Rectocolite hémorragique : quel traitement ?

S’il n’existe pas de traitement actuel permettant de guérir complètement de cette pathologie, certains traitements médicamenteux permettent d’atténuer les symptômes et de diminuer la fréquence des crises. La question du traitement médicamenteux reste à discuter avec votre médecin spécialiste.

Concernant la RCUH, le traitement médicamenteux est très important : il est primordial de le poursuivre pour espérer une rémission, et ce même lorsque le patient se tourne vers des médecines complémentaires comme l’ostéopathie.

Clément ArnaudonOstéopathe DO

Alors, quelle est la place de l’ostéopathie dans la prise en charge de la colite ulcéreuse ?

rcuh recto-colite ulcéro-hémorragique ostéo

Rectocolite hémorragique, traitement naturel via l’ostéopathie

L’ostéopathie ne prétend pas traiter à elle seule la colite ulcéreuse, elle permet cependant, couplée à d’autres traitements, d’en atténuer les symptômes et de regagner en confort de vie.

L’objectif du traitement en ostéopathie est d’aider le patient dans la gestion de la douleur entraînée par les crises et de limiter l’impact sur le système ostéo-articulaire en maintenant une bonne qualité de mouvement.

Clément ArnaudonOstéopathe DO

L’accompagnement d’un ostéopathe dans le traitement des MICI peut également être intéressant afin d’agir sur la gestion du stress.

Que fait l’ostéopathe dans la prise en charge de la colite ulcéreuse ?

En phases de poussées

L’ostéopathe peut vous recevoir en consultation y compris en période de crises.
L’objectif sera ici, via des techniques douces, de travailler sur le système digestif et le système nerveux en lien avec le système digestif afin d’apaiser les douleurs et de tendre vers un ralentissement du transit.

En phases de rémission

Hors périodes de crises, votre ostéopathe travaille sur votre équilibre postural global, afin de limiter l’impact de la maladie sur les systèmes ostéo-articulaires et musculaires.
Ici, toutes les techniques ostéopathiques classiques pourront être déployées, aussi bien les techniques de mobilisation ou d’énergie musculaire, les manipulations faites sur le champ crânien, les techniques viscérales ou encore les techniques structurelles (celles qui font “craquer”).

Les limites de l’ostéopathie dans la prise en charge de la colite ulcéreuse

Comme précédemment évoqué, le traitement médicamenteux reste indispensable pour espérer une rémission. L’ostéopathie trouve sa place dans votre accompagnement et peut jouer un rôle important dans la prise en charge pluridisciplinaire.

Une prise en charge pluridisciplinaire

D’autres médecines alternatives trouvent d’ailleurs également leur place, qu’il s’agisse d’acuponcture, d’hypnose ou de phytothérapie. Quoi qu’il en soit, ces médecines douces, tout comme l’ostéopathie, ne viennent en aucun cas remplacer le traitement mis en place par votre médecin, elles viennent seulement le compléter.

Enfin, il est aussi intéressant, dans le cas de MICI, de bénéficier de conseils nutritionnels et alimentaires, envisagez donc de consulter un diététicien ou un nutritionniste.

Nos conseils en cas de RCUH

En attendant, prenez note des aliments et compléments pouvant agir en parallèle du traitement classique pour vous aider à prolonger les phases de rémission et espacer les poussées :

Les probiotiques

Ajoutés en compléments à d’autres aliments, les probiotiques permettent de compenser l’altération de la flore intestinale, à condition que la posologie soit adaptée.
Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien concernant les dosages.

Le lait fermenté

Le lait fermenté pourrait améliorer le confort intestinal et permettre de retarder les crises, à raison de 100ml de lait fermenté ingéré par jour. Cela limiterait le développement d’une bactérie en cause dans le déséquilibre du microbiote.

Les autres compléments

Le curcuma est connu comme étant un anti-inflammatoire naturel et peut être intéressant dans le cas de MICI. Certaines huiles de poissons, à condition d’en ingérer quotidiennement, peuvent aussi être bénéfiques.

Cabinet B - Ostéopathie

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply