0% lus

Beaucoup de sportifs amateurs, moi le premier, s’autorisent une bière ou deux en fin de séance d’entraînement. C’est d’autant plus vrai dans les sports collectifs, où pour certains la 3ème mi-temps fait également partie du temps de jeu !

Pourtant les athlètes, et sportifs de haut niveau ont quant à eux bien souvent une hygiène de vie tout autre, où la bière est exclue après un entraînement.

Alors, la bière, après un entraînement, bonne ou mauvaise idée ?

L’hydratation lors d’une activité physique

Une étude norvégienne signale que la moyenne des sportifs aurait une consommation d’alcool plus élevée de bière et spiritueux que les non sportifs. Néanmoins, s’ils consomment plus d’alcool, ils ne le consomment pas nécessairement juste après un entraînement.

Lorsqu’on pratique une activité physique, quelle que soit son intensité nous avons besoin de nous hydrater davantage. En effet le fait de transpirer, entre autre, vous amène à devoir vous réhydrater.

De manière plus générale, l’hydratation est essentielle. A tel point, que dans le cas où vous ne vous hydratez pas assez, votre corps, pour se protéger, aura tendance à garder de l’eau en réserve, on parle de rétention d’eau. C’est aussi vrai lorsque vous pratiquez une activité physique, comme vous diminuez vos réserves en eau, votre corps va essayer d’en stocker. Chouette ? Pas vraiment.

L’idéal est de s’hydrater régulièrement pour éviter toute rétention d’eau. Donnez à votre corps ce dont il a besoin.

Lorsque que vous faites du sport, l’American College of Sport Médecine recommande de commencer l’hydratation 4 heures avant le début de l’activité physique, pour justement éviter de forcer votre corps à faire des réserves.

Mais alors la bière dans tout ça ?

L’activité physique

ostéopathe ski bière

S’hydrater avec une bière

La bière, indépendamment de celle que vous buvez après un match de foot ou de rugby a 3 principaux effets, bien connus de chacun :

– elle peut vous saouler selon la quantité

– vous pouvez vous retrouvez avec le fameux ventre à bière, connus aussi sous le nom d’abdos « kro » (néanmoins il s’agit là plus d’un mythe que d’un phénomène démontré scientifiquement)

– elle augmente considérable le nombre de vos visites aux toilettes ! Autrement dit, elle déshydrate. Au même titre que tous les alcools.

Lorsque vous urinez vous diminuez votre taux hydrique corporel, c’est à dire que votre corps perd de l’eau. Si le phénomène est tout à fait naturel ce taux doit tout de même être assez élevé pour que votre corps fonctionne normalement.

Vous devez aussi veiller à votre hydratation pour maintenir ou améliorer vos performances sportives, car l’eau est aussi nécessaire à vos muscles.

Deux études australiennes se sont intéressées au sujet de la bière comme moyen d’hydratation. Voyons ensemble les résultats.

Une bière que nous pouvons considérer comme « normale » ou « courante » à 4,8% d’alcoolémie diminuera la rétention de fluides et augmentera la quantité d’urine. Il y aura donc perte d’eau. On l’entend souvent, et cela est vérifié: « l’alcool ça assèche ».

Or ça n’est pas ce que l’on recherche lors de l’exercice, ni même après. Car la diminution du taux hydrique corporel va accentuer la concentration des déchets. Cela entrainera un travail plus soutenu du foie et des reins, qui sont des organes dans cette situation « nettoyeurs » du sang épaissi des déchets musculaires notamment. Et ça n’est pas ce qui s’appelle optimiser la récupération après l’effort.

L’autre étude montre quand à elle qu’une bière de teneur faible en alcool (2,8%, soit la moitié de la précédente), améliorerait la rétention de fluide après l’effort, par rapport à quelqu’un qui ne boirait que de l’eau.

Intéressant…

Devrait-on pour autant prendre une bière à la fin de chaque entrainement?

Une autre étude australienne, à croire que ça leur tient à coeur, montre que la réduction d’alcool diminuerait parallèlement le taux de mauvais cholestérol (LDL).

De plus, une étude de Berkeley aux USA réalisée sur plus de 1000 individus sportifs démontre que la consommation d’alcool augmente le risque de goutte (arthtrite dite microcristalline, résultat de l’accumulation dans les articulations d’acide urique).

Pour en conclure avec la bière

Certaines de ces études montrent donc que la consommation d’une bière à faible teneur en alcool pourrait avoir une répercussion positive momentanée sur le taux hydrique corporel en favorisant la rétention hydrique.

Gardons à l’esprit que l’étude nous montre surtout qu’elle diminue la quantité d’urine rejetée après l’effort. Rien ne prouve que la récupération en soit puisse être alors améliorée.

Enfin, si vous même recherchez une solution pour votre hydratation post-effort je pourrais me permettre de vous suggérer d’éviter les solutions alcoolisées et de préférer ainsi la consommation de produits qui ont néanmoins à minima le même atout: le jus de canneberge, le thé vert, l’ail, le persil, etc.

Si la bière vous fait uriner est-ce pour autant une solution à vos problèmes de rétention d’eau ? Et bien non, la bière déshydrate. Et pour régler vos problèmes de rétention d’eau il faut avant tout vous hydrater intelligemment. Supprimez les sodas, même light et buvez au moins 1 litre d’eau par jour. Ayez la main légère sur l’alcool.

Le conseil l’ostéo

Gardez la bière pour les occasions où vous êtes spectateur !

Cabinet d'ostéopathie Bertucchi

Spécialistes du suivi du sportif

Youri Bertucchi

Author Youri Bertucchi

Ostéopathe passionné par son métier, qui blogue à ses heures perdues.

More posts by Youri Bertucchi

Leave a Reply