0% lus

Les jours deviennent de plus en plus courts, les barbecues de moins en moins fréquents, et les sorties en mer anecdotiques. L’été se finit pour laisser place à l’autonome. Et votre système immunitaire doit lui aussi faire sa rentrée pour vous défendre de différentes affections.

Parmi les plus communes, on compte la rhinopharyngite. Elle est très fréquente chez l’enfant, mais aussi chez l’adulte. Et c’est tout le sujet de cet article.

Sommaire

Zoom sur le rhume chez l’adulte

Mais qu’est-ce que c’est une rhinopharyngite, au juste ?

Il s’agit d’une inflammation des muqueuses du nez et du pharynx que l’on appelle communément un « rhume ». On dit aussi souvent que l’on a « attrapé la mort » ou encore « pris froid ».

La rhinopharyngite peut être un épisode isolé, mais elle peut aussi souvent se répéter dans l’année.

Le rhume, cette « tempête sous narine »

Nez bouché ou nez qui coule, éternuements, mal de gorge : ne laissez pas cette affection s’installer et devenir chronique.

On vous parle ici de la rhinopharyngite chez l’adulte, de ses symptômes et de ses causes. Nous vous présenterons aussi à la manière dont elle peut récidiver et évoluer.

Nous vous aiderons également à faire la différence entre rhinopharyngite et grippe, mais aussi entre rhinopharyngite et rhinite allergique.

Pour finir, nous verrons comment soigner une rhinopharyngite et l’apport de l’ostéopathie dans le traitement naturel de celle-ci.

Rhinopharyngite : qu’est-ce que c’est ?

La muqueuse présente dans votre nez possède plusieurs rôles. Lorsque vous inspirez, l’air est humidifié et réchauffé par l’intermédiaire du mucus nasal, qui est sécrété en permanence.

Ce liquide permet de lutter contre les agressions extérieures. Comprenez les agents infectieux comme les virus ou les bactéries.

L’inflammation des muqueuses du nez et du pharynx

Mais il arrive parfois que les virus ou les bactéries prennent le dessus et provoquent une sécrétion très importante de ce liquide. Votre muqueuse va alors s’irriter et gonfler. Cela provoque un écoulement nasal important et crée une obstruction nasale.

Cet effet de gonflement gagne la partie arrière du nez, au carrefour des voies aériennes et digestives : le pharynx.

Une affection fréquente et parfois chronique

La rhinopharyngite est très fréquente à l’automne et pendant l’hiver, mais elle peut aussi perturber votre quotidien à d’autres moments de l’année.

Elle peut durer plusieurs jours et se répéter plusieurs fois au cours de la même année. On parle alors de rhinopharyngite à répétition, ou chronique.

Notez également qu’il s’agit d’une maladie particulièrement contagieuse. Certains gestes permettent d’en éviter la transmission.

Le nez qui coule à flots

Vous avez l’impression que votre nez coule toute l’année ? La rhinopharyngite pourrait alors être chronique. Et cette chronicité peut être due à plusieurs facteurs.

D’abord, il est possible que le premier traitement n’ait pas été efficace à 100% et que certains virus persistent.

Mais on peut également remettre en cause l’environnement dans lequel vous vivez. En effet qu’un air trop chargé en humidité ou au contraire trop sec peut être un facteur favorisant.

Symptômes de la rhinopharyngite

On peut observer plusieurs étapes dans l’apparition des symptômes de la rhinopharyngite.
Cela commence souvent par :

  • Des signes de fatigue.
  • Des courbatures.
  • Une sensation de tête lourde.

Les symptômes évoluent ensuite vers :

  • Des maux de gorge et possiblement une toux grasse.
  • Des brûlures et une sécheresse nasale ainsi que des éternuements.
  • Le nez qui se bouche avec un écoulement nasal important d’un liquide clair (vous devez fréquemment vous moucher).

Symptômes associés et évolutions

Vous pouvez aussi souffrir d’une fièvre modérée et connaître des larmoiements.

Lorsque votre nez se bouche, il peut aussi vous arriver d’avoir des maux de tête. Mais également des douleurs au niveau du visage, qui évoquent parfois une sinusite.

Enfin, la rhinopharyngite peut également évoluer en otite, voire en otite chronique.

« J’ai pris mon rhume en grippe »

Au début de la rhinopharyngite, il est fréquemment de confondre les signes de la rhinopharyngite avec ceux de la grippe.

Il est en effet courant de parler de symptômes grippaux lorsque l’on évoque la rhinopharyngite. La raison ? Les courbatures, la fatigue, le nez bouché et le mal de gorge sont communs à ces deux affections. Alors comment les différencier ?

Rhinopharyngite ou grippe ?

Voici qui devrait vous aider à faire la différence entre un rhume et une grippe.

Notez aussi que la rhinopharyngite peut être causée par plusieurs centaines de virus différents. Derrière la grippe se cache en revanche un virus unique.

Rhinopharyngite ou rhinite allergique ?

Il ne faut pas confondre non plus la rhinopharyngite avec la rhinite allergique. Cette dernière n’est pas due à un virus, mais à des éléments allergènes qui provoquent l’inflammation des végétations du nez.

La faute au pollen, pas au virus

On parle aussi de rhume de foins et celui-ci se déclare le plus souvent au printemps. Et plus particulièrement de mai à juillet, à cause des pollens de graminées.

Notez qu’en août et septembre, certains peuvent aussi souffrir de rhinite allergique. Ici, ce sont les pollens d’herbacées qui peuvent la déclencher.

Symptômes de la rhinite allergique

Le rhume des foins se traduit par :

  • Une obstruction nasale
  • Des démangeaisons aux yeux
  • Un écoulement nasal important
  • Un nez qui gratte, des éternuements
  • Des démangeaisons du palais ou de la gorge

La prise en charge en cas de rhinite allergique se fait par la recherche de l’agent allergène et la mise en place d’un traitement adapté.

Rhinopharyngite : les causes

Il peut exister différentes causes derrière la rhinopharyngite.

La première cause est virale (plusieurs centaines de virus peuvent causer le rhume).
Mais des bactéries peuvent également être responsables, par une infection.

Ces facteurs qui favorisent le rhume

Lorsque votre corps ne parvient pas à se défendre, plusieurs facteurs peuvent avoir favorisés l’effet pathogène du virus :

  • Une baisse de l’immunité (causée par la fatigue, le stress, etc.)
  • Une maladie chronique qui touche au système immunitaire (comme la mucoviscidose par exemple)
  • Une carence
  • Un terrain allergique
  • Un reflux gastro-œsophagien (RGO) qui irrite et provoque une inflammation du pharynx
  • Le tabagisme
  • La pollution
  • La sécheresse/l’humidité de l’air

Diagnostic et traitement de la rhinopharyngite

Votre médecin examine votre gorge et se base sur vos symptômes pour poser son diagnostic.

Pour ce qui est du traitement, il reste à discuter directement avec lui. Il peut vous conseiller le lavage de nez et du paracétamol pour améliorer votre confort. Notez que la rhinopharyngite dure en général quelques jours et disparaît le plus souvent spontanément.

Pour ce qui est de la prise d’antibiotiques, elle n’est nécessaire qu’en cas de rhinopharyngite associée à une complication bactérienne.

Rhinopharyngite traitement naturel et ostéopathie

L’ostéopathie se trouve être une excellente alliée pour vous accompagner dans ces changements de saison. Une médecine douce qui propose, en parallèle d’une prise en charge médicale, un plus naturel dans le traitement de la rhinopharyngite.

Il faut d’abord vous rendre votre confort et libérer votre nez. Ensuite, l’ostéopathe s’intéresse aux facteurs qui peuvent créer un terrain propice au développement des virus et des bactéries. Tout cela dans le but d’éviter la récidive.

Décongestionner le nez et la face

Votre nez bouché et vos douleurs au visage sont causés par la congestion des fosses nasales.

“Par des techniques spécifiques, douces et efficaces, votre ostéopathe peut faire un travail de décongestion. Cela passe par le drainage des sinus et la mobilité des os de la face, dans lesquels passe vos vaisseaux sanguins.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Améliorer la mobilité des os du crâne

Des tensions au niveau de votre crâne peuvent créer un terrain propice au développement des virus et des bactéries.

Comprenez en effet que la mobilité des os du crâne permet de drainer la zone par la sécrétion nasale. Votre ostéopathe doit donc vérifier ici la présence d’éventuelles tensions crâniennes et les lever au besoin.

Réguler les sécrétions

Les sécrétions nasales sont régulées par des ganglions situés dans votre crâne, à l’arrière de vos fosses nasales.

Mais il arrive parfois que ces ganglions ne fonctionnent pas correctement et ralentissent la sécrétion. Dans un premier temps la sécrétion au niveau du nez, mais aussi la sécrétion lacrymale.

“Lorsque l’évacuation ne parvient plus à se faire, les virus ou bactéries s'amoncellent et provoquent alors une hypersécrétion de liquide. L’ostéopathe use ici de techniques spécifiques pour effectuer un travail sur ces ganglions, afin de leur rendre un fonctionnement optimal.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Limiter le terrain allergique

Nous savons que le terrain allergique est propice à l’installation d’une rhinopharyngite. Nous savons aussi que plusieurs facteurs peuvent favoriser les allergies.

“C’est le cas par exemple d’une baisse immunitaire provoquée par une fatigue accrue, par des troubles du sommeil, par le stress, etc. Votre ostéopathe peut vous accompagner dans tous ces troubles. L’objectif ? Les limiter afin d’aider votre corps à retrouver toute l’énergie qu’il lui faut pour faire face aux agressions extérieures.”

Alexandre ChaptalOstéopathe DO

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse. Découvrez les spécialistes des sujets en lien avec la sphère ORL.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.