0% lus

Considéré comme signe de bonne santé dans certaines cultures et comme bruit rassurant dans d’autres, en France, le ronflement est considéré comme un vrai problème.

Pas tellement pour celui ronfle, non, car il n’en a pas vraiment conscience, mais pour son entourage, en revanche… Il faut dire que la ronchopathie concerne près 15 de millions de français et qu’un français sur quatre estime que son couple en souffre.

Et si le sommeil de l’entourage peut être troublé par les ronflements, il est à noter qu’il peut également impacter le sommeil du ronfleur, certains ronflements étant le signe d’une pathologie plus grave.

Mais pourquoi ronfle-t-on ? Certaines personnes sont-elles prédisposées aux ronflements ? Comment traiter la ronchopathie de manière naturelle ?

Retour sur ces nuisances sonores et sur les manières de les traiter via l’ostéopathie.

Ronflements, ces bruits qui dérangent, ronchopathie, ce trouble tabou

Appelé également ronchopathie, ce trouble se caractérise par des bruits de la gorge lors de l’inspiration ou de l’expiration de l’air, pendant le sommeil.

Un ronflement dit « moyen » oscille entre 45 et 60 décibels, pour vous donner une idée, ce volume correspond à une conversation normale.

Lors d’un ronflement majeur en revanche, le bruit peut atteindre jusqu’à 95 décibels, un volume sonore équivalant à un bruit de tronçonneuse ou encore d’enceintes de boîte de nuit.

L’impact pour l’entourage

Qu’il s’agisse de ronflements moyens ou majeurs, ces bruits peuvent malheureusement sérieusement impacter le sommeil de votre entourage mais aussi semer la discorde dans votre couple.

Il est vrai que le manque de sommeil peut déjà rendre particulièrement irritable, mais si votre conjoint ou conjointe a passé sa nuit à vous pincer ou à vous bousculer gentiment dans l’espoir de faire cesser vos ronflements, il y a des chances que vous ne trouviez pas votre moitié dans la meilleure des humeurs au petit matin.

67% des Français estiment d’ailleurs que le ronflement est une source de dispute possible dans un couple.

Au même titre que le bruxisme, le ronflement, qu’il soit faible ou fort, reste bien souvent un bruit irritant pour l’entourage. Mais aussi un sujet tabou pour le ronfleur.

Le tabou du ronfleur

On pourrait penser que le ronflement impacte plus l’entourage que le ronfleur. Les ronflements peuvent cependant devenir un handicap et peuvent être ressentis parfois comme une honte.

Vous pourriez en effet appréhender de vous endormir dans les transports en commun, de partir en vacances avec vos amis ou encore de devoir dormir chez quelqu’un de peur de déranger par vos ronflements.

Lorsqu’il s’agit d’une pathologie plus grave

Parfois, ces ronflements sont caractéristiques d’un trouble plus grave, nommé apnée du sommeil. Près de 3 millions de Français seraient touchés par cette pathologie, une pathologie à prendre au sérieux et à soigner.

Celle-ci peut en effet entraîner à terme des troubles cardiaques ou une hypertension artérielle, mais peut également être dangereuse pour vous et pour les autres du fait des somnolences qu’elle cause en journée.

Pour en savoir plus sur cette pathologie, envisagez de lire cet article : Apnée du sommeil et ostéopathie.

ronflements ostéopathie traitement naturel

Ronchopathie, ronflements : quelles sont les causes ?

Quand le corps « lâche prise »

Lors de l’endormissement, le corps se relâche, se détend, et dans cette mouvance, les tissus de la gorge comme le voile du palais, les amygdales, le pharynx ou encore la luette l’accompagnent et se relâchent également. La langue elle, en se relâchant, peut également venir obstruer partiellement la gorge.

Ce relâchement du corps tend à faire obstacle au passage de l’air dans les voies respiratoires hautes. La résistance de l’air va alors faire vibrer les tissus, vous savez, un peu comme quand le vent se faufile dans une fenêtre entrouverte et génère un sifflement.

Il est à noter que les ronflements peuvent augmenter aussi si vous dormez sur le dos.

L’anatomie

Des particularités anatomiques aussi peuvent être responsables. Il peut s’agir de la largeur des mâchoires, de la langue, d’un palais mou, ou encore des amygdales trop volumineuses, entre autres.

Une autre pathologie

Parfois, ce sont les sinusites ou les rhinites allergiques qui viennent troubler la respiration. Du fait de la congestion nasale qu’elles causent (une obstruction à cause d’un surplus de mucus, plus simplement, quand on a le nez bouché), il peut être relativement difficile de respirer par le nez. Découvrez comment l’ostéopathie peut agir sur vos allergies respiratoires.

Il peut aussi s’agir d’une pathologie des voies nasales, comme des polypes (il s’agit de proliférations de muqueuse au niveau des sinus).

Les autres facteurs

D’autres facteurs peuvent accentuer ou contribuer aux ronflements. Il peut s’agir de surpoids, venant souvent réduire les voies respiratoires ou encore de tabagisme et de son effet irritant au niveau de gorge, induisant une inflammation des voies respiratoires.

Ronflements, qui est le plus concerné ?

Le ronflement concerne 15 millions de Français et près de 40% des adultes de plus de 50 ans. En effet avec l’âge, les tissus se relâchent de par le vieillissement naturel, augmentant alors les ronflements.

Les hommes sont en général plus touchés que les femmes, à hauteur de 60% pour les hommes contre 40% pour les femmes.

Il est à noter que pendant la grossesse, les femmes peuvent aussi être concernées par les ronflements, notamment à cause du système hormonal qui augmente l’élasticité et le relâchement tissulaire.

Ronchopathie : établir le diagnostic

Le diagnostic se trouve être nécessaire lorsque la qualité du sommeil de votre entourage est impactée par les ronflements.

Le diagnostic sert à d’abord à identifier le type de ronflement pour ensuite être affiné par un diagnostic différentiel, afin de mettre en évidence une éventuelle apnée du sommeil qui nécessitera une prise en charge adaptée.

Différencier les simples ronflements de l’apnée du sommeil

Les éléments qui orienteront votre médecin vers un ronflement simple sont décrits par votre entourage et vous-même : on ne remarque pas d’arrêt de la respiration pendant la nuit, il n’y a pas d’hypertension, pas d’asthénie (une grande fatigue physique) ou de somnolences au cours de la journée, contrairement à l’apnée du sommeil.

Examens complémentaires

Il peut être intéressant parfois d’explorer les voies respiratoires comme le conduit nasal ou la gorge. Cela permettra d’écarter la présence d’une déviation nasale, de polypes ou d’une anomalie conduisant à effectuer des examens complémentaires (comme une pneumopathie ou une bronchopneumopathie chronique obstructive).

Comment en finir avec les ronflements ?

Vous pouvez discuter avec votre médecin d’un éventuel traitement médicamenteux ou d’une opération chirurgicale, cependant, cette dernière peut être relativement lourde et demande une anesthésie générale et bien souvent une hospitalisation sur plusieurs jours.

Des alternatives moins invasives et plus naturelles existent cependant pour diminuer voire faire disparaître les ronflements et il peut être intéressant de les envisager avant de passer par un traitement médicamenteux ou chirurgical.

Ronflements, ronchopathie : quels traitements naturels ?

De nombreuses médecines et méthodes alternatives sont relativement intéressantes dans la prise en charge des ronflements et de l’apnée du sommeil. Il peut s’agir d’acuponcture, de naturopathie ou encore d’ostéopathie.

ronflement ostéopathe ostéopathie naturel

Ronflements et ostéopathie

L’ostéopathie se trouve être particulièrement efficace dans la prise en charge des ronflements. Un bon ostéopathe, de par son expertise, sera à même d’identifier les structures mises en causes pour mieux traiter le trouble, via un protocole de soin comprenant plusieurs séances visant à apporter une réponse efficace aux ronflements. Une réponse douce, non invasive et naturelle.

Suivant les cas, le nombre de séances peut varier, mais plusieurs séances sont en général nécessaires. Cela dépendra notamment de l’ancienneté de l’apparition de votre ronflement. Un suivi au long terme sera nécessaire pour un résultat durable.

Par exemple, pour une femme enceinte qui a “simplement” un réajustement hormonal à effectuer ou quelqu’un subissant une tension parasitant momentanément son système ORL avec des ronflements récents, un à deux soins pourront suffire.
Par contre si vous présentez des ronflements depuis plusieurs années il faudra en effet effectuer un travail de fond minimum puis un suivi à moyen terme ne serait-ce que par entretien, avec potentiellement une hygiène de vie à réviser pour des résultats pérennes.

L’ostéopathie permettra de diminuer l’intensité – notamment sonore -, et la fréquence des ronflements. Dans certains cas ils pourront disparaître complètement.

Ronflements : les actions de l’ostéopathe

Libérer, décongestionner, laisser passer l’air

L’ostéopathe travaille à libérer les tensions pour décongestionner la sphère ORL. Ce travail s’appuie sur des techniques crâniennes, sur les os du nez, du front, du palais et des maxillaires (des os de la mâchoire supérieure).

Il agira ainsi sur les sinus frontaux et maxillaires pour drainer les inflammations et le surplus de mucus pour permettre un meilleur passage de l’air. L’ostéopathe procède également à des techniques de drainage global de la face et du cou par le système de sinus veineux du crâne et des veines du cou.

Retonifier les muscles

Son travail s’intéresse également au système musculaire du cou et des cervicales mais aussi du plancher buccal comme la langue ou les muscles sous mentonniers. Un travail de renforcement de ces derniers permettra de diminuer le relâchement trop important pendant le sommeil.

Notez également que le diaphragme a un rôle primordial dans la respiration. Une dysfonction de celui-ci peut aggraver la détresse respiratoire, c’est pourquoi votre ostéopathe lui accordera une attention particulière.

Travailler sur le cadre osseux

Le travail sur le système osseux quant à lui passe par les cervicales qui font le lien avec la mandibule et la base du crâne. Mais aussi les dorsales et les lombaires en lien direct avec le diaphragme.

Régulation hormonale

Les futures mamans et les femmes entrant en ménopause sont souvent sujettes aux ronflements, causés notamment par les hormones. L’ostéopathe pourra agir sur les glandes et la régulation hormonale.

Rééquilibrer votre posture

Une mauvaise posture peut entraîner bien des dysfonctionnements dans votre corps, (et on ne parle pas que d’une mauvaise position lorsque vous dormez). Certaines tensions peuvent en effet créer des déséquilibres qui peuvent exacerber les ronflements.

Une prise en charge unique et personnalisée

Le travail de l’ostéopathe s’appuie sur des tests spécifiques et des techniques adaptées à chacun, car chaque organisme est différent et chaque corps peut souffrir de différents blocages et tensions.

Quoi qu’il en soit, l’effet est généralement immédiat et vous devriez ressentir en sortant de votre séance une certaine libération des voies respiratoires et retrouver cette capacité à respirer à plein poumons.

Les limites de l’ostéopathie

Dans les cas de ronflements, l’ostéopathie peut améliorer de manière considérable votre quotidien, qu’il s’agisse de ronflements simples mais aussi de ronflements liés à l’apnée du sommeil.

Néanmoins, si les ronflements sont causés par une pathologie plus sérieuse, comme une affection grave des poumons par exemple et qu’il existe une contre-indication formelle, l’ostéopathe ne pourra pas intervenir.

De même, si vous consultez après la soixantaine, les résultats de l’ostéopathie resteront limités. En effet, notre crâne devient de plus en plus rigide au fur et à mesure que nous vieillissons, les techniques ORL et crâniennes auront donc une action plus limitée.

Nos conseils

Il existe sur le web de nombreux remèdes de grand-mère pour lutter contre les ronflements, nous ne les énumérerons pas ici, non. Premièrement car dormir avec un sac à dos ou des balles de golf peut au final perturber votre sommeil plus qu’autre chose, ensuite car il n’a jamais été réellement prouvé que cela fonctionnait, enfin, si quand bien même cela fonctionne, cela fonctionne sur les ronflements (les symptômes) mais pas sur ce qui vous fait ronfler à l’origine (les causes).

Et nous restons persuadés qu’il faut veiller à travailler sur ces causes, sur les dysfonctionnements et les déséquilibres du corps dans sa globalité pour pouvoir espérer un résultat durable et en finir avec les ronflements.

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes de la sphère ORL

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply