0% lus

La sclérodermie est une maladie auto-immune principalement caractérisée par un durcissement de la peau. Il s’agit d’une maladie aux degrés de sévérité et aux évolutions variables d’une personne à une autre. Une maladie sous plusieurs formes donc.

Si elle touche parfois uniquement certains endroits de la peau, elle peut aussi s’attaquer aux organes internes. Qui sont alors victimes du même durcissement que celui que connaît l’épiderme.

Il s’agit d’une atteinte chronique, qui nécessite une prise en charge adaptée afin d’en limiter les conséquences sur l’organisme.

Sommaire

Sclérodermie, sclérodermie systémique : de quoi s’agit-il ?

La sclérodermie est une maladie inflammatoire auto-immune qui se caractérise principalement par un durcissement de la peau.
Elle est dite inflammatoire car on assiste à une réaction inflammatoire qui se produit localement. Et auto-immune, car il s’agit d’un dysfonctionnement de votre système immunitaire. Les anticorps de votre propre organisme s’attaquent à vos cellules.

Des évolutions variables

La sclérodermie peut commencer au niveau des mains et s’étendre ensuite à tout le corps. Elle peut même atteindre les organes internes.
Dans ce cas, elle est qualifiée de sclérodermie systémique. Comprenez que la maladie atteint tous les systèmes : la peau, les poumons, les reins, etc.

Différentes formes de sclérodermie

Il existe ainsi plusieurs formes de sclérodermie. Des formes qui varient en fonction de chaque personne atteinte et qui peuvent évoluer d’une forme à l’autre. Et il est bon de souligner ici que l’évolution peut se faire sur plusieurs années.

La sclérodermie systémique et ses 2 formes principales

  • La sclérodermie systémique limitée : ​l’épaississement de la peau (sclérose, ou fibrose) touche le visage, les pieds, les mains et les avant-bras. Cette forme peut évoluer vers une atteinte des organes comme les poumons et les intestins.
  • La sclérodermie systémique diffuse : ​l’épaississement de la peau ​atteint, en plus des membres, le tronc et les jambes. Cette forme touche parallèlement les organes internes comme les poumons, l’œsophage, les reins et le cœur.

Les autres formes de sclérodermie

  • La sclérodermie localisée : on assiste à l’apparition de plaques (appelées Morphées) ou de bandes (sclérodermie linéaire) dures et sèches sur la peau, à certains endroits du corps.
  • La sclérodermie sine scleroderma : sclérodermie sans atteinte de la peau.

Une prédominance féminine

On remarque une nette prédominance féminine, avec 3 à 8 femmes malades pour un homme.
Pour ce qui est de l’âge moyen d’apparition, la maladie se déclare le plus souvent entre 50 et 60 ans. Elle peut néanmoins survenir à tout âge.

Sclérodermie : les symptômes

La présence de plusieurs formes de la maladie entraîne d’importantes variations des symptômes. En effet, elle évolue sur plusieurs années ou décennies allant d’une atteinte localisée à une atteinte généralisée. La maladie gagne peu à peu les différentes sphères du corps. C’est cela qui signe le degré d’atteinte et d’évolution de la maladie.

Une atteinte cutanée

Le premier signe caractéristique est l’apparition d’un phénomène appelé « syndrome de Raynaud ». Ce phénomène est présent chez plus de 95% des patients souffrant de sclérodermie et peut apparaître plusieurs mois avant la maladie. Cependant la présence du syndrome de Raynaud n’est pas le signe systématique de la sclérodermie.

Zoom sur le syndrome de Raynaud

Le syndrome de Raynaud se traduit par un défaut de circulation du sang dans les vaisseaux. En fait, c’est le calibre des vaisseaux qui diminue et provoque alors une baisse de la circulation sanguine.
Les doigts ou les orteils peuvent devenir bleus et froid et vous pouvez aussi ressentir une sensation d’engourdissement. Un petit peu comme lorsque vous ne portez pas de gants par temps très froid.
Pour en savoir plus sur cette atteinte, vous pouvez consulter notre article dédié : Maladie de Raynaud, l’ostéopathie est-elle efficace ?

Raideurs et autres symptômes

La sclérodermie systémique peut concerner les deux mains, mais aussi les oreilles, le nez et la langue.
Le durcissement de la peau entraîne une certaine raideur au niveau des mains, des avant-bras, des jambes ou encore du visage. Cela peut alors rendre difficile certains gestes simples du quotidien. Comme serrer un quelconque objet dans vos mains, ouvrir la bouche ou encore marcher.
Tous ces symptômes entraînent une fatigue chronique et perturbent le sommeil par les douleurs et les raideurs.

Une atteinte des organes

Atteinte digestive

Dans l’atteinte digestive, très souvent, c’est l’œsophage qui est mis à mal. L’atteinte de l’œsophage est présente dans les 3/4 des cas lorsqu’il s’agit d’une atteinte du système digestif.
Cela peut causer beaucoup des reflux gastro-œsophagiens (RGO), des difficultés de déglutition, des brûlures d’estomac, etc.
La maladie peut également créer un blocage dans le péristaltisme et causer des épisodes de constipation. Le péristaltisme ? C’est la contraction qui permet de faire avancer la nourriture ingérée et imprégnée de votre salive, soit le bol alimentaire.

Atteinte pulmonaire

Dans l’atteinte pulmonaire, la sclérodermie se manifeste souvent par :

  • un essoufflement,
  • ou une toux sèche et/ou persistante,
  • et parfois des douleurs thoraciques.

La nécessité d’une prise en charge rapide

Que ce soit dans la forme limitée ou diffuse, l’atteinte des organes internes peut évoluer et s’aggraver. Peuvent alors en découler :

  • des troubles respiratoires,
  • des troubles cardiaques,
  • une hypertension artérielle,
  • une insuffisance rénale,
  • ou encore, parmi tant d’autres, des troubles digestifs graves comme une occlusion intestinale.Tous ces signes nécessitent une prise en charge médicale très rapide.

Vivre avec une sclérodermie

Vivre avec une sclérodermie au quotidien peut être relativement difficile psychologiquement. Il y a d’abord la perte progressive des capacités de mouvement, les difficultés à exercer des gestes auparavant très simples. Comme tenir un stylo par exemple.
La maladie peut alors donner la sensation que ce corps sur lequel vous avez toujours compté vous abandonne peu à peu. Ou qu’il vous prend en otage. Que par cette perturbation de votre système immunitaire, votre propre corps se retourne contre vous.
Tant de questions et inquiétudes qu’il peut être parfois bon de partager avec d’autres personnes. Notamment des personnes atteintes de sclérodermie sur des sites, forums, et associations dédiés comme l’Association des Sclérodermiques de France (ASF).

Sclérodermie : les causes

L’origine de la sclérodermie systémique n’est pas connue de manière exacte à ce jour. ​Mais les recherches mettent cependant en avant plusieurs facteurs :

  • Des facteurs génétiques : il semblerait que dans certaines familles, des maladies proches de la sclérodermie soient retrouvées. Comme le syndrome de Raynaud ou des maladies touchant le collagène.
  • Des facteurs environnementaux : l’exposition à des substances toxiques comme les hydrocarbures, les solvants, etc.
  • Un facteur hormonal : nous l’avons abordé précédemment, les femmes sont plus souvent atteintes de sclérodermie que les hommes. Et certains chercheurs tendent à expliquer cela par un facteur hormonal.
  • Un choc émotionnel : les traumatismes et chocs émotionnels pourraient avoir un rôle déclencheur dans certaines maladie auto-immunes. Et il semblerait que la sclérodermie puisse survenir à la suite d’un choc émotionnel, d’un événement de vie éprouvant.

Les mécanismes derrière la sclérodermie

Si on ne connaît pas les causes exactes d’apparition de la maladie, nous connaissons en revanche les mécanismes par lesquels elle apparaît.

Une production défaillante des cellules

Il existe une anomalie dans la production des cellules de collagènes. Ce sont des cellules qui composent ce que l’on appelle le tissu conjonctif. Ce tissu conjonctif sert d’armature aux muscles, aux tendons, aux ligaments, aux os.
Le collagène intervient en fait dans le processus de cicatrisation permettant de reformer du tissu. Mais sa production en excès provoque un manque de mobilité et d’élasticité des tissus : c’est la fibrose. Il s’agit d’un durcissement des tissus, d’une cicatrisation excessive des tissus. Un excès de collagène peut alors aussi venir obstruer les vaisseaux.

Le resserrement des vaisseaux sanguins

L’autre phénomène est la production d’un vasoconstricteur (resserrement des vaisseaux sanguins) par les cellules. Il se produit par la suite une production d’anticorps qui se retournent contre les cellules de l’organisme. Ce qui provoque une inflammation locale.

Sclérodermie : le diagnostic

Le diagnostic est effectué par votre médecin et permet de déterminer le type d’atteinte et la gravité.
Pour cela, il effectue d’abord une évaluation de votre peau et de l’ensemble de votre corps, à la recherche de plaques ou bandes. Les atteintes cutanées permettent en effet de mettre en évidence la maladie. Tout comme le phénomène de Raynaud et des doigts « boudinés ».

Les examens complémentaires

Une prise de sang est réalisée pour détecter la présence d’anticorps spécifiques de la maladie. Des examens des petits vaisseaux artériels peuvent également être réalisés, ainsi que des examens de certains organes comme le cœur, les poumons et les reins.
Tout cela reste à discuter avec votre médecin. Lui seul peut vous conseiller, vous prescrire les bons examens à réaliser, et diagnostiquer une sclérodermie.

Sclérodermie : quel traitement ?

Le traitement de la sclérodermie est médicamenteux. Il s’agit d’un traitement permettant de lutter contre le phénomène des auto-anticorps. Soit de lutter contre la production d’anticorps anormaux causés par la réaction immunitaire. Mais il ne s’agit pas d’un traitement curatif.
En complément du traitement médicamenteux, des soins en kinésithérapie sont également prescrits. Et ce, en vue de lutter contre le handicap que peut causer la sclérodermie.
Ces points restent à aborder directement avec votre médecin traitant.

Sclérodermie : quel traitement naturel ?

Les thérapies manuelles, comme la kinésithérapie et l’ostéopathie, ont en effet toute leur place dans le traitement de la sclérodermie.
Le kinésithérapeute peut d’ailleurs travailler de concert avec l’ostéopathe. Leur but ? Vous faire retrouver ou conserver une meilleure amplitude de mouvements, votre capacité à bouger et à réaliser les gestes du quotidien plus facilement.

L’approche complémentaire de l’ostéopathie

L’ostéopathie représente une approche complémentaire à la prise en charge de la sclérodermie systémique. Une approche complémentaire non médicamenteuse, douce, et adaptée à chacun.
Le travail de l’ostéopathe permet d’abord de retrouver une meilleure mobilité. Mais il vous aide aussi à retrouver confiance dans les capacités de votre propre corps.
Il est toutefois important de noter que dans les formes les plus graves de sclérodermie, l’action sera peut être limitée.

Sclérodermie : que fait l’ostéopathe ?

Nous l’avons vu, la sclérodermie est une maladie qui s’exprime sous diverses formes. Et ses manifestations sont variables d’une personne à une autre. Aussi, cette atteinte peut venir toucher à de nombreux systèmes.

L’avantage de l’ostéopathie ? Un champ d’action qui permet d’intervenir sur tous les systèmes afin d’aider le corps à retrouver sa mobilité et l’aider à réguler le système immunitaire et vasculaire. L’ostéopathe peut ainsi agir tant sur le système musculaire que sur les systèmes articulaires, vasculaires, digestifs, etc.

L’ostéopathe doit alors adapter ses techniques au cas par cas, mais aussi veiller à agir sur plusieurs systèmes. Le tout en faisant du soulagement de vos raideurs et douleurs une priorité.

Améliorer votre mobilité, soulager vos douleurs

L’atteinte des membres comme les mains, les avant-bras ou encore les pieds entraîne des difficultés de mouvements importants au quotidien, en plus des douleurs.

Le rôle de l’ostéopathe est alors de vous aider à retrouver peu à peu votre capacité de mouvement, de vous permettre de ne pas arrêter vos activités. Ici, pour redonner de l’élasticité aux tissus et du mouvement, l’ostéopathe use de techniques sur le tissu conjonctif.

Tous les systèmes passés au crible

Pour cela, l’ostéopathe accomplit un travail sur l’appareil locomoteur. C’est-à-dire les membres inférieurs comme les pieds et les jambes, ainsi que toutes les articulations, comme la cheville, le genou et la hanche.

L’ostéopathe s’intéresse ensuite à vos mains, poignets, coudes et épaules. Le but ici est de vous aider à retrouver votre capacité de mouvement et réduire les douleurs. Votre ostéopathe sera également amené à regarder votre dos et votre bassin. En effet il s’agit aussi de zones qui interviennent dans vos mouvements.

Optimiser votre circulation vasculaire

L’un des autres objectifs de votre ostéopathe est de permettre à votre corps de retrouver une bonne circulation sanguine.

Pour cela, le praticien vérifie toutes les zones qui peuvent être victimes de compressions. Il s’agit notamment des articulations de l’épaule, du coude, du poignet et des membres inférieurs.
Pourquoi l’ostéopathe attache-t-il autant d’importance à ce que vous ayez une circulation sanguine optimale ? Car la circulation permet à vos organes et à vos muscles de fonctionner correctement (entre autres). En cas de sclérodermie, des troubles dans le fonctionnement des organes apparaissent alors (digestifs, pulmonaires, urinaires, sexuels, musculaires, etc.).

En fonction de vos zones atteintes, la prise en charge en ostéopathie permettra d’aider votre système circulatoire. Cela se fait par l’irrigation d’un organe ou d’un muscle donné. Mais aussi par un travail sur son système d’évacuation (vos veines récupérant les déchets), qui pouvent aussi être perturbé.

Aider votre système immunitaire

La perturbation du système immunitaire est l’un des facteurs des maladies dites auto-immunes. Dans ce type d’atteinte, c’est donc tout le système de défense du corps qui est mis à mal.

L’ostéopathe peut alors intervenir pour redonner à l’organisme les moyens de se défendre et de se réguler. Il s’agit ici d’identifier toute restriction dans le mouvement d’une partie du corps pouvant créer un trouble sur les organes intérieurs comme l’estomac, le foie, les intestins, etc.

Un travail doux permet alors de réduire les éventuelles restrictions sur la cage thoracique, les cervicales, les lombaires, le crâne ou encore le bassin.

Point sur le système digestif

Votre système digestif joue un rôle particulièrement important dans votre immunité. Dans certaines affections par exemple, les parois de vos intestins peuvent laisser passer des toxines dans l’organisme.

L’ostéopathe veille ici à aider l’intestin à retrouver son rôle de barrière. Un travail sur la rate peut notamment agir sur l’ensemble de votre système immunitaire.
En parallèle de ce travail, il est donc important d’adopter une alimentation adéquate en réduisant certains aliments connus comme étant des sources d’inflammation. Comme les aliments transformés, les sucres raffinés, les boissons gazeuses, etc.

Choyer votre système hormonal

Les femmes sont plus touchées que les hommes par la sclérodermie. Cela pourrait être dû à un facteur hormonal.

Un ostéopathe spécialisé dans ce domaine peut venir vérifier vos glandes hormonales en vue de vous aider à retrouver un bon équilibre.

Le traumatisme émotionnel

Bien que le mécanisme reste quelque peu flou, la sclérodermie systémique pourrait également être provoquée par un traumatisme émotionnel.

Un choc émotionnel, un stress chronique, un état anxieux vont retentir sur la mobilité et la qualité de vos tissus. Votre corps peut alors être plus rigide, moins confortable à habiter.

Votre respiration aussi peut s’en retrouver plus difficile. Avec parfois une incapacité à inspirer profondément du fait du manque de capacité respiratoire. Ou encore un essoufflement plus rapide. On peut également retrouver des tensions musculaires au niveau de votre dos ou encore un serrage de la mâchoire excessif ou un bruxisme, souvent attribuable au stress.

Votre ostéopathe, toujours par des techniques douces et adaptées à chacun, peut soulager tous ces symptômes. Et voire même, vous aider à libérer vos tensions d’un traumatisme émotionnel.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.