0% lus

Vous avez repris le sport ou vous le pratiquez régulièrement et il semblerait que votre corps ait décidé de s’en plaindre et de vous le faire savoir via votre côlon.

Lorsqu’il est question de digestion, de transit, de selles et de troubles associés il n’est jamais facile d’en parler et on préfère taire ces désagréments.

Pourtant, un étude menée auprès de marathoniens et autres adeptes de la course, 30 à 60% d’entre eux admettent souffrir de problèmes de transit après leurs entraînements. En effet, la reprise ou la pratique du sport peut modifier votre système digestif et causer des troubles.

Rassurez-vous donc : vous n’êtes pas seul !

En quoi l’activité physique modifie-t-il le transit ? Réponse dans cet article, et conseils pour limiter et soulager les inconforts et améliorer vos performances.

Pourquoi ai-je des problèmes de transit lorsque je fais du sport ? Comment les éviter ?

Mon ventre fait des siennes dès que je pratique une activité sportive, pourquoi ?

Non il ne s’agit pas d’un message subliminal visant à vous faire arrêter le sport pour rentrer chez vous et vous prélasser dans votre canapé. En fait, ces dérangements sont normaux.

Lors de la pratique sportive, le corps pompe plus de sang vers les muscles. En portant son attention sur eux, le corps fait le choix de ne pas trop s’occuper de systèmes ou de fonctions qui ne sont pas prioritaires sur le moment. Comme par exemple la digestion.

En effet, lorsque vous courez, votre cerveau a besoin d’une meilleure oxygénation, votre coeur bat plus vite et votre débit sanguin au niveau de votre tube digestif diminue entre 50 et 80%.

Plusieurs études ont montré que ces troubles digestifs liés à la pratique sportive arrivaient plus fréquemment chez les jeunes, les femmes, et les sportifs débutants.

Les différents troubles digestifs du sportif

Maux de ventre, flatulences, constipation ou diarrhées… Les troubles digestifs peuvent être nombreux et fréquents chez les sportifs, notamment chez les adeptes de la course à pied.

Maux de ventre

S’ils sont normaux, les troubles du type crampes d’estomac, sensation de ventre “noué” sont très désagréables pendant le sport.
Le fait que le corps irrigue moins bien le tube digestif lors de la pratique sportive peut causer dans un premier temps des maux de ventre.

Également, ces maux de ventre peuvent s’expliquer par des phénomènes mécaniques : les effets de rebond sur le sol lors de la course à pied, la compression du tube digestif sur le vélo, le contact de l’eau sur le ventre en natation, etc.
La température extérieure (chaleur ou grand froid) peut aussi avoir un impact ainsi que les boissons ou aliments ingérés pendant l’effort.

Diarrhées

Parler de ce genre de désagréments n’est ni agréable ni commun. Derrière ce tabou se cache pourtant une réalité : 20 à 40% des sportifs admettent souffrir de diarrhées ou d’envies extrêmement pressantes lorsqu’ils font du sport.

Si avoir mal au ventre à l’excès ou être sujet à un transit qui s’emballe n’est pas agréable, sachez que plus vous pratiquez de sport, plus votre corps va s’y habituer et retrouver progressivement un rythme adapté. En attendant, le manque d’irrigation de votre côlon vous fera aller aux toilettes plus qu’à l’accoutumée.

Il n’est pas rare non plus que les diarrhées apparaissent plusieurs heures après l’effort alors que vous êtes déjà rentré chez vous, que vous êtes douché et que vous pensez avoir pleinement récupéré. Le système se remet en branle et vous le fait savoir.

Troubles gastriques et reflux

En plus des troubles digestifs, environ 1 sportif sur 5 indique souffrir de troubles gastriques.

Sensations de nausées, spasmes, reflux gastriques… Autant de sensations peu réjouissantes qui ont vite fait de décourager les novices du sport.

Au cours de l’activité il est possible d’avoir des régurgitations acides ou de ressentir des brûlures de l’oesophage. En lien avec une mauvaise digestion ou une digestion dérangée (si vous pratiquez votre sport trop tôt après un repas), elles peuvent aussi être la conséquence de l’ingestion de boissons trop acides (jus de fruits) ou trop sucrées (boissons énergisantes).

Dans le cas des sportifs adeptes de compétitions ces troubles gastriques peuvent apparaître avant ou pendant la pratique, et peuvent s’expliquer par l’anxiété liée à la compétition.

sport transit reflux diarrhées

Comment y pallier ?

Adaptez votre alimentation

L’alimentation joue un rôle important dans votre quotidien et notamment lorsque vous pratiquez un sport régulièrement. Il est donc essentiel d’y porter une attention particulière et de l’adapter à vos besoins et vos troubles.

Même si cela peut paraître évident, il est préférable d’éviter les aliments trop gras, fermentés ou encore épicés. Au-delà des problèmes de transit qu’ils pourraient occasionner, ils peuvent nuire à l’effort.

Moins évident, il vaut mieux limiter votre consommation de légumineuses (lentilles, pois, haricots…). Même si elles regorgent de bienfaits (effet rassasiant, bonne teneur en fer…) elles peuvent aussi entraîner des flatulences et des problèmes de digestion. À moins d’être certain qu’elles ne vous causent aucune gêne, optez pour d’autres aliments.

Si vous aimez la compétition rappelez-vous que bien manger ça s’apprend !
Adaptez votre alimentation dès vos entraînements afin de trouver les aliments qui vous conviennent le mieux et que vous pourrez apprécier sans gênes pour le jour J.
Aussi, mangez en quantité habituelle avant la compétition : un repas trop copieux ne vous aidera pas plus à faire face à l’effort et pourrait troubler votre système digestif.

Quoiqu’il en soit, avant d’aller faire du sport il est conseillé de s’assurer que la digestion est bien terminée. Pour cela attendez au moins 3 heures après le repas. N’oubliez pas que votre système digestif sera moins bien irrigué pendant la pratique ainsi, partir sur une digestion en cours pourrait vite devenir pénible.

Veillez à voter hydratation

Au quotidien, sportif ou non, il est déjà conseillé un apport en eau minimum de 1.5l. L’hydratation se fait d’une part via votre alimentation, que vous pourrez ensuite compléter par un apport en eau.

Lorsque vous faites du sport vous sollicitez tout votre corps, vous transpirez, consommez de l’énergie et perdez donc de l’eau. Il est donc fondamental de bien s’hydrater avant, pendant et après l’effort.

Avant et pendant la pratique sportive il faut s’hydrater modérément mais régulièrement. En effet, ingurgiter trop de liquide avant ou après va peser sur votre estomac et vous déranger pendant l’activité.
Ceci étant, vos muscles ont besoin d’être hydratés donc pensez à boire quelques gorgées au fur et à mesure de l’activité.

L’eau est la boisson essentielle à notre organisme et sera toujours votre meilleur alliée. Pour autant, lors d’une activité sportive vous pourriez vous tourner vers des boissons énergisantes ou vitaminées.
Elles ne sont cependant pas conseillées pour vous hydrater car elles sont souvent très sucrées et pourraient aggraver vos problèmes de transit. Utiles pour éviter l’hypoglycémie, elles le sont moins pour votre hydratation.
Également, les jus de fruits, type jus d’orange, sont souvent trop acides et irritent votre estomac. Pour éviter l’irritation optez pour du jus de raisin, de pomme ou de fruits exotiques.

Dans tous les cas, votre boisson doit être fraîche sans être froide au risque d’irriter votre système digestif et évitez également les boissons gazeuses.

Au moindre doute, si vous voyez qu’un jus de fruit ou une boisson énergisante influe sur votre système digestif n’insistez pas et préférez votre gourde d’eau ! Là aussi, l’idéal est de tester durant vos entraînements les boissons avec lesquelles vous êtes le plus à l’aise.

Pourquoi parler de vos troubles digestifs à votre ostéopathe ?

Que vous soyez sportif ou non, il est utile d’informer votre ostéopathe d’inconfort, ou gêne au niveau digestif.
En effet l’ostéopathie propose une multitude de techniques et d’approches très efficaces sur les troubles digestifs.

Voici quelques éléments sur lesquels votre ostéopathe pourra travailler.
Bien entendu, chaque traitement sera différent d’un patient à l’autre, en fonction de l’origine de vos troubles, de leur fréquence, intensité, ancienneté, etc.

Son action aura pour but de :

  • permettre la bonne vascularisation de vos organes.
  • s’assurer de la mobilité des différents viscères et stimuler votre système viscéral notamment par le biais de techniques rythmiques douces.
  • vérifier la présence d’adhérences cicatricielle qui pourraient créer des tensions et impacter votre système digestif.
  • relâcher votre diaphragme.
  • vérifier la sphère crânienne et vertébrale qui peuvent avoir une incidence sur l’innervation de vos viscères.

D’autres champs pourront bien entendu être explorés durant la consultation.

Ne laissez plus des troubles digestifs limiter vos performances sportives. Parlez-en.

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du sportif

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Join the discussion 2 Comments

Leave a Reply