0% lus

De nombreuses femmes souffrent de douleurs et de symptômes peu agréables autour et pendant leurs règles.

Parfois même, il est possible de subir ces symptômes menstruels en l’absence de menstruations. Soit des douleurs de règles, sans règles.
De nombreuses causes peuvent être mises en avant derrière les règles douloureuses. L’une d’entre elles est la sténose cervicale du col de l’utérus. Il ne s’agit pas ici d’un mal localisé dans votre cou, mais au niveau du col de votre utérus.
Nous faisons le point sur la sténose cervicale utérine (ou sténose cervicale de l’utérus, sténose du col utérin ou encore, parfois simplifié sténose de l’utérus ou col sténosé).

Sommaire

Sténose du col de l’utérus

Le terme de sténose est utilisé pour qualifier le rétrécissement d’un canal, ou encore d’un orifice. On parle alors de sténose cervicale de l’utérus pour désigner un rétrécissement du col de l’utérus. La sténose du col de l’utérus peut être complète, ou partielle.

Point sur le col de l’utérus

On trouve le col de l’utérus (aussi appelé cervix) au niveau de la partie basse de l’utérus. Partie qui connecte ce dernier au vagin. Celui-ci est pourvu d’une ouverture circulaire.

C’est notamment par cette ouverture que s’évacuent les menstruations, de l’utérus, vers le vagin. Mais aussi que peuvent passer les spermatozoïdes du vagin, vers l’utérus.

Le diamètre et la taille du col de l’utérus est variable en fonction de l’âge, mais aussi en fonction du moment où vous vous trouvez dans votre cycle. Au début de votre cycle par exemple, votre col est fermé et relativement bas.

Les rôles du col de l’utérus

Le col de l’utérus sécrète un mucus, que l’on appelle glaire cervicale. Ce mucus permet de garder l’intérieur de votre vagin humide, pour le protéger des agents et bactéries pouvant venir l’infecter.
Mais ce mucus joue aussi un rôle dans votre fertilité. Il permet en effet lors de votre phase d’ovulation, le passage et la progression des spermatozoïdes vers l’intérieur de votre utérus.
Pendant le reste de votre cycle menstruel en revanche, ce mucus perd en PH, et donc gagne en acidité. Il s’épaissit, aidant le col de l’utérus à « se boucher » hermétiquement. Ce qui empêche alors les spermatozoïdes (et bactéries) de se frayer un chemin vers votre utérus.

À ne pas confondre

Il ne faut pas confondre la sténose cervicale en gynécologie et la sténose cervicale. La sténose cervicale définit un rétrécissement du canal situé dans la région de votre nuque, dans laquelle on trouve votre moelle épinière.

Sténose du col de l’utérus : les symptômes

Les manifestations de la sténose surviennent dès l’apparition des règles. Ainsi, en période de ménopause, les symptômes ne sont pas présents. Mais cela ne veut pas forcément dire que votre col n’est pas sténosé.

Troubles menstruels

La fermeture complète du col de l’utérus cause bien souvent des troubles menstruels et des règles douloureuses. Par troubles menstruels, comprenez :

  • l’aménorrhée, soit l’absence de règles,
  • la dysménorrhée, soit des menstruations difficiles et douloureuses,
  • mais aussi parfois, des règles très abondantes.

Hématométrie et pyométrie

La sténose cervicale de l’utérus empêche l’évacuation optimale de vos menstruation, et peut causer :

  • une hématométrie, soit l’accumulation de sang dans l’utérus,
    ou encore une pyométrie, elle désigne l’accumulation de pus dans l’utérus.
  • Accumulation due à une infection avancée de la muqueuse de l’utérus, muqueuse appelée endomètre.

Risques d’évolution de la sténose cervicale utérine

Problèmes de fertilité

En plus des douleurs et de l’inconfort que peut occasionner le défaut d’évacuation de votre cavité utérine, la sténose cervicale du col utérin peut entraîner des problèmes de fertilité. Pourquoi ? De par la modification de la glaire cervicale et des difficultés que rencontreront les spermatozoïdes à passer dans l’utérus.

Endométriose

Aussi, le reflux de sang ou de l’endomètre dans votre bassin pourrait également être une des causes d’apparition d’endométriose. Il s’agit d’une maladie gynécologique fréquente dont près de trois millions de Françaises souffriraient.

Sténose cervicale du col de l’utérus : les causes

La sténose cervicale utérine peut avoir plusieurs origines :

  • Elle peut être congénitale : présente dès la naissance.
  • La ménopause. Durant cette période, la baisse de production du taux d’hormones peut engendrer une atrophie de la paroi de l’utérus et des tissus composant le col cervical. Cette atrophie rétrécit alors le passage du col de l’utérus.
  • Elle peut faire suite à un cancer du col de l’utérus ou de l’utérus. La présence d’une tumeur ou d’une masse obstrue alors le passage du col de l’utérus.
  • Elle peut être secondaire à une intervention chirurgicale au niveau du col de l’utérus. Dans le cas d’une modification du col à la suite d’un cancer du col par exemple. Ou encore secondaire à une intervention chirurgicale d’ablation de l’endomètre. Dans le cas de saignements intempestifs dans le vagin par exemple.

Les sténoses cervicales post-chirurgies

Des études montrent en effet que les sténoses cervicales post-thérapeutiques affichent une fréquence allant de 0 à 25 %. Il s’agit notamment :

  • des suites de conisations au laser : soit le retrait chirurgical d’une portion du col utérin,
  • ou de résections à l’anse diathermique : soit l’exérèse de cellules anormales ou précancéreuses du col, par colposcopie.

Comment savoir si vous souffrez d’une sténose cervicale de l’utérus ?

Il peut être délicat de savoir si vos douleurs de règles sont « normales » ou causées par une atteinte spécifique. De plus, comme abordé précédemment, côté femmes ménopausées, la sténose cervicale du col de l’utérus est asymptomatique. Face à tout doute, il est recommandé d’en parler à votre médecin ou gynécologue.

Comment se pose le diagnostic de la sténose du col de l’utérus ?

Votre médecin procède à une évaluation précise de vos symptômes et de leurs circonstances d’apparition.
La sténose cervicale utérine sera notamment suspectée si vous souffrez d’aménorrhée ou de douleurs à la suite d’une intervention chirurgicale.
Il conviendra cependant de confirmer le diagnostic par un test. Ce test est effectué à l’aide d’une sonde en vue d’identifier une éventuelle obstruction au niveau du passage du col. L’impossibilité de passer cette sonde dans votre cavité utérine pose le diagnostic d’une sténose cervicale complète.

Les examens complémentaires

D’autres tests doivent également être réalisés afin d’exclure un cancer de l’endomètre ou du col de l’utérus. Il s’agira notamment du frottis, d’une biopsie, ou encore de tests sanguins.

Col de l’utérus fermé et ménopause

Dans certains cas, le médecin ne réalisera pas d’examens complémentaires. Notamment en cas de ménopause sans symptômes douloureux avec des examens gynécologiques (frottis et spéculum) aux résultats normaux.

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Sténose du col utérin : quel traitement ?

Le traitement ne se fait que dans le cas de fortes douleurs, d’hématométrie, de pyométrie. Ou encore dans le cas où vous auriez des difficultés à concevoir.
Un traitement local peut être proposé, pour permettre la perméabilité du col. Si ce traitement local ne suffit pas, la pose d’un stent (sorte de petit ressort) sera éventuellement proposée par le médecin.

L’opération chirurgicale

Une prise en charge chirurgicale peut être proposée dans certains cas de risque de cancer et en cas d’échec des autres traitements.

Sténose du col utérin : quel traitement naturel ?

L’ostéopathie est à même d’apporter des solutions dans la prise en charge de la sténose cervicale du col de l’utérus. Il s’agira pour l’ostéopathe de soulager les douleurs et autres troubles que peuvent vous causer cette sténose.

Sténose du col de l’utérus et ostéopathie

Votre ostéopathe peut agir et vous accompagner sur les troubles gynécologiques de manière efficace.

Des techniques douces et exclusivement externes

Votre ostéopathe utilise, durant ses soins, des techniques très douces. Ces techniques ne se font en aucun cas en interne. Votre ostéopathe n’est pas habilité à pratiquer de toucher vaginal ou encore de toucher rectal.
Ce sont des pratiques exclusivement réservées à votre gynécologue, votre médecin généraliste, votre sage-femme ou encore votre kinésithérapeute spécialisé en gynécologie.

Soulager naturellement les règles douloureuses

La période des règles peut être vraiment pénible et lourde au quotidien. Vos douleurs peuvent en effet vous stopper dans vos occupations. Qu’il s’agisse de vos activités personnelles ou professionnelles.
Votre ostéopathe est en mesure de vous aider à réduire les tensions et douleurs que vos règles induisent au niveau de votre corps. Et ce, même en période de crise.

Relâcher les tensions

Son travail vise au relâchement des tensions retrouvées au niveau de votre bas-ventre, en réduisant la congestion locale de votre petit bassin. Votre ostéopathe a conscience de l’inconfort ressenti. Inconfort dû à la souffrance et à la sensibilité de votre organe utérin. Il attache ainsi une importance particulière à travailler au moyen de techniques particulièrement douces.
Votre ostéopathe peut intervenir en secondant votre prise en charge médicale. Son action permet alors, dans ce cas, d’augmenter l’efficience de votre traitement déjà mis en place. En améliorant notamment votre santé globale et donc, la réceptivité de votre organisme à ce traitement.

Réajuster la fonction utérine

Votre ostéopathe vient en soutien de votre système hormonal et votre système circulatoire en vue de leur conférer un fonctionnement optimal. Et ainsi permettre à votre organisme de réajuster sa fonction utérine, et en particulier l’ouverture de votre col utérin.
Le praticien fait de l’évacuation et de la diminution de la congestion de votre utérus une priorité.
La prise en charge en ostéopathie se fait également en dehors de vos crises. Travailler hors crise permet au thérapeute de travailler directement sur le positionnement de votre utérus et de ses attaches, avec plus de confort et de précision. Toujours sans techniques internes.

Coup de pouce à votre système hormonal

L’évolution de votre « état utérin » est dépendante de l’évolution de votre système hormonal au fil de votre cycle. Et si ce dernier n’est pas bien ajusté, votre utérus peut s’en trouver perturbé.
Afin de vérifier cela, votre ostéopathe doit évaluer votre équilibre hormonal, en se penchant sur divers éléments. Cela passe notamment par votre hypophyse, le chef d’orchestre de votre cycle menstruel. Mais également par votre système gynécologique, soit vos ovaires et donc votre utérus.
Votre utérus réagit et adapte son activité au fil de votre cycle menstruel, que cela soit pour la mise en place de votre endomètre jusqu’à son évacuation. Mais il réagit et adapte aussi son activité lors de la nidation d’un éventuel embryon, ou pour l’évolution de votre col utérin. Et ce, afin de le rendre plus souple, ouvert et perméable. Et donc accessible aux spermatozoïdes lors du moment de votre ovulation.

Système hormonal, équilibre alimentaire et hygiène de vie

Le système hormonal dépend aussi énormément de l’équilibre alimentaire et de l’hygiène de vie. L’ostéopathe pourra vous conseiller sur ces points. Un travail sur système digestif pourra être envisagé également si des troubles altèrent la qualité de la digestion. Comme par exemple un transit trop lent ou trop rapide, des irritations, etc. Il pourra éventuellement vous orienter vers d’autres professionnels de santé si besoin.

Un travail profond, mais à peine perceptible

Bien qu’il s’agisse de venir travailler sur des éléments et organes profonds, les techniques employées par votre ostéopathe restent douces et indolores. D’ailleurs, les techniques qu’il emploie sont si fines qu’elles vous seront même parfois difficilement perceptibles.

Optimiser la cicatrisation et limiter les adhérences

Un travail particulier peut être effectué au niveau de votre bassin à la suite de votre chirurgie. Et ce, afin de prévenir le processus cicatriciel qui peut être à l’origine de la sténose cervicale de l’utérus.
Une prise en charge rapide à la suite de ladite intervention réduit les risques d’adhérences cicatricielles. Adhérences fréquemment présentes aux suites de chirurgies abdomino-pelviennes.
Pour rappel, les adhérences post-opératoires ou adhérences cicatricielles se définissent comme le manque de glissement possible entre les différentes couches de tissus du corps qui apparaît lors de la cicatrisation.
Par exemple : il y a glissement possible lorsqu’on pince la peau de l’avant bras. Cela ne fait pas bouger les muscles en dessous. En revanche, s’il y a une cicatrice adhérente à cet endroit, la peau sera comme fixée et ne glissera plus par dessus.

Vers une meilleure vascularisation

Votre ostéopathe agit alors en douceur pour permettre un processus de cicatrisation optimal. Et pour une cicatrisation optimale et sans adhérences, le thérapeute doit s’assurer en premier lieu de la bonne vascularisation du bas de votre abdomen.
De nombreux éléments et facteurs peuvent en effet venir gêner le passage du sang vers les organes du petit bassin. Il peut s’agir de :

  • constipation au niveau du côlon,
  • blocage au niveau de vos lombaires,
  • ou encore au niveau de votre vessie et/ou votre utérus.

Votre ostéopathe peut également, s’il le juge nécessaire, se pencher sur votre crâne, vos cervicales, votre sternum et encore vos côtes. Il pourra également s’intéresser aux organes liés à la circulation du sang comme le foie ou les reins. Ceux-ci étant des points particulièrement importants pour la vascularisation générale de votre corps. Notamment de par le retour veineux vers le cœur, le système nerveux et le système lymphatique.

Booster naturellement la fertilité

Lorsque vous souhaitez concevoir et mettre en route un projet bébé, la prise en charge médicale peut être nécessaire. Votre ostéopathe a aussi sa place dans la prise en charge, et notamment un ostéopathe spécialiste des sujets fertilité.
Comment ? En prêtant main forte à votre corps pour être dans les meilleures dispositions possibles pour enfanter. Il va notamment aider à réduire les contraintes éventuelles retrouvées au niveau de votre bassin et de votre périnée. Mais aussi les tensions dans le corps que le stress ou la pression que cette période peut engendrer. Stress et infertilité féminine sont en effet souvent liés.
Il s’agit également d’effectuer un travail sur votre col cervical, par l’intermédiaire de votre système hormonal, pour permettre une meilleure perméabilité. Ou encore par l’ajustement de votre utérus directement, mais toujours sans aucune technique interne, et avec douceur.

Combien de séances en ostéopathie prévoir ?

Parfois, en période de crise, plusieurs séances rapprochées peuvent s’avérer nécessaires. Avec en parallèle un suivi en dehors des périodes de crises, pour des résultats significatifs et durables.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe spécialiste de la santé de la femme. Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.