0% lus

Une sténose cervicale peut entraîner des douleurs aux cervicales, fourmillements au niveau du bras, de l’épaule, ou encore de la main. On appelle également cette pathologie le canal cervical étroit ou encore sténose canalaire cervicale.
Comment reconnaître les symptômes du canal cervical étroit ? Comment est-il diagnostiqué ? Quels sont les risques d’évolution de la sténose cervicale et d’une prise en charge tardive ? L’ostéopathe est-il capable de soigner le canal cervical étroit de manière naturelle ?

Sommaire

Canal cervical étroit, sténose cervicale : de quoi s’agit-il ?

La sténose cervicale semble être l’apanage des plus de 55 ans. Pourtant, elle peut aussi toucher les personnes de 30 à 40 ans. Et notamment celles pratiquant des métiers particulièrement physiques comme les professions du bâtiment, techniciens de surface, etc. Mais aussi des métiers sédentaires et stressants.

Rappel anatomique

La colonne vertébrale est faite de plusieurs vertèbres juxtaposées les unes sur les autres. Empilées, elles disposent toutes d’un « trou », et forment alors une sorte de canal, de tunnel. Ce canal est appelé « canal rachidien ».

Jusque-là, vous suivez ? Bien, car ce n’est pas fini. Ce tunnel n’est pas vide, puisque c’est par là que passe votre moelle épinière, de votre tête, au bas de votre dos.

Et ce tunnel porte différents noms suivant les « étages » de la colonne. On parle notamment du canal rachidien cervical dans sa partie haute, et du canal rachidien lombaire dans sa partie basse.

Ce canal peut se rétrécir

Lorsque le canal rachidien cervical se rétrécit, on parle alors de sténose cervicale. Le terme sténose définit en fait le rétrécissement d’un orifice ou d’un canal.

La sténose peut aussi concerner les « étages bas de la colonne ». On parle alors de canal lombaire étroit, ou de sténose du canal lombaire.

Canal cervical étroit : symptômes et risques

Canal cervical étroit : les symptômes

Lorsque le canal rachidien cervical se rétrécit, il peut entraîner une compression de vos racines nerveuses.
Mais ces dernières ont un rôle très important. Notamment celui de faire transiter l’information, les messages nerveux, entre votre cerveau et le reste de votre corps. Et aussi, d’assurer l’innervation des muscles alentour. Ainsi, lorsque ce canal cervical se rétrécit, ces émergences nerveuses peuvent s’irriter.
Cela peut se manifester de différentes manières, avec notamment des douleurs aux cervicales, qui peuvent s’accompagner de :

  • Paresthésies, fourmillements au niveau du bras, de l’épaule, ou encore de la main
  • Décharges électriques
  • Engourdissements
  • Perte de sensibilité, aussi appelée dysesthésie

Vos douleurs peuvent être exacerbées lorsque vous toussez, éternuez, soulevez des charges lourdes.

La névralgie cervico-brachiale

On parle de névralgie cervico-brachiale pour des douleurs cervicales associées à une radiculalgie du bras. C’est-à-dire une douleur ou des sensations irradiant le long du trajet des nerfs.

Quels sont les risques d’évolution de la sténose cervicale ?

Des troubles de la marche ou de l’équilibre peuvent également être présents lors d’une atteinte sévère et chronique.
On parle alors dans ce cas de “myélopathie cervicale chronique”, définie par un trouble de la sensibilité profonde. Trouble causé car la partie postérieure de la moelle est comprimée.
Lors de la phase avancée, on note une compression des racines nerveuses à destination des deux membres inférieurs. Ce qui peut conduire à une atteinte des sphincters avec un défaut de contrôle sphinctérien. Cela peut alors mener à divers troubles comme des incontinences urinaires ou encore des incontinences anales.

Canal cervical étroit : causes, diagnostic et traitement

Canal cervical étroit : les différentes causes

L’arthrose

La première cause mise en avant ? C’est le changement de taille ou de forme du canal rachidien qui fait suite au vieillissement. Ou simplement, suite à son usure qui peut être prématurée.
Lors du vieillissement en effet, plusieurs phénomènes peuvent se produire. L’un des plus connus est l’arthrose, ​qui remanie l’os, le déforme. Ce remaniement osseux vient alors déformer à son tour le canal. C’est notamment dû à la présence d’ostéophytes. Ce sont des excroissances osseuses aussi appelées becs de perroquet du fait de leur forme.

Une hernie discale cervicale

Le disque, lors d’une hernie cervicale, peut venir repousser vers l’arrière votre moelle épinière. La hernie cervicale peut être causée par une usure ou encore un traumatisme comme un coup du lapin.

Un trouble inflammatoire chronique

La polyarthrite rhumatoïde peut être à l’origine d’un remaniement osseux. Elle peut alors causer le rétrécissement du canal rachidien.

L’ossification du ligament longitudinal postérieur

Bien que plus rare, la sténose cervicale peut être causée par une ossification du ligament vertébral commun postérieur. Il est aussi appelé ligament longitudinal postérieur et est situé dans le canal rachidien. À cet endroit, le tissu ligamentaire est peu à peu remplacé par des composants osseux. Ce qui entraîne alors une compression longitudinale. La moelle épinière se retrouve donc comprimée sur plusieurs niveaux vertébraux.

Sténose cervicale : le diagnostic

Devant toutes douleurs aux cervicales, consultez votre médecin traitant en premier lieu.
L’examen clinique de votre médecin permettra notamment :

  • de déterminer le trajet de vos douleurs,
  • d’évaluer votre force au niveau de vos membres supérieurs, soit vos épaules, vos bras et vos mains,
  • mais aussi d’évaluer votre sensibilité.

Votre médecin évaluera également la mobilité de votre rachis cervical en rotation, en inclinaison et en flexion-extension. Enfin, il se penchera aussi sur votre marche et votre équilibre statique.

L’imagerie médicale pour orienter le diagnostic

Les radiographies recherchent les signes pathologiques de votre colonne cervicale. Et notamment la présence d’arthrose, de tassements, d’anciennes fractures, d’ostéophytes, etc.
Le scanner, lui, est particulièrement utile pour évaluer le diamètre de votre canal cervical. L’IRM peut afficher votre moelle épinière et les pincements éventuels dont elle est victime. Et ce, de façon très précise, puisqu’elle permet d’évaluer le nombre, la taille et l’emplacement des pincements.

Rétrécissement du canal rachidien cervical : quel traitement ?

Afin de soulager vos symptômes, votre médecin vous prescrira la prise d’antalgiques et vous conseillera le repos.
Un collier cervical aussi appelé minerve, à la suite d’un traumatisme notamment, peut également être associé aux recommandations de votre médecin. Le but ? Aider à la récupération de vos cervicales et éviter l’aggravation des symptômes. En effet, le collier cervical limite le risque de déplacement de vos disques.
En cas de risque lésionnel neurologique irréversible, le traitement chirurgical est proposé. En effet, lorsque la moelle épinière est victime d’une compression excessive, elle peut engendrer une atrophie musculaire importante et une paralysie.
Bien entendu, les points abordés ci-dessus restent à discuter directement avec votre médecin traitant.

Canal cervical étroit et ostéopathie

La prise en charge du canal cervical étroit en ostéopathie permet de soigner les crises en phases inflammatoires. Mais aussi de réduire les contraintes qui s’exercent sur les racines nerveuses, et cela, de manière douce et naturelle.
Néanmoins, un certain nombre de séances peut être nécessaire en fonction de votre atteinte. La prise en charge peut se faire en parallèle du travail proposé par votre kinésithérapeute.
Enfin, l’action de votre ostéopathe sera limitée lorsque la sténose est très importante et qu’elle nécessite une intervention chirurgicale. C’est d’ailleurs le cas lorsque vos symptômes atteignent vos membres inférieurs. Cela peut en effet être le signe d’une atteinte médullaire importante. Dans ce cas l’ostéopathe trouvera sa place après l’intervention, notamment pour limiter la formation de ce que l’on appelle des adhérences cicatricielles.

Traiter le phénomène inflammatoire de la compression

Lors de la première consultation, l’ostéopathe travaillera à soulager votre douleur. Et ce, grâce à un travail de décompression lente et douce sur les différents étages cervicaux.
C’est notamment la compression présente ici qui provoque une inflammation de vos racines nerveuses. Compression qui entraîne alors vos fourmillements, sensations de brûlures, décharges et engourdissements.
Ce travail de décompression permet au sang de se drainer et ainsi de réduire le phénomène inflammatoire dans la zone.
Pour ce faire, l’ostéopathe sera amené à venir travailler sur :

  • les membranes de votre crâne,
  • la base du cou,
  • votre sternum,
  • mais aussi au niveau de votre diaphragme.

Ce soin permettra aussi de soulager la pression qui s’exerce sur les artères retrouvées au niveau de votre nuque.

Soulager les tensions musculaires

Les tensions musculaires chroniques peuvent être responsables, à terme, de contraintes importantes sur vos vertèbres. Et elles peuvent provoquer, au fil du temps, l’apparition d’arthrose.
Pour diminuer les tensions, l’ostéopathe va agir sur votre système musculaire et ce qui le régule, comme vos articulations. De ce fait, il pourra lever les contraintes provoquées sur vos os. Contraintes qui sont en partie à l’origine de votre arthrose.

Travailler sur les chaînes musculaires

Un travail sur les chaînes musculaires peut être pertinent. Attention, tous les ostéopathes ne sont pas familiers de cette approche spécifique.
Le principe est simple : vos muscles fonctionnent ensemble afin de gérer vos postures et vos mouvements. Certaines de ces chaînes s’insèrent directement sur vos cervicales. Donc si des tensions existent sur ces chaînes, elles peuvent induire une pression importante sur vos disques cervicaux. Ce qui accentue alors le risque d’apparition de hernies discales cervicales.
Pour réduire et soulager ces tensions, l’ostéopathe s’intéresse aux points de convergence de ces différentes chaînes musculaires. Il peut s’agir de vos pieds, de votre bassin, de votre diaphragme ou encore de votre tête, entre autres. Le but ? Identifier et « couper » la mécanique fonctionnelle pathologique.

Chasser les déséquilibres posturaux

Un déséquilibre postural peut conduire à des troubles au niveau de votre système musculaire. Mais aussi de votre système ligamentaire et osseux, qui peuvent à leur tour mettre à mal vos cervicales.
Ainsi, ne vous étonnez pas si votre ostéopathe teste votre posture en analysant la bonne intégration de l’information de vos capteurs posturaux. Nous parlons de vos yeux, votre oreille interne, vos pieds et votre mâchoire. Un trouble, même léger, d’un de ces capteurs modifie ainsi votre posture. Ce qui risque alors de constituer une source indirecte de contraintes pour vos cervicales.
Les axes de traitement proposés ici restent des axes généraux. Ils seront adaptés à chaque patient en consultation en fonction de vos antécédents et symptômes.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.