Skip to main content
0% lus

Saviez-vous que maintenir un poids de forme protégerait de certains troubles neurologiques ?

De nos jours, l’impact de l’obésité sur la santé est connu de tous. De plus en plus de personnes issues de pays et de milieux sociaux différents sont touchées par l’obésité. L’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) qualifie d’ailleurs le sujet d’enjeu de santé mondial.

En France, 15% de la population adulte serait en situation d’obésité et près d’un tiers est en surpoids. En plus de créer un terrain propice à l’apparition de maladies cardio-vasculaires, du diabète et de certains cancers, l’obésité pourrait aussi impacter le cerveau.

L’obésité, à l’origine de troubles neurologiques ?

Une étude menée par l’Université de São Paulo a comparé les cerveaux d’adolescents en bonne santé avec ceux d’adolescents en situation d’obésité. Les chercheurs ont pu observer que l’obésité créait un phénomène inflammatoire dans le système nerveux. Ce qui peut alors causer des dommages cérébraux.

Ces dommages étaient liés aux zones du cerveau en charge du contrôle de l’appétit et des émotions. Ce qui crée ainsi un véritable cercle vicieux chez les personnes en surpoids.

La prise de poids affecte-t-elle aussi la mémoire et la concentration ?

En vieillissant, les fonctions cognitives, c’est-à-dire les capacités du cerveau liées à la concentration, la communication, la mémoire et l’apprentissage, diminuent. Ce phénomène est dû à une réduction du volume de la substance blanche. Il s’agit d’une zone du cerveau responsable de relier entre elles les informations du système nerveux.

Mais des neurologues de l’Université de Cambridge ont découvert que cette altération de la substance blanche semblait se produire prématurément chez les personnes obèses. Les individus atteints d’obésité développent en effet fréquemment une résistance à l’insuline. Cette hormone est produite dans le pancréas, elle régule le taux de sucre dans le sang.

Ce dérèglement accélère la dégénérescence de la substance blanche. Ce processus est souvent qualifié de « vieillissement prématuré du cerveau » ou de « déclin cognitif ».

Perdre du ventre, la solution ?

La graisse localisée sur le ventre est celle qui poserait le plus de problèmes. Mais toutes les graisses ne se valent pas. Il existe en effet deux types de graisses abdominales :

  • la graisse sous-cutanée : située directement sous la peau et sur le muscle (celle qui crée la petite brioche) et qui se voit.
    la graisse viscérale : localisée sous les muscles et donc autour des organes comme l’estomac, les intestins ou encore la rate.

La plus préoccupante est la seconde, la graisse viscérale, d’autant plus pernicieuse qu’elle ne se remarque pas forcément sur la silhouette. Un ventre plat n’est donc pas systématiquement gage d’absence de graisse viscérale, celle-ci étant difficile à repérer sans examen médical.

Ce type de graisse peut être à l’origine d’inflammations chroniques. Ce qui entraîne alors la résistance à l’insuline. Et par conséquent, la vulnérabilité à certaines maladies.

L’obésité, une question de génétique ?

Si l’on en croit les scientifiques, 70% de la prise de poids est liée aux gènes. Les facteurs environnementaux (sédentarité, malbouffe, stress, etc.), eux, ne représentent que 30% des causes de l’obésité.

Une personne comptant dans sa famille un ou plusieurs cas d’obésité a en effet plus de chances de le devenir elle-même. Cependant, le profil génétique n’est pas déterminant quant à la prise de poids. L’alimentation et l’activité physique peuvent permettre de garder un poids de forme.

Comment prévenir l’apparition de l’obésité ?

Nous vous invitons à vous rapprocher de votre médecin ou d’un nutritionniste si vous souffrez d’obésité ou de surpoids important. Cela vous permettra de trouver les solutions adaptées à votre situation, et de bénéficier de la meilleure prise en charge possible.

Soyez attentifs à votre alimentation

En ce qui concerne l’alimentation, il est intéressant de s’interroger sur votre rapport à la nourriture. Mangez-vous par faim ? Par ennui ? Avez-vous tendance à ouvrir le frigo lorsque vous vous sentez seul ou triste ?

Tentez d’être pleinement attentif lorsque vous mangez, en évitant de manger debout à la “va-vite”. Cela vous permettra de renouer avec la sensation de satiété, un bon début pour éviter de manger au-delà de vos besoins.

Ces conseils sont très génériques, nous vous conseillons vivement de consulter quelqu’un sur le sujet pour vous accompagner.

Le sport, votre allié santé

Le mode de vie peut influencer votre état de santé et la prédisposition à l’obésité. La sédentarité est l’une des principales causes de la prise de poids dans les sociétés développées. Privilégier une activité physique régulière, comme la marche, la natation, etc. peut vous aider à prévenir l’apparition de kilos superflus. Il n’est jamais trop tard pour commencer le sport.

Dormez comme un bébé

Le manque de sommeil et les insomnies seraient le troisième facteur de prise de poids (lié à l’environnement) après l’alimentation et l’activité physique. L’explication se trouve dans la sécrétion d’une hormone produite pendant le sommeil, la leptine, conduisant à la sensation de satiété. Moins vous dormez, moins cette hormone est produite et plus vous risquez d’avoir faim.

Des études montrent que les personnes ne profitant pas d’un sommeil qualitatif consomment en moyenne 385 calories supplémentaires le lendemain.

Stress, l’ennemi de votre perte de poids

Le stress est aussi sur le podium des principales causes de prise de poids. Le stress et les différents états émotionnels viennent perturber l’équilibre hormonal et le rapport de chacun à l’alimentation. Se nourrir peut ainsi devenir un réconfort plus qu’un “carburant”.

Comme pour l’alimentation, le sujet du stress est trop vaste pour vous donner des conseils utiles ici.
Néanmoins, la première étape est de prendre conscience de son impact sur votre comportement alimentaire.
Il est aussi possible de se tourner vers des techniques de relaxation comme la méditation, le yoga ou quelques exercices de respiration pour retrouver son calme. Mais tout le monde n’est pas réceptif à ce genre de techniques.
Le sport de manière plus générale est aussi un bon moyen de réguler son stress et son anxiété.

Stop aux régimes restrictifs

Les fameux régimes d’avant l’été ou d’après les fêtes, vous connaissez ? Mettre régulièrement votre corps à la diète, n’est probablement pas la solution pour perdre du poids durablement.

Les régimes, s’ils fonctionnent un temps, n’ont souvent que peu d’effets sur le long terme. Beaucoup de personnes ont tendance à reprendre encore plus de poids au bout de quelques mois.

Cet effet yoyo est assez pervers, car il alimente la sensation de frustration et d’échec pour la personne qui n’arrive pas à maigrir. Ce qui fragilise son équilibre émotionnel et peut alors mener à terme à des troubles du comportement alimentaire. Comme la boulimie, l’hyperphagie, l’anorexie, etc.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.