0% lus

Le syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur (SADAM) ou Syndrome de Costen est un trouble causé par un dysfonctionnement de la mâchoire. Souvent méconnu du grand public il est pourtant particulièrement fréquent.

Et de nombreuses personnes atteintes du SADAM n’en ont pas conscience. En cause ? Une multitude de signes cliniques derrière ce trouble et des symptômes variables d’une personne à l’autre. Facteurs qui contribue à rendre le diagnostic particulièrement difficile.

Sommaire

Syndrome de Costen, SADAM : de quoi s’agit-il ?

Le SADAM (syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur), aussi appelé syndrome de Costen, est caractérisé par un dysfonctionnement ou une anomalie au niveau de l’articulation temporo-mandibulaire (ATM).

Point sur l’articulation temporo-mandibulaire (ATM)

L’ATM ne vous dit peut-être pas grand-chose comme ça, mais c’est une structure très complexe et particulièrement sollicitée au quotidien.

Il s’agit de l’articulation venant relier votre mâchoire inférieure aux os temporaux logés dans votre crâne. On parle de cavité temporale, située au-devant de l’oreille. Cette articulation agissant quelque peu comme une charnière coulissante. Vous disposez de deux de ces articulations, une de chaque côté de votre visage.

Les rôles et fonctions de l’ATM

L’articulation temporo-mandibulaire joue énormément de rôles au quotidien. Sans elle, il vous serait impossible de parler, de mastiquer vos aliments, de déglutir, de bailler, etc.
Elle a donc une place très importante dans des fonctions essentielles. Mais elle dispose également de capteurs posturaux qui interagissent avec d’autres capteurs. Comme ceux situés au niveau des yeux par exemple.
C’est une structure particulièrement importante pour le maintien du système postural. Notamment puisqu’un léger dérèglement de l’ATM peut venir impacter l’ensemble de votre posture.

L’environnement de l’ATM

La mâchoire est liée (directement ou indirectement) à d’autres structures environnantes et notamment à l’oreille, aux sinus et aux larynx.

C’est ainsi qu’un léger décalage de la mâchoire ou un déséquilibre peut venir générer vertiges, anomalies de voix ou encore sinusites et angines à répétition, parmi de nombreux autres troubles.

Pour en savoir plus, consultez notre article complet sur les liens entre la mâchoire et la sphère ORL.

Syndrome de Costen : les symptômes

Le SADAM est caractérisé par un dysfonctionnement au niveau de la mâchoire. Or l’ATM semble être liée à bien des structures et remplit de nombreux rôles. C’est la raison pour laquelle on retrouve bien des symptômes derrière le SADAM.

Vous pourriez notamment souffrir de

  • Douleurs à la mâchoire
  • Difficultés à ouvrir ou fermer la mâchoire
  • Mastication douloureuse
  • Craquements de la mâchoire
  • Sensation de démangeaisons dans l’oreille
  • Maux de tête localisés derrière l’oreille
  • Sensation de brûlure dans la gorge
  • Maux de dos
  • Difficultés à tourner la tête

Des douleurs à proximité…Et à distance

Si ce syndrome associe des douleurs de l’articulation de la mâchoire, il génère aussi des douleurs à distance.
Il peut s’agir de troubles au niveau de votre crâne comme des :

  • vertiges,
  • acouphènes,
  • névralgies faciales
  • ou encore de troubles de la déglutition,
  • mais aussi plus éloignés de la sphère cranio-faciale, comme des cervicalgies ou encore des lombalgies.

Tous ces troubles peuvent devenir une véritable problématique au quotidien. En effet, en plus d’entraîner des douleurs musculaires, vous pourriez souffrir de déséquilibres importants.

SADAM : un diagnostic délicat, une prise en charge peu adaptée

On assiste bien souvent à une véritable errance thérapeutique avant de pouvoir identifier le SADAM.
Premièrement, car il vous est certainement difficile de localiser exactement le foyer des douleurs de par leur localisation éparse. Mais aussi car les symptômes retrouvés sont nombreux et variables d’une personne à une autre.
L’identification du trouble et la mise en place de son traitement peuvent prendre plusieurs mois, voire des années. Beaucoup de patients voient de nombreux spécialistes (dentiste, orthodontiste, rhumatologue, stomatologue, ORL, podologue, etc.) sans vraiment de résultats.

SADAM et fibromyalgie

Les symptômes apportés par le syndrome de SADAM peuvent être confondus avec les signes de la fibromyalgie. Le traitement mis en place est alors la prise d’anti-inflammatoire ou d’antidépresseurs.

Une incompréhension lourde au quotidien

Le diagnostic est donc long et retarde la mise en place d’un traitement adapté. Ce qui peut provoquer une certaine chronicité des symptômes.
Ces douleurs peuvent entraîner chez vous le sentiment de vous battre contre votre propre corps. A cela peut s’ajouter le sentiment d’incompréhension lié à une prise en charge difficile. Douleur, errance thérapeutique, incompréhension favorisent l’apparition d’un état dépressif.

Diagnostic du Syndrome de Costen, ou SADAM

Nous savons que la complexité et la multitude des signes cliniques apportés par le SADAM le rende difficilement diagnosticable.

Les 1ers signes

Craquements de la mâchoire, douleurs derrière l’oreille, démangeaisons à l’intérieur de celle-ci vous poussent en général à consulter un spécialiste de la sphère ORL ou un dentiste. Selon la localisation de la douleur.

L’examen physique

Votre médecin, lui, effectuera un examen physique. Il observe notamment l’ouverture de votre bouche afin d’identifier une déviation au niveau de votre mandibule, avec un claquement de l’ATM.
Si le bruxisme est important ou présent depuis longtemps, on observe une usure prématurée des dents.

L’imagerie médicale

Lors des douleurs mandibulaires, le médecin peut parfois avoir recours à l’imagerie médicale (radio, IRM). Et ce, afin de vérifier l’intégrité des articulations mandibulaires et de l’arcade dentaire.

Syndrome de Costen : quelles sont les causes ?

Plusieurs facteurs peuvent intervenir dans l’apparition du syndrome de Costen, il est donc difficile d’en trouver une origine précise. Plusieurs causes peuvent néanmoins être mises en avant. Il s’agit notamment de :

  • Bruxisme : ce grincement réflexe des dents très souvent lié au stress arrive généralement la nuit.
  • Traumatisme de la face à la suite d’un accident : ce qui peut provoquer un décalage des dents ou de la mandibule.
  • Travaux dentaires successifs : arrachements de dents, appareillage qui provoque un mauvais alignement des dents, etc.
  • Déséquilibre postural : l’ATM est un capteur postural. Si un ou plusieurs capteurs avec lesquels elle interagit sont perturbés, cela peut engendrer des déséquilibres importants et provoquer un serrage réflexe (ainsi que du bruxisme).
  • Cause ancienne : une chute sur la face, une malformation de la mandibule, etc. Cette cause peut remonter de l’enfance.

D’autres causes sont également des facteurs de prédisposition

  • Stress chronique
  • Fosses nasales bouchées (avec sinusites chroniques)
  • Troubles du sommeil
  • Troubles digestifs

Prenez RDV chez votre dentiste

Ne trainez pas à traiter vos douleurs dentaires. Une carie ou encore une névralgie dentaire non traitée vous poussera bien souvent à mastiquer que d’un seul côté. Or la mastication unilatérale peut, à terme, générer divers troubles. Comme des tensions au niveau du cou ou encore des maux de tête.

Mâchoire et stress

Le stress cause bien du tort à votre organisme et nombreuses sont les études allant en ce sens. Un état de stress constant vient générer beaucoup de tensions et contractions dans votre corps, et cela se retrouve particulièrement au niveau de votre mâchoire.

Mais si votre mâchoire se retrouve en tension et contractée, vous vous exposez au bruxisme. Le bruxisme, vient peu à peu fatiguer et fragiliser les articulations et le cartilage de votre mâchoire. Ce qui constitue l’une des causes du SADAM.

M. Mouzé-Amady définit d’ailleurs le SADAM comme étant un marqueur biologique du stress dans son ouvrage « Stress chronique : panorama et focus sur de nouveaux indicateurs biologiques et biomécaniques ».

Le SADAM en quelques chiffres

Si le syndrome algo-dysfonctionnel de l’appareil manducateur est peu connu et difficilement diagnostiqué, il est pourtant particulièrement fréquent :

  • 8 à 10% de la population est touchée par ce syndrome.
  • Tout le monde peut en souffrir. On le retrouve néanmoins en particulier chez les femmes de 20 à 40 ans.
  • Après la ménopause, les signes tendent à diminuer.
  • Les enfants sont rarement touchés par le SADAM, la prévalence augmente cependant durant l’adolescence.

Syndrome de Costen : quel traitement ?

Lorsque le SADAM est identifié les traitements proposés passent bien souvent par une prise en charge par le dentiste. Il est effectivement important de corriger directement les problèmes de dents, voire d’envisager une prise en charge en orthodontie.
L’orthodontiste peut notamment proposer une orthèse mandibulaire qui permet de limiter le bruxisme. Il s’agit d’une orthèse, que vous connaissez certainement mieux sous le nom de gouttière. Elle est également utilisée pour limiter l’apnée du sommeil légère ou modérée.
Il peut également être proposé de consulter un psychothérapeute en vue de diminuer le stress.

Syndrome de Costen : quel traitement naturel ?

Lorsqu’un trouble génère des douleurs locales et à distance, il peut être intéressant de se tourner vers des médecines dites holistiques. C’est-à-dire qui considèrent le corps dans son entier. C’est notamment ce que propose l’ostéopathie.

L’intérêt de l’ostéopathie dans la prise en charge du SADAM

Les techniques dont usera votre ostéopathe pour traiter le SADAM sont toujours douces, et non invasives.
Le SADAM participe à de nombreux dérèglements, d’où la multiplicité des symptômes. Le rôle de l’ostéopathe est de réduire ces symptômes et de calmer vos douleurs. Et ce, afin de vous permettre de retrouver une fonction optimale de votre mandibule.
Votre ostéopathe va travailler au réajustement de votre mâchoire afin de stopper ce qui cause le phénomène de bruxisme. En examinant notamment votre tête ainsi que votre tronc. Mais ses soins ne s’arrêtent pas là.
En effet, ce syndrome est caractérisé par un dysfonctionnement de l’ATM. Cette dernière interagit avec de nombreuses autres structures du corps. Le soin de ce trouble doit donc se faire de manière globale.
Traiter uniquement les troubles au niveau de votre tête, ou de votre mâchoire ou ne serait que peu efficace. Notamment à long terme.

Un corps pris dans sa totalité

La mobilité de la mandibule n’est pas le seul point qui intéressera votre ostéopathe. Il accordera également une grande importance à tous les éléments biomécaniques en lien. Et ils sont nombreux. Comme par exemple le crâne, les cervicales, la cage thoracique, les capteurs posturaux, etc.
Après avoir travaillé sur les tensions en lien avec le SADAM, le soin de la tête peut se faire plus simplement. Notamment au niveau de votre crâne, ainsi que de votre mâchoire. Le principal travail sera de repérer ce qui déstabilise votre mandibule. Ainsi que ce qui l’empêche potentiellement de se placer correctement.
Notez également que votre ostéopathe pourra, au besoin, travailler le système musculaire de la mâchoire. Surtout si celui-ci est contracturé ou vous procure de l’inconfort.

Rendre leur mobilité aux os du crâne

L’ostéopathe travaille d’abord sur la mobilité des os retrouvés dans votre crâne. Ce dernier, fait office de socle pour la mandibule. Il constitue la pièce anatomique maîtresse à laquelle il faut s’intéresser afin d’évaluer les contraintes qui s’exercent sur l’os de la mâchoire. Mais également pour observer la manière dont le crâne y répond.
Cela peut ainsi amener votre ostéopathe à traiter de nombreuses parties de votre corps. Pourquoi ? Car la mobilité crânienne est interdépendante de la fonctionnalité globale de votre colonne vertébrale.
De plus, de par la proximité directe de votre crâne avec votre mandibule, nombreux des symptômes peuvent y être directement liés. Comme par exemple :

  • céphalées,
  • cervicalgies,
  • troubles de la vision,
  • douleurs dentaires,
  • sinusites,
  • acouphènes,
  • difficultés à la déglutition,
  • etc.

Identifier et soulager les compensations posturales de la mâchoire

Mandibule et posture sont étroitement liées. Lorsqu’il existe une perturbation posturale, la mâchoire sera potentiellement impactée, et vice versa.
Afin de venir identifier le déséquilibre postural qui peut mettre à mal votre mâchoire, il conviendra alors pour votre ostéopathe de s’intéresser à vos :

  • cervicales,
  • dorsales,
  • lombaires,
  • mais aussi plus bas, à votre bassin.

Au cœur des soins : traiter les dysfonctions musculaires et/ou articulaires. Mais aussi identifier les anciens traumatismes (récents comme très ancien) qui peuvent avoir un impact à l’heure actuelle et veiller à les traiter.

Limiter l’une des causes principales du SADAM : votre stress

Le stress semble être l’une des causes principales dans l’apparition et dans l’aggravation des symptômes caractéristiques du SADAM.
On constate en effet que le stress fait souvent partie intégrante d’un problème : parfois il l’initie, parfois il l’amplifie.
Votre ostéopathe est à même de vous aider à limiter et à mieux gérer votre stress. L’impact des soins se ressentira à différents niveaux : apaisement, sommeil, etc.

Une approche en synergie

Si l’ostéopathie est une solution adaptée au SADAM et au soulagement des douleurs, parfois elle ne suffit pas.
Le travail de l’ostéopathe doit parfois être entrepris en parallèle avec celui d’un dentiste, d’un podologue ou d’un médecin stomatologue. Ce travail en synergie permet d’obtenir un résultat complet et à long terme.

Sensibilisez votre entourage

Aussi, pensez à partager cet article à vos proches et sur vos réseaux sociaux. De nombreuses personnes souffrent du SADAM et n’en ont pourtant jamais entendu parler.
Connaître et comprendre ce trouble contribue à un diagnostic rapide et à une prise en charge adaptée.

Cabinet B - Ostéopathie

Rencontrez l’équipe qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse. Découvrez les spécialistes des sujets en lien avec la mâchoire.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.