0% lus

Le syndrome paranéoplasique ou paranéoplasies ? Il définit l’ensemble des signes et symptômes liés à un cancer et apparaissant en amont, pendant ou après celui-ci.
Il s’agit de signes à distance de l’endroit où évolue le cancer, dits systémiques. C’est le terme utilisé médicalement pour définir des signes n’affectant pas une seule et même partie du corps. Mais touchant au contraire à l’ensemble l’organisme. Ces signes apparaissent à cause d’une production de substance par la tumeur. Cette substance est diffusée via la circulation sanguine au reste du corps.
Les paranéoplasies sont observées dans environ 10 % des cas de cancers. Mais l’incidence est plus enlevée dans certain type de cancer. On pense notamment à ceux de la sphère digestive. Ou encore les cancers du poumon qui associent un ou plusieurs des syndromes paranéoplasiques dans environ 20% des cas.

Sommaire

Syndrome paranéoplasique : définition

Un syndrome paranéoplasique (ou paranéoplasies, bien que moins utilisé) regroupe l’ensemble des anomalies et signes liés à un cancer. Ces signes apparaissent avant, pendant ou encore après celui-ci.
Ces manifestations cliniques présentent une maladie propre à l’organe affecté par le cancer. Pourtant ces signes se font à distance de l’organe atteint, au niveau de tout votre système corporel. On parle alors de signes systémiques.

Des formes variées

Les syndromes paranéoplasiques peuvent prendre plusieurs formes donc, en fonction de l’organe atteint par le cancer. Mais ils peuvent aussi évoluer différemment d’une personne à l’autre. Enfin, notez que les réactions possibles sont de deux types :

  • Il peut en effet s’agir d’une sécrétion moléculaire ectopique de certaines molécules actives (des hormones, des neurotransmetteurs etc.). Par sécrétion moléculaire ectopique, comprenez une sécrétion moléculaire n’ayant pas son rôle habituel.
  • La seconde réaction possible est une réaction auto-immune. C’est-à-dire que le système immunitaire s’attaque aux cellules cancéreuses mais aussi au système nerveux.

Syndrome paranéoplasique : les différentes manifestations

Une sécrétion ectopique de molécules actives peut se manifester par des troubles :

  • endocriniens (un dysfonctionnement des hormones)
  • neurologiques (une atteinte du système nerveux central ou périphérique)
  • hématologiques (liés au sang)
  • dermatologiques (liés à la peau)
  • osseux ou articulaires

Notez cependant que la manifestation la plus connue est endocrinienne.

Syndromes endocriniens paranéoplasiques

La manifestation endocrinienne, la plus fréquente donc, se traduit par la sécrétion ectopique d’une substance ressemblant à une hormone. Elle entraîne des troubles sur les organes cibles. En effet, ces derniers les confondent avec les “vraies” hormones et les laissent donc passer.
Il peut s’agir d’une gynécomastie bilatérale. C’est-à-dire le développement excessif des glandes mammaires chez les hommes. Ou encore une hypertrophie des extrémités des membres par exemple.
Cela ​peut aussi entraîner :

  • faiblesse musculaire générale,
  • prise de poids,
  • hypertension artérielle,
  • ou encore un syndrome de Cushing paranéoplasique, entre autres.

Une rétention d’eau, une confusion et des convulsions peuvent être aussi observées chez certaines personnes atteintes d’un cancer du poumon.
Chez certaines personnes, nous pouvons observer une hypersécrétion des hormones de croissance. Cela risque alors de provoquer une déformation des mains, des pieds, d’une partie du visage (augmentation de la taille généralement).

Syndromes neurologiques paranéoplasiques (SNP)

Dans sa forme neurologique, il peut s’agir de troubles nerveux. Comme lors d’une neuropathie sensitive, avec des sensations de brûlures ou encore de picotements. On les retrouve essentiellement au niveau des mains et des pieds. Ou encore une faiblesse musculaire ou des problèmes de coordination.

Notez également que le syndrome de Guillain-Barré (SGB) peut être observé chez les personnes atteintes d’un lymphome de Hodgkin.

Les autres manifestations

Pour ce qui est de la manifestation hématologique, cela peut se traduire par une anémie. C’est-à-dire une réduction du nombre de globules rouges dans le sang.

Lorsqu’il s’agit de syndrome paranéoplasique cutané, cela peut se traduire par des :

  • démangeaisons,
  • gonflements des orbites,
  • ou encore des plaques violacées au niveau du dos.

Signal d’alerte

Les symptômes rapportés par le syndrome paranéoplasique tendent à s’améliorer avec le traitement du cancer, bien qu’ils puissent persister. Notez aussi que ce syndrome peut être une alerte dans la découverte précoce d’un cancer ou d’une rechute.

Syndrome paranéoplasique : les causes

Les causes des paranéoplasies sont liées à l’organe touché par la libération de substance. Et non à la présence directe d’un processus tumoral. Comprenez que les manifestations ne sont pas en relation directe avec la tumeur. Elles sont plutôt en lien avec la production d’une certaine substance par la tumeur.
Il existe notamment une production anormale de protéines (elles-mêmes anormales, pourtant ressemblantes aux protéines saines). Production anormale qui vient sur des zones cibles et crée des anomalies.

Syndrome paranéoplasique : le diagnostic

Le diagnostic du syndrome paranéoplasique est particulièrement difficile, notamment car il précède la maladie cancéreuse. Mais il peut également exacerber les symptômes de cette dernière, et parfois même l’imiter.
La difficulté réside également dans le fait qu’il existe une multitude de manifestations possibles (endocriniennes, dermatologiques etc.).
Généralement, le diagnostic permet de mettre en évidence de manière précoce une tumeur ou cancer. Cela donne alors l’occasion d’agir plus rapidement (notez qu’il en est de même lors d’une récidive).
Dans de rares cas, il existe certains signes pathognomoniques. Par signes pathognomoniques, comprenez qu’il s’agit de manifestations spécifiques à une maladie précise, permettant de poser un diagnostic.

Syndrome paranéoplasique : pourquoi consulter un ostéopathe ?

La prise en charge d’un syndrome paranéoplasique en ostéopathie ? C’est un acte thérapeutique que nous pourrions qualifier de “soin de support” ou encore de “soin de soutien”.
Les soins en ostéopathie permettent en effet de mieux appréhender les manifestations du syndrome paranéoplasique. Cela permet également de réduire certains symptômes ou de les rendre plus supportables. Mais aussi de mieux vivre au quotidien en gagnant en confort de vie dans les épreuves de la maladie.
Il est important de souligner ici que l’ostéopathie vient en aide dans l’atténuation du syndrome paranéoplasique. Son champ d’action est efficace dans la prise en charge des effets secondaires. Et il vient en soutien aux traitements mis en place et non en remplacement.

Syndrome paranéoplasique : que fait l’ostéopathe ?

Les manifestations et symptômes étant différents en fonction de l’atteinte. Il serait donc impossible d’aborder en détail dans cet article le fond des traitements ostéopathiques.

Une prise en charge au cas par cas

Il s’agit en effet d’une prise en charge au cas par cas. Cela dépend notamment du type de cancer. Mais aussi de la nature des manifestations (endocriniennes, neurologiques, etc.) apportées par le syndrome paranéoplasique.
Quoi qu’il en soit, il s’agira toujours de travailler au soulagement de vos symptômes. Ainsi que de vous apporter un soutien dans la gestion de votre stress. Mais aussi d’aider votre corps à se renforcer pour mieux faire face aux soins de chimiothérapie et de radiothérapie et à leurs effets secondaires.

Le soulagement des symptômes

Votre ostéopathe peut être d’une grande aide pour atténuer vos douleurs.
Les troubles endocriniens, articulaires, nerveux ou encore hématologiques apportés par le syndrome paranéoplasique entraînent de nombreux inconforts et douleurs. Et ils impactent particulièrement votre quotidien, mais aussi votre moral.
L’objectif premier de votre ostéopathe est donc de vous prendre en charge afin de rendre plus gérables les symptômes connus.
Votre ostéopathe peut en effet agir sur :

vos douleurs de ventre,
vos problèmes digestifs comme une constipation ou des diarrhées,
une hypersensibilité nerveuse,
ou encore une hypertension artérielle (HTA), parmi tant d’autres.

En cas d’hypertension artérielle par exemple, l’ostéopathe agira en amont du système vasculaire en relâchant les muscles de votre colonne cervicale. En effet, c’est le lieu de passage vasculaire et de ganglions importants. Il aidera alors votre corps à mieux s’oxygéner.
L’ostéopathe adaptera son soin en fonction du système atteint, et donc de ce que vous présentez.

La gestion du stress

Lorsque le diagnostic de la maladie cancéreuse est malheureusement posé, il s’ensuit un stress particulièrement important. Seulement, ce stress et les tensions physiques qu’il génère peuvent augmenter les effets et les manifestations des syndromes paranéoplasiques.
Se faire accompagner par son ostéopathe pour agir sur votre stress vous aidera notamment à appréhender le retentissement que cela peut avoir sur votre moral. Et donc sur votre organisme.
Nous disposons d’un article complet sur les effets de l’ostéopathie sur le stress, envisagez sa lecture.

L’ostéopathie en tant que soin de support (ou de soutien)

L’ostéopathie vient en soutien aux soins et aux traitements déjà mis en place dans la prise en charge du cancer.
Cette médecine douce et naturelle vous permet d’être accompagné dans vos soins de chimiothérapie et de radiothérapie. En effet, votre ostéopathe aidera votre corps à se renforcer pour faire face aux effets secondaires de ceux-ci.
Il s’agira pour votre ostéopathe de vous soigner mais aussi de vous préparer à l’aspect “traumatique” de ces soins : l’action chimique de la chimiothérapie et le soulagement des zones irradiées par la radiothérapie.
L’ostéopathie peut également agrémenter votre prise en charge thérapeutique lors de traitements médicamenteux, d’une prise en charge en psychologie, ou encore en kinésithérapie.

Quand la chirurgie est inévitable

Lors d’une ablation, il s’agira pour votre ostéopathe de travailler sur vos cicatrices afin d’éviter des adhérence. Mais aussi d’effectuer des soins sur les organes thoraco-abdominaux.
Le but des soins en ostéopathie après l’opération étant aussi de permettre de reprendre conscience de votre corps. En effet, il peut arriver d’avoir le sentiment que votre propre corps vous est étranger. Ou encore, qu’il réponde moins bien.
Enfin votre ostéopathe peut vous soulager de vos autres symptômes. Nausées, vomissements, maux de têtes, troubles du sommeil comme les insomnies peuvent être diminués par un suivi régulier en ostéopathie.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.