Skip to main content
0% lus

Vous souffrez de douleurs dans la fesse, qui descendent dans votre cuisse ? Alors que vous êtes assis depuis un moment, vous remarquez un engourdissement au niveau de votre fessier ? Marcher augmente votre douleur ?
Peut-être pensez-vous en premier lieu à la sciatique, et à juste titre, mais s’il s’agissait en fait du syndrome du piriforme ?
Les manifestations de cette atteinte se rapprochent grandement de celles d’autres troubles, ce qui rend son diagnostic délicat.
Alors comment reconnaître les symptômes du syndrome du piriforme ? Qui consulter ? Est-il possible de soulager naturellement les douleurs apportées par ce trouble ? Votre ostéopathe peut-il traiter le syndrome du piriforme ? Dans quelles limites ?

Sommaire

Syndrome du piriforme : de quoi s’agit-il ?

Le syndrome du piriforme est également appelé syndrome de la traversée fessière ou syndrome du muscle pyramidal. Il touche à un muscle profond logé au niveau de la hanche et donnant son nom au syndrome : le muscle piriforme, ou muscle pyramidal.
Situé sous votre grand fessier, il s’insère au niveau du sacrum, cet os retrouvé dans la partie postérieure de votre bassin. Et il s’étend ensuite jusqu’au sommet du fémur, l’os de votre cuisse.

Syndrome du muscle pyramidal ou syndrome pyramidal ?

Il ne faut pas confondre le syndrome du muscle pyramidal avec le syndrome pyramidal. Ce dernier est caractérisé par des troubles de la motricité causés par une atteinte du faisceau pyramidal. Le faisceau pyramidal ? C’est la structure nerveuse qui transmet des commandes entre le cerveau et la moelle épinière.

Le piriforme, ce muscle complexe

La complexité de ce muscle réside dans sa mobilité et son rôle. Il permet la mobilité de votre hanche mais aussi la stabilité de votre bassin en fonction du positionnement de celle-ci.
Il assure essentiellement la rotation externe de votre hanche. Et quand elle est en flexion, il a également un rôle d’abduction. Par abduction, comprenez l’éloignement de votre jambe par rapport à l’axe de votre corps.

Syndrome du piriforme : les causes

Le syndrome du muscle pyramidal peut en effet avoir plusieurs causes, qui peuvent être simultanées.

Un traumatisme

Un traumatisme direct, comme une chute sur les fesses par exemple, peut créer une compression ou un écrasement de différentes structures de votre bassin. Il peut s’agir de structures musculaires, osseuses, tendineuses, nerveuses, vasculaires, etc. Cela entraîne alors une réaction d’inflammation musculaire du piriforme. Dans le cadre d’un traumatisme direct, des examens complémentaires peuvent être demandés par votre médecin traitant afin d’écarter toute autre atteinte.

Une intervention chirurgicale

Les suites d’une opération chirurgicale au niveau du bassin peuvent potentiellement participer à créer des contraintes sur le muscle et le spasmer. Qu’il s’agisse du processus de cicatrisation, de l’impact de la chirurgie sur votre posture, etc.

Le sport

Certaines pratiques sportives, de par l’asymétrie des gestes effectués, comme le handball, le tennis ou encore l’escrime, entre autres, pourraient favoriser ce syndrome.
Cela reste néanmoins à nuancer, car si le geste sportif est effectué correctement, cette asymétrie dans la pratique ne devrait pas poser problème.

Un trouble anatomique

Une inégalité dans la longueur des jambes. Cela peut causer une sollicitation excessive du muscle piriforme par rapport à l’autre, pouvant alors être à l’origine de l’apparition du syndrome.
A nouveau, cela reste à nuancer car il est normal et fréquent d’observer une asymétrie entre nos membres.

Un trouble de la statique

Un bon appui des pieds au sol est essentiel, notamment dans la pratique de votre sport. Ainsi, un affaissement des voûtes ou encore un pied trop creux peuvent causer des contraintes sur votre piriforme. En effet, ce dernier est alors sollicité anormalement pour participer à la compensation posturale.

Un déséquilibre musculaire

Un déséquilibre musculaire au niveau des muscles de votre bassin, mais aussi de l’ensemble de votre corps, peut être à l’origine de ce syndrome. Votre bassin est en effet un carrefour entre les forces de vos membres inférieurs et de votre buste. Dans le cas d’un déséquilibre de vos épaules par exemple, votre bassin avec l’aide du muscle pyramidal pourra être mis à contribution pour ajuster votre posture.

La grossesse

Durant la grossesse, le corps change et s’adapte. Cela est particulièrement vrai pour le bassin.

D’abord, le système musculaire est très sollicité. Mais l’on assiste également à une augmentation de la laxité ligamentaire notamment au niveau des sacro-iliaques. Ce sont ces articulations en arrière de votre bassin. Cela entraîne alors une sollicitation particulière du muscle piriforme.

Notez enfin qu’au fil de la grossesse, bébé comprime également la zone pelvienne sur laquelle l’utérus se pose. Même si la demande n’est pas exprimée comme telle, les douleurs du piriforme chez la femme enceinte représentent un motif fréquent de consultation en cabinet.

La proximité du nerf sciatique

Votre nerf sciatique entretient une relation étroite avec le muscle pyramidal.

La multiplicité des configurations du passage du nerf sciatique par rapport au muscle piriforme offre un terrain propice au développement de ce syndrome. Le nerf sciatique peut en effet traverser le muscle, passer au-dessus ou au-dessous. Et il peut parfois même se diviser en plusieurs branches, contournant de part et d’autre le muscle.

Syndrome du piriforme et sciatique

Le syndrome du piriforme aurait une part de responsabilité dans 5 à 6 % des cas de sciatique.

Syndrome du piriforme : les symptômes

Les symptômes du syndrome du piriforme se rapprochent sensiblement de ceux de la sciatique. Vous pourriez en effet souffrir de :

  • Douleurs dans la fesse, qui descendent dans la cuisse et s’arrêtent au-dessus de votre genou, à l’arrière
  • Engourdissement au niveau de votre fessier lorsque vous restez assis
  • Douleurs exacerbées à la marche

Un impact non négligeable sur le quotidien

Dans ce syndrome du muscle pyramidal, la douleur peut malheureusement devenir chronique. Conduire, monter les escaliers ou même rester assis à votre poste de travail pourrait relever du vrai défi. Pour ce qui est de votre pratique sportive, ce syndrome peut venir ralentir son intensité, voire même la stopper.

La fessalgie du runner

On appelle aussi parfois ce syndrome la fessalgie du runner, bien qu’il ne touche pas seulement les coureurs .
Les personnes qui pratiquent une activité physique régulière en amateur, ou les sportifs de haut niveau peuvent être touchés. Il en va de même pour les personnes trop sédentaires et ce, d’autant plus si elles ont un travail stressant ou physiquement répétitif.
Il semblerait également que les femmes soient plus touchées que les hommes. Cela serait dû notamment du fait de la laxité ligamentaire présente dans la région du bassin féminin. Mais il ne s’agit pas de l’unique cause.

Syndrome du piriforme : diagnostic et traitement

Comment se pose le diagnostic ?

Le diagnostic fait par votre médecin est clinique et il va faire divers tests pour mettre en évidence la douleur.
Le test de « FAIR », l’un des plus utilisés. Il consiste à mettre en tension votre muscle piriforme par une flexion, une adduction et une rotation médiale de votre hanche. Le test est positif si la mise en tension produit une douleur là où se croisent le muscle piriforme et le nerf sciatique.
D’autres méthodes existent, comme les manœuvres de Pace et Nagle, ou encore de Beatty.

Et si c’était autre chose ?

Le diagnostic différentiel permet d’éliminer toute autre pathologie et symptômes qui peuvent se rapprocher des symptômes du syndrome du piriforme. Il convient notamment d’écarter, entre autres :

  • Pincement discal
  • Spondylolisthésis, soit le glissement d’une vertèbre
  • Névralgie pudendale
  • Toute pathologie pouvant être à l’origine de signes de sciatique
  • Toute pathologie des articulations sacro-iliaques, des lombaires ou de la hanche

L’intérêt de l’imagerie médicale

Afin d’écarter les pathologies ci-dessus et en cas de doute, votre médecin peut vous prescrire une radiographie, un scanner ou encore une IRM.

Syndrome du piriforme : quel traitement ?

Il convient en premier lieu de stopper provisoirement ou d’adapter vos activités sportives. Le but ? Limiter les gestes qui déclenchent vos douleurs.
Des exercices particuliers d’étirements sont ensuite conseillés. Pour ce qui est du soulagement de vos douleurs, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent vous être prescrits mais n’auront qu’un effet temporaire.
Quant à l’intervention chirurgicale, elle n’est que très rarement nécessaire.
Les points abordés ici restent à discuter directement avec votre médecin traitant.

Syndrome du piriforme : quel traitement naturel ?

Vous souffrez du syndrome de la traversée fessière ? Contactez votre ostéopathe. Celui-ci est capable, en plus de soulager votre douleur naturellement, d’identifier la cause à l’origine de votre syndrome du piriforme. Il pourra ensuite la traiter afin d’ éviter la récidive.
Et si les soins ostéopathiques vous permettront de reprendre vos activités, l’ostéopathe saura aussi vous conseiller dans la bonne exécution de vos gestes. Et ce, qu’il s’agisse de vos gestes de la vie courante, de vos gestes et positions sur votre lieu de travail ou encore de votre pratique sportive.

Syndrome du piriforme et ostéopathie

Avant de vous conseiller sur les bons gestes et attitudes à adopter, votre ostéopathe doit prioriser le soulagement de votre douleur. Mais également l’identification du ou des facteurs ayant déclenché le syndrome.

Soulager la douleur

Généralement, la première chose qui vous pousse à consulter est la douleur. Mais aussi la difficulté à exécuter vos gestes du quotidien comme la marche ou encore la pratique de votre sport.
Votre ostéopathe doit ici procéder au réajustement de votre bassin ainsi qu’à la décontraction des muscles présents. Son but ? Diminuer l’irritation causée par votre muscle pyramidal.
C’est ainsi que vos hanches, vos lombaires et vos muscles fessiers, entre autres, sont travaillés par votre ostéopathe. Ensuite, l’ostéopathe pourra faire un travail de relâchement directement sur votre muscle, en agissant bien sûr avec douceur sur cette zone sensible.

Identifier et lever les contraintes de la zone

Nous l’avons abordé précédemment, le syndrome du piriforme peut être causé par de nombreux paramètres. Et en vue de traiter ce syndrome, votre ostéopathe doit les repérer et les réajuster afin d’aider votre corps à retrouver son équilibre.
Il s’agit alors d’un vrai travail d’investigation permettant d’évaluer le positionnement et les différentes tensions de votre système musculo-squelettique. Ainsi que de votre corps dans son entier.
C’est notamment la raison pour laquelle votre ostéopathe s’attardera sur :

  • le positionnement de votre tête,
  • les tensions de toute votre colonne vertébrale,
  • mais aussi sur les éléments de vos membres inférieurs, soit vos pieds, vos chevilles, vos genoux et vos hanches. Il arrive en effet souvent que l’ostéopathe soit amené à travailler à distance de vos douleurs.

Vos organes intéressent aussi l’ostéopathe

Ne vous étonnez pas non plus si le praticien s’intéresse à certains de vos organes. Il peut être amené à positionner ses mains au niveau de votre thorax, et en particulier au niveau de votre ventre.
Il y a une bonne raison à cela : votre estomac, vos intestins, votre foie et votre vessie pour ne citer qu’eux peuvent en effet conditionner le placement de votre corps.
Ils peuvent impliquer une tension puissante et permanente d’un de vos muscles pyramidaux, ou des deux. L’objectif ? Que votre bassin tienne bien votre corps dans les différentes situations de votre vie courante.
Ces manipulations sont, comme toujours, douces et sans douleurs. Mais il est vrai qu’elles peuvent générer un léger inconfort chez certains.

Faire le point sur votre posture

Votre muscle piriforme a une fonction bien plus complexe qu’il ne laisse paraître. Des troubles de la statique et de la posture peuvent notamment entraîner sa sollicitation excessive.
Dans ce cas, l’idéal est de se tourner vers un ostéopathe spécialisé en posturologie. Ce dernier est à même de détecter vos troubles posturaux. Il s’agira pour le praticien d’observer :

  • votre colonne,
  • votre bassin,
  • l’appui de vos pieds au sol,
  • mais aussi le placement de votre mâchoire.

Le travail de l’ostéopathe ne s’arrête cependant pas là. En effet, il conviendra aussi d’évaluer votre fonction oculomotrice, soit les fonctions des muscles de vos yeux. Mais il faudra aussi s’assurer que votre oreille interne ne perturbe pas votre organisme. Et enfin, que vos pieds assurent de manière optimale leur rôle de récepteur d’informations venant du sol.

Des conseils et bons gestes à appliquer au quotidien

Votre syndrome du piriforme peut être provoqué par une répétition trop importante d’un même geste, et par les contraintes qu’il exerce sur votre corps.
Votre ostéopathe pourra, en fonction des tensions qui vous sont propres, vous aiguiller sur des arrangements potentiels pour limiter les récidives.
Il s’agira notamment d’aborder votre posture au travail mais aussi l’ergonomie de votre poste de travail :

  • positionnement de votre écran par rapport à votre regard,
  • hauteur de l’assise de votre chaise par rapport au plan de votre bureau,
  • positionnement de vos mains sur le clavier,
  • etc.

Dans certains cas, il peut être intéressant de faire appel à un ergonome, parlez-en avec votre employeur.
Il convient également de corriger les troubles liés aux sollicitations excessives lors de votre pratique sportive. L’ostéopathe vous proposera de revoir certains gestes avec votre coach sportif afin, là aussi, d’éviter le retour du syndrome du piriforme.

Quid des semelles ?

Le port de semelles orthopédiques peut être utile, notamment pour corriger une asymétrie importante. Le travail de votre podologue et de votre ostéopathe sera réalisé en synergie afin de vous garantir les meilleurs résultats.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse. Rencontrez des ostéopathes spécialistes du suivi du sportif.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.