Skip to main content
0% lus

Lorsque vous souffrez du syndrome de Tietze, vous souffrez en fait d’une inflammation des cartilages dans votre cage thoracique.
Il vous arrive de ressentir une forte douleur, une pointe dans la partie haute de votre cage thoracique ? Cette douleur est accentuée lorsque vous levez les bras, ou simplement par le fait de bouger ? Vous ressentez de fortes douleurs dans la poitrine lors de la respiration, d’un éternuement ou lorsque vous toussez ?
Le syndrome de Tietze pourrait en être à l’origine.
Les douleurs thoraciques ou proches du sternum font souvent redouter le pire. Il faut reconnaître que de par leur localisation, elles font vite penser à une atteinte cardiaque ou pulmonaire.
Pourtant, on estime que pour 50 % des patients souffrant de douleurs thoraciques, les causes ne sont ni cardiaques, ni pulmonaires.

Sommaire

Syndromes de Tietze : de quoi s’agit-il ?

Les cartilages en souffrance

Votre cage thoracique assure plusieurs rôles. Elle protège notamment vos organes vitaux, comme votre cœur et vos poumons. Et pour qu’elle le fasse bien, elle comporte une certaine rigidité.
Mais elle permet aussi le mouvement de respiration, puisqu’elle se gonfle lorsque les poumons se remplissent. C’est pour cela, qu’elle doit être mobile. Ce sont notamment les cartilages qui relient vos côtes à votre sternum qui permettent cette mobilité.

Une inflammation au sein de la cage thoracique

Il arrive parfois que ces cartilages soient enflammés : c’est le syndrome de Tietze.
On l’appelle également le syndrome costochondral. Mais aussi costochondrite, bien que cette appellation comporte des nuances que nous aborderons par la suite.

Comment reconnaître un syndrome de Tietze ?

Les principaux signes de ce syndrome sont des douleurs thoraciques au niveau de la partie haute de la cage thoracique.
Elles sont généralement localisées à côté du sternum, entre la 2ème et la 3ème côte.
Les douleurs se manifestent sous forme de pincement qui évoluent par périodes de poussées. De plus, elles sont exacerbées lorsque vous bougez.

Les symptômes

Douleurs thoraciques lors des mouvements

Elles sont en effet amplifiées par certains mouvements, et lorsque vous forcez, elles se manifestent de manière vive. Ainsi, le syndrome peut causer des :

  • Douleurs lors de la respiration, ou douleurs lors d’inspirations profondes.
  • Douleurs lors des mouvements des bras, du port de charge, ou d’un effort important.
  • Ou encore, des douleurs thoraciques lors de la toux, d’éternuements, de rires, d’étirements, etc.

Enfin, en cas de syndrome de Tietze, on constate généralement des gonflements et des rougeurs, à l’endroit des douleurs. De plus, la douleur peut irradier vers votre dos, votre nuque, vos épaules, et vos bras.

Syndrome de Tietze ou costochondrite ?

Il existe des différences entre le syndrome de Tietze et la costochondrite, bien qu’ils soient souvent confondus.
D’abord, la costochondrite ne donne pas de gonflements, contrairement au syndrome de Tietze.
Par ailleurs, en cas de costochondrite, les cartilages de la cage thoracique souffrent aussi d’une inflammation. Mais cette dernière est plus étendue, moins localisée.
Enfin, il existe également des différences quant au public touché par ces troubles. Mais ça, on vous en parle juste après.

Les risques du syndrome de Tietze

La localisation inquiétante des douleurs et leur intensité causent bien souvent de l’angoisse et du stress. Ainsi, ces derniers peuvent être source d’hyperventilation, voire même d’une syncope. La syncope ? C’est lorsque vous perdez connaissance de manière brutale.

Syndrome de Tietze : causes et prévalence

Syndrome de Tietze : les causes

Les causes du syndrome de Tietze restent inconnues. Cependant, certains facteurs semblent être impliqués dans son apparition. Par exemple :

  • Un traumatisme/un coup dans la cage thoracique. Comme le choc de la ceinture lors d’un accident de voiture, un coup reçu pendant la pratique d’un sport, etc.
  • Le port de charges lourdes.
  • L’exécution de mouvements répétitifs et forcés. Comme le travail à la chaîne, particulièrement celui qui sollicite les bras en position relevés.
  • Un effort de force interne de votre organisme ou un effort brutal dans votre cage thoracique. Comme une quinte de toux, des vomissements violents, etc.
  • Une affection particulière de vos articulations qui les affaiblit et les rend plus sensibles comme la polyarthrite rhumatoïde.

Syndrome de Tietze, costochondrite : qui peut en souffrir ?

Tout le monde peut être concerné par ces troubles.

Généralement, le syndrome de Tietze survient entre 20 et 40 ans et touche aussi bien les hommes que les femmes.

En revanche, la costochondrite, concerne davantage les femmes et aurait tendance à se déclarer au-delà de 40 ans.

Enfin, certains profils semblent plus à risques de développer un syndrome de Tietze ou une costochondrite :

  • Les personnes qui exécutent des gestes répétitifs.
  • Les sportifs, plus exposés aux coups portés à la cage thoracique.

Syndrome de Tietze : diagnostic et traitement

Syndrome de Tietze : le diagnostic

Devant toute douleur thoracique ou douleur intercostale, il est conseillé de vous rendre rapidement chez votre médecin. Ainsi, il pourra procéder à un​ examen clinique approfondi.

D’abord, il examine la zone douloureuse par palpation en vue d’écarter toute pathologie cardiaque ou pulmonaire.

Ensuite, le diagnostic différentiel​ permet d’écarter des pathologies comme :

  • l’angine de poitrine,
  • le syndrome de cyriax, soit une subluxation du cartilage,
  • ou encore l’ulcère gastrique. En effet, les remontées peuvent venir brûler au niveau du sternum à l’arrière.

Par ailleurs, en cas de choc violent ou d’accident, il est possible d’effectuer une radiographie. Elle permet de s’assurer qu’il n’y a pas de déplacement ou encore de fracture.

Syndrome de Tietze : quel traitement ?

Comme le syndrome de Tietze est causé par une réaction inflammatoire, le traitement comprend généralement :

  • Du repos.
  • La prise d’antalgiques (AINS, paracétamol) pour soulager les douleurs.
  • Une pommade anti-inflammatoire.

Lors de douleurs intenses, une infiltration d’anesthésiques ou de corticoïdes est faite localement.
Enfin, lors de formes sévères du syndrome de Tietze, une intervention chirurgicale peut être effectuée.

Ces points restent à aborder directement avec votre médecin traitant.

Syndrome de Tietze et ostéopathie

Nous rencontrons souvent le syndrome de Tietze en ostéopathie. Il est en effet fréquent qu’un des cartilages costochondraux, au niveau de votre sternum, soit douloureux. De plus, un phénomène inflammatoire et une sensibilité à la respiration peuvent persister, au mouvement, et au toucher.
En quelques soins, la douleur est généralement neutralisée. En revanche, de votre côté, il sera nécessaire de vous mettre un peu de temps au repos.
Néanmoins, il existe des cas où l’ostéopathe ne peut pas intervenir directement pour vous soulager. Notamment en cas de fracture de la côte par exemple.
Aussi, avant de vous rendre chez votre ostéopathe, il est important de consulter en premier lieu votre médecin traitant. Ainsi, il pourra écarter toutes autres pathologies qui pourraient nécessiter un suivi médical.

Syndrome de Tietze et ostéopathie : que fait le praticien ?

L’objectif ? Soulager le phénomène inflammatoire. Qu’il s’agisse d’ailleurs d’un syndrome de Tietze ou d’une costochondrite.

Mais le risque de récidive serait important sans identifier les blocages et les facteurs à l’origine de cette inflammation. C’est la raison pour laquelle l’ostéopathe s’attelle à une investigation approfondie.

Le drainage de l’inflammation : une priorité

L’ostéopathe commence par un travail d’apaisement et de drainage de l’inflammation.
Pour ce faire, il utilise des techniques douces et parfois même à distance de la zone. Notamment, à l’extrémité du sternum ou des côtes.
Cela permet de relâcher vos muscles et d’éviter la compression de vos côtes et des cartilages. Mais aussi de diminuer l’œdème.

La main sur les éléments de la respiration

Il est extrêmement important de disposer d’une respiration fluide et ample. Et ce, pour de nombreuses raisons.
Notamment car une perturbation de la respiration peut accentuer le syndrome de Tietze.
Sans compter le fait que votre douleur réduit certainement encore plus la qualité de votre respiration.
Votre ostéopathe doit donc ici se pencher sur la bonne mobilité des éléments qui entrent en jeu dans l’exécution du mouvement respiratoire de votre cage thoracique.

Le diaphragme

Le diaphragme est le muscle principal de la respiration. Et il est accompagné de tous les muscles intercostaux pour mobiliser votre poitrine et alimenter vos poumons en oxygène.
Votre ostéopathe s’assure alors que tous ces éléments disposent d’une bonne élasticité. Mais il vérifie aussi que les autres « muscles respiratoires accessoires » aient une bonne fonction.
On retrouve ces derniers au niveau de votre nuque, de vos épaules ou de certains groupes musculaires de votre dos.

Les muscles respiratoires accessoires, kezako ?

On parle de muscles respiratoires accessoires pour définir les muscles que votre corps peut utiliser pour la respiration.
Le trapèze par exemple, que vous connaissez certainement bien car très visible, est un muscle respiratoire accessoire.

La chasse aux blocages

L’ostéopathe doit aussi analyser et déterminer les structures qui peuvent être responsables du mécanisme d’inflammation de votre cartilage.
Certains blocages, même anciens, peuvent par exemple avoir une influence sur le positionnement de votre cage thoracique. On pense par exemple à une chute, à un choc ou à coup reçu, etc.
Lorsqu’ils ne sont pas soignés, ils vont progressivement exercer des tensions sur vos cartilages.

Des blocages ici…et là.

Il peut s’agir de soigner les blocages au niveau de la cage thoracique, mais pas que. Ainsi, l’ostéopathe recherche également ceux-ci au niveau de votre bassin et de votre colonne.
Ces tensions peuvent même résulter d’un précédent rhume ou d’une bronchite.
C’est la raison pour laquelle votre ostéopathe est tout aussi attentif aux tensions que vous pourriez présenter au niveau de la tête, de la gorge, du cœur et des poumons. Mais aussi au niveau de vos organes digestifs comme le foie, l’estomac et même l’œsophage.
Le but de cette investigation ? Identifier les structures qui pourraient entraîner une tension chronique de vos cartilages endoloris. Et donc, qui pourraient entretenir le syndrome de Tietze.

Douleur au thorax et stress : des liens évidents

Un autre point sur lequel votre ostéopathe doit travailler : le facteur stress. Il est particulièrement aggravant dans le syndrome de Tietze.
L’atteinte cardiaque vient très vite à l’esprit lorsque des douleurs dans cette zone surviennent. D’autant plus lorsqu’il s’agit de douleurs thoraciques à gauche.
Le syndrome de Tietze provoque des douleurs très intenses, notamment au niveau de la cage thoracique, créant une oppression. De plus, ce phénomène peut s’avérer extrêmement stressant et conduire à de l’hyperventilation. C’est-à-dire, à une respiration rapide et ample.

Quand le stress est installé depuis longtemps

Le stress et les états anxieux sont donc des facteurs aggravants dans le syndrome de Tietze. Mais le problème est que le stress peut être ponctuel, ou installé depuis des mois, voire des années.
Il donne alors des tensions ancrées, comme faisant partie de vous.

Traiter le stress et ses conséquences

La prise en charge en ostéopathie permet en effet de traiter les tensions liées à ce stress. Et à fortiori, les troubles qui peuvent en découler.
Quand votre ostéopathe travaille sur la régulation du stress, cela a en effet des impacts positifs sur d’autres volets de votre santé. Notamment sur votre système digestif, mais aussi, sur votre sommeil. Alors, vous bénéficiez de nuits plus réparatrices, entres autres bénéfices.
Ne vous privez pas de ces bienfaits !

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Join the discussion 4 Comments

  • Hoarau julie dit :

    Bonjour
    Cela fait maintenant un an que ma fille et comme ça.
    Ma fille a 13ans je suis aller voir un médecin qui lui suspecte un syndrome de tietze les symptômes de ma fille sont douleur a la palpation au sternum une douleur vive et intense a ce niveau là douleur iradie dans le bras gauche elle va aussi pourvoir avoir mal au dos.quand elle m’a fait une crise forte ces symptômes ont étais comme ci elle faisait une crise cardiaques avec difficulté à respirer elle a l’impression que sont cœur sembale elle va avoir des vertiges nausée et mal à la tête. Rien sur la radio du gril costal et du sternum alors le mercredi 17mars 2021 elle a étai au urgence ecg normale douleur intercostale gauche et para-sternale gauche reproduite a la palpation l urgentiste ne connais pas le symptôme de tietze.a la sortie de l’hôpital traitement d’épreuve par ibuprofene 400devant la suspicion du syndrome de tietze mon médecin traitant ne pense pas que ce soit ça les douleurs de ma fille sont intermittente en fonction de ce qu’elle aura fait la journée le vendredi 12mars 2021 au collège elle a porté un sac de sport toute aller jusque là mais en fin d’après-midi elle a commencé à pas être bien mal de partout et la une grosse douleur au sternum le samedi c’était pire.ces douleur peuvent resté un moment et puis parte et reviennent mais plus intense.mon médecin veux qu’elle vois un rhumatologue donc rendez-vous le 7mais 2021.que pensé vous es-ce vraiment un symdrome de tietze? La pommade anti inflammatoire n’a aucun effet le Doliprane pareil libuprofe la calme mais pas totalement merci pour votre avis cordialement madame hoarau

    • Cabinet B dit :

      Bonjour Mme Hoarau,

      Merci pour votre commentaire.
      Il est difficile de se prononcer sur un quelconque avis sur les symptômes de votre fille sans la voir en consultation. Le Syndrome de Tietze est un motif de consultation en ostéopathie qui peut être rapidement pris en charge avec de bon résultats. Nous vous conseillons de voir directement sur les agendas de l’équipe pour recevoir votre fille en consultation.

      Cordialement

      L’équipe du Cabinet B ostéopathie

  • Kramer dit :

    Jeune ostéopathe à Paris, une patiente m’a relayé votre article après avoir fait des recherches après une consultation chez son cardiologue. Merci pour cet article qui m’éclaire sur les symptômes de cette personne et qui je l’espère m’aidera à l’accompagner de la meilleure façon.
    Olivia

    • Cabinet B dit :

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour votre message.
      Nous passons beaucoup de temps à mettre en forme nos idées et ces contenus, nous sommes heureux de lire qu’ils sont utiles.
      Bonne journée.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.