0% lus

Vous souffrez de vives douleurs à la base de votre pouce ? Les douleurs engendrées rendent les mouvements de celui-ci difficiles, ce qui impacte alors vos gestes quotidiens les plus simples ? Vos douleurs sont accompagnées de picotements, fourmis, d’une sensation de perte de force au niveau du poignet lors des mouvements ?

Peut-être souffrez-vous d’une tendinite de De Quervain, aussi appelée ténosynovite. Il s’agit de l’une des tendinopathies les plus fréquentes dans la zone de la main et du poignet. Elle est particulièrement invalidante.

Apprenez à reconnaître les symptômes de la ténosynovite de De Quervain et les manières de prévenir son apparition. Dans cet article, découvrez aussi les solutions à votre disposition pour soulager de manière naturelle ces douleurs au pouce.

Sommaire

La tendinite de De Quervain, qu’est-ce que c’est ?

La tendinite de De Quervain est l’une des tendinopathies les plus fréquemment rencontrées dans la zone du poignet. C’est un chirurgien suisse, Fritz De Quervain, qui décrit pour la première fois cette atteinte en 1895. D’où son nom.

Tendinite de De Quervain : les symptômes

Les symptômes de la tendinite de De Quervain sont généralement de survenue progressive. Mais les douleurs liées à cette atteinte peuvent parfois apparaître de manière brutale. Vous pourriez notamment souffrir de :

  • Douleurs vives à la base du pouce, notamment lors des mouvements de celui-ci.
  • Sensation de manque de force au niveau du poignet lors de mouvements.
  • Picotements et fourmis en position statique.
  • Gonflement potentiel sur le bord externe de votre ​poignet.
  • Irradiations éventuelles des douleurs vers votre avant-bras.

La douleur réveillée au début par les mouvements du pouce et du poignet peut devenir, à force, permanente.

Cette tendinite ne doit pas être confondue avec le syndrome du canal carpien. Ou encore la rhizarthrose du pouce, qui désigne l’arthrose retrouvée à la base du pouce.

Le diagnostic effectué par votre médecin, que nous aborderons plus en détail dans cet article, permettra d’écarter ces pathologies.

Tendinite de De Quervain : les causes

La tendinite de De Quervain apparait généralement à la suite d’une mobilisation excessive du poignet. Pour comprendre ce que ce mécanisme implique, nous devons brièvement nous pencher sur l’anatomie de votre poignet et votre pouce. Et plus particulièrement sur les tendons que l’on retrouve dans cette zone.

Des tendons mis à mal

Les tendons du pouce sont logés dans une gaine protectrice qui permet leur glissement. Elle permet aussi l’optimisation du travail musculaire sur l’articulation de votre pouce.

Lorsqu’il existe des mouvements ou des microtraumatismes répétés, les tendons sont soumis à des frottements. Ces derniers sont contenus dans leurs gaines et leurs gaines elles-mêmes s’enflamment, ce qui apporte alors vos douleurs. C’est la fameuse tendinite.

Le court extenseur et le long abducteur

Cette inflammation concerne précisément deux tendons : le court extenseur et le long abducteur du pouce. Ils permettent, entre autres, d’écarter le pouce des autres doigts, intervenant donc dans le geste de préhension. La préhension ? C’est votre capacité à saisir des objets avec la main.

Prévalence

La tendinite de De Quervain touche dans la grande majorité des cas les femmes autour de 40-50 ans.

Tendinite du pouce : une maladie professionnelle ?

Nous savons que la tendinite de De Quervain est la résultante d’une sollicitation répétée du poignet.

C’est ainsi que l’on retrouve cette pathologie chez les personnes qui exercent des métiers manuels. Et notamment dans le bâtiment, de par les microtraumatismes subis par l’utilisation d’outils. Ou encore des professions ou activités avec de nombreuses répétitions de gestes fins sollicitant cette même articulation. On pense notamment à :

  • couture
  • secrétariat,
  • jardinage,
  • pratique de certains instruments de musique,
  • etc.

Certains sports peuvent également engendrer cette mise à mal des tendons. On pense notamment à l’aviron, le golf, ou encore le tennis, entre autres. En effet, ces sports produisent des inclinaisons dans un sens et dans l’autre de votre poignet.

Dans certains cas, la tendinite de De Quervain peut faire suite à un traumatisme sur le poignet. Comme un choc au sport par exemple.

La faute au smartphone ?

On vous a déjà parlé des effets néfastes du smartphone, ici et .
Mais il semblerait que ce compagnon puisse aussi contribuer à l’apparition de la tendinite de De Quervain.

Et oui, passer des heures sur notre smartphone sous-entend forcément des gestes répétitifs effectués par les doigts.

Quand le téléphone nous déforme

Un rapport réalisé par O2, compagnie téléphonique britannique, annonce d’ailleurs que le temps passé sur notre smartphone peut avoir de nombreuses conséquences néfastes sur le corps. Cela peut notamment venir changer la morphologie de celui-ci, et c’est particulièrement vrai pour la morphologie de la main.

L’étude menée auprès de 2000 participant à en effet relevé que :

  • 13% d’entre eux auraient développé un pouce plus gros que l’autre,
  • et ce, jusqu’à 15% d’augmentation de volume.

Cela serait dû au fait des heures passées à envoyer des messages, à tapoter frénétiquement sur le téléphone ou encore à « swiper » à droite et à gauche.

Les britanniques parlent même de text thumb injury ou encore de gamer’s thumb, Nintendo thumb, et même Nintenditus. Tous ces termes pour qualifier les tendinites du pouce liées aux smartphones et consoles de jeu.

Conseil

Il existe de nombreuses applications pour vous aider à limiter le temps passé sur votre smartphone. Téléchargez en une afin de prévenir l’apparition d’une tendinite du pouce ou l’aggravation des symptômes.

Diagnostic de la tendinite de De Quervain

Un test spécifique permet d’identifier la tendinite de De Quervain, il s’agit du test de Finkelstein. Cet examen clinique effectué par votre médecin consiste à amener le pouce vers l’annulaire avec une inclinaison cubitale du poignet. La manoeuvre de Finkelstein met en tension les tendons du court extenseur du pouce et du long abducteur du pouce. Ce qui réveille alors la douleur.

Écarter les autres pathologies

Votre médecin doit également veiller à écarter d’autres pathologies. Et notamment une bursite au niveau des tendons, un kyste synovial ou encore le syndrome du canal carpien, entre autres.

Un examen radiologique est en général normal et n’affiche aucune anomalie. L’échographie peut en revanche mettre en évidence la présence de liquide dans cette zone. Elle peut aussi mettre en avant l’épaississement des tendons, surtout celui de leur gaine.

Ténosynovite : quel traitement ?

Le traitement médical consiste en la prise d’anti-inflammatoires et la mise au repos accompagnée du port d’une orthèse. Dans le cas d’une de chronicisation de vos douleurs, des infiltrations peuvent également vous être proposées.

Tendinite de De Quervain et opération

Une intervention chirurgicale peut être envisagée dans les cas de récidives trop importantes. Les points abordés ci-dessus restent à voir directement avec votre médecin traitant.

Tendinite du pouce : quel traitement naturel ?

Il existe aujourd’hui des solutions naturelles pour une action complémentaire aux traitements mis en place par votre médecin. Le but est de tendre vers une récupération plus rapide.

Tendinite de De Quervain et ostéopathie

Les soins de votre ostéopathe visent en premier lieu à réduire le phénomène inflammatoire. Le but ? Réduire vos douleurs au pouce mais aussi vous permettre une récupération plus rapide. Cela limite alors le risque d’aggravation des symptômes.

L’ostéopathie peut venir compléter la prise d’anti-inflammatoires, traitement potentiellement mis en place par votre médecin traitant. Elle permet notamment de réduire les effets de contraintes causant l’inflammation au niveau de vos tendons, mais pas seulement !

L’expertise et les conseils du praticien vous offrent une prise en charge des plus spécifiques. Vous profiterez de soins personnalisés et adaptés à vos activités sportives ou professionnelles.

Mais comment procède l’ostéopathe pour soulager et traiter la tendinite de De Quervain naturellement ?

Calmer l’inflammation et identifier les contraintes

En cas de micro-traumatismes, traumatismes liés à des mouvements répétés, certaines de vos articulations peuvent rester fixées dans un sens de mobilité. Pour faire simple, comprenez qu’elles se bloquent et réduisent la faculté de vos tendons à absorber les chocs.

Votre ostéopathe porte ainsi une attention particulière à la bonne mobilité de vos articulations. Et il doit veiller à traiter leurs dysfonctionnements.

Son travail se fait sur les os de votre poignet, puis sur ceux de votre main. Mais aussi sur ceux de votre coude. Pourquoi ? Car les muscles de votre poignet s’insèrent sur ceux-ci.
Un travail sur vos muscles et tendons en état d’inflammation est alors effectué en vue de calmer vos douleurs.

Le but ici est également de vous faire retrouver une utilisation progressive de votre poignet. C’est ce qui favorise d’autant plus votre rétablissement.

Notez enfin que votre ostéopathe a conscience de l’inflammation de la zone et effectuera un travail particulièrement doux. Il tiendra compte de la sensibilité de votre poignet.

Focus sur l’épaule

Pourquoi votre ostéopathe vient-il examiner et travailler au niveau de votre épaule alors que vous le consultez pour des douleurs au pouce et au poignet ? Car l’épaule constitue une zone charnière particulièrement importante. Le praticien doit prendre en compte l’ensemble des structures qui interagissent avec la zone douloureuse, et cela sous-entend bien souvent de venir travailler à distance.
La mobilité de votre bras passe en effet par les positionnements et mouvements induits par votre épaule. Son intégrité et ses positionnements conditionnent les mouvements fins et l’orientation de votre poignet ainsi que de vos doigts.

Identifier et traiter les traumatismes passés

C’est ainsi qu’un traumatisme, parfois ancien, de l’épaule ou encore des cervicales peut contraindre votre corps à se mobiliser autrement. Votre ostéopathe s’assure donc qu’il n’y a pas de contraintes ou de dysfonctionnements retrouvés au niveau de toutes articulations de l’épaule. C’est-à-dire la gléno-humérale, l’acromio-claviculaire et la costo-claviculaire.

Les rapports biomécaniques directs de ces articulations sont retrouvés au niveau de vos cervicales. Mais également au niveau de vos vertèbres dorsales ainsi que de vos côtes.

Un traumatisme, même ancien, peut donc avoir une répercussion sur votre poignet. Il est donc important d’effectuer un travail complet. Le but est d’arriver à des résultats concluants : un poignet fonctionnel, sans douleur et ce, sur le long terme.

Choyez le fascia

Le fascia est une structure qui recouvre vos muscles et vos tendons. Il agit comme un système de recouvrement et de glissement. Il protège vos muscles, et leur permet de mieux bouger, en jouant le rôle de support de glissement.

Seulement, ce système fascial peut se retrouver en tension. Cela peut être après un traumatisme, ou encore à causes d’adhérences cicatricielles causées par une chirurgie par exemple. Vos muscles et tendons n’auront alors malheureusement plus cette liberté de glissement. Ce qui entraîne à fortiori un effet de frottement et donc, à terme, l’inflammation.

Il convient ici pour votre ostéopathe de faire appel à des techniques spécifiques sur le fascia. Elles permettent de retrouver la mobilité tissulaire de vos tendons dans leurs gaines au niveau de votre bras et poignet.

Vérifier votre position

Lorsque vous travaillez ou pratiquez une activité (qu’il s’agisse d’un sport ou d’un hobby), c’est bien souvent lors de vos mouvements que vos douleurs se font ressentir.

Mais peut-être avez-vous remarqué que c’est lorsque vous avez changé de posture que les douleurs sont apparues. C’est parce que votre position, et notamment vos pieds, vos hanches, vos épaules, etc, conditionne l’exécution et l’axe du mouvement.

L’ensemble de votre corps s’adapte afin d’équilibrer votre posture selon le mouvement en cours d’exécution. Si une zone est gênée dans ses mouvements propres ou connait un dysfonctionnement, c’est l’ensemble du mouvement qui ne sera pas à même de s’opérer correctement. En résulte alors un déséquilibre entraînant diverses contraintes sur votre bras.

Lever les tensions

Le but est ici de redonner à votre poignet ainsi qu’à l’ensemble de votre corps de la mobilité. Mais aussi les libertés nécessaires pour l’exécution des mouvements du quotidien.

Attention à la calcification

La tendinite de De Quervain peut se calcifier lorsque l’on assiste à une récidive importante. On parle de tendinite calcifiante lorsque des dépôts d’hydroxyapatite apparaissent sur un tendon.

Dans ce cas, le travail de votre ostéopathe sur cette zone s’en trouvera limité. Bien souvent, seule une intervention chirurgicale pourra venir traiter le problème.

L’ostéopathie trouvera toute sa place dans la prise en charge en post opératoire.
D’une part pour limiter les adhérences cicatricielles afin de tendre vers une récupération optimale. Ainsi, vous évitez l’apparition de potentiels autres troubles, causés par ces adhérences.
D’autre part en parallèle d’une rééducation avec un kinésithérapeute qui permettra des résultats plus rapides.

Tendinite de De Quervain : les exercices

Votre ostéopathe est également de bons conseils quant aux exercices à faire seul à la maison pour optimiser votre récupération. Il s’agira notamment d’effectuer des exercices simples de décontraction et d’étirements de la main.

Cabinet B - Ostéopathie

Découvrez ce qui fait la réputation de nos cabinets d’ostéopathie à Toulouse.

Laisser un commentaire

Une question ? Envie de partager votre parcours avec nous ?
Laissez-nous un commentaire, nous y répondons systématiquement.