0% lus

Vous remarquez une certaine asymétrie dans les mouvements de votre bébé, et il a notamment des difficultés à tourner la tête d’un certain côté ? Quand vous mettez votre petit sur le dos, sa tête et son corps sont penchés d’un côté ? Il peut s’agir d’un torticolis congénital.

Si le torticolis congénital chez le nourrisson est fréquent, cela peut vite inquiéter côté parents. Comment identifier le torticolis chez le bébé ? Quelles sont les causes et les risques ? Comment aider votre petit à retrouver sa mobilité, grâce à l’ostéopathie notamment ? Les réponses dans cet article. Bonne lecture !

Qu’est-ce que le torticolis congénital chez le bébé ?

Généralement identifiable dès la naissance ou dans les semaines qui suivent l’arrivée du petit bout de chou, le torticolis congénital est une raideur au niveau du cou du bébé, le limitant dans ses mouvements et engendrant des positions asymétriques.

Les différents types de torticolis chez le nourrisson

Il existe trois grandes formes de torticolis congénital, il peut être musculaire, postural, ou encore osseux (bien que plus rare).

Le torticolis musculaire, le cas le plus fréquent

Le torticolis musculaire est la forme la plus rencontrée et représente 80% des cas. Il se caractérise par un manque de souplesse des muscles du cou du bébé, entraînant une asymétrie permanente de la tête et du cou du nourrisson par rapport à son buste.

Le torticolis positionnel, le cas le moins grave

Il s’agit ici d’une préférence de votre bout de chou, il est simplement plus confortable dans une position qu’une autre. Ici, le torticolis est généralement souple et le bébé a toute sa mobilité et c’est tout le corps qui est penché d’un côté, avec une rotation de la tête très importante.

Le torticolis osseux, le cas le plus rare

Cette forme de torticolis peut être due à une malformation osseuse, à un mauvais placement des vertèbres ou encore à une anomalie du système nerveux. Ce type de torticolis n’est pas réductible et nécessite généralement une intervention chirurgicale.

torticolis congénital ostéopathie ostéopathe

Torticolis congénital chez bébé, quels sont les symptômes ?

Si bébé souffre d’un torticolis congénital, sa tête est souvent tournée du même côté et inclinée de l’autre côté.

Prenons un exemple pour illustrer : le nourrisson a toujours la tête tournée vers la gauche (le regard tourné vers la gauche) mais sa tête est inclinée vers la droite (son oreille droite est proche de son épaule droite). En règle générale, l’inclinaison est plus importante que la rotation.

Dans de nombreux cas, le torticolis congénital est associé à une plagiocéphalie

La plagiocéphalie est une déformation du crâne de bébé et notamment un aplatissement à l’arrière ou sur un côté de son crâne. Car le crâne de votre chérubin et très malléable sur ses premières semaines et s’il a tendance à plus pencher sa tête d’un côté que de l’autre, cela va engendrer une plagiocéphalie, que l’on appelle d’ailleurs « syndrome de la tête plate ».

Ces déformations, si elles ne sont pas traitées à temps, peuvent engendrer des troubles visuels ou auditifs mais aussi des troubles psychomoteurs.

Quelles sont les causes du torticolis chez le bébé ?

Tortum collum congenitus… Ça ne vous en dit pas plus ? Alors commençons par une rapide leçon de latin. Torticolis tire ses racines de « tortum collum » à savoir, « cou de travers ». Congénital, lui, vient de « congenitus », signifiant « né avec » en latin. Votre enfant serait donc né avec le cou de travers ? Pas tout à fait.

Des causes multiples

Les causes du torticolis congénital sont multiples mais elles remontent en effet généralement à des pressions durant la grossesse ou l’accouchement. Ces pressions peuvent venir déséquilibrer le système musculaire, notamment au niveau de la tête et du cou de bébé. Et c’est en se rétractant que les muscles du cou entrainent une rotation de la tête et une inclinaison du côté opposé.

Quand bébé se positionne mal dans le ventre de maman

Durant la grossesse, il est possible que bébé ai eu un mauvais positionnement intra-utérin, favorisant les tensions de certains muscles. Il peut en résulter d’autres malpositions comme au niveau des hanches, des pieds, ou encore au niveau de la colonne vertébrale.

Quand l’accouchement crée des tensions

Parfois, la venue au monde de bébé sous-entend l’utilisation de certains instruments pour aider à l’accouchement comme les forceps ou les spatules et certaines tractions faites au niveau de la tête et du cou du nouveau-né peuvent créer des tensions.

torticolis congénital ostéopathe

Comment détecter le torticolis du bébé ?

Dans la majorité des cas, ce sont les parents qui apposent le premier diagnostic, s’inquiétant de voir bébé tourner sa tête toujours du même côté ou adopter des positions peu naturelles et près de 50% des cas sont décelés avant que le bébé ait 2 mois.

Le médecin devra ensuite identifier clairement les causes et le type de torticolis. Comme énoncé plus haut, on retrouve deux types de torticolis principaux : le torticolis musculaire et le torticolis postural.

Diagnostic du torticolis postural

Nous savons que cette forme de torticolis est due à un côté préférentiel du nourrisson. Ici, lorsque l’on tourne la tête de bébé, il n’y a pas de résistance et aucune douleur (bébé ne pleure pas).

Il est à noter que cette position préférentielle peut aussi résulter d’une position antalgique (ces positions que l’on adopte spontanément pour atténuer la douleur) causée par exemple par un reflux gastro-œsophagien (RGO). Notez que le reflux gastro-œsophagien chez bébé est très fréquent !

Diagnostic du torticolis musculaire

Ici, on observe une résistance et des douleurs quand il s’agit de tourner la tête de bébé. Au touché, on observe aussi une masse au niveau du muscle sterno-cléido-mastoïdien (un gros muscle oblique que l’on retrouve de chaque côté du cou). On remarquera comme une sensation de corde dure au toucher.

Écarter les signes de gravité

Le médecin viendra aussi chercher la présence de signes de gravité. Il peut s’agir de malformations à la naissance, d’adénopathies (gonflement des ganglions lymphatiques) ou encore d’une tumeur, qui eux nécessitent une prise en charge médicale spécialisée. Il viendra également observer la présence d’autres signes associés comme des rougeurs, de la fièvre, ou encore des éruptions cutanées.

Torticolis congénital : quels risques pour mon bébé ?

Si le torticolis congénital est très fréquent chez les nouveaux nés, il n’en va pas moins que c’est une atteinte qu’il faut traiter rapidement, au risque de voir se développer d’autres troubles comme la plagiocéphalie.

La plagiocéphalie peut entraîner des troubles d’ordre esthétiques comme un œil plus petit que l’autre ou encore un côté du crâne plus plat que l’autre. En revanche, dans le cas d’une plagiocéphalie sévère ou non traitée à temps, des troubles psychomoteurs et des problèmes visuels peuvent apparaître.

Torticolis chez bébé : quel traitements ?

Les parents portent souvent leur choix sur le traitement via l’ostéopathie et la kinésithérapie. En général, trois ou quatre séances en ostéopathie sont nécessaires pour soulager bébé. Dans certains cas, il peut être intéressant de coupler le travail de l’ostéopathe avec une dizaine de séances chez un kinésithérapeute.

Torticolis congénital et ostéopathie

L’ostéopathie répond en effet très bien à la prise en charge du torticolis congénital chez le nourrisson. L’ostéopathe sera à même de déterminer les causes exactes du torticolis et donc de prodiguer un soin parfaitement adapté à votre petit.

La prise en charge immédiate et dès les premiers jours de bébé permet un traitement rapide du torticolis, les techniques douces et indolores lui permettant en effet de retrouver une bonne mobilité et un bon équilibre. Il n’est d’ailleurs pas rare que nous intervenions directement en maternité ou maison de naissance.

ostéopathe torticolis congénital

Que fait l’ostéopathe pour traiter le torticolis de bébé ?

Lorsque votre bébé présente un torticolis congénital, le soin ne se limite pas à récupérer la rotation de la nuque. Le soin portera sur tout le corps, car ce torticolis peut venir du système musculaire cervico-dorsal lui-même, ou bien être l’expression d’autres tensions : nerveuses, diaphragmatique, viscérales thoraciques, viscérales abdominales, pelviennes (os, muscles, organes). Le torticolis congénital peut n’être qu’un symptôme dans tout ce système.

C’est d’ailleurs pour cette raison que plusieurs soins sont en général nécessaires pour un résultat pérenne.

Le 1er travail sera toujours de permettre à bébé de regagner en confort en lui permettant une meilleure rotation de la tête.

Ostéopathie crânienne

Via des techniques douces et spécifiques, l’ostéopathe va relâcher les tensions au niveau du crâne de bébé. Car c’est notamment à la base de celui-ci qu’émergent les nerfs qui innervent le système musculaire comme les trapèzes ou encore le muscle sterno-cléido-mastoïdien, vous savez, ce fameux muscle oblique servant à la rotation et à l’inclinaison de la tête.

En observant la base du crâne, l’ostéopathe pourra aussi venir vérifier le bon fonctionnement d’autres nerfs qui interviennent dans le mécanisme de succion et de digestion, comme le nerf vague par exemple.

Enfin, l’ostéopathe travaille aussi sur les hanches et le bassin du nourrisson pour l’aider à retrouver un bon équilibre postural.

J’emmène mon bébé chez mon ostéo, est-ce qu’il va avoir mal ?

En tant que parent, votre questionnement est légitime et un bébé semble si fragile sur ses premières semaines ! On a souvent beaucoup de questions quand il s’agit d’emmener bébé chez un ostéopathe. Mais ne vous inquiétez pas, l’ostéopathie est une médecine naturelle sans danger pour votre petit.

L’ostéopathe effectue des techniques très douces pour relâcher les tensions musculaires du nourrisson, sans que cela soit douloureux pour lui. Il pourra ressentir une légère gêne, mais jamais de douleur. Notez d’ailleurs qu’un bébé peut être reçu en consultation chez un ostéopathe dès ses premiers jours !

Pendant la séance, il est possible qu’il pleure… Après la séance, il sera peut-être plus agité qu’à son habitude. Là non plus, aucun souci à vous faire.

Dans quels cas l’ostéopathie ne suffit pas ?

L’ostéopathie se montrera très efficace dans la prise en charge du torticolis avant les 6 mois de bébé. En effet, lorsque le torticolis est installé depuis longtemps, il est difficile d’obtenir des résultats sur le long terme. C’est pourquoi il est important de signaler à votre pédiatre ou ostéopathe toute asymétrie que vous pourriez remarquer chez bébé.

Dans le cas d’un torticolis osseux, la prise en charge devra être chirurgicale et l’ostéopathe pourra intervenir seulement après l’éventuelle opération afin de soulager le bébé des tensions dues à l’intervention.

Quoi qu’il en soit, l’ostéopathe sera à même de déterminer la meilleure prise en charge et de vous orienter vers le professionnel de la santé adéquat si besoin.

Nos Conseils

  • Stimulez votre bébé, et essayez de lui faire tourner la tête via des stimulations visuelles ou sonores
  • Veillez à alterner le bras avec lequel vous tenez votre bébé et portez-le de différentes manières
  • Pensez à alterner le côté lors de la prise du biberon ou lors de l’allaitement

Vous avez à présent toutes les cartes en main pour repérer chez votre bout de chou un éventuel torticolis congénital ! Au moindre doute, parlez-en à votre pédiatre ou à votre ostéopathe afin d’éviter d’éventuelles complications.

Cabinet B - Ostéopathie

Spécialistes du suivi du bébé et nourrisson

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply