0% lus

Le syndrome prémenstruel, aussi parfois appelé SPM, touche plus d’une française sur 3.
Ce syndrome est un syndrome reconnu, même s’il reste méconnu.

Mais il existe une forme plus “extrême” du SPM, le trouble dysphorique prémenstruel, aussi appelée TDPM.

Ces 2 formes, plus ou moins sévères sont abordées dans cet article, notamment sous l’angle de la prise en charge par l’ostéopathie.

Trouble dysphorique prémenstruel, approche naturelle par l’ostéopathie

Syndrome prémenstruel ou trouble dysphorique prémenstruel : quelques statistiques

Les statistiques se contredisent souvent, tant sur le SPM que le TDPM, mais elles se rejoignent généralement sur le fait qu’au moins 1 femme sur 3 est touchée par le syndrome prémenstruel, et qu’environ 2 à 5% des femmes seraient touchées par sa forme la plus sévère, le trouble dysphorique prémenstruel.

Ces troubles apparaissent en général une fois la trentaine passée.

Quels sont les symptômes du SPM ?

Le but n’est pas ici de vous faire le détail de la manifestation de ces symptômes, mais de vous proposer une approche naturelle pour les soulager.

Différents symptômes du SPM peuvent être traités par l’ostéopathie, certains d’entre eux ont déjà fait l’objet d’un article :

  • Céphalée et migraine
  • Humeur dépressive, idées de dévalorisation
  • Sensibilité à fleur de peau : sentiment de tristesse soudain, envie de pleurer, etc.
  • Diminution de l’intérêt pour les activités quotidiennes habituelles
  • Douleurs physiques : tension ou gonflement des seins, douleurs articulaires et/ou musculaires, prise de poids, gonflement
  • Difficulté à dormir, insomnie ou difficulté à se lever
  • Irritabilité fréquente, colère et conflits avec l’entourage plus élevés

Quelle différence avec le trouble dysphorique prémenstruel ?

SPM tdpm trouble dysphorique ostéopathe

L’intensité des symptômes permet souvent de faire la différence entre le SPM et le trouble dysphorique prémenstruel (TDPM).

SI vous avez des troubles prémenstruels, mais que vous arrivez à poursuivre le cours de votre journée (travail, vie perso, etc.) il est probable que ce ne soit pas le trouble dysphorique prémenstruel.

Par contre si votre quotidien est perturbé au point parfois de ne plus vous reconnaître alors il est probable qu’il s’agisse de TDPM.

Certains témoignages de patientes sont très forts.

Parfois, certaines perdent leur emploi, d’autres leur conjoint, ou amis, car à certaines périodes du mois, elles ne sont plus elles-même.

Retrouvez d’ailleurs le témoignage de Titi sur le sujet : “Une fois par mois, je ne suis plus moi : SPM – témoignage”.

Crise d’angoisse, attaques de panique, anxiété, impatience, insomnie, état dépressif, ballonnements, douleurs aux articulations, etc., sont des symptômes très fréquents en cas de trouble dysphorique prémenstruel.

Quand les symptômes du SPM ou du TDPM apparaissent-ils ?

Plusieurs études indiquent qu’ils se manifestent en général 3 à 4 jours avant le début des règles, et 3 à 4 jours après.

Quelles sont les causes du SPM et TDPM ?

On ne connaît pas, à l’heure actuelle les causes exactes du trouble dysphorique prémenstruel ou du SPM.

Dans certains pays comme les USA et le Canada, le trouble dysphorique prémenstruel est pour l’heure reconnu comme une maladie mentale. D’ailleurs il n’est pas rare que des patientes soient mises sous antidépresseurs.

Si cette classification, se voulait être une avancée, permettant de reconnaître le problème, c’est mettre de côté son aspect cyclique. Indicateur qui fait pencher bon nombres de patientes et de professionnels de la santé pour un débalancement hormonal, davantage qu’un trouble mental.

C’est d’ailleurs sur cet aspect là que l’ostéopathie pourra se révéler intéressante. Car en plus d’agir sur les symptômes tels que listés plus haut, l’ostéopathie permet d’agir sur votre système hormonal.

SPM ostéopathie trouble dysphorique

Quel est le travail de l’ostéopathe en cas de syndrome prémenstruel ou trouble dysphorique prémenstruel ?

Le travail de l’ostéopathe est très large, et sera fonction des symptômes présentés.
En premier lieu il va vérifier l’ensemble de vos glandes hormonales de manière évaluer leur impact sur les troubles que vous présentez. Il pourra agir directement sur leur bon fonctionnement, ainsi que sur votre état d’anxiété.
Ces techniques ont généralement un impact sur votre humeur, votre sommeil, irritabilité et votre concentration.

Sur la sphère digestive, il agira notamment par le biais de techniques viscérales sur les organes abdominaux de manière à réguler votre appétit.

Un large travail crânien pourra aussi être réalisé, de même qu’une approche vertébrale, qui permettront, d’agir sur vos maux de têtes et céphalées, ou encore sur vos douleurs articulaires et musculaires en faisant notamment perdurer un état de relâchement et de sérénité
La qualité de votre sommeil devrait s’en trouver améliorée aussi.

L’ensemble de ces techniques complémentaires vous permettront de noter une amélioration de l’intensité de vos symptômes.

L’anecdote de l’ostéo

Dans les années 80, une barmaid au lourd passé criminel qui avait tué sa collègue de travail, avait reçu une peine allégée en raison de son trouble dysphorique prémenstruel.
Un expert avait alors déterminé que le cycle de ses crimes était plus ou moins de 29 jours.

Si cette anecdote peut prêter à sourire, il n’en reste pas moins, que ce trouble gâche la vie de bon nombre de femmes.

Cabinet d'ostéopathie Bertucchi

Une équipe d’ostéopathes diplômés au sein d’écoles agréées par le Ministère de la Santé

Cabinet B

Author Cabinet B

Cabinet d'ostéopathie à Toulouse, regroupant des ostéopathes aux spécialités diverses, tous animés par la volonté de créer une véritable relation de confiance avec leurs patients.

More posts by Cabinet B

Leave a Reply